Navigation – Plan du site
La passion des pauvres (fin XIVe-début XVIIe siècle)

Introduction

Bruno Méniel
p. 275-278

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2020.

Aperçu du texte

Que savons-nous des passions que ressentent ceux qui n’écrivent pas, ceux à qui on ne donne pas la parole, ceux que parfois l’on ne veut même pas voir ? La faim, la peur, le sentiment d’humiliation se manifestent parfois plus clairement par des actes que par des paroles : n’appelle-t-on pas les soulèvements populaires des comocions, voire des emotions ? Il revient à l’historien de remédier au mutisme des pauvres et de mettre des mots sur ce qu’éprouvent les plus démunis.

Au Moyen Âge et à la Renaissance, la notion de pauvreté ne permet pas de désigner un milieu, qui suppose une certaine homogénéité et une certaine clôture : même si les pauvres peuvent se concentrer en certains lieux, ils sont présents partout et mêlés au reste de la population. La pauvreté ne permet pas non plus de déterminer les contours d’une classe sociale, qui se définit à partir d’une combinaison de critères : niveau et nature des revenus, mais aussi degré d’instruction, types de professions, langage, modes de v...

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Méniel, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 33 | 2017, 275-278.

Référence électronique

Bruno Méniel, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 16 août 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/14787

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Université de Nantes – L’AMo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals