Navigation – Plan du site
Une forme médiévale à succès : la strophe d'Hélinand

Les douzains d’Hélinand dans les mystères du xve siècle

Estelle Doudet et Taku Kuroiwa
p. 175-193

Résumés

Le douzain d’Hélinand est devenu au xve siècle un simple outil, utilisé entre autres pour construire la versification des mystères. Cet article enquête sur les raisons de cette mutation. Il souligne les rôles traditionnels et les nouveaux emplois que le théâtre a donnés à cette forme. Le douzain d’Hélinand révèle les réécritures entre les pièces, éclaire les rapports de complicité et de concurrence entre leurs auteurs et permet de mieux comprendre les processus de création du théâtre médiéval.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Le douzain Hélinandien dans le tissu métrique des mystères
Modalités d’énonciation et structuration des épisodes
Soutenir des discours, peindre des personnages
Des douzains et des hommes
Conclusion

Aperçu du texte

« C’est la proiere que Theophiles dist devant Nostre Dame » indique une didascalie du Miracle de Theophile au moment où le protagoniste s’adresse à la Vierge pour éviter la damnation qui le guette. Le jeu de Rutebeuf bascule au moment où retentissent six douzains d’hexasyllabes composés sur le schéma aabaabbbabba popularisé par Hélinand de Froidmont quelques décennies auparavant. Dès le xiiie siècle en effet, sous les plumes de Jean Bodel, de Rutebeuf, d’Adam de la Halle et de nombreux anonymes, la strophe hélinandienne a tissé la trame de dits à tonalité morale, rythmé les prières à la Vierge et accompagné les saluts amoureux. Si son apparition précoce dans les jeux dramatiques n’a rien de surprenant, plus frappante peut-être est son utilisation continue au théâtre jusqu’au début du xvie siècle.

Cette stabilité a attiré l’attention de la critique, ouvrant la voie aux enquêtes pionnières d’Henri Chatelain et d’Adolf Bernhardt au début du xxe siècle. Mais l’intérêt s’est tôt émoussé c...

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Doudet et Taku Kuroiwa, « Les douzains d’Hélinand dans les mystères du xve siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 36 | 2018, 175-193.

Référence électronique

Estelle Doudet et Taku Kuroiwa, « Les douzains d’Hélinand dans les mystères du xve siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16162

Haut de page

Auteurs

Estelle Doudet

Université Grenoble Alpes Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Taku Kuroiwa

Université du Tohoku

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals