Navigation – Plan du site

Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d’histoire textuelle au LAMOP, éd. Benoît Grévin et Aude Mairey

Marie-Antoinette Alamenciak
Référence(s) :

Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d’histoire textuelle au LAMOP, éd. Benoît Grévin et Aude Mairey, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, 288 p.

ISBN 978-2-85944-943-8

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Le Moyen Âge dans le texte regroupe quinze communications présentées entre 2008 et 2012 lors des Journées d’histoire textuelle du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), « mises à jour et étoffées » (p. 13) en vue de leur publication écrite.

2« Unité généraliste d’histoire médiévale regroupant des historiens de formation et d’intérêts divers » (p. 13), le LAMOP rassemble spécialistes et non spécialistes de l’histoire textuelle, historiens et littéraires, chercheurs français et internationaux. L’interdisciplinarité et la confrontation de méthodologies différentes sont ainsi au cœur du travail mené par le laboratoire, et ces problématiques se retrouvent naturellement dans l’ouvrage. Divisé en cinq sections correspondant à des cycles de journées, le livre fait le point sur cinq problèmes majeurs posés par l’histoire textuelle : la pratique du regroupement textuel, le code-switching ou saut de langue, les usages sociaux de la Bible, l’absence de texte, et enfin le concept d’écriture pragmatique. Parfaitement construit, l’ouvrage mène le lecteur du texte même, de son analyse linguistique et de ses utilisations, aux concepts créés par l’histoire textuelle afin d’étudier les sources médiévales.

3Le volume s’ouvre sur une introduction de Benoît Grévin et Aude Mairey, dont on ne peut que saluer la clarté et la rigueur. Dense, elle rappelle les cheminements scientifiques, intellectuels et mentaux qui ont conduit les historiens à forger la notion d’histoire textuelle, appliquée au Moyen Âge. Les deux auteurs soulignent que s’il est aujourd’hui difficile d’imaginer un historien qui ne travaillerait pas à partir des textes, l’histoire textuelle n’a pas pour autant pour but de faire valoir le texte en tant que source. Si l’histoire textuelle met bien le texte au centre de sa pratique, c’est pour le considérer à partir des problèmes qu’il pose, et pas seulement comme une base de réflexion. Il est également intéressant de rappeler que la prépondérance du texte qui nous paraît si naturelle ne devient une « évidence » pour l’histoire médiévale qu’au « tournant des années 1990-2000 » (p. 7). Outre cette mise au point historiographique, Benoît Grévin et Aude Mairey soulignent les difficultés que pose la pratique de l’histoire textuelle, notion recouvrant des réalités nationales et scientifiques fort différentes : en Europe, l’histoire textuelle française est-elle semblable à la tradition italienne ? De même, si tous ces historiens revendiquent l’étiquette de médiévistes, un diplomatiste pratique-t-il l’histoire textuelle de la même manière qu’un spécialiste du féodalisme ? L’intérêt et la réussite de l’ouvrage résident ainsi dans la volonté de faire fi des clivages, et d’affronter les difficultés posées actuellement par la théorisation et la mise en pratique de l’histoire textuelle médiévale.

4L’introduction s’achève par un résumé des différentes communications, afin de mettre en évidence l’unité de l’ouvrage et les problématiques dans lesquelles s’inscrivent les auteurs. Jugeant qu’il serait redondant et peu utile d’essayer de condenser à nouveau les quinze études alors que les deux directeurs de publication s’en sont si bien chargés, nous préférons souligner ce qui a attiré notre attention dans chaque article.

5La première section, intitulée « Les regroupements textuels au Moyen Âge », rappelle que l’histoire textuelle doit toujours prendre en compte l’environnement du texte étudié, en variant les échelles. Les deux communications très complémentaires de Pierre Chastang (« Des archives au codex : les cartulaires comme collections (xie-xive siècles) ») et de Richard Trachsler (« De l’objet au texte et vice versa. Le statut du recueil manuscrit dans les études de la littérature du Moyen Âge ») sont centrées sur la mise en série, analysée respectivement dans le domaine historique et littéraire. Les deux chercheurs souhaitent mettre l’accent sur la notion de recueil en tant qu’ensemble textuel construit, et pas seulement comme support de conservation. L’exposé très clair de Pierre Chastang est toujours nuancé, revenant sur le terme même de cartulaire, dont le sens varie selon les époques et les systèmes de classement qui diffèrent géographiquement. On appréciera par ailleurs le regard critique et lucide mais jamais blasé de Richard Trachsler sur la pratique de l’édition de texte, discipline soumise à des effets de mode que l’auteur se plaît à résumer en pastichant le discours anthropologique : nous laissons ainsi au lecteur le plaisir de découvrir l’évolution de l’homo philologicus en homo philologicus philologicus, pour finir en homo medievisticus litterarius au xxie siècle.

6Le deuxième thème, « Reflets de code-switching dans la documentation médiévale », s’intéresse à ce qui forme le corps du texte : la langue. La section s’ouvre sur un essai bienvenu en guise d’introduction de Marieke Van Acker (« Peut-on parler de reflets de code-switching dans la documentation du haut Moyen Âge ? »), qui fournit un point définitionnel du code-switching salutaire et nécessaire pour éviter tout contre-sens lors de l’usage de cette notion empruntée à la linguistique. Le cœur de l’article porte sur la possibilité d’un changement de code dans la langue écrite et orale du haut Moyen Âge, période que l’on imagine pourtant unifiée par le latin. Les deux interventions suivantes ont pour point de départ moins un paradoxe qu’un constat : la présence d’un autre code linguistique dans une langue donnée, qui engendre des effets précis selon la nature du texte. Julien Véronèse s’intéresse ainsi à l’introduction de mots étrangers porteurs d’efficacité dans des textes de magie en latin ou en langue vernaculaire (« Sauts de langues et parole performative dans les textes de magie rituelle médiévale (xiie-xve siècles) »), tandis que Benoît Grévin (« L’alternance latin-sicilien dans les actes siciliens du xve siècle : propositions d’analyse ») étudie la langue mixte qu’est le « sicilien de chancellerie » (p. 96), entre langue vernaculaire sicilienne et latin solennel de chancellerie. Cette section, en faisant cohabiter sources magiques et administratives, approche linguistique et codicologique, rappelle que l’histoire textuelle est fondée sur l’interdisciplinarité, comme s’attache à le montrer l’ensemble de l’ouvrage.

7« Les usages sociaux de la Bible au Moyen Âge » est l’intitulé de la troisième section du volume, qui porte sur Le Texte. Alors que les premiers chapitres s’intéressaient à l’aspect matériel du texte, les trois articles de cette section vont rappeler que l’histoire textuelle doit aussi étudier l’utilisation des textes et leur retentissement dans la société médiévale. C’est ainsi que Chiara Ruzzier (« Des armaria aux besaces. La mutation de la Bible au xiiie siècle ») consacre un essai au développement des bibles portatives au xiiie siècle, qui permettent de contenir tout le texte biblique dans un petit manuscrit facilement transportable. Les conséquences de cette « standardisation » (p. 111) en matière de prédication sont particulièrement intéressantes, puisque l’auteure remarque que le développement des ordres mendiants itinérants va de pair avec cette nouveauté technologique. Lucie Doležalovà (« Mémoriser la Bible au bas Moyen Âge ? Le Summarium Biblicum aux frontières de l’intelligibilité ») s’applique également à étudier la miniaturisation de la Bible, mais en analysant cette fois un texte précis : le Summarium Biblicum, résumé du texte biblique sous forme de listes de mots diffusé en Europe centrale et servant d’aide-mémoire. Si l’auteur, la datation et le titre posent problème, le texte lui-même est soumis au doute, car le contenu des listes variait énormément, engendrant un texte instable et pouvant nous paraître obscur. On appréciera l’attitude intellectuelle de l’auteure qui cherche à se demander si cette obscurité était réellement considérée comme telle par les médiévaux. Aude Mairey clôt cette section en nous emmenant outre-Manche (« ‘Pour la charité et le commun profit’ : Bible, hérésie et politique en Angleterre »), afin d’analyser les utilisations politiques de la Bible par les Lollards, hérésie anglaise de la fin du Moyen Âge menée par John Wyclif. Le groupe d’hérétiques rédige probablement collectivement une Bible dite wycliffite, dont le prologue fait fortement référence au contexte politico-social contemporain. En analysant notamment les onze premiers chapitres de ce prologue que la critique a tendance à délaisser, Aude Mairey étudie l’imbrication de la réflexion politique sur la place et le rôle des seigneurs dans une traduction du texte sacré.

8L’apparent paradoxe sur lequel porte la quatrième section (« L’absence du texte ») a engendré quatre communications particulièrement riches. Que faire en effet quand on n’a pas, ou plus, le texte ? L’article de Gian Luca Borghese, « L’ombre portée d’archives disparues. Travailler sur le royaume de Naples après la destruction des Registres angevins (30 septembre 1943) », met en lumière les problèmes auxquels est confronté l’historien face à des sources détruites qu’on tente ensuite de recréer. Alors que les Registres originaux de la chancellerie angevine sont définitivement perdus, ainsi que les répertoires qu’étaient en train de constituer les archivistes, ne subsistent que des sources de seconde main, comme des transcriptions, des notes personnelles ou des éditions diplomatiques. L’historien doit donc faire face à une source qui est « un texte récupéré, reconstruit, et qui n’est parfois que l’ombre du texte original » (p. 183), les sources secondaires devenant sources primaires. Avec « No hay nada ou ‘la Catalogne, source intarissable’ ? Réflexions sur une expérience de recherche entre abondance et absence d’archives », Stéphane Péquignot s’interroge au contraire sur l’attitude de l’historien face à une profusion de sources, tout en rappelant qu’abondance ne signifie pas complétude : on a ainsi pu faire disparaître ce qui documentait un événement que l’on souhaitait oublier. L’article touffu de Taku Kuroiwa, « Notes sur l’apparition des vers isolés dans les imprimés des textes dramatiques médiévaux : le cas de la deuxième édition Trepperel de Maistre Pierre Pathelin », rappelle que le texte de théâtre est systématiquement marqué par une absence de texte, du fait de sa nature mi-écrite, mi-performance orale. En prenant comme preuve les vers isolés qui ne doivent pas toujours être considérés comme des fautes de copiste, l’auteur veut mettre en valeur l’écart entre la représentation d’un texte théâtral et sa mise par écrit. Quittant le domaine littéraire mais prolongeant les analyses de Taku Kuroiwa sur la mixité des modes d’expression, la communication de Philippe Bernardi (« Les à-côtés de l’écrit. Réflexions sur les modalités de la commande artisanale ») tente d’analyser l’absence de texte dans le texte lui-même. En étudiant des actes notariés provençaux de la fin du Moyen Âge portant sur le bâtiment, l’auteur montre qu’un contrat notarié est certes un document écrit, mais lié à d’autres modes d’expression, comme le prouvent des références textuelles plus ou moins explicites à un accord oral ou à un exemple de bâtiment connu de tous. Tout est dit, mais tout n’est pas écrit.

9La cinquième et dernière section de l’ouvrage est selon nous la plus ardue, car la plus conceptuelle. Intitulée « L’écriture pragmatique, un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne », cette partie s’attache à décliner la notion d’écriture pragmatique selon divers pays, périodes et textes. Comme le deuxième chapitre, la section commence par un article de mise au point notionnelle et définitionnelle (Harmony Dewez, « Réflexions sur les écritures pragmatiques »). Partant des expressions anglaises et allemandes (pragmatic literacy et pragmatische Schriftlichkeit), l’auteure souligne que le français parle d’« écritures pragmatiques », en référence au « tournant pragmatique » qui aurait eu lieu au xiiie siècle. Ce concept devait aider à séparer les textes littéraires au sens large (philosophie, poésie, roman, histoire…) « qui avaient pour finalité d’instruire, d’édifier, de divertir » (p. 246), des écritures pragmatiques qui auraient pour but l’action, la production d’un effet sur le monde. Grâce à ce rappel historiographique, Harmony Devez peut pointer les difficultés qu’engendre une telle scission des sources textuelles médiévales. N’en niant ni l’intérêt ni les apports, l’auteure finit par proposer d’autres expressions moins cloisonnantes. A la suite de cette mise au point, Helen Lacey (« Littératie pragmatique et conscience politique dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge ») souligne le rôle des études anglophones dans le décloisonnement des sources textuelles. Prenant comme point de départ des textes juridiques et administratifs, elle souligne que ces textes sont généralement liés à des rituels oraux, comme l’illustrent les cérémonies de pardon, mettant à nouveau en évidence le lien entre littératie et oralité. Avec « De la ‘révolution scripturaire’ du Duecento à la fin du Moyen Âge : pratiques documentaires et analyses historiographies en Italie », Isabella Lazzarini analyse l’appropriation du concept par les historiens italiens : scritture pragmatiche. Elle explique ainsi que les chercheurs italiens ont étendu chronologiquement le concept jusqu’à la fin du Moyen Âge, remettant en question les conséquences de la révolution scripturaire qui aurait eu lieu au xiiie siècle sur les derniers siècles du Moyen Âge.

10L’ensemble des articles forme ainsi un véritable ouvrage de synthèse sur l’actualité de l’histoire textuelle, l’attitude scientifique de chaque contributeur, désireux de tenter la mise en pratique des problèmes théoriques évoqués dans l’introduction, répondant à l’idéal intellectuel évoqué par Benoît Grévin et Aude Mairey : « nous force[r] à nous interroger dans un mouvement perpétuel » (p. 22). La finalité du livre n’est pas tant de montrer les progrès de l’histoire textuelle, que de problématiser la discipline.

11Le lecteur est libre de naviguer dans le volume à l’aide de la table des matières et d’un riche index, complétés par les bibliographies abondantes mais sélectives que proposent les auteurs dans leurs essais.

12Nous aimerions enfin souligner un dernier point qui participe à la clarté et à l’intérêt de l’ouvrage. Qu’il s’agisse de l’introduction ou des articles, chaque auteur cherche à contextualiser son propos, à rappeler la tradition historiographique, refusant une vision progressiste de l’Histoire. On a particulièrement apprécié les pages nuancées et actuelles sur les qualités et défauts de la numérisation et de l’informatisation qui, s’ils permettent un retour au texte, contiennent néanmoins le risque d’une « hystérie du ‘tout numérique’ » (p. 8). De même, la liste des travers inhérents à toute discipline (tics, jargon, cf. p. 10) est présentée avec humour et sert d’humble memento à tout chercheur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Antoinette Alamenciak, « Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d’histoire textuelle au LAMOP, éd. Benoît Grévin et Aude Mairey  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 16 février 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crm/15006

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals