Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2019Alessia Belli et Astrid Estuardo ...

2019

Alessia Belli et Astrid Estuardo Flaction, Les striges en Italie du Nord. Édition critique et commentaire des traités de démonologie et sorcellerie de Girolamo Visconti (Milan, c. 1460) et de Bernard Rategno (Côme, c. 1510)

Julien Véronèse
Référence(s) :

Alessia Belli et Astrid Estuardo Flaction, Les striges en Italie du Nord. Édition critique et commentaire des traités de démonologie et sorcellerie de Girolamo Visconti (Milan, c. 1460) et de Bernard Rategno (Côme, c. 1510), Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, « Micrologus Library, 97 », 2019, 429 p.

ISBN : 978-88-8450-931-4

Texte intégral

1Les striges en Italie du Nord réunit les travaux qu’Alessia Belli et Astrid Estuardo Flaction ont consacrés, dans le cadre de leur master respectif réalisé sous la direction de Martine Ostorero à l’université de Lausanne, aux écrits de deux démonologues dominicains du nord de l’Italie, Bernard Rategno pour la première, Girolamo Visconti pour la seconde. On y retrouve de ce fait toute la rigueur de l’école lausannoise, éprouvée depuis plus de vingt ans désormais à maintes reprises (au premier chef par Martine Ostorero elle-même), fondée sur un retour aux textes édités de la manière la plus sûre et situés le plus précisément possible dans leur contexte de production, à leur commentaire rigoureux et à l’analyse détaillée des notions clefs, accompagnée de comparaisons fondées sur les acquis récents de la recherche. Sur le plan de la méthode, jamais prise en défaut, les conclusions partielles, les synthèses conclusives viennent aider le lecteur à suivre l’argumentation parfois tortueuse ou inégale des deux démonologues, et à comprendre en définitive comment ils se positionnent dans le concert plus large des écrits sur la sorcellerie de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle.

2Une introduction conséquente écrite à quatre mains (p. 5-43) contextualise la production des deux dominicains italiens, rattachés l’un et l’autre par leur ordre à la Province de Lombardie supérieure et donc, sur le plan politique, au duché de Milan. Bien que la documentation concernant l’inquisition lombarde ait été pour une bonne part détruite, une activité judiciaire contre la sorcellerie est attestée dans cet espace depuis la seconde moitié du XIVe siècle, notamment au cœur du XVe siècle au temps de Francesco Sforza, qui semble parfois avoir eu une attitude ambivalente sur l’importance à donner aux poursuites contre cette forme d’hérésie. Girolamo Visconti entend ainsi, en théologien, lever les doutes du prince sur la légitimité des persécutions, et affermir au passage la position de l’inquisition dominicaine, en dédiant notamment à son protecteur son Lamiarum sive striarum opusculum. Si l’on peut seulement supposer qu’il a exercé l’office d’inquisiteur, le doute n’est pas permis pour ce qui concerne Bernard Rategno, inquisiteur de Côme de 1505 à sa mort quelques années plus tard (vers 1511-1515), qui lui aussi entend justifier l’œuvre du saint office en démontrant la réalité des pratiques sorcellaires. Les deux Italiens ont pour point commun d’employer un vocabulaire marqué par l’héritage classique (p. 35-41), commun dans la péninsule, pour qualifier le phénomène dont ils rendent compte : il est question de « striges » (striges ; strigae) ou de « lamies » – ce qui renvoient d’emblée, sur le plan des représentations, à un univers essentiellement féminin – qui se rendent de nuit au « jeu » (ludus), où elles rencontrent le diable ou une entité apparentée, la « maîtresse du jeu » (domina ludi). Toutefois, comme le montre l’analyse détaillée de leurs écrits, l’un et l’autre sont influencés par l’imaginaire septentrional du sabbat, celui qui se forme au nord de l’arc alpin dans les années 1420-1430, et qu’un certain nombre d’écrits de démonologues, notamment dominicains, tend progressivement à diffuser. Cette position intermédiaire des deux auteurs sur le plan culturel ne donne que plus d’intérêt à l’étude de leurs traités, qui n’a été jusque-là que très partielle.

3Girolamo Visconti est l’auteur vers 1460 de deux petits traités : le Lamiarum sive striarum opusculum déjà cité, et un Opusculum de striis. Le premier est dédié à Francesco Sforza († 1466) et fait état des arguments qui prouvent et au contraire invalident la thèse de la réalité de la sorcellerie, et notamment du ludus/sabbat. Il est conservé d’une part dans un manuscrit (Pavie, Bibl. univ., Aldini 418) qui a circulé à Côme avant 1484 et dont Bernard Rategno a pu de ce fait avoir connaissance, d’autre part dans un incunable imprimé à Milan chez Leonardo Pachel en 1490. L’Opusculum de striis est quant à lui conservé dans deux manuscrits (Ithaca, New York, Cornell Univ. Lib., 4620 Bd. ms. 48 ; Rome, Bibl. Casanatense, 1480), ainsi que dans l’incunable milanais précité, où il suit le Lamiarum sive striarum opusculum. Si ce second opuscule partage des points communs avec le premier, il vise avant tout à montrer le caractère hérétique de la secte qui se rend au ludus. À ce titre, les conclusions sont beaucoup plus fermes.

4De fait, comme le montre bien Astrid Estuardo Flaction, le Lamiarum sive striarum opusculum reste un traité ou une argumentation en construction. La description succincte qu’il fait du ludus, où se retrouvent vol nocturne, banquet, relations sexuelles, infanticide, anthropophagie et apostasie (p. 150), emprunte la plupart de ses traits à l’imaginaire du nord des Alpes. La question essentielle est évidemment de savoir si la réunion est réelle ou si elle n’est qu’une illusion. Le point d’achoppement en la matière, dans ce traité comme dans d’autres contemporains, est l’autorité du canon Episcopi, pour qui les femmes « scélérates » suivantes de Diane qui croient se rendre la nuit auprès de leur maîtresse et sont assimilables et assimilées aux sorcières se rendant au ludus, sont en réalité victimes d’une illusion démoniaque. Visconti le contourne au terme de son argumentation pro et contra en affirmant que le canon, bien qu’il affirme le caractère illusoire du ludus, ne précise en rien qu’il est impossible dans la réalité. Autrement dit, il reste possible ou probable : « le fait que les striges ne vont pas réellement au ludus ne signifie donc pas que cela soit impossible » (p. 179). L’argument peut paraître spécieux et Visconti tente de lui donner du poids par une analogie mettant en scène son dédicataire : ce n’est pas parce que le duc de Milan n’est pas roi d’Italie ou empereur qu’il est résolument impossible qu’il puisse l’être. En outre, pour affaiblir une thèse onirique dont il a bien du mal à se défaire, Visconti tend à criminaliser le rêve ou plutôt ses conséquences à l’état de veille, une fois le retour à la conscience et à la raison intervenu : croire fermement que l’on a participé au ludus est en soi condamnable, quand bien même cela n’aurait aucune réalité. Par conséquent, le caractère potentiellement imaginaire ou onirique du ludus n’empêche pas totalement les poursuites judiciaires entreprises par l’inquisition.

5Plus court, l’Opusculum de striis est aussi plus direct : les membres de la secte apparaissent comme de véritables hérétiques, qui apostasient de manière définitive la foi chrétienne, renoncent aux sacrements et se livrent à une forme d’idolâtrie, voire de démonolâtrie. À ce titre, l’inquisition, notamment dominicaine, doit les poursuivre sans relâche. La thèse de la réalité du ludus est nettement plus affirmée, non seulement en rappelant son caractère probable (notamment du fait de la « corporéité » des démons, qui leur permet d’agir physiquement, par exemple en transportant les sorciers), mais en disqualifiant cette fois la thèse de la mélancolie des sorciers et des sorcières, autrement dit l’idée, défendue par des medici, selon laquelle les membres de la secte, des femmes mais aussi des hommes, seraient victimes de fantasmes produits par un déséquilibre humoral (un excès de bile noire) et donc de ce fait malades et non responsables de leurs actes et/ou de leurs croyances. Non seulement, affirme Visconti, il est peu probable que tous ceux qui se rendent au ludus, issus de catégories sociales et de sexes différents, soient atteints simultanément du même trouble (de la même manière, il est peu probable que tous rêvent exactement de la même chose), mais en plus, loin d’être mélancoliques, tristes ou dépressifs, les participants semblent plutôt animés d’une furieuse joie de vivre et bien décidés, en épicuriens, à profiter au mieux de ce lieu de plaisir qu’est le ludus (p. 205). Enfin, pour ménager l’autorité du canon Episcopi et montrer le caractère résolument nouveau du ludus des sorciers hérétiques, il élabore, en se fondant sur différents procès, une distinction entre la secte évoquée par le canon, dont les membres sont bel et bien victimes d’une illusion durant le sommeil, et celle constituée de ceux qui se rendent vere et personaliter au sabbat, où ils concluent des « pactes illicites » avec le démon (p. 237). On a vu que le rêve n’était pas forcément un argument susceptible d’entraver les poursuites ; mais distinguer la secte réelle de celle qui n’était jusque-là qu’imaginaire était un moyen efficace de lui donner son autonomie et de minimiser, sans la contredire, l’autorité du droit canon.

6Le De strigiis de Bernard de Côme, étudié par Alessia Belli dans la seconde partie du volume, est datable des alentours de 1505-1510 (p. 254), mais il n’est conservé que dans des éditions du XVIe, voire du XVIIe siècle, la plus ancienne étant celle des frères Metios de Milan en 1566, qui a servi de texte de base à l’édition critique. Dans ce traité destiné aux inquisiteurs, Bernard présente dans un premier temps ce qu’il appelle d’emblée la « secte abominable » constituée d’hommes mais surtout de femmes qui fleurit en différentes parties de l’Italie depuis un certain nombre d’années. Ses membres se réunissent dans la nuit du jeudi au vendredi, apostasient la foi chrétienne, outragent la croix, et se donnent au diable apparu en forme d’homme en plaçant leurs mains dans les siennes et en lui offrant quelque chose, sans doute une partie de leur corps, en signe de sujétion. Une fois l’initiation achevée, les membres de la secte s’unissent avec des démons incubes ou succubes. Par rapport aux traités précédents de Visconti, la démonolâtrie est ici nettement affirmée. Le thème du vampirisme associé depuis l’Antiquité à la strix n’est quant à lui pas évoqué, ce qui tend à développer un imaginaire pleinement inscrit dans la sphère d’influence du sabbat du nord-ouest de l’arc alpin. La secte et ses pratiques décrites, Bernard entend démontrer que les unes et les autres sont bien réelles (corporaliter et realiter, ac veraciter). Pour ce faire, il reconnaît notamment un poids très important aux preuves judiciaires : les aveux des incriminés étant partout les mêmes, ce qu’ils décrivent est forcément vrai (p. 324). Il convoque même sa propre expérience d’inquisiteur en Valteline, où des témoins dignes de foi lui ont par exemple rapporté avoir vu un homme alors qu’il se trouvait au ludus. Dans d’autres cas, il est avéré que certains membres de la secte ont été retrouvés très éloignés de leur domicile une fois le sabbat terminé, ce qui ne pourrait être possible si le transport démoniaque n’était pas réel. Enfin, l’inquisiteur ajoute un argument d’ordre ecclésiologie : comment croire que l’Église et l’inquisition auraient jugé et envoyé à la mort des sorciers hérétiques si les faits incriminés n’étaient pas véridiques ? Si la secte, le ludus et tout ce qui s’y rapporte sont réels, ce que soutient fermement Bernard Rategno on l’aura compris, que faire du canon Episcopi ? La question est assez simple : le canon concerne l’antique compagnie de Diane ou d’Hérodiade, non la « secte des striges » qui pullulent en Italie depuis 150 ans environ, ainsi que le montrent, ajoute le dominicain, les archives de l’inquisition de Côme. On retrouve donc un argument de nature historique que l’on repère par exemple déjà chez les dominicains Jean Vinet et Nicolas Jacquier au milieu du XVe siècle, mais également, nous l’avons vu, quoique de manière moins explicite, chez Girolamo Visconti. Ceci n’exclut pas toutefois que certaines striges vouées préalablement aux démons puissent également se rendre au ludus par illusion ou en rêve (p. 356). Enfin, si l’on admet de manière purement rhétorique que le ludus se déroule en rêve, cela ne minimise en rien la culpabilité de ceux qui, une fois réveillés, ont pris du plaisir à se remémorer les actes innommables réalisés en songe. « Se réjouir d’un péché commis en rêve équivaut à être effectivement coupable » (p. 365), ce qui se situe dans la lignée de la criminalisation du rêve déjà entrevue chez Visconti. La secte est donc résolument hérétique, ce que l’inquisiteur, du fait du secret qui entourent les pratiques auxquelles elle s’adonne, ne peut établir parfois que par des présomptions, parmi lesquelles figurent des réalités observables si l’on peut dire (du moins dans leurs effets, à l’exclusion de toutes les autres causes possibles), telles que les maléfices perpétrés contre les enfants, les maléfices qui entravent la sexualité dans le cadre du mariage, ou encore ceux qui nuisent aux récoltes ou aux animaux. En revanche, la question du meurtre, et notamment de l’infanticide, est passée sous silence, sans doute afin de ne laisser aucune prise aux juridictions séculières sur le plan judiciaire (p. 401).

7Réaliser un volume cohérent à quatre mains n’est jamais simple. Ici le pari est pleinement réussi, les sources considérées et la méthode poursuivie donnant toute son unité à ce livre dont la finesse des analyses (dont nous n’avons pu entièrement rendre compte dans ces quelques lignes) vient compléter une série impressionnante d’études dédiées aux démonologues et aux procès en sorcellerie de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, parues dans les Cahiers lausannois comme dans la Micrologus Library.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Alessia Belli et Astrid Estuardo Flaction, Les striges en Italie du Nord. Édition critique et commentaire des traités de démonologie et sorcellerie de Girolamo Visconti (Milan, c. 1460) et de Bernard Rategno (Côme, c. 1510) »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 23 décembre 2019, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/15822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.15822

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search