Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Antonius Arena, Meygra Entrepriza...

2021

Antonius Arena, Meygra Entrepriza (1537), éd. et trad. Dominique Amann, 2019
Antonius Arena, Meygra Entrepriza… 1537, éd. et trad. Marie-Joëlle Louison-Lassablière, 2020

Guillaume Berthon
Référence(s) :

Antonius Arena, Meygra Entrepriza (1537), éd. et trad. Dominique Amann, Toulon, La Maurinière éditions numériques (la-mauriniere.com), 2019, 674 p.

ISBN 979-10-92535-08-2

Antonius Arena, Meygra Entrepriza… 1537, éd. et trad. Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Paris, Champion, 2020, 252 p.

ISBN 978-2-7453-5273-6

Texte intégral

  • 1 Ad suos compagnones… 1531, Marie-Joëlle Louison-Lassablière (éd. et trad.), Paris, Champion, 2012, (...)

1Antonius Arena (Antoine Arène) est un auteur singulier, qui commence à être mieux connu, notamment grâce aux efforts de Marie-Joëlle Louison-Lassablière qui a déjà édité et traduit la première œuvre macaronique du même auteur, adressée Ad suos compagnones studiantes1. Né vraisemblablement au tout début du seizième siècle et mort entre 1543 et 1550, Arena est juriste de formation. Après ses études menées successivement à Avignon (dès 1518-1519) et à Toulouse, on sait qu’il s’enrôle sous les bannières du marquis de Saluces et part guerroyer en Italie : on le retrouve notamment barricadé dans le château Saint-Ange aux côtés de Clément VII lors du sac de Rome. Après plusieurs péripéties, Arena revient en Provence et rejoint le Parlement d’Aix où il semble occuper un emploi dont le titre exact nous échappe. Nommé juge ordinaire à Saint-Rémy le 11 mai 1536, il n’a sans doute pas le temps de s’installer dans son nouveau poste, car Charles Quint et ses troupes franchissent le Var dès la fin du mois de juillet pour envahir la Provence. La Meygra Entrepriza est le récit épique et comique à la fois de cette invasion manquée de l’été 1536.

  • 2 Traduction parue sous le titre La Maigro Entre-presso de l’Emperaire catouli dans seize livraisons (...)
  • 3 Macaronee provenzali, Fausta Garavini et Lucia Lazzerini (éd. et trad.), Milano-Napoli, Ricciardi, (...)

2L’œuvre est d’un souffle plus long que l’Ad suos compagnones, puisqu’elle totalise 2392 vers macaroniques, appariés en distiques élégiaques. On sait que le macaronique d’Arena, qu’on nomme volontiers l’arénaïque, consiste en un savoureux mélange de latin, de français et de provençal. Or, aussi étonnant que cela puisse paraître, la Meygra Entrepriza avait déjà fait l’objet de traductions en occitan (par Frédéric Mistral en personne2) puis en italien (par Fausta Garavini et Lucia Lazzerini3), mais jamais en français. Les caprices du hasard ont fait que deux éditions critiques accompagnées chacune d’une traduction française viennent de paraître à moins d’un an d’intervalle, la première sous format électronique par les soins de Dominique Amann, hébergée sur le site la-mauriniere.com (août 2019), la seconde publiée par Honoré Champion en mai 2020, procurée par Marie-Joëlle Louison-Lassablière.

  • 4 Quelques menues erreurs s’y sont d’ailleurs glissées – ainsi p. 29 : « le 21 juillet 1536, l’empere (...)
  • 5 J’ajouterai volontiers une occurrence située dans un coq-à-l’âne de 1536 publié par Henri Meylan, d (...)

3Si l’on compare les deux livres, il apparaît assez vite que l’édition électronique fournit une étude globalement plus systématique et plus développée. Les contextes biographique, historique et linguistique s’y trouvent plus précisément abordés que dans l’édition imprimée, comme le montreront les quelques exemples suivants. Les incertitudes qui entourent la question de la date de mort d’Arena font ainsi l’objet d’une seule note de bas de page dans l’édition imprimée (p. 30, n. 64) contre un développement argumenté de deux pages dans l’édition électronique (p. 42-44). Au niveau historique, la seule chronologie de la huitième guerre d’Italie occupe plus de vingt-cinq pages (p. 62-88) dans la seconde contre à peine six dans la première (p. 38-434). Les aspects d’histoire de la langue sont eux aussi souvent mieux traités dans l’édition électronique. Ainsi, l’énigme du surnom de « Iannus Giponus » (v. 31) donné par Arena à Charles Quint est contextualisée par D. Amann qui rappelle plusieurs autres occurrences connues (les mémoires des Du Bellay et le Jeu du prince des sotz de Gringore5) et le sens attesté du mot gipon (ou jupon) à l’époque, utilisé pour désigner un élément du vestiaire masculin (p. 91-93). M.-J. Louison-Lassablière cite quant à elle une intéressante (mais unique) occurrence du nom de Jean Gipon dans un texte de Gian Giorgio Alione dirigé contre Jules II (référence déjà présente dans l’édition de F. Garavini et L. Lazzerini) et ajoute que le nom ridiculise « l’homme qui porte la jupe et se laisse gouverner par son épouse », alors que le mot ne semble pas utilisé au xvie siècle pour un vêtement féminin (p. 49 et n. 7 p. 76). L’arénaïque est par ailleurs systématiquement disséqué par D. Amann (p. 147-181) alors que M.-J. Louison-Lassablière se contente de quelques remarques pertinentes mais éparses.

4Du côté de l’établissement du texte, le travail accompli par D. Amann paraît plus fiable. M.-J. Louison-Lassablière déclare s’être appuyée sur l’édition publiée en 1537 à Avignon par Jean de Channey ainsi que sur les éditions critiques de Norbert Bonafous (1860) et de Fausta Garavini et Lucia Lazzerini (1984), tandis que D. Amann dit avoir comparé systématiquement le texte des deux éditions connues du xvie siècle (celle de Jean de Channey et une édition anonyme, souvent attribuée à tort aux presses du toulousain Nicolas Vieillard, sur laquelle je reviens ci-après). L’éditeur toulonnais fournit en tout cas un détail beaucoup plus systématique des modifications qu’il a opérées sur le texte des éditions du xvie siècle.

5L’œuvre se lit plus confortablement dans l’édition électronique qui dispose en vis-à-vis le macaronique d’Arena et la traduction proposée, alors que l’édition Champion a fait le choix inhabituel de publier le texte et sa traduction l’un après l’autre (en dissimulant la numérotation des vers en fin de ligne dans la traduction, ce qui complique encore le passage du texte macaronique à sa version française). En outre, D. Amann publie un texte plus complet puisqu’il inclut la totalité des pièces liminaires et pas seulement les deux textes adressés au dédicataire, Guillaume Garçonnet. Les deux éditeurs s’arrêtent en revanche à la fin du poème d’Arena, sans inclure les textes qui figurent à la fin des deux éditions du xvie siècle, à savoir une liste détaillée des villes de Provence et une pièce en vers macaroniques adressée aux plaideurs – D. Amann a toutefois édité de manière séparée l’intéressante liste des villes de Provence (consultable sur le même site internet). Enfin, l’annotation du texte, riche dans les deux cas, est généralement plus complète dans l’édition électronique : du côté des sources, par exemple, D. Amann cite régulièrement les vers qui semblent imités du grand modèle de la poésie macaronique qu’est Folengo, modèle mentionné dans l’introduction de l’édition Champion mais complètement absent de l’annotation.

  • 6 Comme le rappelle D. Amann dans son édition, le collier de Saint-Michel était composé de huit coqui (...)

6Les traductions se lisent toutes deux avec beaucoup de plaisir, dans les passages quasi épiques comme dans les jubilations scatologiques d’Arena face à la dysenterie qui décime l’armée espagnole (voir par exemple les v. 635-646). Les portraits au vitriol des compagnons de Charles Quint sont parmi les plus savoureux, qu’il s’agisse du duc de Savoie – « Bossu à cause de ses amours (on aurait dit un souffleur de verre tant est proéminente sa gibbosité) » (v. 655-656, trad. M.J.L.L.) – d’Antoine de Leyve (Antonio de Leiva) – « Un dépravé qui s’y connaît bien à guerroyer de la langue » (v. 701-702, trad. D.A.) – ou encore du marquis de Saluces qui, au moment de trahir, rendit à François Ier l’ordre de Saint-Michel dont celui-ci l’avait jadis décoré – « il vous renvoya toutes les coquilles6 de l’Ordre : le traître ne se sentait pas digne d’une si grande distinction » (v. 695-696, trad. M.J.L.L.). La réussite des versions françaises est à mettre au crédit des deux traducteurs, d’autant que l’entreprise était ardue, la disparition de l’idiome bigarré d’Arena retirant nécessairement au poème sa saveur la plus singulière. À cet égard, M.-J. Louison-Lassablière prend peut-être plus de libertés avec le sens littéral, sans doute pour restituer la verve comique et enthousiaste du poète provençal, mais au risque parfois de l’infidélité (et localement de quelques faux-sens). La traduction de D. Amann privilégie plutôt l’exactitude, d’autant que le traducteur a adjoint à sa traduction un glossaire fort utile, qui justifie les choix opérés, mais qui confère parfois à l’ensemble une moindre fluidité.

  • 7 Aucun des deux éditeurs ne mentionne en revanche que l’expression « tuer caresme/caresme prenant/ca (...)
  • 8 D. Amann est le seul à signaler la correction qu’il opère sur le texte original qui porte « diggest (...)

7Deux exemples donneront une idée des qualités et des défauts des deux traductions. Lorsqu’Arena met en scène l’empereur s’emportant dans une colère ridicule, il écrit « Et caremantrandum se corrossando tuabat » (v. 77), ce que D. Amann rend littéralement par « dans sa colère, il tuait Carêmentrant » tandis que M.-J. Louison-Lassablière traduit plus librement « Au comble de la colère, il s’adonnait à une mascarade de carnaval ». D. Amann précise dans son glossaire qu’« il est d’usage, à la fin du temps du Carnaval […], de juger, condamner et brûler Carêmentrant, un mannequin de paille, sorte de bouc émissaire investi de tous les maux et calamités survenus durant l’année écoulée7 ». Se moquant ailleurs de la duplicité de l’empereur qui n’hésite pas à renier sa propre parole, Arena écrit : « De pactis titulum diggesti non bene seruat / De iuramentis nulla rubrica valet8 » (v. 2221-2222). M.-J. Louison-Lassablière traduit « Le titre “De la paix” ne fait pas partie de son Digeste, et il n’y a aucune rubrique “Des serments qui vaille <pour lui> », quand D. Amann propose plus fidèlement : « Il n’observe pas bien le chapitre “Des Pactes” du Digeste : aucune rubrique “Des serments” n’a force de loi. »

8En somme, si l’édition de M.-J. Louison-Lassablière s’imposera probablement dans les bibliothèques et auprès des chercheurs par le prestige de la collection imprimée qui l’accueille, il serait souhaitable que toute personne s’intéressant à la Meygra Entrepriza consulte aussi systématiquement le travail de D. Amann ; il faut donc espérer que l’hébergement sur le site de l’auteur soit pérennisé d’une manière ou d’une autre ou que le fichier soit repris sur un site institutionnel (HALSHS ?) ou trouve un débouché éditorial à la hauteur de son accomplissement.

  • 9 L’aspect bibliographique est en revanche assez négligé dans l’édition de M.-J. Louison-Lassablière, (...)

9J’aimerais enfin profiter de cette note de lecture pour rassembler et préciser quelques éléments bibliographiques au sujet de la Meygra Entrepriza. En effet, quoique cet aspect ait été soigné dans l’édition de D. Amann, qui recense un nombre important d’exemplaires des deux éditions anciennes connues9, le tableau peut encore être complété.

  • 10 Étienne Rouard, « Note sur les éditions de la Meygra entreprisa », Bulletin du bibliophile, 1860, p (...)

10La seule édition datée a été imprimée anonymement à Avignon en 1537 (USTC n° 110525). C’est Étienne Rouard, ancien conservateur à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, qui a avancé avec vraisemblance le nom de Jean de Channey en retrouvant l’une des grandes lettrines de la Meygra Entrepriza dans des Ordonnances imprimées en 1536 par le même imprimeur10. Il existe pour cette édition deux états de la page de titre. Dans l’état A, la gravure du coq couronné, figuré sur un demi-cuir accompagné de l’inscription « gallus cantat, gallus cantauit, gallus cantabat, gallus cantabit », est complétée dans sa partie basse par un autre demi-cuir où l’on aperçoit un aigle dont la partie supérieure est masquée, claire allégorie de la victoire du coq gaulois sur l’aigle impérial. Dans l’état B, seul le demi-cuir représentant le coq demeure ; le quatrain qui figure sous l’illustration a été remonté dans la composition et occupe la place de la gravure manquante. Norbert Bonafous est le seul à avancer une explication pour cette différence d’état (reprise par les éditeurs successifs à l’exception de D. Amann) : le légat pontifical d’Avignon aurait demandé la suppression de la gravure inférieure pour préserver la dignité de l’empereur. L’explication ne me paraît guère convaincante, puisque le poème qui suit est autant sinon plus infamant pour l’empereur que la gravure tronquée de l’aigle. Impossible donc de dire ce qui justifie la différence d’état, sinon peut-être un accident en cours d’impression (bris du bois inférieur, que l’on aurait retiré de la composition ?).

11En bibliophile distingué, le duc de la Vallière possédait un exemplaire de chaque état (n° 2697 (A) et 2698 (B)), passés ensuite dans la collection de Mel de Saint Céran (n° 1414 et 1415). À ma connaissance, on recense aujourd’hui trois exemplaires de l’état A : Londres, British Library G. 9803 ; Montpellier, BIU J. 304 ; Paris, BnF Rés. p Yc 52 (probablement l’exemplaire La Vallière 2697-Mel de Saint Céran 1414). L’état B a été légèrement mieux conservé puisqu’on en connaît cinq exemplaires : Aix-en-Provence, Musée Arbaud R. 13 ; Avignon, Bibliothèque municipale Rés. 897 (probablement l’exemplaire Nodier de la vente de 1829, n° 356) ; Chantilly, Musée Condé XII-B-066 (ancien exemplaire de la vente Nodier de 1844, n° 276) ; Marseille, Bibliothèque municipale Wa 556 Rés. ; Turin, Biblioteca reale L.9.40. Reste un exemplaire à la bibliothèque de Versailles (Goujet in-8° 7) dont manquent six des huit feuillets liminaires et qu’il est donc impossible de rattacher à l’une ou l’autre famille.

12La seule autre édition publiée au xvie siècle (sans notice dans l’USTC) ne porte aucune indication : ni nom d’imprimeur, ni ville d’impression, ni date. Elle est considérée comme postérieure par tous les éditeurs du texte. On en recense deux exemplaires : Toulouse, Bibliothèque municipale Rés. D XVI 737 ; Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek M: Li 10202.

  • 11 Pour la grande feuille de vigne, voir le titre de la Vita Christi imprimée en 1544 ; pour la petite (...)
  • 12 Celles-ci sont pourtant assez caractéristiques : de petites lettres noires sur fond blanc, entourée (...)

13Dans le premier d’entre eux (le seul signalé jusqu’ici), un lecteur manifestement tardif a inscrit « Tolosæ 1538 », probablement en raison de l’autre opuscule d’Arena relié à la fin du volume : Ad suos compagnones, Toulouse, Nicolas Vieillard, 1538. Le matériel typographique de ces deux éditions (caractères et lettrines) diffère toutefois systématiquement ; et celui de la Meygra Entrepriza ne correspond pas à ce que l’on observe dans les éditions connues de Nicolas Vieillard. En revanche, on trouve plusieurs points communs entre le matériel utilisé et celui des éditions toulousaines de Jacques Colomiez, imprimeur-libraire à la longue carrière (1525-1568). Le grand S, trop encré et en mauvais état, se retrouve en meilleur état et plus correctement imprimé dans les Controverses des Sexes Masculin et Femenin de 1534 (f. 11v) ; les deux feuilles de vigne utilisées sur la page de titre figurent également dans plusieurs impressions de Colomiez11. Je n’ai pas retrouvé en revanche les cinq autres lettrines utilisées12, même si on en rencontre des séries assez proches chez Colomiez. Dans l’attente de preuves plus amples, il semble raisonnable de continuer à considérer que la deuxième édition de la Meygra Entrepriza a été imprimée à Toulouse, peut-être chez Jacques Colomiez. Le nom de l’imprimeur ne serait en tout cas pas surprenant, vu le vif intérêt qu’il manifeste pour la littérature écrite dans la partie méridionale du royaume, et notamment les textes occitans.

Haut de page

Notes

1 Ad suos compagnones… 1531, Marie-Joëlle Louison-Lassablière (éd. et trad.), Paris, Champion, 2012, 217 p.

2 Traduction parue sous le titre La Maigro Entre-presso de l’Emperaire catouli dans seize livraisons successives de L’Aiòli en 1894 et republiée à la fin de l’édition de Dominique Amann, p. 573-649.

3 Macaronee provenzali, Fausta Garavini et Lucia Lazzerini (éd. et trad.), Milano-Napoli, Ricciardi, 1984.

4 Quelques menues erreurs s’y sont d’ailleurs glissées – ainsi p. 29 : « le 21 juillet 1536, l’empereur assiège Nice avec 50 000 hommes ». On sait pourtant que le duc de Savoie (époux de Béatrice de Portugal, la sœur d’Isabelle, épouse de Charles Quint) est l’allié de l’empereur et qu’Arena met précisément en scène les retrouvailles émues de Charles Quint et de Béatrice (v. 285-356).

5 J’ajouterai volontiers une occurrence située dans un coq-à-l’âne de 1536 publié par Henri Meylan, dans un passage énigmatique qui se rapporte probablement à la retraite infamante de l’empereur face au « coq » gaulois : « Il est deslogé bien matin / Celuy qu’on nomme Jehan Gippon, / Cuidant plumer coq ou chappon » (Henri Meylan, Épîtres du coq à l’âne. Contribution à l’histoire de la satire au xvie siècle, Genève, Droz, 1956, p. 29, v. 22-24). L’éditeur, qui n’établit pas de lien avec l’épisode provençal, signale en revanche deux autres occurrences, dans Le Pourpoint fermant à boutons (publié dans le Recueil de poésies françoises de Montaiglon, t. 4, p. 273) et dans la Mitistoire barragouine (« Lyon, par Jean Dieppi » [=Paris], 1574, f. B1v-B2r). Sans doute l’expression mériterait-elle une étude systématique.

6 Comme le rappelle D. Amann dans son édition, le collier de Saint-Michel était composé de huit coquilles reliées par une double cordelière à laquelle était suspendu le médaillon du saint terrassant le dragon.

7 Aucun des deux éditeurs ne mentionne en revanche que l’expression « tuer caresme/caresme prenant/caresme entrant » est attestée à l’époque (Huguet et Di Stefano).

8 D. Amann est le seul à signaler la correction qu’il opère sur le texte original qui porte « diggestis ».

9 L’aspect bibliographique est en revanche assez négligé dans l’édition de M.-J. Louison-Lassablière, qui se contente d’une traduction, avec quelques rares variations et quelques imprécisions, de la notice équivalente de l’édition de F. Garavini et L. Lazzerini (p. 288-290).

10 Étienne Rouard, « Note sur les éditions de la Meygra entreprisa », Bulletin du bibliophile, 1860, p. 1402-1408. Voir les Ordonnances du treschrestien roy de France…, Avignon, Jean de Channey, 1536 (réémission à la date de 1540), f. 86v notamment. C’est aussi Étienne Rouard qui résout l’énigme de l’édition in-quarto imprimée par David à Aix qui aurait eu pour origine un manuscrit d’Arena lui-même (énigme que M.-J. Louison-Lassablière rapporte telle quelle p. 16). Comme l’explique É. Rouard, N. Bonafous a mal compris l’indication de l’abbé Dubreuil (« Meygra entrepriza, ut super extracta ex exemplari stampato ipsiusmet Arenæ, in-4°, M. David, Aix ») qui se réfère simplement à une copie manuscrite faite à partir des exemplaires imprimés par Arena, copie qui se trouvait au xviiie siècle dans la célèbre librairie de la dynastie des imprimeurs-libraires David à Aix et qui n’a donc pas de valeur particulière pour l’établissement du texte.

11 Pour la grande feuille de vigne, voir le titre de la Vita Christi imprimée en 1544 ; pour la petite feuille apposée en bas de la page de titre, voir l’index du De Officio pastorum et ovium imprimé en 1550. Je ne les ai pas repérées ailleurs jusqu’ici et elles ne sont pas recensées par Hendrik D. L. Vervliet, Vine Leaf Ornaments in Renaissance Typography: a Survey, New Castle-Houten, Oak Knoll Press-Hes & De Graaf, 2012. Les caractères romains utilisés (R 70, 92 et 112) ne semblent pas non plus décrits dans French Renaissance. Printing Types. A Conspectus du même auteur, New Castle (Del.)-Londres, Oak Knoll Press-Bibliographical Society-Printing Historical Society, 2010.

12 Celles-ci sont pourtant assez caractéristiques : de petites lettres noires sur fond blanc, entourées d’un double filet, décorées de feuillages parcimonieux dont seuls les contours sont noirs. Un minuscule trèfle à quatre feuilles semble par ailleurs signer trois des cinq lettrines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Berthon, « Antonius Arena, Meygra Entrepriza (1537), éd. et trad. Dominique Amann, 2019
Antonius Arena, Meygra Entrepriza… 1537, éd. et trad. Marie-Joëlle Louison-Lassablière, 2020 »
Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 15 janvier 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16557

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search