Navigation – Plan du site

Jacques Roubaud médiéviste, études réunies par Nathalie Koble et Mireille Séguy

Leticia Ding
Référence(s) :

Jacques Roubaud médiéviste, études réunies par Nathalie Koble et Mireille Séguy, Paris, Champion, 2018, 274 p.

ISBN 978-2-7453-4588-2

Texte intégral

  • 1 Voir Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Généalogies de la lettre. Les fictions érudites de Jacques (...)
  • 2 Journée qui a eu lieu le 5 avril 2014 à l’Ecole normale supérieure de Paris.

1Poète, mathématicien et oulipien, c’est ainsi qu’on aime présenter Jacques Roubaud, mais depuis quelques années déjà, Nathalie Koble et Mireille Séguy viennent compléter le portrait de cet écrivain touche-à-tout en étudiant la relation particulière qu’il entretien avec la littérature du Moyen Âge1. Le présent ouvrage est le résultat d’une journée qui lui est dédiée où les organisatrices, qui sont aussi les éditrices du volume, ont voulu mettre l’accent sur son œuvre en qualité de médiéviste2. Si leur volonté, dans cet ouvrage, est surtout de rendre hommage à son travail de (ré)créateur et « aux découvertes d’un chercheur majeur pour les études médiévales » (9), elles parviennent à démontrer la place qu’occupent les textes de l’auteur dans le champ des études en littérature médiévale, lui offrant ainsi une reconnaissance par ses pairs. Leur riche introduction (p. 7-58), qui a pour fil rouge la mémoire, contribue également à démultiplier les facettes de Roubaud en rappelant que son œuvre « traverse toutes les formes d’écriture contemporaines » (p. 11), roman, poésie, essai, opéra, théâtre, autobiographie traduction, littérature pour la jeunesse et écriture sous contrainte ; et qu’en amont de cette écriture se retrouve un travail de lecture polyglotte et polymorphe : « Des troubadours à la lyrique de la fin du Moyen Âge, en passant par les romans arthuriens, en vers comme en prose, le théâtre religieux, les traités de théologie… Aucune barrière linguistique n’a freiné la lecture et l’appropriation des textes : l’occitan des troubadours, la langue d’oïl du vers et de la prose, des trouvères et du roman, le latin monastique, l’italien de Dante, le moyen anglais de Chaucer, l’anglo-normand de John Gower, sans compter les recueils poétiques de la période médiévale japonaise, dont la lecture (en traduction) a suscité des rapprochements inédits sur le devenir des formes poétiques et leurs rapports au monde » (p. 10).

2Cette avalanche de genres et d’influences n’est que le début d’une activité infatigable que les éditrices se proposent de parcourir. Le travail de médiéviste auquel Roubaud se livre n’est qu’une fenêtre ouverte sur tout un éventail de fonctions qu’il revêt. Les éditrices complètent le portrait de l’auteur en le présentent aussi bien en tant que chercheur, critique, inventeur, passeur, pédagogue, copiste et bien sûr oulipien. Elles ne manquent pas de rappeler la pluralité des publics auxquels Roubaud s’adresse : il pense tour à tour à un lecteur « averti, rusé, enfantin ou novice », de manière à tenir « compte de tous les modes et tous les âges de la lecture » (p. 33).

3Une démultiplication comparable se retrouve sur le plan de la fiction où Roubaud réinvestit une identité « médiévale fantasmée » au travers de nombreux personnages ou auteurs médiévaux. Il se dédouble tour à tour « en Perceval, Merlin, moine irlandais, troubadour (Jaufré Rudel, Raimbaut d’Orange, ou même Rubaut son homonyme occitan), etc. » (p. 22). Enfin, le dédoublement n’est pas seulement identitaire, mais également temporel. En jouant avec les anachronismes, Roubaud dialogue aussi bien avec Dante qu’avec les critiques du XXe siècle, tels que Zumthor ou Guiette. Par l’écriture, sous toutes ses formes, Roubaud a l’art de se démultiplier, de se métamorphoser, d’exercer une emprise sur le temps et de jouer avec son lecteur. Ce portrait ressemble à s’y méprendre au personnage garant du conte : Merlin.

4Cette multiplicité qu’incarne Roubaud donne aussi l’impression d’une sorte de capharnaüm. Le lecteur qui pour la première fois se confronte à ses travaux se retrouve face à un trop-plein de matière. Mais Nathalie Koble et Mireille Séguy parviennent à l’éclairer : elles tirent les fils de l’écriture roubaldienne, démontrent les concordances entretenues et en arrivent à la conclusion que Roubaud est tout autant un chercheur en études médiévales qu’un « médiéviste pratiquant » (p. 20), auteur de fictions et de poésies.

5Roubaud est devenu médiéviste en raison de ses qualités de chercheur et de son étude minutieuse des textes du passé. Mais ce qui fait sa spécificité, c’est sa relation particulière aux écrits, car Roubaud ne s’arrête pas à la fixité du texte ; au contraire, il s’interroge sur sa mobilité ou sa « mouvance » : « L’œuvre littéraire, loin de constituer un monde cohérent et clos, est surtout définie par ses potentialités et ses ouvertures ; la figure de l’auteur, point aveugle autour duquel rayonnent des ensembles textuels habituellement pensés comme autonomes, est constamment vouée à la diffraction et au partage. En somme, le devenir copiste qu’a assumé Jacques Roubaud dans toute son œuvre met ouvertement au jour une dimension de la littérature longtemps minorée ou marginalisée, aujourd’hui résurgente dans les travaux théoriques et le champ créatif, à l’aube des humanités numériques – le partage du matériau textuel, pris dans des réseaux fluctuants d’interprétation et d’invention qui le redisposent autrement » (p. 31).

  • 3 Jacques Roubaud, Graal fiction, Paris, Gallimard, 1978.

6On voit ainsi que la lecture scientifique que Roubaud fait des textes donne lieu à deux pratiques, l’une « critique », l’autre « inventive » (p. 10). Cependant, la frontière entre les deux n’est pas toujours nette, car bien souvent une lecture critique s’entremêle à une écriture inventive. Il va même jusqu’à repousser les frontières littéraire en faisant se côtoyer la critique, la théorie des textes et la fiction. Le cas exemplaire est celui des « fictions théoriques » de Graal fiction3, à partir duquel la contribution de Patrick Moran illustre comment Roubaud entremêle l’activité du chercheur et du critique à celui de l’auteur de fiction (p.55-69).

  • 4 Roland Barthes, Critique et vérité, Paris, Seuil, 1966.
  • 5 Yves Landerouin, La Critique créative. Une autre façon de commenter les œuvres, Paris, Champion, 20 (...)
  • 6 Jacques Roubaud, La Fleur inverse. L’art des troubadours, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

7En amalgamant ces pratiques, Roubaud « nous enjoint à prendre les fictions au sérieux et à reconnaître à la réflexion critique une dimension créative » (p. 28). S’il se place en tant que précurseur dans cette démarche, on ne peut nier l’influence du Critique et vérité de Barthes4 dans cette façon d’aborder les textes, qu’ils soient scientifiques ou fictionnels. Cette approche commence également à se démocratiser dans le milieu universitaire et plusieurs notions apparaissent dont la définition se rapproche des démarches roubaldiennes. Nathalie Koble et Mireille Séguy mentionnent en note la « critique-fiction » de Jacques Dubois ou encore la « critique interventionniste » de Pierre Bayard. Nous pouvons compléter la définition du travail de Roubaud en ajoutant la notion de « critique créative » défendue par Yves Landerouin5, qui invite le lecteur à dépasser la frontière des genres et des pratiques pour donner une valeur artistique aux textes critiques, mais aussi une valeur critique aux réécritures médiévales de Roubaud. C’est d’ailleurs la pratique de lecture que Roubaud s’autorise à faire du Lancelot en prose dans La Fleur inverse6, comme le rappellent Nathalie Koble et Mireille Séguy : « La vaste somme qu’est le cycle du Lancelot en prose est lue par Roubaud comme une fiction théorique, une lecture critique de l’amour promu par la lyrique du grand chant courtois ; le roman, dans les entrelacs de sa prose, est donc essentiellement, avance Roubaud, une glose des tensions qui sont à l’œuvre dans la lyrique des XIIe et XIIIe siècles » (p. 24).

8Cette lecture entraîne une reprise en compte de l’interprétation de Dante, avec qui Roubaud dialogue volontiers, ce qui donne lieu à une nouvelle hypothèse, celle « d’une conception non créatrice, mais destructrice de la mélancolie chez les troubadours » (p. 25), laquelle le conduit à mettre en relation « les textes anciens ou contemporains, fictifs ou théoriques ». Ceux-ci sont considérés « pour leur valeur herméneutique avec le même poids et la même distance, ce qui fait de l’anachronie un temps propice à la discussion scientifique dans le champ de la littérature, conçue comme un art d’exprimer et de formaliser des affects » (p. 26).

  • 7 Florence Delay et Jacques Roubaud, Graal Théâtre, Paris, Gallimard, 2005.
  • 8 Texte réédité dans cet ouvrage p. 253-263.
  • 9 Jacques Roubaud, Le Chevalier Silence, Paris, Gallimard, 1997.

9Nathalie Koble et Mireille Séguy ne se limitent pas à décrire, dans leur brillante analyse, la pluralité roubaldienne ; elles parviennent à en rendre compte par la composition même de leur ouvrage. Celui-ci se présente en trois parties intitulées respectivement : Fictions médiévales et théories de la fictionMémoire et invention poétique – Jacques Roubaud, anthologie. Les deux premières sont constituées de contributions scientifiques consacrées à l’œuvre foisonnante de Roubaud. La première section s’intéresse essentiellement aux textes à caractère médiéval et dégage des réflexions à portée théorique. Fiction et Théorie ouvrent cette première partie avec l’analyse de Graal fiction par Patrick Moran (p. 55-69). Ensuite, Tiphaine Samoyault associe le temps grammatical du futur antérieur à la parole prophétique de Merlin dans Graal Théâtre7 et définit ce qu’elle appelle la « prose Merlin » (p. 71-82). Barbara Wahlen étudie le motif de la Bête Glatissant dans les textes arthuriens de Roubaud ; parmi ces textes, elle mobilise notamment La Langue des enfants8, ajoutant ainsi à la richesse de sa réflexion, car le conte est peu connu du public et de la critique (p. 83-95). Sandrine Hériché-Pradeau et Christophe Pradeau questionnent « l’intertextualité débridée » (p. 113) du Chevalier Silence9 (p. 97-113). Quant à Christophe Imperiali, il fait tomber le masque de Perceval derrière lequel se cache Jacques Roubaud dans ‘le grand incendie de londres’ (p. 115-129). Enfin, la seconde partie, qui offre les contributions de Jean-François Puff, Agnès Dison, Levente Selaf et François Sarhan, met l’accent sur la poésie roubaldienne et décortique les formes inventives de l’auteur, en lien avec le Moyen Âge.

10Dans leur diversité, les contributions donnent au lecteur une vue d’ensemble des différents registres, genres, pratiques, procédés d’écriture, influences, etc. qui caractérisent le travail roubaldien. Si ce sont essentiellement les textes de fictions, critiques et poétiques qui ont retenu l’attention, l’autobiographie n’est cependant pas en reste. Elle ne fait pourtant pas l’objet d’une analyse, mais se présente sous forme de récit. François Sarhan, compositeur, nous raconte son projet mégalomane interrompu qui consistait à s’interroger sur le « rapport entre la composition musicale et la poésie » (p. 179-191) : « Non la poésie en tant que corpus, textes, histoire, ni la musique en tant que répertoire, œuvres, styles, mais la poésie en ce qui la distingue de tout ce qui n’est pas elle, et la musique aussi, et par là, d’avoir un regard différent sur leur possibilités d’association » (p. 179). François Sarhan raconte ici son expérimentation à la manière de Roubaud. L’étiquette « récit autobiographique sur un projet mégalomane interrompu » fait naturellement écho au Grand Incendie de Londres. L’analogie ne se fait pas entre musique et poésie, mais bien entre son expérience et celle de Roubaud. Dès lors, l’expérience relatée par le compositeur peut se lire comme un pastiche, brouillant aussi les frontières entre contribution scientifique et composition artistique.

11Les frontières continuent de s’estomper avec la dernière partie qui offre un choix de textes roubaldiens inédits pour le plus grand plaisir du lecteur et du chercheur. La sélection illustre le travail polymorphe de l’écrivain, présentant à la fois des textes critiques et théoriques (« La Sextine de Dante et d’Arnaut Daniel », « Poésie et Violence (Charles d’Orléans, Shinkei, et d’autres) »), un conte (« La Langue des enfants »), un poème (« De nos oiseaux ») et des textes hybrides (« Quatre états de poésie » et « La Bête Glatissant. Graal-fiction »).

  • 10 « Le trobar entrelaçait (entrebescar, en provençal), inséparablement, une langue, le provençal, et (...)

12L’ouvrage est donc, à l’image de Roubaud, pluriel. Cet écho entre la forme et le fond renvoie à un procédé cher à Roubaud, l’entrebescar des troubadours où les mots et la musicalité des chansons s’entremêlent10. Le lecteur retrouve, dès lors, le plaisir et les saveurs d’une lecture roubaldienne, car ses doutes face aux textes de Roubaud, quand il s’agit de les ranger dans des catégories (traditionnelles), réapparaissent à la lecture de cet ouvrage : les apparences scientifiques cachent une part d’invention. C’est un objet à la fois critique et artistique. Enfin, ce mimétisme ou ce pastiche des mécanismes d’écriture roubaldienne contribue à l’hommage rendu à l’auteur et cultivent la mémoire de son œuvre de la même manière qu’il le fait avec la littérature médiévale.

Notes

1 Voir Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Généalogies de la lettre. Les fictions érudites de Jacques Roubaud » Erudition et fiction, Eric Méchoulan (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 151-199 ; Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Les ambages de la mémoire. Le Graal contemporain. Entretien avec Florence Delay et Jacques Roubaud », Passé présent. Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines, Nathalie Koble et Mireille Séguy (dir.), Paris, Editions Rue d’Ulm, 2009, p. 153-159.

2 Journée qui a eu lieu le 5 avril 2014 à l’Ecole normale supérieure de Paris.

3 Jacques Roubaud, Graal fiction, Paris, Gallimard, 1978.

4 Roland Barthes, Critique et vérité, Paris, Seuil, 1966.

5 Yves Landerouin, La Critique créative. Une autre façon de commenter les œuvres, Paris, Champion, 2016.

6 Jacques Roubaud, La Fleur inverse. L’art des troubadours, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

7 Florence Delay et Jacques Roubaud, Graal Théâtre, Paris, Gallimard, 2005.

8 Texte réédité dans cet ouvrage p. 253-263.

9 Jacques Roubaud, Le Chevalier Silence, Paris, Gallimard, 1997.

10 « Le trobar entrelaçait (entrebescar, en provençal), inséparablement, une langue, le provençal, et sa musique » ; Jacques Roubaud, Peut-être ou la nuit de dimanche (brouillon de prose). Autobiographie romanesque, Paris, Seuil, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leticia Ding, « Jacques Roubaud médiéviste, études réunies par Nathalie Koble et Mireille Séguy  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14961

Haut de page

Auteur

Leticia Ding

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals