Navigation – Plan du site

Les Vers d’Amours d’Arras, Adam de la Halle et Nevelot Amion, éd. Federico Saviotti

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Les Vers d’Amours d’Arras, Adam de la Halle et Nevelot Amion, éd. Federico Saviotti, Paris, Champion (« CFMA » 181), 2018, 279 p.

ISBN 978-2-7453-4562-2

Texte intégral

1On connaît trois poèmes en strophes d’Hélinand (autrement dit le douzain d’octosyllabes rimés aabaabbbabba, inventé selon toute apparence par Hélinand de Froidmont dans ses fameux Vers de la Mort, à la fin du XIIe siècle) ici intitulés Vers d’amour et formant un corpus aussi cohérent que spécifique. Vraisemblablement, Adam de la Halle, dans les années 1260 (avant 1265, d’après l’éditeur : cf. les p. 28-32), est le premier à avoir eu l’idée « tout à fait originale » (p. 96) d’associer le douzain hélinandien, que le poète arrageois a par ailleurs pratiqué dans ses propres Vers de la Mort et surtout dans ses Congés, à une thématique amoureuse, plus précisément à celle du blâme de l’amour, avant d’être imité par deux épigones, Nevelot Amion (également arrageois) et Guillaume d’Amiens, reprenant la même forme associée à la même thématique, quoique dans des intentions assez différentes, comme le résume F. Saviotti aux p. 107-108 de son introduction :

2« Si, écrit-il, Adam de la Halle a choisi de parler d’amour en exploitant le premier un mètre typique de la poésie morale et que Nevelot Amion a essayé, peut-être sans y réussir pleinement, d’écrire une sorte de chanson d’amour sur le même mètre, l’intention de Guillaume d’Amiens n’est pas clairement saisissable, à moins que le trouvère amiénois n’ait imaginé un pur exercice de composition de traits tirés en vrac d’AH et NA : l’inconséquence de ses propos ne ferait alors que refléter un choix délibéré. »

  • 1 A. Jeanroy, « Trois dits d’amour du XIIIe siècle », Romania, 22, 1893, p. 45-70.
  • 2 R. Crespo, « I Vers d’Amours di Guillaume d’Amiens », Cultura neolatina, 57, 1997, p. 55-101.

3Ces trois textes, aussi intéressants que difficiles, méritaient sans aucun doute une nouvelle édition après celle autrefois procurée par Alfred Jeanroy, qui dans sa volonté de les tirer de l’oubli les avait commentés peut-être un peu succinctement1. C’est donc à juste titre que F. Saviotti s’est attelé à cette tâche, en faisant le choix de laisser de côté le poème de Guillaume d’Amiens, déjà récemment réédité par R. Crespo2 – un choix à mon sens regrettable, puisqu’il nous prive ainsi d’un accès commode et renouvelé à l’ensemble du corpus.

4Consacré donc aux deux seules compositions d’Adam de la Halle et Nevelot Amion, le résultat du travail de F. Saviotti n’en est que plus impressionnant : pas moins de 279 pages pour deux poèmes totalisant moins de cinq cents octosyllabes, voilà qui est considérable ! Si l’éditeur semble ainsi céder à une certaine inflation du commentaire, on ne lui en tiendra pas rigueur, car elle est avant tout au service des textes, objets d’une lecture aussi précise que bien informée (cf. la bibliographie, p. 125-158) qui s’expose tant dans les abondantes notes textuelles (p. 173-203 et p. 223-259) que dans une introduction particulièrement fournie, où l’on soulignera parmi d’autres qualités celle des pages consacrées à l’analyse métrique et stylistique (p. 58-75), puis à l’analyse littéraire (p. 75-114) des deux pièces, pages qui permettent de mettre en évidence à la fois leur incontestable appartenance à un corpus bien spécifique, celui des « Vers d’amour », constituant lui-même une sous-catégorie du groupe des « Vers moraux » en strophes d’Hélinand (cf. p. 82), et à la fois des caractéristiques individuelles allant de pair avec deux poètes aux intentions et aux moyens bien différents (cf. notamment p. 64-73 et p. 93).

5Il s’agit donc au total d’une publication de haute tenue, qui rend pleinement justice à des textes trop longtemps négligés, témoignant s’il est besoin de la variété des formes que peut prendre la poésie amoureuse au Moyen Age.

Notes

1 A. Jeanroy, « Trois dits d’amour du XIIIe siècle », Romania, 22, 1893, p. 45-70.

2 R. Crespo, « I Vers d’Amours di Guillaume d’Amiens », Cultura neolatina, 57, 1997, p. 55-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Les Vers d’Amours d’Arras, Adam de la Halle et Nevelot Amion, éd. Federico Saviotti  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14985

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals