Navigation – Plan du site

Zsuzsanna Gulácsi, Mani’s Pictures. The Didactic Images of the Manicheans from Sasanian Mesopotamia to Uyghur Central Asia and Tang-Ming China

Anna Caiozzo
Référence(s) :

Zsuzsanna Gulácsi, Mani’s Pictures. The Didactic Images of the Manicheans from Sasanian Mesopotamia to Uyghur Central Asia and Tang-Ming China, Leiden, Brill, 2015, 535 p.

ISBN : 978-90-04-20912-1

Texte intégral

1Zsuzsanna Gulácsi, par ses travaux notoires sur la peinture manichéenne, a complété l’œuvre de ses maîtres ; elle démontre et confirme dans cet ouvrage passionnant comme une enquête policière un certain nombre d’hypothèses qu’elle avait formulées dans ses travaux antérieurs sur l’existence du fameux et mythique livre des images, exécutées par Mani lui-même.

2Mani, ce prince parthe, fut, au IIIe siècle, sous les règnes de Shapur Ier (240 à 272) et Hormuzd Ier (272-273), accueilli comme prophète à la cour de Perse, puis fut banni par Bahrām Ier (273-276) et exécuté vers 276 ; il est toutefois le fondateur d’une religion importante en Asie centrale (IIIe-Xe s.) et en Mésopotamie et en Égypte (à ses débuts tout au moins du IIIe au VIe s.), et demeure réputé pour avoir été un grand peintre.

3L’ouvrage explicite les modalités de fonctionnement des images dans le manichéisme, une religion syncrétique complexe où la gnose, le christianisme, le bouddhisme et le zoroastrisme se côtoient, s’entremêlent, pour résumer simplement les choses. Le manichéisme est un dogme complexe, peu accessible aux novices, et l’une de ses originalités, fondamentale en elle-même, est sa révélation au monde par deux sources distinctes et complémentaires : les textes dogmatiques d’une part et les images de Mani d’autre part. L’image, ou plutôt les images, sont le mode de la révélation au monde choisi par le prophète de la nouvelle religion.

4Le rôle des images est donc fondamental car, comme le démontre Z. Gulácsi, elles sont le vecteur d’un message que les textes ne suffisent pas à expliciter ; elles permettent d’éviter les erreurs et d’enseigner la Vérité du manichéisme. Comme elle le dit fort justement, c’est un rôle unique assigné aux images dans l’histoire des religions, rôle tout à fait exceptionnel, car Mani est aussi la figure tutélaire de la miniature orientale durant toute la période médiévale. Les sources du monde musulman médiéval évoquent son art et sa façon exceptionnelle de donner vie à ses sujets. L’objet de l’ouvrage est donc d’enquêter sur ce fameux livre des images, son existence, les images qui lui sont directement rattachées, et d’examiner comment les autres images manichéennes participent aussi de l’enseignement tout en constituant un corpus ontologiquement différent mais lié à la vie de Mani lui-même.

5On appréciera dans cette lecture la clarté de l’exposition de cette historienne de l’art, son érudition, sa volonté de cerner au plus près les sources en différentes langues et d’apporter des preuves tangibles de l’utilisation des images et leur mode d’enseignement au sein des communautés manichéennes, celle du Tarim au premier chef. Les schémas, les commentaires des types d’images sont remarquables et offrent une leçon d’exégèse de l’image pour tout historien de l’art, et des images en particulier.

6La survie de l’art manichéen est presque un miracle car, lorsque les missions allemandes révélèrent au monde l’existence des grands sites du Tarim au début du XXe siècle, les Ouighours, qui avaient été manichéens, s’étaient depuis convertis à l’islam et avaient détruit une grande part des livres de prière, un état de fait qui plongea le chef de la mission, Albert Von le Coq, dans un état proche de la dépression. Une grande partie des fragments de manuscrits sont aujourd’hui conservés au Staatliche Museum de Berlin et les peintures murales, quant à elles, sont réparties dans différents pays (Corée, Taiwan, Japon, Allemagne) ou encore in situ pour quelques-unes.

  • 1 P. Nagel, « Zographein und das ‘Bild’ des Mani in den koptisch-manichäischen Texten », Eikon und Lo (...)
  • 2 H.-J. Kimkleit, Manichaean Art and Calligraphy, Leiden, Brill, 1982.

7L’historiographie contemporaine a édité beaucoup de textes manichéens, mais les images en elles-mêmes firent l’objet de peu d’attention de la part des chercheurs, excepté Peter Nagel1 ou encore Hans-Joachim Kimkleite2 qui étudia, lui, les images en contexte pour le sens qu’elles avaient, une par une, mais sans synthétiser l’ensemble.

8La chercheuse utilise comme méthode la codicologie appliquée sur des fragments car aucun manuscrit enluminé n’est complet. La question qui se posait était celle de comprendre pourquoi le manichéisme avait été pratiqué par les Ouighours jusqu’au XIe siècle à l’aide de textes enluminés d’un format vertical (privilégié), alors que les textes dogmatiques manichéens, pour leur part, ne mentionnent pas les images.

9Un certain nombre de problèmes préalables devaient être résolus, comme l’existence de ce fameux livre des images peint par Mani lui-même : était-il une réalité historique, et avait-il était transposé comme on le pensait dans la cosmologie chinoise, par exemple ? De surcroît, il fut un temps où le grand chercheur Werner Sundermann estimait que l’Ardhang n’était pas le nom du livre d’images de Mani, mais le commentaire du livre d’images, un point de vue sur lequel il revint lorsqu’il travailla sur le fragment de l’Ardhang Wifrās, notes d’enseignement ou de sermons (wifrās) donnés à partir des images de Mani.

10Pour comprendre le fonctionnement de ces images, Zsuzsanna Gulácsi rappelle que Dura Europos fut un site où les images servaient à enseigner la religion, notamment dans la Synagogue avec des scènes didactiques de la Bible, une pratique que l’on connaît bien au Japon depuis le Xe siècle pour enseigner le bouddhisme.

11Pour cerner le problème des images, il fallait déterminer à partir des textes manichéens s’ils parlaient du livre des images de Mani ou des images en général avec lesquelles on enseignait visiblement la religion, manuscrits, fresques, rouleaux, sculptures, bannières mortuaires, et manuscrits liturgiques. C’est ainsi qu’un corpus de 40 images issues majoritairement du Tarim et dont les thèmes sont la sotériologie, la prophétologie, la théologie, la cosmologie et divers mythes, furent étudiées avec attention, tant dans la forme que le fond, pour déterminer leur usage pratique et leur origine.

12La première partie tout à fait fondamentale présente un ensemble de 35 textes, des sources textuelles du IIIe au XIIIe siècle évoquant les pratiques manichéennes en matière artistique à la fois d’époque sassanide puis plus tardive (moyen-perse, arabe, persan, ouighour, chinois). Les sources sont d’autant plus rares que le manichéisme se développe dans une aire désormais islamisée où les califes abbassides, à partir du VIIIe siècle, persécutent ouvertement les zindiqs qui contestent la supériorité du Coran et sa divinité.

13Parmi les textes les plus importants, Zsuzsanna Gulácsi identifie un texte copte, le Kephalaia, écrit par un disciple inconnu et auteur d’un texte en syriaque du IIIe siècle parlant de la supériorité de l’Église de Mani et fixant les enseignements sous une forme peinte ; l’auteur emploie à cet égard le vocable Hikôn, une collection d’images contenant les enseignements de Mani en le citant : « ce que j’ai écrit dans les livres, je l’ai aussi fait peindre. » Une vision corroborée par celle d’Ephrem Syrus, un chrétien syrien qui vivait à Nisibis au IVe siècle, et qui assure que Mani avait lui-même fait des peintures dans une œuvre, ou Yuqna, où il met en scène et le bien et le mal pour effrayer ses disciples.

14Puis Zsuzsanna Gulácsi analyse les sources orientales depuis Ibn al-Nadīm parlant des ṣuwar, donc des images peintes de Mani, puis de la persécution en général des manichéens et de leurs pratiques très concordantes dans les sources jusqu’au XVIIe siècle : Mani utilisait les images pour servir sa religion.

15Zsuzsanna Gulácsi observe ensuite que lorsque la théorie de la salvation est peinte avec les élus d’un côté les damnés de l’autre, et les différentes étapes – la mort, le corps, le juge, le jugement, l’arrivée au paradis ou en enfer –, la voie moyenne des réincarnations n’est pas illustrée, ce qui signifie que textes et images sont complémentaires puisque la doctrine incluait clairement cette croyance. Donc, quel était le rôle des images sinon celui d’instruire un public fondamentalement et majoritairement illettré, mais aussi pour que les lettrés puissent aussi se préparer mentalement à rencontrer les êtres surnaturels peints sur les rouleaux ?

16Sous les Ouighours, l’aristocratie assure le patronage des arts et des peintures qui, alliés à des extraits de l’Ardhang Wifrās, donneront des témoignages sur la vie et la mort de Mani à Gondishapur. Dans les autres sources, dont celles en moyen-perse, la langue sacrée des manichéens, est employé le terme nigār indiquant les images : l’Ardhang nigār est donc le livre d’images de Mani dont la possession est réservée aux hauts rangs de la hiérarchie manichéenne.

17Parmi les sources en ouighour, le témoignage d’un élu, Käd Ogul (983), de la région de Talas, nous renseigne sur les décors du manistan (image de Mani, du roi, de bouddha, des dieux, du premier homme, de Jésus). Des sources chinoises donnent aussi des renseignements intéressants sur les grandes figures (mémorial de Wenzhou), car les T’ang (618-907), qui avaient besoin des garnisons ouighoures, autorisèrent, entre 731 et 843, la diffusion de la religion chez les étrangers uniquement, et la construction de manistans. Kocho, au Xinjiang, demeure ainsi le centre le plus important pour la connaissance du manichéisme avec ses 5000 fragments de manuscrits.

18La seconde partie de l’ouvrage a pour objectif de montrer ce qui reste des témoignages visuels de cet art didactique. Les images didactiques sont des œuvres ouighoures du Xe siècle, des rouleaux subsistent encore jusqu’à la période Yuan (1279-1368) ou Ming (1368-1644) attestant l’existence de communautés résiduelles en Chine.

19Dans le chapitre 4, Zsuzsanna Gulácsi analyse longuement l’usage des différents formats et les types de supports employés (rouleaux de papier, bois, peintures murales, sculptures, soie peinte, manuscrits liturgiques, bannières mortuaires, etc.). Les originaux étaient soit des codex, soit des rouleaux transportables, comme cela est mentionné dans le Kephalaion 92 en copte, ce texte fondamental qui en décrit l’usage.

20Elle offre alors une démonstration de l’usage didactique des différents supports, dont une peinture murale de Bezeklik d’époque ouighoure comportant un arbre central doté d’une canopée de fleurs auxquelles sont accrochées des grappes de raisin et des personnages dans le pays de la lumière. Puis elle analyse en détail un rouleau conservé au Japon présentant une cosmologie peinte à l’époque Yuan (XIIIe ou XIVe siècle), une statue de Mani, des bannières, etc. pour montrer comment ces objets étaient concrètement utilisés pour l’enseignement.

21Elle parvient ainsi à la conclusion que de la sagesse de Mani naquirent des textes et des images copiées qui donnèrent lieu au canon de la religion à partir des originaux. Les textes servirent à élaborer des livres pour le service religieux, et les images, quant à elles, des livres liturgiques enluminés auxquels s’ajoutèrent d’autres types de textes (prières et chants) et des images complémentaires (portraits de Mani) qu’elle nomme ressources liturgiques.

22Ainsi les images dont nous disposons comme les textes sont pour une part « métissés » pour les besoins du service liturgique. De ce fait, elle analyse finement le répertoire thématique peint et la signification des différents thèmes (sotériologie avec les différentes étapes jusqu’à la renaissance dans la lumière, la prophétologie, la théologie, la cosmologie, l’histoire mythique) et nous livre l’herméneutique de ces images dans le contexte de leur vocation didactique.

23L’herméneutique de l’art manichéen repose sur la croyance que les images de Mani apportent la vérité aux fidèles car l’art serait constitué de parcelles de lumière divine capturée dans le monde mixte sur la terre. Aussi, ces images étaient-elles sacrées, révérées et un sermon en leur présence constituait un plaisir sensible et une expérience intellectuelle irremplaçable. Ces images exposées sur des rouleaux constituaient un des types d’images utilisées. Les images initiales permettaient de montrer visuellement toute la carrière d’un croyant étape par étape, de reconnaître les divinités, mais il n’en resterait désormais que cinq exécutées par les Ouighours entre le VIIIe et le Xe siècle, dédiées à deux thèmes doctrinaux : la théologie et la prophétologie.

24Mais à ces images primordiales s’ajoutaient désormais celles introduites après sa mort représentant Mani lui-même (portrait de Mani sur bois), sa vie notamment, et celles venant d’autres ouvrages comme le Livre des Géants. En effet, sous les Ouighours, les images furent transférées sur d’autres supports (statues, bois, sculptures, fresques), dont la vocation non canonique pouvait être mortuaire comme dans le cas des bannières.

25Ainsi, le plus grand apport de Zsuzsanna Gulácsi est de classifier d’une part tout le répertoire d’images en lien avec le manichéisme, et d’autre part de démontrer pourquoi le rôle des images chez les manichéens n’est pas complémentaire du texte participant de la Révélation globale et pleinement du savoir religieux enseigné à partir du répertoire de base élaboré par Mani lui-même en Mésopotamie au IIIe siècle.

Notes

1 P. Nagel, « Zographein und das ‘Bild’ des Mani in den koptisch-manichäischen Texten », Eikon und Logos, Goltz, Hermann, and Konrad, Onasch, eds., Halle, (Saale) : Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, p. 199-238.

2 H.-J. Kimkleit, Manichaean Art and Calligraphy, Leiden, Brill, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Caiozzo, « Zsuzsanna Gulácsi, Mani’s Pictures. The Didactic Images of the Manicheans from Sasanian Mesopotamia to Uyghur Central Asia and Tang-Ming China », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14883

Haut de page

Auteur

Anna Caiozzo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals