Navigation – Plan du site
Une forme médiévale à succès : la strophe d'Hélinand

« Saillir de une espece de rithme en l’aultre »

Variations sur la strophe d’Hélinand dans l’œuvre d’Alain Chartier
Laëtitia Tabard
p. 153-173

Résumés

Cet article soutient l’hypothèse d’une filiation entre la strophe d’Hélinand et le huitain ababbcbc, en analysant la manière dont Alain Chartier tisse des liens entre ces deux formes. Il use en effet du douzain hélinandien comme d’une matrice de variations, le situe dans la continuité de strophes caractéristiques de la complainte et du débat, et met ainsi l’accent sur les possibilités d’enchaînement portée par la rime croisée plus que sur la clôture de la forme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

La strophe d’Hélinand comme prologue : une ouverture polyphonique
Variation sur la « croisure » : douzain, seizain, « trois et un » et double quatrain croisé
Conclusion

Aperçu du texte

Alain Chartier représente pour les auteurs qu’on appelle les « rhétoriqueurs » une source, un commencement : c’est à lui que les poètes postérieurs empruntent nombre de modèles strophiques, pour se mesurer à leur maître et affirmer leur virtuosité. Reprendre une strophe, c’est ainsi faire écho à une voix, faire de nouveau sonner une rime signifiante, rendre hommage à un maître tout en se livrant à des variations personnelles sur une trame déjà définie, parfois pour mieux faire entendre des accents par lesquels on diffère. Après La Belle Dame sans mercy se répand ainsi l’usage du huitain d’octosyllabes sur trois rimes (ababbcbc), dans les dits comme dans la lyrique, mais plus précisément dans les débats qui répondent à l’œuvre originale ou l’imitent, parfois en prenant parti contre l’auteur ; cette forme strophique fait alors figure de nouvelle norme pour l’expression poétique de préoccupations morales et éthiques, autour de l’amour courtois notamment. L’œuvre de « maistre Alain » se...

Pour citer cet article

Référence papier

Laëtitia Tabard, « « Saillir de une espece de rithme en l’aultre » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 36 | 2018, 153-173.

Référence électronique

Laëtitia Tabard, « « Saillir de une espece de rithme en l’aultre » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16157

Haut de page

Auteur

Laëtitia Tabard

Le Mans Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals