Navigation – Plan du site
La chanson de geste au xive siècle

L’art de la laisse dans La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier (XIVe-XVe siècle)

Delphine Demelas
p. 101-128

Résumés

L’article propose une analyse du rôle de la laisse dans La Chanson de Bertrand du Guesclin, afin d’étudier les parts d’archaïsme et d’innovation dans ce texte tardif. L’étude permet de s’interroger sur le rôle structurant de la laisse, qui garde une fonction de délimitation mais s’inscrit aussi dans des unités narratives plus larges dans la littérature épique de la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2021.

Plan

Relevé des types d’introduction et conclusion
Introductions Classiques
Type métadiscours
Type actoriel
–– Actant + estre
–– Actant + verbe
Type descriptif
–– Adverbe + estre
–– Attribut + estre
–– Impersonnel
Vass’en
Type rappel
Discours
Des techniques expérimentales ?
L’explosion du discours
Avis d’un personnage
Discours de plusieurs vers
Vers plus de narrativité
Type actoriel
Compléments circonstanciels
Une conclusion pleinement narrative
Métadiscours : du Jongleur à l’auteur
Enchaînements et reprises de laisses
Enchaînements classiques
Enchaînements linéaires
Du discours au discours
Enchaînements horizontaux
Reprises particulières
Conclusion

Aperçu du texte

La fin du Moyen Âge voit fleurir de nombreux textes s’attachant à mettre par écrit la vie de divers chevaliers. Un texte se détache de cette production littéraire par son style particulier : La Chanson de Bertrand du Guesclin. Il s’agit d’une biographie que l’on peut qualifier d’épique rédigée par un certain Cuvelier, reprenant les techniques littéraires des anciennes chansons de geste afin de narrer la vie du connétable français. Le choix d’une esthétique épique fait figure d’exception dans le paysage littéraire de la fin du xive siècle. La période est en effet dominée par une production lyrique en pleine mutation à la recherche d’une fixité. Les derniers textes épiques rédigés entre 1380 et 1490 sont soit des réécritures en alexandrins de chansons préexistantes, soit des mises en prose. C’est alors même que la matière épique semble s’épuiser qu’est composé le poème célébrant la vie du chevalier breton, à contre-courant des modes littéraires en vogue au même moment. Le style du tex...

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Demelas, « L’art de la laisse dans La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier (XIVe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 35 | 2018, 101-128.

Référence électronique

Delphine Demelas, « L’art de la laisse dans La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier (XIVe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 29 août 2021, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/crm/15429 ; DOI : 10.4000/crm.15429

Haut de page

Auteur

Delphine Demelas

Universidad del Norte (Asunción, Paraguay)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals