Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2020Jean-Patrice Boudet, Astrologie e...

2020

Jean-Patrice Boudet, Astrologie et politique entre Moyen Âge et Renaissance, 2020

Julien Véronèse
Référence(s) :

Jean-Patrice Boudet, Astrologie et politique entre Moyen Âge et Renaissance, Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, « Micrologus Library, 102 », 2020, 403 + xxix p.

ISBN : 978-88-9290-042-4

Texte intégral

  • 1 J.-P. Boudet, Le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares, t. I, édition critique, (...)

1Ce volume de la Micrologus Library rassemble quatorze études (dont la bibliographie a été actualisée) que Jean-Patrice Boudet a publiées au fil de sa carrière (parfois en collaboration), dédiées au rapport complexe que la science des étoiles et les experts en la matière ont entretenu avec les pouvoirs médiévaux à partir du moment où ce savoir, aussi bien dans son versant astronomique qu’astrologique, a été renouvelé en profondeur par le jeu des traductions (notamment arabo-latines), puis enseigné dans les universités. Il rend compte d’un parcours de recherche unique par son ampleur – en réalité d’une partie seulement de celui-ci, puisque les travaux sur la magie ne sont pas au cœur du propos ici –, par sa cohérence, par le nombre et la variété des sources mobilisées, par la somme des connaissances accumulées et par la rigueur de sa méthode. Les analyses techniques très poussées des jugements des astrologues conservés dans les sources auxquelles se livre Jean-Patrice Boudet viennent ainsi toujours apporter des informations de première importance pour nous permettre de mieux apprécier le degré de compétence de tel ou tel praticien, ou de mieux comprendre le positionnement que l’astrologue a pu adopter vis-à-vis de son puissant commanditaire, de son patron ou de son maître potentiel, ou face aux événements et aux tribulations de son temps. Histoire des sciences, histoire des textes (théoriques comme pratiques), histoire politique et sociale se trouvent intimement liées, pour le plus grand bonheur du lecteur, et notamment de celui qui pénètrerait pour la première fois dans les arcanes de ce sujet. C’est aussi un vif plaisir, pour l’historien plus averti, de lire ou de relire à nouveau frais des études indispensables, dont le choix (parmi les multiples qui n’ont pas été retenues) et l’ordre font sens : l’espace français des XIVe et XVe siècles a été privilégié, mais sans exclusive tant le souci de replacer dans un contexte plus large la place qu’occupaient l’astrologie et les astrologues dans les sphères du pouvoir, laïc comme ecclésiastique, nécessite, périodiquement, de décentrer le propos et de trouver des points de comparaison. L’introduction inédite le montre bien, où sont analysés trois manuscrits complémentaires par leur contenu ayant appartenu à Wenceslas de Luxembourg, roi de Germanie et de Bohème, parmi lesquels est mis à l’honneur le superbe codex Clm 826 de Munich (c. 1400), qui a été réalisé pour le souverain sous l’égide d’un astrologue de cour surnommé « Terzysko », qui n’a pas manqué l’occasion de se faire représenter au fol. 8r (fig. 4, p. xxvi et non 5 comme indiqué p. xxi) au centre d’une représentation du monde surmontée entre autres des douze signes du zodiaque. L’attestent également le premier article (p. 3-34) consacré aux horoscopes princiers dans l’Occident médiéval du XIIe au XVe siècle, où les données concernant l’espace français sont à comparer avec celles disponibles pour l’Angleterre, l’Italie, l’Empire et les autres royaumes du monde latin, et les 13e et 14e contributions, respectivement consacrées à l’horoscope de fondation de l’université de Pozsony par Matthias Corvin en 1467 (p. 351-366, en collaboration avec Darin Hayton), et aux horoscopes des papes Alexandre VI et Jules II établis par Luca Gaurico dans son Tractatus astrologicus publié à Venise en 1552 (p. 367-378). Quant à l’usage de la source incontournable que représente pour notre connaissance des astrologues médiévaux le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares (1494-1498)1, il dépasse le seul cas français, combien même faut-il être très prudent lorsque l’on manie cette extraordinaire apologie rédigée sur fond de censure doctrinale.

2Pour autant, la cour de France, et secondairement celle d’Avignon, autrement dit le royaume de France et sa zone d’influence (p. xvi), sont au cœur du propos, qui vise en substance à montrer que si l’astrologie judiciaire et les astrologues gagnent indéniablement du terrain à partir du XIVe siècle dans ces milieux, leur place, du fait même des questions d’ordre théologique que posent certaines parties de la science des astres et de la concurrence farouche qui s’exerce au titre du conseil ou de l’expertise dans l’entourage des souverains et des princes, n’est jamais fermement ni définitivement établie (p. 247). Point de linéarité en la matière. À la faveur dont bénéficie l’astrologie comme discipline intellectuelle, voire comme pratique dans la sphère privée à la cour de Charles V (art. 4, 5 et 6) et à l’institutionnalisation de la présence des astrologues à la cour de Charles VII (en 1451) et de Louis XI (art. 11 et 12, notamment p. 305, où il apparaît que les astrologues de l’Hôtel du roi sont somme toute bien moins rétribués que les médecins ou les chirurgiens) répondent ainsi des temps bien moins fastes, celui du règne de Charles VI par exemple, ou encore celui des condamnations radicales qui interviennent à la fin du règne de Charles VIII. Le constat vaut a fortiori pour la curie avignonnaise (art. 2 et 3), où l’attitude des papes est pour le moins prudente (p. 97), dans une conjoncture bientôt marquée par le Grand Schisme et les incertitudes qu’il fait planer sur le sort de l’Église et de la chrétienté, que certains, comme le juriste Giovanni da Legnano, essaient d’expliquer par la doctrine des grandes conjonctions planétaires (art. 7 ; voir aussi sur ce thème l’art. 8 sur une prédiction anonyme pour 1384-1386). Quant à la place réelle que pouvait occuper l’astrologie dans le processus de décision des grands, elle ne doit pas être surestimée. Peu d’horoscopes ou de jugements individuels concernent les princes d’Église dans la documentation disponible, et l’astrologie tolérée à la cour pontificale reste collective (p. 70 et 96), fondée sur l’analyse des conjonctions planétaires, notamment à partir de 1345. Quant aux princes temporels, ils font en général de l’astrologie « un moyen d’information, de propagande, de prestige et de pouvoir parmi bien d’autres » (p. 33). Les jugements conservés sont bien souvent rétrospectifs et rien ne laisse véritablement supposer que les princes français, quand bien même ils professaient un intérêt manifeste pour cette science, aient par exemple recouru à la pratique des élections pour orienter concrètement leur processus de décision, ou qu’ils aient donné suite à un conseil de ce type. On peut renvoyer à ce titre aux conclusions de l’article (n° 4) consacré au Livret des elections universelles des douze maisons que Pèlerin de Prusse a adressé au dauphin Charles (le futur Charles V) en 1361 et dans lequel l’astrologue envisageait des élections astrologiques ciblées sur des questions d’actualité pour le prince, à savoir assurer sa descendance et se faire couronner. Concernant ce dernier cas, force est de constater que le sacre du 19 mai 1364 se déroule dans une configuration astrale bien loin d’être idéale si l’on se rapporte aux conseils délivrés par Pèlerin, qui n’a manifestement pas été suivi sur ce point (p. 125). « La doctrine des élections astrologiques [apparaît ainsi] au cœur d’un système de représentation du monde qui confine [avant tout] à l’utopie […] » (p. 127), qui plus est lorsqu’aucun véritable effort d’adaptation à la situation du moment ou au mode de vie d’un prince occidental du XVe siècle n’est opéré par le spécialiste à partir de ses sources, à l’instar de ce que l’on rencontre dans un almanach princier de 1426 (p. 310-313). Cela étant dit, la consultation d’un astrologue qui pouvait par ailleurs être bien informé de la situation politique du royaume faisait sans conteste partie de l’arsenal des moyens potentiels de conseil, notamment d’ordre militaire, ainsi que le montre le dossier d’horoscopes de 1427 probablement élaboré par Roland l’Écrivain à l’intention du duc de Bedford, alors régent de France (art. 10, en collaboration avec Thérèse Charmasson). Sans parler de l’hostilité dont ils pouvaient être la cible dans l’entourage princier, les astrologues étaient sur la corde raide dès lors qu’ils s’adressaient à un grand, entre nécessité de complaire à leur maître ou à leur client pour en obtenir des gratifications et volonté de respecter aussi fermement et loyalement que possible les règles de leur discipline. La plupart semble respecter une forme d’équilibre entre ces injonctions potentiellement contradictoires et rares sont finalement les praticiens qui font œuvre de propagande, voire de désinformation, comme peut le faire par exemple le médecin de Bruxelles Jean de Vésale au bénéfice du duc de Bourgogne Charles le Téméraire et au détriment du roi de France Louis XI en établissant son jugement sur la comète de 1472 (p. 326). C’est que l’astrologie est aussi et peut-être avant tout, en contexte de vive concurrence politique, un moyen supplémentaire de légitimation du pouvoir, surtout lorsque l’on est en défaut de majesté.

3Doté d’un index des personnes et des œuvres et d’un index des manuscrits qui viennent dresser un pont supplémentaire entre toutes les contributions qu’il réunit, Astrologie et politique entre Moyen Âge et Renaissance s’impose immédiatement, par les perspectives générales qu’il dessine, par les exemples précis qui nuance le propos et par l’érudition claire qu’il déploie, comme un instrument indispensable au lecteur curieux et au chercheur, appelé, n’en doutons pas et souhaitons-le vivement, à des développements ultérieurs.

Haut de page

Notes

1 J.-P. Boudet, Le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares, t. I, édition critique, t. II, présentation et commentaire, Paris, Honoré Champion, 1997-1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Jean-Patrice Boudet, Astrologie et politique entre Moyen Âge et Renaissance, 2020 »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16546

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search