Navigation – Plan du site
La question de la vérité dans le procès littéraire médiéval (XIIe et XIIIe siècles)

Faux coupables et vrais imposteurs

L’usurpation d’identité devant la justice à travers le cas d’Ami et Amile
Nadine Henrard
p. 133-148

Résumés

L’article revient sur le duel judiciaire dans lequel Ami se substitue à son compagnon Amile, dont il est le sosie, innocentant du même coup celui-ci, coupable pourtant de la faute dont on l’accusait. L’épisode, qui tire un puissant parti dramatique de la pratique judiciaire, s’inscrit dans une thématique du faux et de la falsification qui fait de la chanson d’Ami et d’Amile une œuvre où la vérité apparaît par nature mouvante et où est posée la question de l’usurpation d’identité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Une usurpation d’identité dans un contexte général de falsification
La représentation littéraire au prisme du droit médiéval
Conclusion

Aperçu du texte

La chanson d’Ami et Amile occupe une place de choix parmi les textes explorés par ceux qui s’intéressent à la problématique des liens tissés entre justice et littérature. Au centre des recherches, se trouve évidemment le fameux épisode du duel probatoire et du serment corrélé, où se met en jeu la question même de la vérité, qui se manifeste à deux niveaux : celui du discours (dans sa teneur comme dans sa forme), et celui des personnes.

La procédure médiévale du duel judiciaire est désormais fort bien connue. Nombre d’historiens lui ont dédié des travaux qui retracent l’histoire et détaillent le fonctionnement de ce mode de preuve sollicité par la justice médiévale pour corroborer une accusation ou un déni, et faire jaillir la vérité à une époque où les moyens scientifiques font défaut. Situé « entre justice de Dieu et justice des hommes », selon la formule-titre d’un récent ouvrage, le duel judiciaire occupe dans la société du Moyen Âge une place ambiguë et instable, comme l’a rappel...

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Henrard, « Faux coupables et vrais imposteurs », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 133-148.

Référence électronique

Nadine Henrard, « Faux coupables et vrais imposteurs », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14519 ; DOI : 10.4000/crm.14519

Haut de page

Auteur

Nadine Henrard

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals