Navigation – Plan du site
La corpo-réalité dans les oeuvres du Moyen Âge

Introduction

Élisabeth Gaucher-Rémond
p. 209-213

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Aperçu du texte

L’écriture est vouée à devenir orpheline, vulnérable dès lors qu’elle quitte son lieu de naissance pour affronter un public susceptible de lui faire violence. S’ils n’avaient pas accès directement à cette métaphore empruntée au Phèdre de Platon, les médiévaux semblent en avoir progressivement mesuré les effets. En « renaturalisant » le texte, cet agent linguistique devenu autonome, ils l’habillent de signes supplémentaires qui traduisent, à son corps défendant, la présence substitutive de l’auteur ou de son représentant. Les indices de ce somatic turn ou body turn coïncident avec la mutation du xiiie siècle et se multiplient à la fin du Moyen Âge. L’essor d’une littérature plus personnelle et la progressive disparition de l’anonymat favorisent l’émergence d’une figure individualisée, inscrite dans la matérialité de son œuvre comme pour l’accompagner, la protéger, en même temps qu’elle rend tangible et publique la prise de conscience de la dignité auctoriale et des rouages de la comm...

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 36 | 2018, 209-213.

Référence électronique

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16187

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher-Rémond

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals