Navigation – Plan du site
Une forme médiévale à succès : la strophe d'Hélinand

Introduction

Silvère Menegaldo
p. 13-22

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Aperçu du texte

Comme le rappelle L. Selaf dans l’excellente synthèse qu’il a consacrée à la question, la strophe dite d’Hélinand est l’une des rares formes poétiques dont on puisse prétendre connaître l’inventeur, en l’occurrence le moine cistercien Hélinand de Froidmont, qui l’aurait illustrée pour la première fois, à la fin du xiie siècle, dans ses Vers de la Mort ; même si, en fait, la primauté en ce domaine des Vers de la Mort (quelle que soit par ailleurs la qualité remarquable de ce poème) n’est pas certaine et que la strophe d’Hélinand aurait peut-être aussi bien pu s’appeler la strophe du Reclus de Molliens, si une tradition critique dorénavant bien établie n’en avait décidé autrement.

Il reste néanmoins, si on laisse de côté cette question de paternité, que ces deux poètes célébrés en leur temps ont également contribué au succès exceptionnel de cette forme, ainsi qu’à son association première avec certains traits caractéristiques, aussi bien stylistiques (abondance des apostrophes et des a...

Pour citer cet article

Référence papier

Silvère Menegaldo, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 36 | 2018, 13-22.

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16112

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Université de Tours – CESR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals