Navigation – Plan du site

L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, éd. Anne Rochebouet

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, éd. Anne Rochebouet, Turnhout, Brepols, 2015, 281 p.

ISBN 978-2-503-54124-0

Texte intégral

  • 1 P. Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », Romania, 14, 1885, p. 1-81
  • 2 Voir sur le site www.tvof.ac.uk la présentation du programme engagé pour cinq ans (2015-2020). Conc (...)

1Mis au jour dans un article fondateur de P. Meyer publié dans la Romania en 18851, qui lui a aussi valu son titre moderne, commode à défaut d’être très heureux, l’Histoire ancienne jusqu’à César (dorénavant HAJC) constitue un vaste terrain d’enquête que la critique moderne n’a pas fini d’arpenter, même s’il est de mieux en mieux balisé, en particulier grâce à d’importants travaux menés ces dernières années ou toujours en cours, au premier rang desquels il faut citer le programme ERC « The Values of French Language and Literature in the European Middle Ages » piloté par Simon Gaunt2.

  • 3 Les liens entre Orose et l’HAJC sont bien mis en évidence par C. Gaullier-Bougassas dans son éditio (...)
  • 4 On trouvera une discussion précise de la question de l’attribution à Wauchier de Denain dans l’éd. (...)
  • 5 F. Montorsi, « Sur l’intentio auctoris et la datation de l’Histoire ancienne jusqu’à César », Roman (...)

2Rappelons ce qui se cache derrière le titre un brin énigmatique d’HAJC : une compilation d’histoire universelle, sur le modèle des Histoires d’Orose3, qui prétendait, ainsi qu’en témoigne son prologue en vers, aller de la Genèse à l’histoire médiévale des Flandres, mais qui s’interrompt inachevée aux campagnes de César en Gaule, d’où son titre moderne ; compilation composée dans une prose mêlée de quelques passages en vers par un anonyme (probablement Wauchier de Denain4) pour « le chastelain / de Lisle, Rogier » (v. 262-263), de toute évidence Roger IV de Lille (c. 1194-1230), soit dans les années 1208-1213, soit peut-être un peu plus tard, comme l’a récemment proposé F. Montorsi5.

  • 6 Cf. M.-R. Jung, p. 337-340 de l’ouvrage cité ci-dessous.
  • 7 Liste reprise à l’éd. de C. Gaullier-Bougassas citée plus bas, p. 22.

3L’HAJC, qui fait donc partie des premiers textes en prose française, s’appuie, outre Orose, sur de nombreuses autres sources en entremêlant histoire sacrée et profane, de la Création à la guerre des Gaules. Telle qu’elle nous est parvenue, l’œuvre est composée au total – suivant le plan d’abord proposé par P. Meyer et précisé plus tard par M.-R. Jung6 – de onze sections, dont un bon nombre dorénavant a été édité. On en trouvera ci-dessous la liste, en précisant en outre la place qu’occupent ces différentes sections dans le ms. BnF, fr. 20125, manuscrit qui a servi de base à toutes les éditions modernes7 :

  • 8 Sur l’importance de cette section inaugurale de l’HAJC, qui occupe près d’un quart du texte dans le (...)

4Section 1 : Genèse, f. 1-83r. Edition de M. Coker Joslin dans The Heard Word : A Moralized History. The Genesis Section of the Histoire ancienne in a Text from Saint-Jean d’Acre, The University of Mississippi, 19868.

5Section 2 : Orient I (l’Orient assyrien), f. 83r-89r. Edition de M. de Visser-van Terwisga dans l’Histoire ancienne jusqu’à César (Estoires Rogier), Orléans, Paradigme, 1995-1999, 2 tomes.

6Section 3 : Thèbes, f. 89r-117v. Edition de M. de Visser-van Terwisga.

7Section 4 : Grecs et Amazones, f. 117v-123v. Edition de M. de Visser-van Terwisga.

8Section 5 : Troie, f. 123v-148r. Edition de M.-R. Jung dans La légende de Troie au Moyen Age, Basel, Francke, 1996, p. 334-430.

  • 9 Analyse détaillée de cette section dans J. Monfrin, « Les translations vernaculaires de Virgile au (...)

9Section 6 : Enée, f. 148r-179r. Section inédite9.

10Section 7 : Rome I (depuis la fondation de la ville jusqu’aux guerres contre les Gaulois et les Samnites), f. 179r-199r. Edition de C. Pavlidès dans L’Histoire ancienne jusqu’à César (première rédaction). Etude de la tradition manuscrite. Etude et édition partielle de la section d’histoire romaine, thèse de l’Ecole des chartes, 1989.

11Section 8 : Orient II (l’Orient perse), f. 199r-220v. Edition d’A. Rochebouet dans l’ouvrage présentement soumis à recension.

12Section 9 : Alexandre, f. 221r-258v. Edition de C. Gaullier-Bougassas dans L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’histoire de la Macédoine et d’Alexandre le Grand, Turnhout, Brepols, 2012.

13Section 10 : Rome II (depuis la guerre contre Pyrrhus jusqu’à Pompée), f. 258v-369v. Section partiellement éditée par C. Pavlidès.

14Section 11 : César en Gaule, f. 369v-375v. Section partiellement éditée par C. Pavlidès ; elle ne se trouve, d’après M.-R. Jung, que dans onze manuscrits.

15L’étude de ce vaste ensemble que constitue l’HAJC n’est pas facilitée par le succès considérable qu’a connu cette compilation durant tout le Moyen Age, dont témoignent non seulement le nombre de manuscrits conservés, au total plus d’une centaine, mais aussi les différentes modifications qu’a subies le texte au cours de son histoire, qui ont conduit les spécialistes à distinguer au moins trois rédactions différentes :

  • 10 La liste la plus récente de ces manuscrits se trouve dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Va (...)

16Une première rédaction, qui représente l’état le plus ancien du texte, est conservée par le plus grand nombre de manuscrits : 89 (y compris les fragments) en sont dénombrés à ce jour10.

  • 11 Liste dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Val de Loire », p. 202.
  • 12 En attendant la publication de l’édition critique de Prose 5 par A. Rochebouet d’après sa thèse sou (...)

17Une seconde rédaction, qui a peut-être été composée à la cour angevine de Naples vers 1330-1340, se retrouve dans une dizaine de manuscrits11. Elle se caractérise entre autres par le rejet quasi-systématique des développements dévolus à l’histoire biblique et par la substitution, dans la section 5 (Troie), à la brève traduction du Pseudo-Darès d’une mise en prose bien plus étendue du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (intitulée Prose 5 par les spécialistes12).

  • 13 Liste dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Val de Loire », p. 203.

18Une troisième rédaction, dont témoignent 4 manuscrits13, donne inversement plus de place à l’histoire biblique, en ajoutant notamment des développements empruntés à la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, tout en donnant également l’histoire de Troie à travers Prose 5.

  • 14 J. H. Kaimowitz, « A fourth redaction of the Histoire ancienne jusqu’à César », Classical Texts and (...)
  • 15 R. Trachsler, « L’histoire au fil des siècles. Les différentes rédactions de l’Histoire ancienne ju (...)

19L’existence d’une quatrième rédaction a été postulée par J. Kaimowitz à partir de l’examen d’un manuscrit conservé à New York14. Cependant, d’après les analyses de R. Trachsler, ce manuscrit ne représente en fait qu’un morceau d’une chronique universelle aux dimensions considérables, dépassant très largement celles de l’HAJC, et qui ne peut donc être considérée comme une « rédaction » de cette dernière15.

  • 16 Cf. l’éd. citée de C. Gaullier-Bougassas, en particulier p. 7 et p. 92-93 : « Les deux Volumes d’Or (...)

20Il faudrait certainement, enfin, parler d’une cinquième (ou d’une quatrième) rédaction à propos du Premier Volume de Orose et du Second volume de Orose publiés en 1491 par Antoine Vérard (et réimprimés à plusieurs reprises durant la première moitié du XVIe siècle), qui se présentent comme une traduction des Histoires d’Orose mais qui consistent en fait, ainsi qu’on peut en juger d’après les analyses menées par C. Gaullier-Bougassas à propos de l’histoire d’Alexandre, non seulement en une modernisation de l’HAJC, mais en une véritable « réécriture »16, qui d’ailleurs n’est peut-être pas propre à l’impression, mais pourrait s’appuyer sur un manuscrit tardif de l’HAJC, encore à identifier.

  • 17 Il s’agit des manuscrits de Bruxelles, BR, 10175 ; Dijon, BM, 562 ; Londres, BL, Add. 15268 ; Paris (...)
  • 18 Comme le note R. Trachsler dans son article de 2013, p. 82 : « Le fr. 20125 [est] le représentant i (...)
  • 19 M.-R. Jung, La légende de Troie au Moyen Age, p. 353, voit plus précisément dans ces cinq manuscrit (...)
  • 20 Voir notamment les travaux de H. Buchthal (Miniature Painting in the Latin Kingdom of Jerusalem, Ox (...)
  • 21 Ed. Coker Joslin, p. 14 et 24.
  • 22 Sur cette réfection franco-italienne, voir l’éd. Gaullier-Bougassas, p. 66-91.

21L’édition d’Anne Rochebouet apporte donc sa pierre à ce vaste édifice, en donnant à lire la section 8 (cf. ci-dessus) de l’HAJC – celle consacrée à l’Orient perse, de Cyrus à Assuérus en passant par Cambyse II, l’histoire de Judith et Holopherne, Darius Ier et Xerxès Ier – suivant le texte du ms. BnF, fr. 20125 (f. 199r-220v), contrôlé par quatre manuscrits étroitement apparentés17. Ce choix d’établir le texte à partir d’un très bon manuscrit, donnant de toute évidence accès à un état proche de l’original (comprenant le prologue et le plus grand nombre de passages en vers, ainsi que beaucoup d’adresses au public qui disparaissent des manuscrits plus récents)18 et formant avec les manuscrits de contrôle un groupe homogène19 aussi bien par leur date relativement ancienne (fin XIIIe ou début XIVe siècle) que par leur origine au moins partiellement ultra-marine, ainsi qu’ont pu le mettre en évidence plusieurs études iconographiques20, est certainement raisonnable puisque c’est celui de tous les autres éditeurs du texte, depuis Coker Joslin jusqu’à Gaullier-Bougassas. La particularité toutefois des deux dernières éditions en date, Rochebouet suivant sur ce point Gaullier-Bougassas, est de proposer l’édition non pas d’un mais de trois états du texte : l’état ancien, représenté par le fr. 20125 ; une réfection franco-italienne du milieu du XIVe siècle, telle qu’elle se trouve dans le ms. de Vienne, ONB, 2576, qui présente de nombreux abrègements mais qui est également la seule avec le fr. 20125 à conserver le prologue et d’autres passages en vers (utilisé seulement comme manuscrit de contrôle pour ces passages dans l’éd. Coker Joslin21, ce manuscrit acquiert – si je puis dire – son autonomie avec l’éd. de Visser-van Terwisga, qui édite en parallèle les textes parisien et viennois)22 ; enfin une réécriture plus récente, s’affichant comme un retour au texte d’Orose, celle qu’imprime Vérard en 1491.

22Conçues donc sur le même modèle, les deux éditions de Rochebouet et Gaullier-Bougassas se complètent d’autant mieux qu’elles n’insistent pas, dans leurs introductions respectives, sur les mêmes aspects de l’histoire du texte : aux développements précieux que Gaullier-Bougassas consacre notamment, dans sa longue introduction (p. 5-109), aux rapports entre l’HAJC et ses sources, Orose parmi d’autres (p. 32-39), à la réfection franco-italienne que propose le manuscrit de Vienne (p. 66-91) ou encore à la réécriture imprimée par Vérard (p. 92-96), Rochebouet en ajoute d’autres, concernant en particulier le groupe de manuscrits servant à l’édition, la question de leurs liens avec la Terre sainte, l’état de langue qu’ils présentent et leur situation dans la tradition manuscrite (p. 15-48), tout en envisageant aussi in fine la question des sources (p. 48-52).

23Anne Rochebouet apporte donc grâce à la présente publication une contribution importante à notre connaissance de l’HAJC, qui sera complétée lorsque paraîtra son édition de Prose 5.

Notes

1 P. Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », Romania, 14, 1885, p. 1-81.

2 Voir sur le site www.tvof.ac.uk la présentation du programme engagé pour cinq ans (2015-2020). Concernant l’HAJC, l’objectif principal du programme est de donner une édition en ligne de l’ensemble du texte à partir de deux manuscrits de référence, le Paris, BnF, fr. 20125 pour la première rédaction et le London, British Library, Royal 20.D.I pour la deuxième ; actuellement (juillet 2018), il est possible de lire l’intégralité du fr. 20125 dans une transcription « semi-diplomatic ». Un workshop a également été organisé les 23 et 24 mars 2018 dont les contributions, on l’espère à la lecture de leurs présentations, seront prochainement publiées.

3 Les liens entre Orose et l’HAJC sont bien mis en évidence par C. Gaullier-Bougassas dans son édition citée infra, p. 20-24, notamment quand elle note que l’auteur « respecte l’ordonnancement du texte d’Orose et le principe de l’histoire universelle et de ses synchronismes, qui impose de relater successivement les événements qui se sont produits dans les grands royaumes du monde » (p. 23). Voir aussi sur ce point A. Rochebouet, « Structure narrative, mise en page et modèle biblique dans l’Histoire ancienne jusqu'à César », Écrire la Bible en français au Moyen Âge et à la Renaissance, éd. V. Ferrer et J.-R. Valette, Genève, Droz, 2017, p. 593-608, en particulier p. 605-607.

4 On trouvera une discussion précise de la question de l’attribution à Wauchier de Denain dans l’éd. de Visser-van Terwisga citée plus bas, t. II, p. 217-220. Sur cet auteur, voir en dernier lieu Wauchier de Denain polygraphe du XIIIe siècle, éd. S. Douchet, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2015.

5 F. Montorsi, « Sur l’intentio auctoris et la datation de l’Histoire ancienne jusqu’à César », Romania, 134, 2016, p. 151-168.

6 Cf. M.-R. Jung, p. 337-340 de l’ouvrage cité ci-dessous.

7 Liste reprise à l’éd. de C. Gaullier-Bougassas citée plus bas, p. 22.

8 Sur l’importance de cette section inaugurale de l’HAJC, qui occupe près d’un quart du texte dans le fr. 20125, cf. l’étude déjà citée d’A. Rochebouet, « Structure narrative, mise en page et modèle biblique dans l’Histoire ancienne jusqu'à César ».

9 Analyse détaillée de cette section dans J. Monfrin, « Les translations vernaculaires de Virgile au Moyen Âge », Lectures médiévales de Virgile, Rome, École française de Rome, 1985, p. 189-249, spécialement p. 221-241. Article consultable en ligne sur le site Persée.

10 La liste la plus récente de ces manuscrits se trouve dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Val de Loire : diffusion et remaniement de l’Histoire ancienne jusqu’à César au XVe siècle », Romania, 134, 2016, p. 169-203, précisément p. 196-202. Il faut y ajouter, en attendant d’autres découvertes, un quatre-vingt-neuvième manuscrit conservé à Lisbonne, signalé sur la base Jonas de l’IRHT.

11 Liste dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Val de Loire », p. 202.

12 En attendant la publication de l’édition critique de Prose 5 par A. Rochebouet d’après sa thèse soutenue en 2009, on peut se faire une idée de cette mise en prose et plus largement de la deuxième rédaction de l’HAJC grâce à l’édition de Yorio Otaka : L’Histoire ancienne jusqu’à César (deuxième rédaction), édition d’après le ms. OUL 1 de la bibliothèque de l’Université Otemae (ancien Philipps 23240), étude de langue, glossaire et index nominum par Y. Otaka, introduction et bibliographie par C. Croizy-Naquet, Orléans, Paradigme, 2016, 2 tomes.

13 Liste dans A. Rochebouet, « De la Terre sainte au Val de Loire », p. 203.

14 J. H. Kaimowitz, « A fourth redaction of the Histoire ancienne jusqu’à César », Classical Texts and Their Traditions. Studies in Honor of C. R. Trahman, éd. D. F. Bright et E. S. Ramage, Chico, Scholars Press, 1994, p. 75-88.

15 R. Trachsler, « L’histoire au fil des siècles. Les différentes rédactions de l’Histoire ancienne jusqu’à César », Transcrire et/ou traduire. Variation et changement linguistique dans la tradition manuscrite des textes médiévaux, éd. R. Wilhelm, Heidelberg, Winter, 2013, p. 77-95, en particulier p. 80-81 ; voir aussi, du même, « L’Historia regum Britannie au XVe siècle : les manuscrits New York, Public Library, Spencer 41 et Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 5078 », L’Historia regum Britannie et les « Bruts » en Europe. Tome 1, éd. H. Tétrel et G. Veysseyre, Paris, Garnier, 2015, p. 193-209, en particulier p. 197-198.

16 Cf. l’éd. citée de C. Gaullier-Bougassas, en particulier p. 7 et p. 92-93 : « Les deux Volumes d’Orose ne sont pas eux-mêmes la traduction des Histoires d’Orose, mais une réécriture de l’HAJC qui, par sa diffusion et les transformations qu’elle apporte, lui assure une nouvelle vie. L’ordre des sections de Wauchier de Denain est respecté […] » (p. 92) ; « Outre une profonde reformulation, la réécriture de l’HAJC passe […] souvent par l’amplification, à l’aide d’emprunts à Justin, à Orose ou à d’autres historiens, ainsi qu’avec des développements propres à l’auteur, notamment ceux qu’annoncent des rubriques ‘Le translateur’ » (p. 93).

17 Il s’agit des manuscrits de Bruxelles, BR, 10175 ; Dijon, BM, 562 ; Londres, BL, Add. 15268 ; Paris, BnF, fr. 9682.

18 Comme le note R. Trachsler dans son article de 2013, p. 82 : « Le fr. 20125 [est] le représentant idéal de ce que Bédier appelait un bon manuscrit : état textuel ancien, voire plus authentique que tous les autres, servi par un copiste presque sans défaillance. »

19 M.-R. Jung, La légende de Troie au Moyen Age, p. 353, voit plus précisément dans ces cinq manuscrits les témoins d’une même famille textuelle (famille α), correspondant par ailleurs à une famille iconographique (famille D) mise en évidence par l’étude de D. Oltrogge citée ci-dessous, qui s’oppose à tous les autres mss de la première rédaction (famille β).

20 Voir notamment les travaux de H. Buchthal (Miniature Painting in the Latin Kingdom of Jerusalem, Oxford, Oxford University Press, 1957), J. Folda (Crusader Manuscript Illumination at Saint-Jean-d’Acre, 1275-1291, Princeton, Princeton University Press, 1976 et Crusader Art in the Holy Land, From the Third Crusade to the Fall of Acre, 1187-1291, Cambridge, Cambridge University Press, 2005) et de D. Oltrogge (Die Illustrationszyklen zur Histoire ancienne jusqu'à César (1250-1400), Bern, Peter Lang, 1989). Signalons également l’étude récente d’E. Maraszak (Les manuscrits enluminés de l’Histoire ancienne jusqu’à César en Terre sainte, Saint-Jean-d’Acre, 1260-1291, Dijon, EUD, 2015) qui porte plus spécifiquement sur les trois manuscrits assurément confectionnés à Saint-Jean-d’Acre, ceux de Dijon (BM, 562), Bruxelles (BR, 10175) et Londres (BL, Add. 15268) ; on trouvera un aperçu de cette étude dans « Entre Orient et Occident, les manuscrits enluminés de Terre sainte. L’exemple des manuscrits de l’Histoire ancienne jusqu’à César, Saint-Jean-d’Acre, 1260-1291 », Mélanges de l’Ecole française de Rome, 126/2, 2014, en ligne. 

21 Ed. Coker Joslin, p. 14 et 24.

22 Sur cette réfection franco-italienne, voir l’éd. Gaullier-Bougassas, p. 66-91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, éd. Anne Rochebouet  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14904

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals