Navigation – Plan du site

Miracles de Notre-Dame par personnages, Tome I, Françoise Paradis (intr.), Gérald Bezançon et Pierre Kunstmann (trad.)

Simon Gabay
Référence(s) :

Miracles de Notre-Dame par personnages, Tome I, Françoise Paradis (intr.), Gérald Bezançon et Pierre Kunstmann (trad.), Paris, Classiques Garnier (« Moyen Âge en traduction » 6), 2017, 714 p.

ISBN 978-2-406-05959-2

Texte intégral

1Après les sotties et les moralités chez le même éditeur, nous sommes heureux de voir que le travail de mise en valeur du théâtre médiéval, et surtout de mise à disposition des textes, continue. Il s’agit cette fois d’une traduction des Miracles de Notre Dame par personnages (MNDP), qui va très certainement permettre de mieux mettre en lumière ces pièces aussi peu connues qu’importantes pour l’histoire du théâtre en langue française. Saluons donc d’emblée les premiers résultats de cette ambitieuse entreprise, qui promet d’être prolongée par deux volumes actuellement en préparation.

2Cette quarantaine de pièces de théâtre, toutes conservées dans le manuscrit dit « Cangé » (BNF, fr. 819 et 820), sont à peu près tout ce qu’il nous reste pour le théâtre du XIVe siècle français. Elles furent jouées annuellement entre 1339 et 1382 lors de la Saint-Éloi, saint patron de la confrérie des orfèvres de Paris qui se réunissait à cette date et organisait les représentations. Participant de l’abondante littérature mariale, les MNDP mettent en scène la puissance d’intercession de la Vierge à la manière des Miracles de Gautier de Coincy – dont l’œuvre est d’ailleurs une source d’inspiration importante pour les pièces qui retiennent ici notre intention.

3Ce premier volume de la traduction des MNDP, qui propose les seize premiers miracles du manuscrit Cangé, est le résultat d’une collaboration entre Françoise Paradis (FP), Pierre Kunstmann (PK) et Gérald Bezançon (GB). FP est l’autrice d’une introduction générale (p. 9-28) ainsi que de courtes notices précédant la traduction de chacun des miracles. Ces notices contiennent presque toujours une présentation des sources du miracle, une description de la pièce, quelques pages de remarques sur la mise en scène, les thèmes principaux ou encore les personnages. S’il n’est pas certain qu’un tel procédé pallie parfaitement l’absence de notes de bas de page, ce choix de présentation individuelle de chaque texte rend justice à un corpus hétérogène, où la singularité de chaque miracle nécessite pleinement une introduction qui lui est propre.

4Une traduction d’excellente qualité est proposée par PK et GB, qui surmontent avec brio les difficultés posées par une langue à la fois si proche et si lointaine de la nôtre. Le résultat est à la fois élégant, et étonnamment lisible malgré la complexité de certains textes. Cette lisibilité a néanmoins un prix : celui de l’éloignement avec la forme de l’original. D’une part l’octosyllabe disparaît au profit de la prose – à l’exception des rondeaux qui conservent une forme versifiée. D’autre part des sections et des sous-sections (sortes d’actes et de scènes) ainsi que des didascalies, toutes absentes du manuscrit, ont été ajoutées. Si ce vernis modernisateur pourra légitimement poser problème aux puristes, force est de constater qu’il facilite grandement la lecture et nous semble donc parfaitement justifié.

5Il faut probablement attribuer à cette volonté de lisibilité le « lissage » du problème de la mise en recueil, car si les miracles constituent l’essentiel du manuscrit Cangé, ce manuscrit ne contient pas que des miracles. Ainsi, plus d’une vingtaine de serventois intercalés entre les MNDP ne sont pas traduits, alors qu’ils furent présentés lors des concours poétiques accompagnant les représentations. L’introduction ne nous donne malheureusement pas les raisons précises de ce choix singulier, qui diverge de celui des principaux éditeurs des MNDP que sont Gaston Paris et Ulysse Robert (Firmin Didot, 1876-1893) ou Graham Runnalls (Droz, 1972), dont les éditions donnent à lire les pièces comme les serventois.

6Cette remarque nous renvoie à un problème de fond : quoiqu’utile, nous ne pouvons que regretter que la traduction précède l’édition. Nos traducteurs utilisent en effet le travail de Gaston Paris et Ulysse Robert qui, aussi excellent soit-il, date tout de même de 1876 pour le premier volume. PK et GB sont d’ailleurs conscients des limites de ce choix, dans la mesure où ils préparent eux-mêmes une nouvelle édition (électronique) du texte – édition à laquelle il n’est malheureusement pas fait référence dans cette traduction des MNDP, sauf via un article programmatique de 2010 mentionné dans la bibliographie. Une présentation rapide de ce travail en cours comme des éditions alternatives à celle de Paris et Robert, qui ne sont pas toujours mentionnées, aurait pourtant été d’une grande utilité pour le lecteur soucieux de retourner au texte en ancien français.

7La question des éditions nous amène à un autre problème plus important : celui de la bibliographie. On trouve en fin de volume une liste de travaux dont certains sont essentiels (p. ex. ceux de Graham Runnalls), d’autres moins (p. ex. les Études sur l’industrie et la classe industrielle de Gustave Fagniez, publiées en 1887), et surtout d’autres étonnamment absents. Ainsi, et pour ne prendre qu’un exemple, les travaux de Marie Bouhaïk-Gironès sur Les Clercs de la Basoche et le théâtre comique à Paris et La Prédication et la performance du XIIe au XVIe siècle permettraient d’affiner considérablement les passages de l’introduction sur « L’insertion de formes non dramatiques (rondeaux et sermons) » ou « La Guilde des Orfèvres ».

8Faute d’une bibliographie solide, l’introduction générale de Françoise Paradis (FP) est donc selon nous le point faible de cette traduction des MNDP. En négligeant trop l’intense activité scientifique qui se déploie depuis plusieurs années autour du théâtre médiéval, FP ne se donne pas les moyens d’éclairer et d’orienter efficacement le lecteur, mais aussi de présenter correctement le corpus. Des informations simples mais importantes mériteraient d’être mieux mises en valeur, comme par exemple l’importance des MNDP, uniques représentants du théâtre médiéval en langue française au XIVe siècle. Mais ce défaut est aussi une force : FP présente, en des mots simples et clairs, un sujet complexe pour le néophyte – et n’est-ce pas avant tout le premier public de cette traduction ?

9Il conviendrait donc, pour clore ce compte-rendu, de minimiser les critiques que nous venons de formuler, et que le jeu du compte rendu nous impose. Après d’excellentes études sur le corpus des MNDP (cf. Maddox et Sturm-Maddox, Parisian Confraternity Drama of the Fourteenth Century, 2008), nous avons désormais un premier volume de traduction qui nous donne l’essentiel : un texte de qualité. Nous attendons donc la suite avec impatience, et nous réjouissons de la continuation de cette entreprise, en espérant voir rapidement l’édition qui nous manque tant.

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Gabay, « Miracles de Notre-Dame par personnages, Tome I, Françoise Paradis (intr.), Gérald Bezançon et Pierre Kunstmann (trad.)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14933

Haut de page

Auteur

Simon Gabay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals