Navigation – Plan du site
Varia

Un procès de magie en Gévaudan et ses enjeux politiques (1347)

Solène Baron
p. 385-417

Résumés

En 1347 s’ouvre à Mende le procès d’Étienne Pépin, franciscain défroqué. Il est accusé de l’envoûtement sur l’évêque Albert Lordet, exécuté à la demande de Guérin de Châteauneuf. Il s’agit d’un procès en magie, mais aussi d’un procès politique, à resituer dans le conflit opposant les barons locaux aux évêques de Mende, et dans le réseau d’alliance de Guérin, neveu du pape Clément VI.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2020.

Plan

Nigromancie, divination, alchimie
Un aperçu de la pratique des « scientiae prohibitae » à travers le parcours d’Étienne Pépin
Un nigromancien franciscain
Les pouvoirs du nigromancien
Le Liber juratus
Un lectorat de clercs
L’église et le sortilegus
Le procès de la magie par la justice ecclésiastique
La menace du démon : la fièvre démonologique du début du xive siècle
L’évolution des préoccupations démonologiques de Benoît xii à Clément vi
La place effective de la qualification en Hérésie
L’usage politique de l’accusation de magie
L’évêque, le roi, le pape : vassalité, clientèle et luttes de pouvoir
Les barons frondeurs
Albert Lordet : des abus incessants envers l’autorité royale
Répliquer par la loi
Répliquer par la force
Le réseau de Guérin de Châteauneuf
Le seigneur d’Apcher dans la diplomatie pontificale
L’intervention de clément VI dans le procès de pépin
La lettre de rémission de Jean II le bon : l’immunité de Guérin de Châteauneuf
Conclusion

Aperçu du texte

Avant de prendre principalement les traits de la sorcière, l’occulte avait aussi le visage du nigromanticus, l’invocateur d’esprits. Au xive siècle, les femmes ne représentent pas encore la majorité massive des accusés pour crime de sorcellerie. En 1347, à Mende, un frère franciscain défroqué est condamné à quinze ans d’emprisonnement. L’accusé, Étienne Pépin, est l’un de ces praticiens de la magie rituelle qui exclut les femmes. Il a procédé à l’envoûtement de l’évêque de Mende, Albert Lordet. Néanmoins, il n’est que l’exécutant du sortilège, perpétré au moyen d’une figurine de cire (imago) et d’incantations. Le commanditaire du sort est le seigneur d’Apcher, Guérin de Châteauneuf, qui est l’un des huit barons du Gévaudan, et pas le moins puissant. Il avait eu, durant les années 1330, plusieurs démêlés judiciaires avec l’évêque. Selon l’accusé, l’opération magique avait pour but de réconcilier l’évêque et le seigneur, à la demande de ce dernier. L’official accuse en revanche le fra...

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Baron, « Un procès de magie en Gévaudan et ses enjeux politiques (1347) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 33 | 2017, 385-417.

Référence électronique

Solène Baron, « Un procès de magie en Gévaudan et ses enjeux politiques (1347) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 16 août 2020, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14831 ; DOI : 10.4000/crm.14831

Haut de page

Auteur

Solène Baron

E.N.S. de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals