Navigation – Plan du site
Une forme médiévale à succès : la strophe d'Hélinand

En guise d’épilogue. L’oubli de la strophe d’Hélinand du xve au xvie siècle, des arts poétiques à la première édition des Vers de la Mort par Antoine Loisel (1594)

Silvère Menegaldo
p. 195-205

Résumés

En guise d’épilogue, on proposera deux illustrations différentes mais également révélatrices de l’oubli dont la strophe d’Hélinand est peu à peu victime du xve au xvie siècle, en considérant d’une part ce qui est dit, ou non, du douzain hélinandien dans les arts de seconde rhétorique de la période ; et d’autre part la première édition « moderne » des Vers de la Mort d’Hélinand de Froidmont, procurée par Antoine Loisel en 1594.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Présence et absence de la strophe d’Hélinand dans les arts de seconde rhétorique
L’édition des vers de la mort d’Hélinand de froidmont par Antoine Loisel (1594)

Aperçu du texte

Encore bien représentée parmi les formes versifiées du xve siècle, il est incontestable toutefois que la strophe d’Hélinand voit à cette époque ses emplois se restreindre en comparaison des siècles précédents, faute notamment de compositions de vaste ampleur comparables aux Vers de la Mort de Robert le Clerc d’Arras, à la Voie d’Enfer et de Paradis de Jean de Le Mote, pour ne rien dire du Mirour de l’Omme de Gower ; se restreindre et peut-être aussi se diluer dans des formes de douzains plus ou moins similaires, plus largement dans une variété de formules strophiques qui à l’époque des Grands Rhétoriqueurs et du théâtre des mystères tend à devenir proprement pléthorique.

Sans qu’il s’agisse d’expliquer cette progressive désaffection, à laquelle sont probablement condamnées la plupart des formes poétiques, je voudrais – en guise d’épilogue – en donner deux illustrations différentes mais également révélatrices, en considérant d’une part la présence du douzain hélinandien dans les arts ...

Pour citer cet article

Référence papier

Silvère Menegaldo, « En guise d’épilogue. L’oubli de la strophe d’Hélinand du xve au xvie siècle, des arts poétiques à la première édition des Vers de la Mort par Antoine Loisel (1594) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 36 | 2018, 195-205.

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « En guise d’épilogue. L’oubli de la strophe d’Hélinand du xve au xvie siècle, des arts poétiques à la première édition des Vers de la Mort par Antoine Loisel (1594) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16172

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Université de Tours – CESR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals