Navigation – Plan du site

Anne Dubois, Valère Maxime en français à la fin du Moyen Age. Images et tradition

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Anne Dubois, Valère Maxime en français à la fin du Moyen Age. Images et tradition, Turnhout, Brepols, 2016, 540 p.

ISBN 978-2-503-56698-6

Texte intégral

  • 1 On peut trouver aussi Valère-Maxime avec un tiret mais cet usage, contrairement au cas de Tite-Live (...)
  • 2 Cette estimation se trouve sous la plume d’A. Valentini, dans la notice qu’il consacre à Valère Max (...)
  • 3 Une rubrique du ms. 261 de la BM de Troyes citée p. 104 note 1 nous apprend que le livre V de Valèr (...)
  • 4 « Et fu finee l’an mil cccc et i la veille saint Michiel Archange » (BnF, fr. 282, f. 411v) est-il (...)
  • 5 Voir les pages (121-124) fort intéressantes qu’A. Dubois consacre au personnage de Jacques Courau e (...)

1Le recueil d’anecdotes historiques connu sous le titre de Facta et dicta mirabilia de l’auteur latin Valère Maxime1, probablement publié en 31 après J.-C. et dédié à l’empereur Tibère, compte parmi les textes antiques les plus diffusés au Moyen Age, avec environ un demi-millier de manuscrits conservés2. Il n’est donc guère étonnant qu’un tel texte connaisse sa première traduction française durant cette période, plus précisément sous le règne du « sage roi » Charles V, qui fut comme on le sait le promoteur de grandes entreprises de traduction d’auctoritates antiques ou médiévales telles qu’Aristote (par Nicole Oresme), saint Augustin (par Raoul de Presles), Jean de Salisbury (par Denis Foulechat) et bien d’autres encore. Parmi ces différentes campagnes de traduction qui, étant donné l’ampleur de certains textes, pouvaient s’étaler sur plusieurs années, celle de Valère Maxime a un statut un peu particulier, ayant connu quelques vicissitudes : entamée à l’intention de Charles V en 1375 par un premier traducteur, Simon de Hesdin, elle s’interrompt au chapitre 4 du livre VII (sur neuf livres au total), peut-être à cause de la mort du roi en 13803, avant d’être achevée vingt ans plus tard (précisément le 28 septembre 1401)4 par un second traducteur, Nicolas de Gonesse, à la demande de Jacques Courau, trésorier du duc Jean de Berry, qui lui en fit don pour les étrennes de 14025.

  • 6 Voir notamment les deux articles différents dans leurs perspectives mais complémentaires de F. Bouc (...)

2Comme celle de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles et très probablement pour des raisons similaires – la présence d’un ample commentaire repris en large part de commentaires latins antérieurs (dans le cas de Valère Maxime, ceux de Dionigi da Borgo San Sepolcro et de Luca da Penne) fait du texte originel, qui double ainsi de volume, une sorte d’encyclopédie d’histoire et de culture antiques – la première traduction française de Valère Maxime a connu une exceptionnelle diffusion entre le dernier quart du XIVe siècle (plus précisément 1378-1380 pour le manuscrit le plus ancien, le BnF, fr. 9749) et le premier quart du XVIe siècle puisqu’A. Dubois en répertorie pas moins de 70 manuscrits (y compris les fragments, dont 54 illustrés) et 5 éditions imprimées, d’avant 1477 pour la princeps probablement imprimée à Bruges à c. 1524, date retenue pour la dernière édition, sortie des presses de Philippe Le Noir. On l’aura compris – plusieurs études récentes en témoignent6 – le Valère Maxime en français constitue avec quelques autres textes (Histoire ancienne jusqu’à César, Faits des Romains, Tite-Live de Bersuire, Cité de Dieu de Raoul de Presles) l’un des piliers de la connaissance de l’Antiquité à la fin du Moyen Age.

3C’est donc ce corpus à la fois vaste et cohérent – et qui par ailleurs compte nombre de manuscrits remarquables, tels le Valère Maxime de Philippe de Commynes (Londres, BL, Harley 4374-4375) ou celui de Philippe le Bon (BnF, fr. 6185) – qu’A. Dubois entreprend d’embrasser d’un regard aussi méticuleux qu’érudit, regard qui est d’abord celui d’une historienne de l’art (comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, ce sont les « images » qui sont ici premières), mais une historienne de l’art qui ne craint pas de s’aventurer, pourvue d’un solide bagage, sur les terrains voisins de la philologie, de la codicologie et de l’histoire du livre, surtout de l’histoire tout court. Car c’est bien une histoire qu’il s’agit ici de retracer sur un siècle et demi, l’histoire d’un texte et de son illustration, de ses dizaines de témoins différents, transmis de mains en mains, prestigieuses ou anonymes, en prêtant une grande attention à l’histoire des possesseurs ; surtout, en se livrant à une analyse systématique de la décoration de chaque manuscrit et imprimé, il devient possible de reconstituer la généalogie de tous ces témoins qui tantôt s’inspirent et dérivent les uns des autres, ce qui permet de les regrouper en différentes « filières » parisienne, rouennaise, lyonnaise ou encore brugeoise, ou au contraire divergent parce qu’ils sont contraints, en l’absence de modèle, ou font le choix d’innover, de façon plus ou moins heureuse. Même en s’appuyant sur une bibliographie déjà importante, puisque nombre des manuscrits ici étudiés ont déjà bénéficié de l’attention des spécialistes, et non des moindres, l’entreprise (menée dans le cadre d’une thèse de doctorat) est particulièrement ambitieuse et – disons-le d’emblée – le résultat est largement à la hauteur de cette ambition, bien mis en valeur par un travail éditorial de qualité, avec une belle mise en page et une illustration abondante, où l’on regrettera tout de même que le noir et blanc et un format relativement réduit prédominent (28 planches en couleurs pour 168 illustrations en n&b).

4De fait, comme en témoigne le catalogue final (p. 393-469) qui propose une notice détaillée pour tous les exemplaires manuscrits et imprimés examinés, A. Dubois a d’abord fourni un travail considérable sur les témoins du Valère Maxime français, non seulement sur le plan codicologique, historique (possesseurs) et iconographique (attribution des enluminures), mais aussi pour identifier le sujet de chacune des illustrations, ce qui n’était certes pas chose aisée et nécessitait une excellente connaissance du texte (utile aussi à pouvoir juger de celle qu’en avaient les illustrateurs !), à tel point d’A. Dubois a dû en faire la transcription complète à partir des mss fr. 9749 et 282 (p. 11). Au total, comme le signale encore A. Dubois dans son introduction, ont été examinées rien moins que 1235 miniatures et gravures sur bois, dans quatre configurations principales : « un cycle long présentant une illustration placée en tête de tous les chapitres composant le texte (soit 90 miniatures) ; un cycle court présentant une illustration en tête de chacun des livres (soit neuf miniatures) ; un cycle mixte caractérisé par des illustrations disposées de façon aléatoire dans le texte, certains chapitres étant illustrés par une ou plusieurs miniatures, d’autres en étant dépourvus ; et enfin ce que nous avons appelé un type ‘frontispice’ marqué par la présence d’une seule miniature en début de volume » (p. 10).

5A partir de ce matériau extrêmement riche, même s’il peut être d’une qualité artistique assez variable, A. Dubois est parvenue à bâtir un véritable récit, je n’irais pas jusqu’à dire plein de rebondissements mais qui se lit presque comme une enquête où chacun des témoins, convoqués dans l’ordre chronologique, vient apporter sa contribution à l’histoire du texte, en commençant par la façon dont il s’est constitué comme un ensemble, avec une attention particulière portée aux exemplaires de dédicace de Charles V (fr. 9749) et de son frère Jean de Berry (fr. 282), qui est le premier manuscrit à contenir la traduction complète (chapitres 1 à 3) ; ensuite dont il s’est diffusé, d’abord en France, autour du roi et dans le milieu des grands officiers royaux, principalement par la « filière » parisienne, qui voit notamment l’apparition des cycles iconographiques « longs » au début du XVe siècle (chapitres 4 à 8) ; puis, à partir du milieu du XVe siècle, dans les Pays-Bas méridionaux, par la « filière » brugeoise qui se développe dans l’orbite de la cour de Bourgogne (chapitres 9 à 12). Ainsi, à travers un cas d’espèce, et au-delà des questions d’attribution qui retiendront plus particulièrement l’attention des spécialistes, le lecteur bénéfice grâce à cette étude d’une vue cavalière, forcément partielle et néanmoins très suggestive, sur l’histoire de l’enluminure française et bourguignonne à la fin du Moyen Age, qui permet entre autres de mettre en évidence les relations entre grands centres de production (Paris, Bruges) et d’autres plus périphériques (Rouen, Lyon), l’incidence des vicissitudes de l’histoire sur le marché du livre (voir le « creux » caractéristique de la production parisienne pendant le deuxième quart du XVe siècle, plus précisément à partir de l’occupation anglaise en 1420), le rôle important du libraire, y compris dans la conception d’un programme iconographique (voir notamment le cas du libraire parisien Pierre de Liffol, p. 165-174), enfin les liens étroits et réciproques qu’entretiennent manuscrits et imprimés, tels que les révèle le cas exemplaire de Lyon, où un manuscrit (Chantilly, Musée Condé, 833-834) confectionné dans cette ville avec un texte copié en partie d’éditions incunables voit son illustration influencer à son tour la première impression lyonnaise de Matthias Husz en 1485 (chapitre 7).

  • 7 L’édition de R. Combès aux Belles Lettres (1995-1997) n’étant pas achevée, il eût fallu renvoyer pa (...)
  • 8 La traduction médiévale de Valère Maxime n’est pas, contrairement à ce que la lecture de l’ouvrage (...)
  • 9 En comparant la liste d’A. Dubois et celle fournie par le « Miroir des classiques », on s’aperçoit (...)

6Au rang des critiques, peu de choses sont à signaler, du moins aux yeux du non spécialiste que je suis. Pour citer le texte de la traduction de Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse, encore largement inédite, A. Dubois a fait le choix d’une transcription quasiment diplomatique (cf. note 8 p. 13), ce qui à mon sens n’a d’autre intérêt que d’en rendre la lecture inutilement difficile. Très fournie et visiblement maîtrisée, la bibliographie souffre néanmoins de quelques absences, dont le renvoi à une édition complète du texte latin de Valère Maxime7 ou encore aux éditions partielles de la traduction française8. Plus étonnant, on ne trouve dans cette bibliographie aucune mention du « Miroir des classiques » hébergé sur le site de l’Ecole nationale des chartes, qui comporte notamment une liste de tous les manuscrits de la traduction de Valère Maxime ; visiblement A. Dubois n’a pas eu connaissance de ce répertoire, qui aurait certainement pu lui faciliter la tâche et lui éviter en outre d’oublier un manuscrit dans sa propre liste9.

7Ces deux ultimes petites réserves n’enlèvent cependant rien, on l’aura compris, à l’excellence de ce travail aussi érudit que limpide et d’une richesse dont il est difficile de rendre compte dans le cadre de cette rapide recension.

Notes

1 On peut trouver aussi Valère-Maxime avec un tiret mais cet usage, contrairement au cas de Tite-Live, ne semble pas systématique chez les latinistes.

2 Cette estimation se trouve sous la plume d’A. Valentini, dans la notice qu’il consacre à Valère Maxime dans Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe). Étude et Répertoire, éd. C. Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, vol. 2, t. 1, p. 253-255. Comme le rappelle A. Dubois p. 41 de son ouvrage, la liste de manuscrits dressée par D. M. Schullian en 1981, qui comprend aussi les commentaires, les abrégés et les extraits ainsi que les traductions en langue vernaculaire, compte plus de 650 entrées.

3 Une rubrique du ms. 261 de la BM de Troyes citée p. 104 note 1 nous apprend que le livre V de Valère Maxime a été traduit en 1379. Par ailleurs on sait que Simon de Hesdin est mort en 1383, ce qui peut aussi expliquer l’interruption de la traduction.

4 « Et fu finee l’an mil cccc et i la veille saint Michiel Archange » (BnF, fr. 282, f. 411v) est-il précisé à la fin de la traduction, ce qui correspond bien au 28 septembre comme l’indique A. Dubois p. 114 et non au 27 comme il est dit par erreur p. 120.

5 Voir les pages (121-124) fort intéressantes qu’A. Dubois consacre au personnage de Jacques Courau et à son rôle dans la confection du manuscrit ducal, le BnF, fr. 282.

6 Voir notamment les deux articles différents dans leurs perspectives mais complémentaires de F. Bouchet, « Les jeux littéraires avec l’autorité de Valère Maxime aux XIVe et XVe siècles », Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, éd. D. Foucault et P. Payen, Grenoble, Millon, 2007, p. 297-312 et de D. Lechat, « Sort et présentation des traductions de Valère Maxime aux XVe et XVIe siècles », Accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle, éd. M. Guéret-Laferté et C. Poulouin, Paris, Champion, 2012, p. 55-72.

7 L’édition de R. Combès aux Belles Lettres (1995-1997) n’étant pas achevée, il eût fallu renvoyer par exemple à celle de J. Briscoe chez Teubner (1998) ou bien à celle de P. Constant chez Garnier (1935), plus pratique pour le lecteur francophone puisque pourvue d’une traduction française en regard.

8 La traduction médiévale de Valère Maxime n’est pas, contrairement à ce que la lecture de l’ouvrage d’A. Dubois pourrait laisser croire, complètement inédite, loin s’en faut : ont été en effet édités, d’une part, les livres I, II, III et V traduits par Simon de Hesdin, respectivement par M. C. Enriello, C. Di Nunzio, A. Vitale-Brovarone et P. A. Martina, et sont accessibles sur le site de la revue Pluteus, www.pluteus.it ; d’autre part la partie traduite par Nicolas de Gonesse, dans la thèse encore non publiée de G. Pastore, Nicolas de Gonesse e la traduzione francese di Valerio Massimo : edizione e commentario, thèse des universités de Turin et de Paris III, 2012. Une communication personnelle de Graziella Pastore (que je remercie d’avoir bien voulu répondre à mes questions) de juillet 2019 m’informe qu’un projet d’édition intégrale du texte, sous la direction d’A. Vitale-Brovarone, est actuellement toujours en cours.

9 En comparant la liste d’A. Dubois et celle fournie par le « Miroir des classiques », on s’aperçoit en effet que ce dernier mentionne un deuxième manuscrit turinois, en plus de celui que connaît A. Dubois : il s’agit du Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L.II.9, décrit dans la thèse de G. Pastore citée ci-dessus. Signalons toutefois, en toute bonne justice, que la liste du « Miroir des classiques » n’est elle-même pas exempte de lacunes (y manque un certain nombre de fragments étudiés par A. Dubois) ou d’erreurs (au moins une en tout cas, le même manuscrit faisant l’objet de deux renvois différents : Berlin, Staatsbibl. zu Berlin-Preussischer Kulturbesitz, Depot Breslau I-II et Wroclaw, Bibl. Uniwersytecka, Rehdig 48-49).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Anne Dubois, Valère Maxime en français à la fin du Moyen Age. Images et tradition  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 03 août 2019, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crm/15634

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals