Navigation – Plan du site
Juan Huarte et les métiers

Tel esprit qui croyait prendre. Les tempéraments du Dr Huarte, médecin et écrivain

Dominique Brancher
p. 427-464

Résumés

Si on appliquait à l’énonciateur de l’Examen des esprits les « diagnostics professionnels » qu’il propose, quel métier et corrélativement quel tempérament, tempéré ou intempérant, lui attribuer ? L’article montre que la singularité inclassable de l’énonciateur de l’Examen en défie les catégories médicales et les jugements esthétiques, met en contradiction le dire et le dit par la praxis d’un médecin-philosophe qui écrit en rhéteur efficace, véritable adunaton dans le système huartien.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2021.

Plan

Biographèmes : de la vie à l’œuvre
Aléas professionnels
Un médecin qui écrit
Le privilège de la plume
Le tempérament de l’énonciateur
Un ouvrage savant en vernaculaire : le deuil de la mémoire
« Bien discourir », ou l’allure de la chèvre
Le style médical
Contre-offensive d’un médecin littérateur
Une prose de l’imagination
Art du récit
Travail figural
Eloge du mélange ou l’exception Huartienne
Mélancolie paradisiaque
Le déséquilibre parfait
Conclusion

Aperçu du texte

En goûtant du fruit interdit, Adam se livra à une consommation aussi coupable que productive. D’un côté, la faute signa le passage du corps à la chair, de la crase parfaite du premier homme au déséquilibre moral et humoral, état dans lequel, explique Huarte dans son Examen des esprits, il connut sa femme et engendra un homme aussi mauvais que Caïn. Mais de l’autre, cette même faute stimula l’inventivité des hommes, réveilla leur imagination. Le péché originel est ainsi à l’origine des arts et des métiers, qu’il obligea l’homme à créer, par une genèse paradoxale et inverse de celle qui fit la perfection du monde :

Si Adam et tous ses ascendans eussent vécu dans le Paradis terrestre, ils n’eussent point eu besoin d’aucun art mechanique, ny d’aucune des sciences qu’on enseigne maintenant aux Escoles ; et jusques icy elles n’auroient esté ny inventées ny pratiquées.

Nul besoin alors de tailleur pour voiler des nudités encore innocentes, de maçon pour pallier un clavier climatique mal temp...

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Brancher, « Tel esprit qui croyait prendre. Les tempéraments du Dr Huarte, médecin et écrivain », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 35 | 2018, 427-464.

Référence électronique

Dominique Brancher, « Tel esprit qui croyait prendre. Les tempéraments du Dr Huarte, médecin et écrivain », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 29 août 2021, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crm/15529 ; DOI : 10.4000/crm.15529

Haut de page

Auteur

Dominique Brancher

Séminaire d’études françaises, Université de Bâle

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals