Navigation – Plan du site
La question de la vérité dans le procès littéraire médiéval (XIIe et XIIIe siècles)

Preuve et vérité

Dans le Tristan de Béroul et le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil
Philippe Haugeard
p. 149-171

Résumés

À l’instar du Tristan de Béroul, qu’il connaît et qu’il cite, le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil explore la question de la preuve et de la vérité dans le cadre de procédures judiciaires comparables d’un point de vue formel mais témoignant d’un esprit nouveau, plus sensible à la vérité des faits qu’à la recevabilité d’une accusation, ce qui s’accompagne d’une mise en retrait du jugement de Dieu, déjà grandement disqualifié par les subterfuges des héros de Béroul.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

L’insuffisance des veraies enseignes : quand l’indice matériel ne vaut pas preuve
L’uitisme manière de prueve si est par presompcions
L’examen des preuves dans le roman de la violette
Du silence de dieu à la parole des hommes
Conclusion

Aperçu du texte

Rapprocher le Tristan de Béroul et le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil ne va pas de soi. À la distance dans le temps en effet, s’ajoute une grande différence d’inspiration, le roman de Gerbert de Montreuil étant un de ces romans en vers d’un genre nouveau qui apparaissent au début du xiiie siècle et que l’on qualifie communément, et par commodité, de « réalistes », tout en sachant l’insuffisance ou les ambiguïtés gênantes du recours à un tel adjectif. Le Tristan de Béroul (ou ce que nous en avons conservé) et le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil ont cependant pour point commun d’être construits sur une accusation – d’adultère dans un cas, d’infidélité dans l’autre – à laquelle ils s’emploient à donner des suites de type judiciaire qui constituent une part non négligeable de leur contenu narratif respectif.

La chose, pour le Tristan de Béroul, est trop connue pour être rappelée ; il n’en est pas de même pour le Roman de la violette, ce qui appelle quelques préci...

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Haugeard, « Preuve et vérité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 149-171.

Référence électronique

Philippe Haugeard, « Preuve et vérité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14524 ; DOI : 10.4000/crm.14524

Haut de page

Auteur

Philippe Haugeard

Université d’Orléans POLEN (EA 4710)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals