Navigation – Plan du site
Montaigne et les passions

« Je ne vois rien… où je me puis tenir »

Inquiétude et écriture chez Montaigne
Emiliano Ferrari
p. 359-375

Résumés

L’inquiétude occupe une place capitale dans l’anthropologie montanienne des passions. Cette étude analyse les assises naturelles et les rapports avec le corps et l’âme. Face à l’inquiétude, la posture de Montaigne s’écarte de celle de ses contemporaines, tels Louis Le Caron et Pierre de Lancre, qui neutralisent ses effets dans un hors-texte théologique et providentiel. De ce fait, les Essais peuvent être envisagés comme un véritable « livre de l’inquiétude ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

La passion de l’inquiétude : de la nature à l’homme
L’inquiétude comme « fait apologétique » : Louis Le Caron et Pierre de Lancre
« Autant qu’il y aura d’ancre et de papier au monde » : les Essais, livre de l’inquiétude

Aperçu du texte

Dans l’atlas des passions représentées dans les Essais, l’« inquiétude » occupe une place capitale qui pour être appréhendée exige un regard global sur l’anthropologie montanienne. L’inquiétude est en effet une passion « complexe », résultante du « nombre infini de passions » qui agitent « incessamment » l’être humain (II, 12, 758). Mais si l’homme est sans repos, toujours en mouvement et inquiet, c’est qu’il est une partie de la nature. L’anthropologie montanienne des passions est étroitement liée à sa conception d’un cosmos mouvant et instable, caractérisé par la transformation et le changement universels des êtres et des choses.

Dans notre article, nous allons d’abord mettre au jour les assises « physiques » de l’inquiétude et son inscription-même au sein du mouvement universel de la nature. Ensuite, nous analysons la nature passionnelle de l’inquiétude, son rapport avec les « ressorts » du corps et les « branles » de l’âme. Nous verrons ainsi que l’inquiétude, pour Montaigne, s’a...

Pour citer cet article

Référence papier

Emiliano Ferrari, « « Je ne vois rien… où je me puis tenir » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 359-375.

Référence électronique

Emiliano Ferrari, « « Je ne vois rien… où je me puis tenir » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14612 ; DOI : 10.4000/crm.14612

Haut de page

Auteur

Emiliano Ferrari

Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals