Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2019Voyages dans l’au-delà et aventur...

2019

Voyages dans l’au-delà et aventures extraordinaires. Contes et récits du Moyen Âge, présentés et adaptés en français moderne par Claude et Corinne Lecouteux

Karin Ueltschi
Référence(s) :

Voyages dans l’au-delà et aventures extraordinaires. Contes et récits du Moyen Âge, présentés et adaptés en français moderne par Claude et Corinne Lecouteux, Paris, Imago, 2018, 220 p.

ISBN 978-2-84952-924-9

Texte intégral

1Cet ouvrage se veut une introduction au « merveilleux géographique » légué par les récits fabuleux du Moyen Âge. Pays de l’imaginaire ancrés dans de vraies topographies, les manuscrits et incunables mais aussi le témoignage sculpté des cathédrales restent les supports indélébiles de ces somptueuses divagations de l’esprit sinon des corps, dont le présent volume nous transmet quelques pépites, présentées et adaptées en français moderne par Claude et Corinne Lecouteux. L’ouvrage est divisé en deux grandes parties : « Voyages extraordinaires » et « Romans d’aventure ».

2Dans la première partie, un premier ensemble, « Voyages aux confins », regroupe différentes traditions autour du plus fameux des explorateurs, Alexandre de Macédoine, qui n’a pas cessé de fasciner et d’inspirer les auteurs du Moyen Âge. L’intrépide voyageur n’a-t-il pas élargi, quasi à l’infini, du firmament au fin fond des océans, les frontières de l’univers ? Ainsi, le volet s’ouvre sur une lettre qu’écrit Alexandre à sa mère Olympia et son maître Aristote, épître dans laquelle se trouve condensé un grand nombre de merveilles récurrentes dans ce genre littéraire : paysages étranges peuplés de créatures effroyables (géants, hommes sauvages ou sans têtes, crabes géants…) et d’objets magiques (ces pierres qui vous noircissent si vous les touchez). Le voyage mène Alexandre jusqu’au bout du monde, à l’endroit où le ciel rejoint la terre. Il est alors emporté par des oiseaux dans les airs : il peut contempler, des siècles avant l’invention des satellites, la terre depuis les hauteurs du firmament, mais il est content de retrouver la terre, « bien décidé à ne plus tenter l’impossible » !

3Alexandre a également inspiré les Arabes qui lui donnent le nom de Dû’l-qarnein, « le biscornu », car il est allé jusqu’aux « deux cornes du monde », i.e. ses deux extrémités, à la recherche de l’eau de la vie, voyage autour duquel il rencontre notamment l’ange Raphaël dans un récit attribué à Ta’labî, dont le plus ancien manuscrit remonte au XIIe siècle : bel exemple du syncrétisme à l’œuvre dans ces traditions que d’autres auteurs arabes (Omâra et Nezâmi notamment) vont d’ailleurs illustrer. Le volet se termine par une autre lettre d’Alexandre à son maître Aristote, consacrée aux merveilles de la fabuleuse Inde, et par une sélection iconographique qui nous donne à voir toutes ces aventures, depuis les Cyclopes jusqu’à Gog et Magog, au vol et à l’exploration sous-marine du grand explorateur.

4Un deuxième chapitre regroupe différents voyages dans l’au-delà : le conte du Prince au Paradis dont la tradition la plus ancienne se trouve chez Maurice de Sully ; la Vision de Tondale, agrémentée de belles illustrations ; enfin un récit (« Invités chez le diable ») rapporté par Otloh de Saint-Emmeram (1010-1067 env.) qui raconte comment on peut se retrouver inopinément dans l’Autre Monde, en l’occurrence en enfer, pour avoir accepté la compagnie d’un chevalier inconnu, le diable en personne, qui vous a invité à manger chez lui. Si vous parvenez à vous en échapper en déjouant ses ruses comme les héros du récit, alors vous vous rendrez compte, sur le chemin du retour, que tout n’a été qu’illusion et en particulier que vous mourez de faim ! Notons aussi que c’est la seule version de ce conte à nous être parvenue.

5Le troisième chapitre regroupe des « Voyages chez les fées ». Il s’ouvre sur le récit de Thomas d’Erceldoune, surnommé Thomas le Rimeur, poète et devin écossais du XIIIe siècle. Il voit apparaître une femme d’une beauté si extraordinaire qu’il la prend pour la Mère de Dieu. Elle le détrompe – « je suis la reine des fées » – et lui offre ses grâces mais ce faisant perd toute sa beauté. Suit un voyage de trois jours dans un paysage sombre où coule une rivière de sang. Les voyageurs finissent par parvenir au château de la dame, qui a recouvré sa première beauté. Le héros y goûte une vie de plaisirs, mais finit par être reconduit par la dame qui lui fait don d’une langue qui ne ment jamais. Peu connue en France, l’histoire a bénéficié d’une postérité féconde notamment dans l’œuvre de Theodor Fontane ou encore Washington Irving (Rip van Winkle).

6Les récits suivants ont pour centre la légende de Tannhäuser. « La Chanson de Tannhäuser » relate comment le chevalier Tannhäuser file le parfait amour avec Vénus en personne, laquelle voudrait le garder toujours auprès d’elle dans sa montagne. Pris de remords, il la quitte, se confesse au pape qui tarde à lui donner l’absolution. Lorsqu’elle arrive enfin, c’est trop tard, le chevalier est retourné auprès de Vénus, prisonnier pour l’éternité désormais, tandis que le pape scrupuleux et pusillanime est damné lui aussi. La légende devait être très populaire et les « pèlerinages » fréquents : on sait que le pape Grégoire XI († 1378) fit murer l’entrée de ce qu’on considérait comme la grotte de Vénus ou Sibylle, et que jusqu’au XVIIe siècle il était nécessaire d’y placer des gardes ! Antoine de la Sale a repris l’histoire dans Le Paradis de la Reine Sibylle ; les Frères Grimm en ont donné une version (Deutsche Sagen n°170), ici traduite ; enfin Richard Wagner l’a immortalisée comme on sait.

7L’histoire de Guerino Meschino clôt ce premier volet. Composée par Andrea da Barberino vers 1410, les douze manuscrits qui nous l’ont léguée témoignent de son succès. Elle relate la quête d’un héros vendu par des pirates et qui parcourt le monde à la recherche de ses parents. Ses pérégrinations le conduisent notamment à la Montagne de la fée Alcina, dans la grotte de la Sibylle, au puits de saint Patrice et jusqu’au pape de Rome, après quoi il retrouve enfin ses parents.

8La seconde partie (« Romans d’aventure ») s’ouvre sur l’histoire du Duc Ernst, roman d’aventure rédigé vers 1190, qui depuis n’a cessé d’être réadapté outre Rhin, et qui a connu une fortune littéraire particulière. L’histoire relate le voyage du héros à Constantinople puis en Terre sainte, de fait jusqu’en Chine ! Au cours de ses pérégrinations, il rencontre les étranges peuples du bout du monde, des hommes grues (c’est la première attestation de cette « espèce » fabuleuse) et autres sciapodes, et visite des pays et des villes mirifiques, enfin, des contrés dangereuses comme certaine Montagne d’Aimant.

9Les chapitres suivants sont consacrés à la très riche tradition de Salomon et Morolf dont les premières attestations remontent au XIIe siècle, récits mirobolants où Salomon, baptisé, est devenu un roi chrétien dupé par sa femme Salomé. Celle-ci s’étant enfuie, Morolf est chargé de la lui ramener. Les aventures se déroulent à un rythme endiablé où se mêlent constamment magie et ruse, « science » médicale et cocasseries merveilleuses, ainsi que des motifs mythiques comme celui de la fausse mort, de rebondissement en rebondissement, dans un bonheur de conter qui semble intarissable. Quinze illustrations tirées d’un livre de colportage, publié à Strasbourg en 1550, complètent l’investigation.

10Stilfrid et Bruncvik, histoire qui nous est parvenue par cinq manuscrits du XVe siècle sous différents titres, relate les aventures d’un héros qui doit affronter tour à tour ses propres compagnons devenus cannibales à force de privations, puis un griffon et sa progéniture, enfin un lion aux prises avec un dragon à neuf têtes. Le lion délivré restera à ses côtés, compagnon et aide indéfectible, faisant un chevalier au lion de plus dans notre paysage littéraire.

11Le recueil présente, en guise de conclusion, presque de « testament », la jubilatoire tradition du Curé (Pfaffe) Amis, à la fois héritière des fabliaux médiévaux et annonciatrice de Till Eulenspiegel. Le « Curé » est un joyeux charlatan, inventeur de bons tours ainsi que de motifs narratifs qui se perpétueront, féconds. Hans Christian Andersen reprendra ainsi, dans Les Habits neufs de l’Empereur, l’histoire du tableau invisible dont le Curé fait miroiter les mérites aux benêts et dont aucun n’a le courage de dénoncer la mystification.

12L’ouvrage se clôt sur des annexes regroupant les notes, la bibliographie, un index des motifs mis en relation avec la classification d’Aarne-Thompson, et enfin un index des noms propres.

13Très plaisant à lire, il abrite un véritable vivier de merveilles, souvent peu connues et inaccessibles aussi bien pour des raisons linguistiques qu’éditoriales. Il comporte un échantillon représentatif des principaux topoi relatifs aux voyages dans l’au-delà. Mais ce ne sont pas seulement de belles histoires : Claude et Corinne Lecouteux mettent à la disposition du public et des chercheurs la véritable pré-histoire de bien des traditions et œuvres modernes, lesquelles reçoivent ainsi un éclairage nouveau. De nombreuses œuvres et récits d’explorations, en effet, sont tributaires de cette mémoire, de Marco Polo à Jules Vernes ou Robinson Crusoé. Enfin, oscillant constamment entre vision, fantasme et réalisme, ces textes nous invitent au « voyage », c’est-à-dire à cette « rêverie féconde » chère à Bachelard, sans aucun doute l’aventure par excellence de nos humaines existences toujours avides d’outrepasser les limites de l’espace et du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Ueltschi, « Voyages dans l’au-delà et aventures extraordinaires. Contes et récits du Moyen Âge, présentés et adaptés en français moderne par Claude et Corinne Lecouteux  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 03 août 2019, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/15769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.15769

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search