Navigation – Plan du site

Pascale Charron, L’iconographie du « Champion des dames » de Martin Le Franc

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Pascale Charron, L’iconographie du « Champion des dames » de Martin Le Franc, Turnhout, Brepols (« Le corpus du RILMA » 4), 2016, 154 p.

ISBN 978-2-503-56458-6

Texte intégral

  • 1 Voir la présentation détaillée du RILMA sur le volet rabattant de la couverture : « Pour chaque œuv (...)

1Le présent volume est le quatrième (au moment de sa parution) à être publié dans la collection « Le corpus du RILMA » (c’est-à-dire du « Répertoire Iconographique de la Littérature du Moyen Age », programme de recherche piloté par Christian Heck) qui a pour ambition de constituer une série de monographies dans lesquelles sont ou seront « présentés, reproduits dans leur intégralité et commentés les cycles d’illustrations des œuvres de la littérature du Moyen Age, tous domaines confondus » (quatrième de couverture). Ont déjà paru dans cette collection un volume consacré à la Gloire de la Sainte Croix de Raban Maur (M. Perrin, 2009), à la Bible historiale (E. Fournié, 2012), au Chevalier errant de Thomas de Saluces (F. Bouchet, 2014), au Speculum virginum (G. Hidrio, 2017) et au Livre du Cœur d’amour épris de René d’Anjou (R.-M. Ferré, 2018), et sont annoncées des études portant sur les œuvres de Guillaume de Machaut, l’Epître d’Othéa de Christine de Pizan, le Séjour d’Honneur d’Octovien de Saint-Gelais et d’autres encore. Quoique destiné à faire partie, à terme, d’un très vaste ensemble, chaque volume n’en est pas moins autonome et fournit, suivant une organisation à peu près identique d’une étude à l’autre, tous les éléments utiles à la bonne appréhension du cycle iconographique examiné, celui d’un seul manuscrit choisi pour son caractère représentatif parmi toutes les copies enluminées d’une même œuvre1.

  • 2 La seule édition moderne est celle de Robert Deschaux, Paris, Champion, 1999, 5 t.
  • 3 P. Charron, « Les réceptions du Champion des dames de Martin Le Franc à la cour de Bourgogne », Bul (...)
  • 4 Sur un total de neuf copies manuscrites du Champion des dames (cf. l’éd. de R. Deschaux, p. x-xvi) (...)

2L’étude de Pascale Charron ne déroge pas à cette règle, qui s’ouvre en guise d’introduction (p. 7-22) sur une rapide présentation de l’auteur et de son Champion des dames, long poème « philogyne » de près de 25 000 vers achevé en 14422, ainsi que du manuscrit BnF, fr. 12476, copié à Arras en 1451, dont l’iconographie fait l’objet de l’étude. Pourquoi avoir retenu ce manuscrit ? Comme le rappelle Pascale Charron, qui l’a montré ailleurs3, il semble bien que le Champion des dames ait fait l’objet de deux présentations successives à son illustre destinataire, le duc de Bourgogne Philippe le Bon : une première vers 1442, dont témoigne le ms. de Bruxelles, BR 9466, pourvu seulement deux enluminures ; puis, le poème ayant reçu mauvais accueil, comme l’auteur le reconnaît lui-même dans la Complainte du livre du Champion des dames à maître Martin Le Franc son acteur, conservée seulement dans le fr. 12476, il est présenté une seconde fois, dans un contexte plus favorable, avec un texte inchangé mais une présentation rendue plus attrayante grâce aux soixante-neuf images ornant le codex, « le premier à proposer un cycle accompagnant le texte de Martin Le Franc » (p. 23), plus ou moins repris ensuite par les quatre autres copies enluminées aujourd’hui conservées4.

  • 5 Bibliographie très complète, où l’on relève cependant quelques coquilles : cf. la seconde « édition (...)

3Le cœur de l’ouvrage est ensuite constitué par une description et une analyse exhaustives des soixante-neuf images (soixante-six enluminures, une image marginale et deux initiales historiées) que contient le manuscrit de 1451 ; par un très utile tableau comparatif des quatre cycles du fr. 12476, du fr. 841, du ms. de Grenoble et de l’ancien Bourg de Bozas, aujourd’hui toujours en mains privées, tableau qui peut permettre non seulement de mettre en regard plusieurs représentations d’un même sujet, mais aussi de mettre en évidence certaines innovations propres à tel ou tel cycle ; enfin, après une bibliographie5 et un index, une quarantaine de planches de belle facture donne à voir l’intégralité des images ornant le fr. 12476, depuis la scène liminaire de présentation, en pleine page, jusqu’à l’initiale historiée ouvrant la Complainte du livre du Champion des dames.

4Au total cette étude, menée par une chercheuse qui connaît fort bien son sujet, constitue à n’en pas douter un apport précieux à notre connaissance d’une part du Champion des dames lui-même – un texte encore insuffisamment étudié, eu égard à sa richesse –, d’autre part et plus généralement à notre appréhension des rapports entre texte et image à la fin du Moyen Age.

  • 6 Pascale Charron, Le Maître du Champion des dames, Paris, CTHS / INHA, 2004.
  • 7 On trouvera quelques éléments de comparaison entre ces différents manuscrits dans Pascale Charron, (...)

5Le seul regret que j’aurai finalement à exprimer concerne le choix, qui est celui de la collection dans son ensemble et que Pascale Charron assume à son tour, « de ne pas publier d’autres images que celles du cycle du manuscrit français 12476 » (p. 23). Même si par ailleurs, et c’est heureux, les comparaisons ne manquent pas, dans la partie descriptive, entre les images du fr. 12476 et les autres manuscrits du Champion des dames, voire d’autres cycles iconographiques, comme ceux du Des cleres et noble femmes de Boccace (cf. par exemple p. 45, 47, 52, etc.) ; même si Pascale Charron a raison de rappeler que le ms. de Grenoble, illustré de façon si abondante et si caractéristique par le Maître du Champion des dames, est déjà bien connu grâce à l’étude qu’elle a consacrée à cet artiste dans sa thèse6 ; on aurait tout de même aimé, par exemple, en (sa)voir un peu plus sur le ms. 9466 de la Bibliothèque royale de Bruxelles, notamment sur la scène de présentation qu’il offre en frontispice, comme le fr. 12476, ou encore sur le fr. 841, dont rien ne nous est dit7. Heureusement, ce regret peut être en partie atténué grâce au développement des numérisations de manuscrits en ligne, qui rendent accessibles aux yeux de chacun (dans l’état actuel des choses, et sauf erreur de ma part), les deux manuscrits de la BnF (sur le site Gallica) ainsi que celui de Grenoble.

Notes

1 Voir la présentation détaillée du RILMA sur le volet rabattant de la couverture : « Pour chaque œuvre retenue, le but est de présenter le cycle iconographique dans la forme qu’il prend dans la plupart des manuscrits conservés de ce texte, dans une version qui doit être complète et significative. Le manuscrit choisi ne sera pas nécessairement le plus important pour ses qualités esthétiques, mais la série de ses enluminures doit être à la fois aboutie sur le plan iconographique, et proche de la formule originale connue ou supposée ». Un tel parti-pris, qui se comprend parfaitement, surtout dans le cadre d’une publication papier, n’en est pas moins susceptible de poser certaines difficultés, conduisant de fait à privilégier tel cycle au détriment d’autres qui peuvent avoir autant sinon plus d’intérêt.

2 La seule édition moderne est celle de Robert Deschaux, Paris, Champion, 1999, 5 t.

3 P. Charron, « Les réceptions du Champion des dames de Martin Le Franc à la cour de Bourgogne », Bulletin du bibliophile, 2000/1, p. 9-31.

4 Sur un total de neuf copies manuscrites du Champion des dames (cf. l’éd. de R. Deschaux, p. x-xvi) et non sept, comme il est indiqué par erreur en quatrième de couverture.

5 Bibliographie très complète, où l’on relève cependant quelques coquilles : cf. la seconde « édition » citée de Valère-Maxime, qui n’en est pas une, ou l’article d’A. Piaget du Moyen Age, cité deux fois.

6 Pascale Charron, Le Maître du Champion des dames, Paris, CTHS / INHA, 2004.

7 On trouvera quelques éléments de comparaison entre ces différents manuscrits dans Pascale Charron, Le Maître du Champion des dames, p. 195-208.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Pascale Charron, L’iconographie du « Champion des dames » de Martin Le Franc  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14912

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals