Navigation – Plan du site
Lectures croisées du Livre de l'Espérance d’Alain Chartier : enjeux éthiques et esthétiques

Entendement et vérité

De la littérature et des autorités dans le Livre de l’Espérance d’Alain Chartier
Florence Bouchet
p. 211-224

Résumés

Cet article fait le point sur l’ambivalence d’Alain Chartier vis-à-vis de la littérature dans le Livre de l’Espérance. Un usage dévoyé et manipulateur des exemples littéraires met en cause l’intention du locuteur et le discernement du lecteur/auditeur. Les textes relevant de l’historia livrent néanmoins une vérité moralement profitable, alors que la fiction semble n’être que théoriquement réhabilitée. En définitive, la littérature profane doit s’effacer devant l’autorité de la Bible, voire la force du réel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2020.

Plan

Lectures manipulatrices
Du bon usage des autorités : une morale par provision
Limites de la littérature

Aperçu du texte

Ainsi me fault mon sentement changier ;
Et en moi n’est entendement ne sens
D’escripre fors ainsy comme je sens. (Po. I, 54-56, p. 2)

Alain Chartier, au début du Livre de l’Espérance, se décrit comme bouleversé et désespéré devant l’état chaotique de la France, déchue de sa grandeur passée à un moment critique de la guerre de Cent Ans. Lui qui occupait sa jeunesse « A joyeuses escriptures dicter » (Po. I, 48, p. 2), il va tremper sa plume dans l’encre de douleur pour écrire ce nouveau livre, son dernier, resté inachevé. On reconnaît là le modèle bien connu du prosimètre de Boèce, La Consolation de Philosophie, qui s’ouvre sur la même nécessité de changer de registre :

Moi qui ai jadis chanté des poèmes dans la fleur de mon ardeur,
Les pleurs, hélas ! me contraignent d’entonner de lugubres mesures.

C’est une catastrophe personnelle, l’injuste condamnation à mort, qui frappe Boèce, non une catastrophe nationale. Seule Philosophie peut le sauver de la déréliction larmoyante ; à peine apparue...

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bouchet, « Entendement et vérité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 33 | 2017, 211-224.

Référence électronique

Florence Bouchet, « Entendement et vérité », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 16 août 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/14755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.14755

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Université Toulouse – Jean Jaurès PLH-ELH (EA 4601)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals