Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2020Une femme et la guerre à la fin d...

2020

Une femme et la guerre à la fin du Moyen Âge, Le Livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan, études réunies par Dominique Demartini, Claire Le Ninan, Anne Paupert et Michelle Szkilnik, 2016

Didier Lechat
Référence(s) :

Une femme et la guerre à la fin du Moyen Âge, Le Livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan, études réunies par Dominique Demartini, Claire Le Ninan, Anne Paupert et Michelle Szkilnik, Paris, Champion (« Études Christiniennes » 13), 2016, 231 p.

ISBN 978-2-7453-3036-9

Texte intégral

  • 1 Les contributeurs ont recouru au travail de Christine Moneera Laennec, Christine Antygraphe : Autho (...)

1Parmi les travaux récents consacrés à Christine de Pizan une place croissante est à juste titre accordée à ses écrits et à sa réflexion sur des questions politiques. Un de ses ouvrages avait cependant jusqu’ici moins attiré l’attention de la critique que les autres, notamment en raison de l’absence d’une édition publiée du texte : le Livre des faits d’armes et de chevalerie1. Les articles réunis dans ce volume viennent combler cette lacune et ouvrent la voie aux travaux ultérieurs que cette œuvre ne manquera pas de susciter lorsque l’édition que Lucien Dugaz en a établie dans sa thèse (à paraître aux Classiques Garnier) sera publiée.

2Le Livre des faits d’armes et de chevalerie, livré par Christine à ses lecteurs en 1410, se trouve au centre d’une trilogie consacrée à la formation intellectuelle, politique et militaire d’un jeune prince. L’ouvrage paraît à la suite du Livre du corps de policie (1406-1407), et avant le Livre de Paix (1412-1413) ; les trois livres sont tous dédiés au dauphin Louis de Guyenne.

3La très riche introduction du volume replace précisément la composition de cette œuvre dans son contexte historique mouvementé et dans le contexte d’écriture propre à Christine. Le fait qu’une voix féminine s’autorise à traiter d’une matière politique résulte d’une « mutation » au sens médiéval du terme, c’est-à-dire d’une véritable métamorphose, au terme de laquelle l’auteure s’est transformée, sinon en homme (comme dans La Mutacion de Fortune), du moins en une sorte d’amazone capable d’écrire sur les « faits d’armes et de chevalerie ». L’introduction met par ailleurs l’accent sur le rôle essentiel des sources livresques de Christine et sur les pratiques de compilation qu’elle a développées grâce à l’usage de traductions comme celles de Végèce et de Valère Maxime, mais aussi sous l’influence d’Honorat Bovet qu’elle fait notamment apparaître dans la fiction d’un songe qu’elle place au seuil de la troisième partie du Livre des faits d’armes. Christine se réfère aux exemples anciens, plus qu’à l’histoire récente, elle entend montrer de la sorte les qualités que doit posséder un bon monarque, seul garant possible de la notion de guerre juste. Les pages de synthèse placées en tête du recueil par les éditrices de l’ouvrage, tout en reprenant dans l’ordre où elles apparaissent ensuite les grandes rubriques du livre, présentent l’intérêt d’inclure des références nombreuses à la bibliographie critique.

4L’ouvrage se subdivise en quatre parties équilibrées, chacune composée de trois articles.

5La première partie est consacrée à la tradition manuscrite, elle s’ouvre sur un article de Gabriella Parussa sur la tradition textuelle de l’œuvre (« Genèse et fortune d’un texte : la tradition textuelle du Livre des fais d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »). GP y souligne la nécessité d’un inventaire exhaustif de tous les témoins, et elle met en évidence les modifications apportées au texte par les copistes tout au long du XVe siècle en fonction des destinataires pour lesquels l’œuvre était reproduite. Une collation fondée sur tous les manuscrits est nécessaire pour exclure les leçons introduites par des copistes interventionnistes et retrouver, si c’est possible, la trace des corrections, des ajouts ou des ratures apportés par l’auteure. Sous forme d’une édition numérique et interactive, cette méthode devrait offrir la possibilité de mieux étudier et comprendre le travail et le style de Christine de Pizan. Dans sa contribution (« Les deux exemplaires originaux subsistants du Livre des faits d’armes et de chevalerie : différences principales »), Christine Reno attire notre attention sur la suppression dans le manuscrit parisien BnF fr. 603 d’un passage qui mentionne la victoire de Jean sans Peur sur les Liégeois en 1408, détail révélateur de l’appartenance du destinataire au camp des Armagnacs. CR note par ailleurs que certains ajouts qui figurent dans le manuscrit bruxellois KBR 10476 n’ont pas été reportés sur l’exemplar, ce qui les fait disparaître des copies ultérieures. Ces observations ne font que renforcer le souhait d’une édition critique que CR appelle de ses vœux. Karen L. Fresco s’intéresse, quant à elle, aux textes auxquels est associé le Livre des faits d’armes dans trois des quatre manuscrits où le traité de Christine est recueilli avec des œuvres d’autres auteurs (« Trois recueils manuscrits contenant les Faits d’armes : Paris, BnF fr. 603, Bruxelles, KBR 9009-9011 et Bordeaux, Bibl. mun. 815 »). L’œuvre est associée à la Mutacion de Fortune dans le manuscrit parisien copié vers 1410-1411, exemplaire dont le riche programme d’enluminures met en évidence la présence de l’auteur. Le manuscrit bruxellois, copié vers 1465, regroupe l’Arbre des batailles d’Honorat Bovet, le Livre des faits d’armes et les Manières de bataille, ordonnance de Philippe IV pour réglementer les duels judiciaires ; il témoigne de la renommée persistante de Christine. Dans le manuscrit conservé à Bordeaux, qui date du milieu du XVe siècle, l’œuvre de Christine est suivie par le début des Chroniques des roys de France ; divers indices révèlent une lecture attentive au sens politique de l’ouvrage.

6La deuxième partie traite des notions d’histoire et de politique. La première contribution dans cette section est apportée par Thierry Lassabatère. Il s’interroge sur l’intérêt et la pertinence des éléments présents dans le Livre des faits pour définir la fonction de connétable (« La fonction de connétable et le commandement militaire dans le Livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »). TL constate que dans les livres I et II les événements récents qui pourraient être convoqués comme illustration des préceptes exposés par Végèce ne sont en fait pas utilisés. L’ouvrage de Christine relève bien plus du genre du miroir du prince ou du traité politique d’éducation que de l’écriture de l’histoire. Les pratiques culturelles dont l’écriture de l’auteure est révélatrice (décalque des grades romains via les traducteurs médiévaux de Végèce, notamment) rendent délicat l’usage du Livre des faits en tant que témoignage sur la réalité contemporaine. Dans le deuxième article, Loïc Cazaux se penche sur les notions de violence armée et d’usage de la force qu’il replace dans le contexte de guerre des années 1405 et suivantes (« Pour un droit de la guerre ? La discipline militaire et les rapports entre combattants et non-combattants dans le Livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »). L’auteur étudie la doctrine que Christine élabore et transmet grâce à son livre en matière de discipline militaire à partir de sources juridiques et militaires contemporaines (Honorat Bovet entre autres) et d’ouvrages anciens (Végèce, Valère Maxime) rendus disponibles au grand public grâce aux traductions qui ont commencé à en circuler. L’article met en évidence le rôle dévolu au souverain en matière de commandement, ainsi que la promotion d’un modèle de service militaire professionnel, rétribué par une solde régulière. Inès Villela-Petit traite, dans le troisième volet de cette partie, du droit des armoiries (« La dame à la biche : Christine de Pizan et le droit d’armes »). Elle s’attache aux trois derniers chapitres du livre IV concernant le droit à porter des armoiries, elle y relève la dette de Christine à l’égard de ses prédécesseurs, en particulier les emprunts à l’Arbre des batailles, et elle note les nuances que Christine y apporte. Le choix d’armoiries imaginaires de la part de Christine touche à l’intime, on peut y voir une façon de se relier symboliquement à son père (à travers le détail des étoiles) et à Honorat Bovet.

7La troisième partie se concentre sur les questions d’ordre plus strictement littéraire en abordant les pratiques de compilation et de réécriture. Dans le premier article, Claire Le Ninan s’attache à démontrer comment Christine fait œuvre personnelle dans le Livre des faits d’armes, en dépit du faible nombre d’indices de sa présence dans l’œuvre (« “Sy fais hardiement et ne te doubtes” : Christine de Pizan entre clergie et chevalerie dans le Livre des faits d’armes et de chevalerie »). CLN montre comment le point de vue de Christine s’inscrit dans le texte, notamment dans les prologues situés au seuil des premier et troisième livres, et comment l’auteure opère un rapprochement entre clergie et chevalerie dans l’espace commun de son ouvrage. L’article s’appuie tout particulièrement sur l’étude de la notion de hardiesse et de la figure de Minerve, comme points de contact entre la représentation que Christine donne d’elle-même et le discours qu’elle tient sur la chevalerie. Le déroulement de l’analyse conduit à des hypothèses convaincantes sur les raisons qui ont pu amener Christine à passer sous silence le nom du commanditaire probable de l’œuvre, Jean sans Peur. Bernard Ribémont s’attache à son tour à Minerve, figure tutélaire qu’il juge emblématique de la double visée de Christine dans le traité : à la fois pratique et théorique (« Le Livre des faits d’armes et de chevalerie : droit et didactique »). Par une comparaison précise du Livre des faits avec les passages correspondants de l’Arbre des batailles, BR cerne les spécificités de la méthode de Christine. La démarche dialoguée adopte les apparences du modèle scolastique et témoigne du fort souci didactique qui habite l’auteure. Mais Christine de Pizan efface les références au Corpus juris civilis ou à ses sources de droit canon et pense le droit en termes politiques. Hélène Biu procède également à une comparaison entre le texte de Christine et l’Arbre des batailles (« “Et la gist la maistrie” : de l’Arbre des batailles au Livre des faits d’armes et de chevalerie »). Elle analyse en détail les pratiques de compilation et d’organisation des matériaux choisis par l’auteure ; l’élagage et la redistribution de la matière a pour résultat un ouvrage beaucoup plus rigoureusement construit que l’Arbre des batailles. Au plan stylistique, on retrouve dans le traité de Christine la tendance – souvent observée ailleurs dans son œuvre – à s’exprimer en phrases longues et complexes. Le vocabulaire juridique fait chez elle l’objet d’un usage plus étendu et plus systématique que chez Honorat Bovet. HB suggère enfin que Christine relève avec plus de virulence que son modèle les contradictions qui existent entre norme juridique et usages militaires.

8La quatrième partie, enfin, s’intéresse à divers phénomènes de réception de l’œuvre. Michelle Szkilnik étudie les convergences formelles et idéologiques qui rapprochent le Jouvencel de Jean de Bueil (rédigé entre 1461 et 1468) du Livre des faits d’armes (« Le Jouvencel ou le Roman des faits d’armes et de chevalerie »). Elle montre par un bon nombre d’analyses détaillées – à propos de la notion de guerre juste ou au sujet de la fonction de connétable – comment Jean de Bueil procure une version fictionnelle des préceptes théoriques exposés par Christine dans son traité. MS étaye par un faisceau d’arguments très solides la thèse selon laquelle l’auteur du Jouvencel possède une connaissance approfondie du Livre des faits d’armes, mais elle souligne aussi qu’il efface toute trace de la présence de Christine dans son roman. Andrew Taylor avance plusieurs hypothèses pour expliquer la popularité des textes de Christine – et plus particulièrement du Livre des faits d’armes – auprès du public anglais du XVe siècle (« “Dame Christine” et la chevalerie savante en Angleterre »). Il invoque notamment l’idée que les revers militaires aient pu rendre plus pertinente la lecture critique de l’idéologie chevaleresque présente dans le texte de Christine. AT inscrit également ce succès dans le contexte d’une guerre de propagande au cours de laquelle les Anglais auraient cherché à s’approprier une partie de l’héritage culturel français. Il se peut aussi que l’influence de la situation religieuse de l’Angleterre explique la faveur rencontrée par une auteure de traités moraux et didactiques. Dans le dernier article de l’ouvrage, Liliane Dulac et Earl Jeffrey Richards s’interrogent sur les éventuels indices permettant de déceler un point de vue féminin dans le Livre des faits d’armes (« Le Livre des faits d’armes et de chevalerie : une critique féminine cachée de la chevalerie ? »). Ils perçoivent les signes d’une stratégie d’autolégitimation dans le choix de la figure de Minerve, sorte d’alter ego de l’auteure qui fusionne sapientia et fortitudo. Certains échos subtils entre l’apparition de Bovet dans le Livre des faits d’armes et celle des Trois Vertus dans la Cité des dames laissent à penser que Christine poursuit – d’une œuvre à l’autre – la critique féminine qu’elle adresse à la chevalerie. Les auteurs de l’article observent que la rédaction des manuscrits de la famille B masculinise le contenu de l’ouvrage et exclut les femmes du domaine militaire, et ils estiment que ce gommage du point de vue féminin est à relier au renouveau de l’idée de croisade, à la cour de Bourgogne, après la chute de Constantinople.

9L’ouvrage éclaire remarquablement quatre facettes essentielles du Livre des faits d’armes et de chevalerie. La réussite du recueil tient à sa conception équilibrée, mais aussi aux échos qui se créent d’une section à l’autre : les observations concernant la tradition manuscrite viennent étayer certaines hypothèses concernant la réception de l’œuvre ; les analyses au sujet de la présence de Minerve comme figure tutélaire touchent aussi bien des aspects réputés littéraires (présence de l’auteur dans son texte) que des questions d’ordre idéologique et historique. On ne peut que se féliciter de l’initiative des coordinatrices de ce volume qui fera date dans l’étude d’un texte qui avait pourtant suscité bon nombre de publication ponctuelles – comme en témoigne l’abondante bibliographie fournie en fin de volume –, et qui ne manquera pas d’éveiller de nouvelles recherches.

Haut de page

Notes

1 Les contributeurs ont recouru au travail de Christine Moneera Laennec, Christine Antygraphe : Authorship and Self in the Prose Works of Christine de Pisan, with an Edition of B.N. Ms. 603 Le Livre des Fais d’Armes et de Chevallerie, Ph. D., Yale Univ., New Haven, 1988, 2 vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lechat, « Une femme et la guerre à la fin du Moyen Âge, Le Livre des faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan, études réunies par Dominique Demartini, Claire Le Ninan, Anne Paupert et Michelle Szkilnik, 2016 »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 06 novembre 2020, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/16502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16502

Haut de page

Auteur

Didier Lechat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search