Navigation – Plan du site
La question de la vérité dans le procès littéraire médiéval (XIIe et XIIIe siècles)

Introduction

Philippe Haugeard
p. 129-132

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

« La justice et la vérité sont deux pointes si subtiles, que nos instruments sont trop mousses pour y toucher exactement. » La formule est de Pascal, dont le pessimisme habituel pourrait sembler ici bien modéré, pour une fois : l’imperfection de l’homme ne le condamnerait pas à l’erreur, mais – simplement – à l’inexactitude ; c’est sans doute beaucoup déjà, mais il n’y aurait tout de même pas matière à désespérer. Sauf que Pascal – ce serait mal le connaître – poursuit en ces termes : « S’ils y arrivent, ils en écachent la pointe, et appuient tout autour plus sur le faux que sur le vrai. » Décidément, il n’y a de vérité certaine que dans Dieu et par Dieu.

Les hommes pourtant ont à faire parfois – c’est une nécessité sociale – œuvre de justice et de vérité, et les juristes médiévaux, à côté de la Veritas ipse Deus, ont établi la possibilité d’une veritas humana, sans laquelle en effet le droit et l’exercice de la justice n’auraient guère de sens. Au Moyen Âge, comme avant dans le mond...

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Haugeard, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 129-132.

Référence électronique

Philippe Haugeard, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14512

Haut de page

Auteur

Philippe Haugeard

Université d’Orléans POLEN (EA 4710)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals