Navigation – Plan du site

Rosa Maria Dessì, Les spectres du Bon Gouvernement

Alessia Trivellone
Référence(s) :

Rosa Maria Dessì, Les spectres du Bon Gouvernement, Paris, PUF, 2017, 448 p.

ISBN 978-2-13-063214-6

Texte intégral

1Cet ouvrage de Rosa Maria Dessì, au titre particulièrement bien choisi, est consacré à d’inquiétants « spectres » du Trecento toscan, à savoir les images détruites ou dissimulées qui laissent des traces diverses dans les peintures censées les recouvrir, dans des inscriptions ou dans des sources écrites. Comme des spectres, ces images se matérialisent soudainement dans des lieux inattendus. Dans l’Italie communale, les exemples foisonnent : ainsi, parmi les peintures que Simone Martini réalise dans la chapelle Saint-Martin de l’église inférieure Saint-François d’Assise, derrière les jambes de saint Louis, on aperçoit les pieds d’un personnage mystérieux, oblitéré par la silhouette du roi saint (p. 168-169) ; à San Miniato al Monte, sur l’une des parois de la salle du conseil du palais communal, une inscription placée au-dessous d’une Madone allaitante fait l’éloge de Luigi Guicciardini, un personnage politique de la fin du XIVe siècle, dont le portrait a été à l’évidence remplacé par celui de la Vierge (p. 134-137). La présence des « spectres » peut parfois être perçue en lisant des descriptions anciennes : ainsi, il est déroutant de constater que Vasari au XVIe siècle ne voit et ne décrit que douze des seize panneaux sculptés aujourd’hui visibles sur le tombeau de Guido Tarlati, réalisé vers 1300 dans la cathédrale d’Arezzo (p. 138-161). L’accumulation de ces occurrences, dont le livre passe en revue de très nombreux cas, mène au constat, perturbant, que la plupart des images du XIVe siècle italien que nous avons aujourd’hui sous les yeux ne sont pas telles qu’on les a conçues à l’origine, mais sont des palimpsestes, à savoir les fruits de repeints et de surpeints ; qui plus est, ces modifications sont très souvent volontaires, accomplies pour adapter des images à des contextes changeants, pour effacer des messages qui ne sont plus d’actualité et faire oublier des personnages devenus gênants... comme des spectres.

2Rosa Maria Dessì s’intéresse particulièrement aux spectres qui remontent au « moment angevin », cette période où les villes de Toscane se rapprochent des souverains de la maison d’Anjou (1268-1343), et plus particulièrement aux années 1326-1327, lorsque plusieurs villes, dont Sienne, acceptent de se placer sous la domination de Charles de Calabre, fils du roi Robert de Naples. Comme son père, le prince confie son message politique à une cour de poètes, d’intellectuels et d’artistes de premier plan : les peintres les plus en vue de l’époque, tels que Giotto et Simone Martini, travaillent pour le roi Robert et pour son fils Charles. Mais, lorsqu’à la mort de Robert d’Anjou, en 1343, les villes se réapproprient leur indépendance, les images angevines, qui furent autant de traces de cette domination, sont retirées, détruites ou modifiées et adaptées pour porter d’autres messages. Dans les siècles suivants, les Angevins tombent peu à peu dans l’oubli et l’historiographie du XIXe siècle, toute empreinte de nationalisme et vouée à exalter l’âge d’or des communes italiennes, « démocratiques » et indépendantes, minimise, diabolise ou escamote cette période de domination française, étrangère et dérangeante.

3Le passé angevin, vite enterré, n’a pas été pleuré, mais mis de côté ; il n’a pas été enseveli, mais enfoui à la hâte. Et les images angevines, dissimulées par des couches de peinture et par le refoulement collectif, sont devenues des « spectres ». Comme les spectres des récits populaires, ces images ne trouvent pas de repos, mais viennent hanter l’observateur par les incohérences ou par les formes et les objets qu’elles laissent affleurer à travers les peintures censées les couvrir pour toujours. Ainsi, saint Louis de Toulouse, frère du roi Robert d’Anjou, s’obstine à refaire surface par des moyens divers dans plusieurs peintures. À San Gimignano, au sein de la Majesté peinte dans une salle de l’ancien palais communal, on le devine au-dessous de l’image du roi de France saint Louis, qui porte étrangement un drapeau orné d’armoiries angevines (p. 186-191). C’est probablement le même saint angevin que l’on aperçoit habillé d’une bure dans un dessin du XIXe siècle d’une Maestà de Simone Martini (Sienne, Palazzo Pubblico, salle de la Mappemonde) : au gré des restaurations, ce personnage, aujourd’hui identifié à saint Ansano, s’est vu doter d’autres habits (p. 184-185).

4Les célèbres peintures dans la salle dite du Bon Gouvernement dans le palais communal de Sienne, réalisées par Ambrogio Lorenzetti dans les années 1330, sont au cœur des deux derniers chapitres du livre (p. 283-343). Plusieurs pistes qui s’entrecroisent tout au long de l’ouvrage mènent naturellement à s’interroger : ces peintures, considérées depuis toujours comme l’expression de la fierté communale siennoise, ne cachent-elles pas des spectres angevins ? L’intuition, suggestive, concerne plusieurs scènes sur toutes les parois et les inscriptions associées, ainsi que la figure principale de la paroi nord, à savoir cette étrange invention iconographique d’Ambrogio Lorenzetti qui figure un vieillard : couramment identifié à une personnification de la commune de Sienne, il est semblable, dans sa structure, aux images classiques d’un dominus trônant (il s’en inspirerait, s’accorde-t-on à reconnaître). Ce vieillard ne pourrait-il pas dissimuler un portrait d’un dominus angevin, repeint et adapté par Ambrogio Lorenzetti lui-même après 1343, date de la mort de Robert d’Anjou ? Qu’il s’agisse d’une image partiellement repeinte est en réalité une évidence, notamment si on l’observe à la lumière rasante ou si compare le portait à des dessins anciens. Les similitudes avec d’autres « spectres » que le livre passe en revue renforcent encore cette idée : l’image du vieillard est entourée de vertus, comme l’était le portrait du vicaire florentin Guicciardini, aujourd’hui remplacé par la Madone de San Miniato, déjà mentionnée ; de très nombreux portraits de domini effacés et remplacés sont connus, comme celui que dissimule la Vierge « à trois bras » de Montesiepi, peinte par Ambrogio Lorenzetti lui-même dans une chapelle de l’église San Galgano et dont l’un de ses deux bras droits tient un globe, comme un dominus (p. 228-236).

5Ce livre stimulant est loin d’être conçu comme une démonstration linéaire classique : le plan et l’écriture, riche en formules évocatrices, sont adaptés à traiter avec nuance la matière « spectrale » du livre. Les concepts et les arguments sont amenés et construits lentement et patiemment, parfois seulement suggérés, tissant une trame touffue de dates, de personnages et d’évènements. Ainsi, si la domination des Angevins est le cœur de l’étude et les peintures siennoises d’Ambrogio Lorenzetti constituent le point d’orgue du livre, le lecteur est confronté au fil des pages à plusieurs études de cas et à de nombreuses questions brûlantes. En prenant la mesure du conditionnement dérivant de traditions séculaires, l’auteure peut défier ainsi des interprétations concernant des personnages clés et des chefs-d’œuvre du Trecento toscan : entre autres, la tradition qui reconnaît dans le profil d’homme dans la chapelle de la Madeleine du Palais du Bargello de Florence le seul portrait existant de Dante − ce portrait que les Italiens affectionnent encore, au point de l’avoir choisi pour leur pièce de deux euros − est remise en cause (p. 202-204) ; le mystérieux « Giotto di Bondone ambassadeur siennois » est identifié avec le peintre, après qu’une tradition florentine, fière de compter ce dernier parmi les citoyens de la ville, avait veillé à garder les deux identités bien distinctes (p. 197-202). L’auteure maîtrise avec une érudition impressionnante la bouillonnante et changeante histoire des villes italiennes du Trecento, ses personnages et les productions artistiques et littéraires, au point que le lecteur non spécialiste pourrait parfois se sentir perdu. Des cartes, des frises chronologiques, voire des croquis des parois peintes auraient sans doute pu lui faciliter la tâche ; le prix à payer aurait toutefois été d’enlever une partie de l’aura à ce livre construit comme un polar.

6En définitive, cet ouvrage ouvre des perspectives nouvelles, en osant percer une lourde chape, faite de traditions sédimentées à travers des siècles, à la recherche des traces d’un passé enfoui sous des œuvres d’art admirées par tous. La portée de cette approche est grande : descendues du piédestal réservé aux chefs-d’œuvre intouchables, éternels et intemporels, les images du Trecento toscan sont plongées à nouveau dans le flux de l’histoire. Ce livre aura ainsi montré comment, en osant regarder et écouter les spectres, on peut les libérer de leur fixité mortelle, leur donner du sens et, de manière inattendue, leur rendre vie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessia Trivellone, « Rosa Maria Dessì, Les spectres du Bon Gouvernement », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 07 janvier 2019, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/crm/14995

Haut de page

Auteur

Alessia Trivellone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals