Navigation – Plan du site

D’épiderme et d’entrailles : le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient (Xe-XVIe siècles), éd. Bruno Phalip

Bruno Varennes
Référence(s) :

D’épiderme et d’entrailles : le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient (Xe-XVIe siècles), éd. Bruno Phalip, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2017, 294 p.

ISBN 978-2-84516-763-6

Texte intégral

  • 1 Bruno Phalip, « Conclusions et perspectives », p. 276.

1Bruno Phalip a dirigé cet ouvrage au titre anthropomorphe explicite : il vise à « exalter l’homme » à travers l’« exaltation de la pierre »1. Regroupant une vingtaine de contributions, cette publication des Presses universitaires Blaise Pascal est riche de sa diversité et de ses questionnements.

2Le constat originel est, pour le médiéviste, relatif au manque d’outils historiographiques dédiés à la construction. Les publications consacrées au Moyen Âge sont confrontées à celles des périodes l’encadrant, et supportent mal la comparaison avec l’Antiquité. En dressant un état de l’avancée des connaissances, B. Phalip souhaite remédier à cet état de fait.

3À partir et autour du mur, sujet initial compris comme l’essence même de la construction, se singularisent un certain nombre de thèmes, insistant sur les zones d’ombres des travaux passés et sur les avancées de la recherche. Les contributions s’articulent autour du Moyen Âge central et du bas Moyen Âge, dans la continuité ou la redécouverte de l’Antiquité, sans s’interdire des réflexions sur les périodes suivantes.

4B. Phalip, ici dans son domaine, s’est entouré d’autres spécialistes afin d’aborder le fait de construire sous toutes ses facettes, de l’histoire de l’art à l’archéologie des élévations, dans une réflexion ouverte à la restauration ou au géo-environnement du bâti. Si l’architecture religieuse est très présente, une place conséquente est laissée à l’édilité laïque, alors que certains éléments font le lien entre les deux (ainsi le bossage). Comme le sous-titre l’énonce (Le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient), les travaux relatifs à l’espace européen occidental et essentiellement français dominent, mais ses échos orientaux ne sont pas oubliés (royaume de Chypre, États latins d’Orient). Les exemples issus d’autres territoires (Amérique centrale et Asie centrale et du sud) offrent des ouvertures et d’utiles confrontations.

5Constitué de deux parties, l’ouvrage regroupe les contributions principales de Bruno Phalip et de Nicolas Reveyron ainsi que treize courts articles. L’avant-propos, qui interroge la relation de nos sociétés au(x) mur(s) de manière large, a été confié à Xavier Barral I Altet (« Le mur : esthétique, poétique, et approche visuelle, matière et perception de la matière, vie et transparence »).

6B. Phalip est l’auteur, avec N. Reveyron, de la préface, mais a rédigé seul les introductions – une par partie – énonçant les enjeux, et les « Conclusions et perspectives » de l’ensemble. Il a aussi produit un certain nombre de textes. Le premier, « Bâtir. Une approche technologique de la taille de pierre médiévale. L’homme, le geste, l’outil et la main », ouvre la première partie de l’ouvrage intitulée « La peau et le ventre ». Vouée à la place de l’homme dans l’action de bâtir, cette contribution joue le rôle de pierre angulaire. L’auteur y dresse un portrait d’ensemble de la construction, actualisé, de l’extraction des matériaux à la taille et aux opérations de maçonnerie, évoquant techniques et arts, esquissant les tendances et leurs implications dans la hiérarchie des métiers. Le second, « Sécher et ventiler, le mortier et sa respiration » ouvre la deuxième partie, vouée aux autres « composantes » du mur (« D’air, d’eau, "lentes" ou "vives". Fourrures, blocages et parties externes »). Il y dresse le bilan des connaissances relatives à la respiration du mur, depuis son séchage dès sa mise en œuvre jusqu’à la gestion des eaux menaçant ses équilibres, par ruissellement ou capillarité. Ce regard posé sur la construction donne un autre sens à certains éléments, généralement étudiés pour des fonctions apparaissant comme primaires (pour exemple les coursières et cavités évidant les murs). Enfin, au sein d’un troisième article relatif à l’évacuation de l’eau dans les structures romanes et gothiques (« Évacuer l’eau : les cadres romans et gothiques »), B. Phalip s’intéresse aux solutions et donc aux parcours de ces eaux sur, dans et hors des édifices.

  • 2 Nicolas Reveyron, « Esthétique du bâti et métaphore architecturale », p. 102

7Les contributions de Nicolas Reveyron sont d’importance. Dans la première, « Esthétique du bâti et métaphore architecturale », l’archéologue du bâti s’intéresse à l’apparence du mur, à la fois celle que lui prête la littérature médiévale, mais aussi celle que donne à voir la paroi externe, selon les courants romans et gothiques, et où l’on rend visible les réemplois. Il insiste particulièrement sur le rôle du bossage, architecture militaire dont l’usage a été développé de manière « inattendue » par l’architecture religieuse2. Sa seconde contribution porte sur le « Moellon ou pierre de taille : la surface et la masse », lui permettant de faire le point sur les connaissances relatives à l’opus spicatum comme sur l’appareil monumental.

  • 3 Pascale Chevalier, « Des murs d’église assoiffés, purifiés, sanctifiés, enivrés : les paradoxes de (...)

8Au-delà de ces articles principaux, les autres contributions, brèves (chacune se présentant comme un « bref excursus »3 de quelques pages), ouvrent sur un large ensemble de sujets connexes, mais laissent souvent le lecteur sur sa faim.

9Au sein de la première partie sont abordés des questionnements relatifs à l’appareil, que ce soit sa matière (Chamsia Sadozaï, « Le Grand Kyz Kala à Merv (Turkménistan) », traitant de la brique crue et Simon Bryant des liens entre la géologie et la taille dans « Le cas du Bas-Berry ») ou son chainage (Alain Salamagne, « De l’appareil et de son chainage », mais aussi Sylvain Aumard et Christian Sapin, « Entre les murs et dans les murs : tirants et chaînages dans la construction romane »), voire son rôle dans l’architectonique (Joëlle Tardieu, « À propos des arcs clavés bichromies dans l’espace rhodanien : leur rôle dans l’élasticité du mur »). Enfin, dans cette partie est valorisée l’action humaine : la taille trouve toute sa place, mais aussi l’identification de la communauté des croyants dans l’église (David Morel, « À l’interface ») et les choix de parement, que ce soit le réemploi d’antiques (D. Morel) ou la place de l’appareil à bossage (dans les massifs vosgiens, étudiés par Jacky Koch, « Enclore et représenter en terre d’Empire : de l’usage des moellons dans les murs des châteaux forts alsaciens aux XIIe et XIIIe siècles »).

10La seconde partie, pénétrant le mur, s’intéresse principalement, mais pas seulement, aux problématiques de l’eau, dans la continuité de la contribution principale de B. Phalip. C’est le cas de l’article de Pascale Chevalier (« Des murs d’église assoiffés, purifiés, sanctifiés, enivrés : les paradoxes de l’eau bénite »), mais aussi, et de manière secondaire, de celle de Bénédicte Palazzo-Bertholon (« Le rôle des poteries enterrées dans le sol des églises médiévales »), alors que Sylvain Aumard revient sur les problématiques des toitures (« Les couvertures : mener l’eau hors les murs »). Ces articles questionnent de manière plus large ce que comprend le mur et ses interactions avec le milieu qui l’entoure. Deux d’entre eux font le lien avec la conservation et la souvent nécessaire restauration des structures. La contribution de la géographe Marie-Françoise André questionne les restaurateurs en replaçant les structures dans la réalité de leur géo-environnement perturbé par leur mise en valeur (« Interventions humaines sur l’épiderme du bâti médiéval et son environnement : pour le meilleur ou pour le pire ? »). Enfin, l’architecte Thomas Gaudig interroge le cas d’une église n’étant plus que « murs » face à sa mise en sécurité (« L’ancienne église Saint-Valentin d’Arthonnay dans l’Yonne : quand un édifice médiéval n’est que mur »).

  • 4 Sylvain Aumard, Christian Sapin, « Entre les murs et dans les murs : tirants et chainages dans la c (...)

11Certaines de ces contributions réduites, lorsqu’elles traitent une problématique, n’en sont pas moins dynamiques. C’est le cas de la courte étude de J. Tardieu qui, à partir d’un champ spatial réduit, redonne sa place à la bichromie des appareils de façades en appuyant leur rôle plastique, atténuant les lectures héritées d’un XIXe siècle esthétisant ; comme des interrogations de B. Palazzo-Bertholon sur les poteries enterrées dans les sols des édifices. L’article rédigé à quatre mains par S. Aumard et Ch. Sapin, consacré aux « chainages, tirants, longrines, armatures et (…) ceinturages ou couronnements »4 doit, lui aussi, être souligné. Tout en évoquant le retard de la documentation sur ce sujet, les auteurs dressent un bilan d’ensemble redonnant aux bois présents dans les constructions leurs places dans l’architectonique, et appelant à une réévaluation plus globale de leur rôle.

12Les études régionales (les cas du Bas-Berry, par S. Bryant, l’Alsace, par J. Koch), où hors d’Europe (le Turkménistan, par Ch. Sadozaï) soulignent les grandes tendances, mais restent trop courtes pour offrir autre chose qu’une esquisse. Dans la même idée, les réflexions de D. Morel replacent le rôle du mur dans le cadre ecclésial, ouvrant des réflexions qui laissent le lecteur en attente d’approfondissements.

  • 5 En conclusion, B. Phalip exprime le regret de ne pas avoir pu insérer une contribution de Stéphanie (...)
  • 6 Marie-Françoise André, « Interventions sur l’épiderme du bâti médiéval et son environnement : pour (...)

13La richesse de l’ensemble est évidente. D’une part, l’ouvrage est ouvert à de larges dynamiques et ne délaisse pas des pans actuels de la recherche5. D’autre part, il donne leur place aux réflexions issues d’autres sciences et aux techniques de restauration, invitant à un dialogue plus large entre techniciens et chercheurs6. A contrario, la dimension réduite des contributions qui enrichissent pourtant l’ouvrage nous apparaît dommageable tout en incitant le lecteur à se tourner vers les publications spécialisées de chaque domaine.

Notes

1 Bruno Phalip, « Conclusions et perspectives », p. 276.

2 Nicolas Reveyron, « Esthétique du bâti et métaphore architecturale », p. 102

3 Pascale Chevalier, « Des murs d’église assoiffés, purifiés, sanctifiés, enivrés : les paradoxes de l’eau bénite », p. 231.

4 Sylvain Aumard, Christian Sapin, « Entre les murs et dans les murs : tirants et chainages dans la construction romane », p. 143.

5 En conclusion, B. Phalip exprime le regret de ne pas avoir pu insérer une contribution de Stéphanie-Diane Daussy relative aux toitures métalliques. Voir Bruno Phalip, « Conclusions et perspectives », p. 275.

6 Marie-Françoise André, « Interventions sur l’épiderme du bâti médiéval et son environnement : pour le meilleur ou pour le pire ? », « Perspectives », p. 212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Varennes, « D’épiderme et d’entrailles : le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient (Xe-XVIe siècles), éd. Bruno Phalip  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14950

Haut de page

Auteur

Bruno Varennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals