Navigation – Plan du site

Daniel Maira, Renaissance romantique. Mise en fiction du XVIe siècle (1814-1848)

Judith Wulf
Référence(s) :

Daniel Maira, Renaissance romantique. Mise en fiction du XVIe siècle (1814-1848), Genève, Droz (« Histoire des Idées et Critique Littéraire »), 2018, 648 p.

ISBN 13978-2-600-05812-4

Texte intégral

1Prenant modèle sur La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle (S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes, B. Vibert (éd.), Paris, Champion, 2006), ouvrage dont l’auteur se réclame explicitement, Daniel Maira propose un essai sur la Renaissance des romantiques. Certes, comme il est signalé dès l’introduction, un travail de recherche individuel ne saurait avoir la même ambition qu’une somme élaborée par toute une équipe de chercheurs. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage possède une véritable dimension encyclopédique, puisqu’il s’appuie sur près de 300 pièces de théâtres, poèmes, romans historiques parus dans une édition séparée entre 1814 et 1848, sur des œuvres imprimées avant 1814 mais rééditées à la même période ou encore sur des créations restées manuscrites et parues à titre posthume.

2Si cette vaste enquête n’est pas exhaustive (comme il est précisé en annexe, la liste des œuvres sélectionnées est un « work in progress » à compléter), elle apparaît comme une exploration raisonnée des liens qui unissent la Renaissance et le Romantisme, soit les deux grandes périodes de crise dans le domaine esthétique, politique et religieux, et elle est animée par une ambition à la fois littéraire et historiographique, étayée par des outils philologiques et philosophiques, l’ensemble étant au service d’une « lecture politisée » destinée à éclairer les implications idéologiques de la mise en récit de la Renaissance au XIXe siècle. La thèse défendue par l’ouvrage est celle d’une filiation entre la révolution religieuse du XVIe siècle et la révolution politique du XIXe siècle : la Renaissance se transforme alors en concept métahistorique qui « englobe toutes les expériences particulières fondées sur l’idée de renouveau ou de son échec, et est indissociablement liée à celle de Révolution ».

3Composée de deux chapitres (« Mise en intrique de la Renaissance romantique » et « La Réforme et les temps modernes : résistance, révolution, déchéance ») la première partie est consacrée à « la fabrique romantique des Temps modernes » : il s’agit, dans un premier temps, d’observer la manière dont la Renaissance romantique se construit dans une tension dialectique avec le Moyen Âge, soit qu’elle se « cristallise » en prolongeant une période imprégnée des lumières du christianisme, selon un régime de continuité, soit qu’elle rejette les ténèbres obscurantistes d’une période aveugle aux splendeurs des temps modernes, selon un régime de rupture, soit, enfin, qu’elle se présente comme transition entre deux grands moments de l’histoire. Dans le second chapitre, on comprend que la Réforme, comme aurore des Temps moderne, apparaît aux écrivains du XIXe siècle comme un moyen de comprendre les causes et les significations de l’événement originel que représente la Révolution.

4Intitulée « Légitimer le pouvoir : instrumentalisation idéologiques des guerres de religions », la seconde partie se penche plus en détail sur ce qui, dans l’histoire du XVIe siècle, peut nourrir la communauté imaginaire qui se constitue au XIXe siècle. Le chapitre III (le premier de cette deuxième partie) examine l’influence de la légende d’Henri IV comme roi pacificateur et conciliateur, légende qui participe sous la Restauration à la réconciliation nationale. Les deux chapitres suivants traitent de la mise en fiction des guerres de religion et du répertoire idéal qu’y trouve le romantisme libéral : dramatiser les troubles civils et religieux, la dissolution morale et la dévirilisation du pouvoir ou encore l’impuissance de la royauté permet d’insister sur la nécessité d’une alternative parlementaire.

5Dans la troisième partie, « Des révoltes et des libertés », Daniel Maira passe en revue les nouvelles valeurs de liberté, d’énergie, de révolte et de résistance que les romantiques tentent de légitimer dans leurs récits du XVIe siècle. Patrie du génie, l’Italie incarne une libéralisation des mœurs (chap. VI, « L’âge de l’orgie ») mais aussi le renouveau artistique du « siècle des beaux-arts » (chap. VII, « Les libertés du génie artistique »). La Renaissance et les Temps modernes, enfin, « engagent, d’après l’idée que pouvait s’en faire le XIXe siècle, une véritable impulsion vers l’élargissement des connaissances qui bouleversent la relation de l’être humain au monde », ce dont témoignent l’invention de l’imprimerie, la découverte du Nouveau Monde ou encore les recherches astronomiques (chap. VIII, « Savoirs en liberté : libido sciendi, libido dominandi »). Sous la monarchie de Juillet, « on passe à une écriture militante qui fait des guerres de religion un sujet d’engagement politique pour défendre l’esprit constitutionnaliste déprécié sous la monarchie carliste ».

6Utile, la synthèse de Daniel Maira l’est assurément en ce qu’elle brasse un large corpus littéraire et historiographique, en prenant soin de distinguer pour chaque partie les étapes qui rythment la première partie du XIXe siècle tout en donnant voix aux différents courants politiques et à leurs imaginaires respectifs. L’information, que réorganise le biais de la mise en intrigue, est fournie et l’étude trouve sa pertinence lorsqu’elle met en lumière les versants, positifs et pessimistes de la fabrique de la Renaissance, sa dramatisation, les modes d’articulation entre la « vérité de l’art » et le « vrai des faits » (Vigny), la tension constante entre une vérité historique fondée sur une représentation érudite des déchirures du passé et une vérité poétique qui risque toujours de tomber dans un pittoresque idéalisant ou au contraire caricatural. Présentée comme centrale, la notion d’hétérochronie (comprise, d’après Foucault, comme utopie historiquement réalisée et pouvant servir de référence mythique) permet de mieux comprendre la puissance imageante d’une période qui filtre les symptômes du présent et leurs effets dans l’avenir. L’ensemble est complété en annexe par une chronologie des œuvres, un index nominum ainsi qu’une abondante bibliographie.

7Annoncé comme un essai, l’ouvrage de Daniel Maira repose sur quelques parti-pris qui limitent en partie la portée de l’étude, notamment quand il glisse, sans explication, d’un concept à l’autre : les expressions « mise en intrigue », « dramatisation » et « poétique » sont par exemple traitées comme des synonymes, sans être interrogées ni décrites dans le détail ; on sent que « Renaissance », « humanisme », « Temps modernes », « XVIe siècle » « Réforme » sont distingués mais pas suffisamment explicitement pour éviter un certain flottement. L’effet de confusion est encore plus gênant lorsqu’il est question du Romantisme : réduit à une simple périodisation équivalente aux dates retenues pour l’ouvrage (1814-1848) au lieu d’être envisagé pour sa spécificité culturelle et philosophique ainsi que pour la singularité de sa vision du monde, il est vidé de sa portée tant esthétique qu’épistémologique, ce qui écrase en partie l’intérêt qu’il y a sans conteste à le comparer à ce qu’on peut considérer comme l’autre grande rupture d’ordre historique, formel, politique et religieux. Ce traitement un peu rapide de la question fondamentale du Romantisme montre que l’objet du livre de Daniel Maira n’est peut-être pas tant la lecture imaginaire de la Renaissance par les Romantiques que la relecture politique de la Réforme par la France révolutionnée. En dépit de ce que suggère son titre, cet ouvrage s’adresse donc plus aux amateurs de thèse que de synthèse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Wulf, « Daniel Maira, Renaissance romantique. Mise en fiction du XVIe siècle (1814-1848)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14968

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals