Navigation – Plan du site

Parodies courtoises, parodies de la courtoisie, sous la direction de Margarida Madureira, Carlos Clamote Carreto et Ana Paiva Morais

Amy Heneveld
Référence(s) :

Parodies courtoises, parodies de la courtoisie, sous la direction de Margarida Madureira, Carlos Clamote Carreto et Ana Paiva Morais, Paris, Classiques Garnier (« Rencontres » 155), 2016, 577 p.

ISBN 978-2-8124-6061-6

Texte intégral

1Catégorie mise en place dès les débuts des études de littérature médiévale au XIXe siècle, la courtoisie n’est plus, nous le savons, à prendre au premier degré. Ce n’est pas étonnant alors si le XIVe Congrès International de la Société Internationale de Littérature Courtoise, qui s’est tenu à Lisbonne en 2013, a choisi comme fil conducteur d’examiner comment la littérature dite « courtoise » exprime l’ambivalence de ce terme. Pendant quelques jours, une centaine de chercheurs venus de tous horizons ont lu et exploré des textes appartenant à différentes traditions littéraires européennes à travers le prisme multiple de la parodie. Issu de ces rencontres, le volume Parodies courtoises, parodies de la courtoisie, dirigé par un excellent comité de médiévistes portugais, tient le pari à la fois de manifester dans sa complexité la matière qui nous a fascinés pendant ces quelques jours de travail intellectuel et de restituer l’esprit d’échange amical qui caractérise les réunions de l’ICLS en général. Portant haut dans son titre ces « deux termes extrêmement polémiques et aux frontières sémantiques hautement instables » (p. 8), comme nous le rappelle la préface, que sont la parodie et la courtoise, cette sélection de trente-quatre contributions saisit l’opportunité de mettre en lumière les contours de ces deux catégories et d’observer les lieux où leurs définitions se croisent.

2La première partie du volume se consacre d’ailleurs explicitement à cette ambivalence, en s’intitulant « Un registre ambivalent : comique, ironie et subversions parodiques ». On y retrouve, sans surprise, le personnage de Renart, avec une lecture de Renart le Nouvel, mais aussi Gauvain, avec une analyse de Sir Gawain and the Green Knight par l’optique théorique de l’œuvre de Bergson. C. Callahan nous propose une excellente lecture d’Aucassin et Nicolette qui met en lumière la façon dont ce texte joue sur sa propre ambivalence, entre genres et modèles, les inversions sur lesquelles la chantefable repose suggérant « un monde replié sur lui-même » (p. 56) ; ainsi le monde courtois n’est peut-être qu’un monde autoréférentiel dont il faudrait se méfier. Suivent des lectures de Troilus and Criseyde et de Bertran de Born qui mettent en question la possibilité d’une passion amoureuse « courtoise », tandis que des analyses des Merveilles de Rigomer et du Libro de buen amor interrogent les idéaux chevaleresques et physiques qui l’accompagnent. La parodie n’est cependant pas toujours critique ; elle peut être simplement un « contre-chant », un « chant à côté », qui pose une lumière différente sur des problèmes moraux et éthiques. L. J. Walters offre ainsi une lecture de La Mule sans frein comme allégorie morale et politique basée sur la compilation dans laquelle ce texte se trouve inséré, le ms. Bern, Burgerbibliothek 354, en dévoilant la complexité de la réécriture médiévale. Finalement, R. Wolf-Bonvin, en reprenant la définition de la parodie comme « chant à côté » subversif, offre une lecture fine de la « courtoisie » dans Méraugis de Portlesguez, où le conteur, par un jeu de contrastes et d’oppositions, mène le lecteur sur « le fil du rasoir entre romanesque et théorique » (p. 171).

3Quelles sont les limites temporelles et génériques de la parodie ? La deuxième partie, intitulée « Frontières de la parodie », semble vouloir répondre à cette question avec des articles sur Perceval et Don Quichotte, sur la musique et le théâtre (le Jeu à quatre personnages), Les Vœux du héron, Roland à Saragosse et une œuvre contemporaine, le Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud. L’apport théorique de Genette est convoqué dans deux articles, celui d’E. Dearnley qui retourne au XIIe siècle et au Lai du Lecheor (ou le Lai du con) pour étudier l’aspect transtextuel de la parodie, et celui de K. Pratt qui considère les différentes versions de Beranger au long cul ; dans les deux cas est pris en compte le contexte manuscrit des œuvres. Les rapports entre parodie et noms propres sont ensuite examinés dans les romans de Guillaume d’Angleterre et de Guillaume de Palerne tandis qu’une lecture d’Ipomédon trace un lien entre parodie et identité. Dans le dernier article de cette partie, M.-G. Grossel met en lumière une forme proprement courtoise de la parodie avec la sotte chanson.

4La troisième partie, « Poétique et rhétorique de la parodie », s’ouvre sur un article de M. Jeay qui élargit la perspective pour mettre en question la parodie telle qu’elle est définie par la critique littéraire récente et comprendre comment elle fonctionne au Moyen Âge. Les deux romans de L’Escoufle et de Guillaume de Palerne sont lus dans le contexte du manuscrit Arsenal 6565 où leur organisation matérielle et visuelle accentue leur caractère parodique (I. Arseneau). Nous apprenons aussi comment la parodie fonctionne dans les jeux-partis, dans Le Morte Darthur de Malory et dans Le Livre du Chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles. La littérature didactique présente ainsi des opportunités pour mieux comprendre la rhétorique de la parodie, comme on le voit également avec un article qui compare le Lai de l’oiselet avec Die Minnesänger du Stricker et un autre sur les Fables Pierre Aufors qui, dans le ms. Paris, BnF, naf. 7517, sont suivies par un texte sur l’amour et la chevalerie. La parodie peut apporter la vérité, comme nous le rappellent les poèmes homériques, tandis que les chansons de Thibaut de Champagne nous rappellent que la vérité peut aussi être déstabilisée par la citation musicale, si nous n’oublions pas d’écouter « entre les notes » (p. 523). Le dernier article du volume, celui de L. Paterson, constate que même les croisades peuvent être parodiées ; il suffit de bien lire entre les lignes et de ne pas écarter toutes les ambivalences d’un manuscrit.

5Il est évidemment difficile de résumer par un seul volume d’actes une réunion aussi riche que celle de l’ICLS qui a lieu tous les trois ans, mais ce recueil relève le défi. Il intéressera des médiévistes en littérature, musique et histoire, mais aussi des théoriciens de la parodie ou des chercheurs qui étudient la réception des théories de Genette.

Pour citer cet article

Référence électronique

Amy Heneveld, « Parodies courtoises, parodies de la courtoisie, sous la direction de Margarida Madureira, Carlos Clamote Carreto et Ana Paiva Morais  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/crm/16323

Haut de page

Auteur

Amy Heneveld

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals