Navigation – Plan du site
Montaigne et les passions

La langue des passions dans les Essais de Montaigne

Bénédicte Boudou
p. 279-296

Résumés

Dans sa réflexion sur les passions, Montaigne part de prémisses stoïques et il s’inquiète de voir les passions submerger le corps et le paralyser. Mais il admet, au nom de la nature, que les hommes éprouvent des passions. Ce qu’il n’accepte pas en revanche, c’est que la passion reste indicible. Il propose ainsi non d’éradiquer les passions, mais de chercher à les maîtriser en les exprimant, voire même en les représentant, ce qui implique de s’en distancier quelque peu.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Le discours platonicien et stoïcien de Montaigne
Passions de l'âme ou passions du corps ?
Les passions, de faux jugements ?
Ambiguïté des passions
L’expression des passions, leur vraie thérapie

Aperçu du texte

Montaigne, qui ne cesse d’interroger la multiplicité des conduites humaines, s’intéresse aux « passions » au point qu’elles donnent leurs titres à certains des chapitres des Essais comme « De la Tristesse » (I, 2), « De la Peur » (I, 17/18), « De la Colère » (II, 31) et qu’elles en définissent parfois même tout le questionnement. C’est le cas pour le troisième chapitre du livre I, « Nos affections s’emportent au-delà de nous » qui réfléchit sur « la violence irrationnelle et immaîtrisable des passions », ou pour le chapitre ii, 15, « Que nostre desir s’accroist par la malaisance ». Montaigne reprend la taxinomie canonique depuis Chrysippe : sont pour lui des passions l’amour, la haine, le chagrin (qu’il appelle le deuil ou la tristesse), la joie, la colère, la peur, le désir, la honte, l’envie, la jalousie, mais aussi l’ambition ou l’avarice. Cette conception doit bien sûr beaucoup aux stoïciens et aux platoniciens, d’autant plus que Montaigne envisage surtout les affections sous le...

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Boudou, « La langue des passions dans les Essais de Montaigne », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 279-296.

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « La langue des passions dans les Essais de Montaigne », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14584 ; DOI : 10.4000/crm.14584

Haut de page

Auteur

Bénédicte Boudou

Université de Picardie-Jules Verne Centre TRAME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals