Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Doon de la Roche, chanson de gest...

2021

Doon de la Roche, chanson de geste de la fin du XIIe siècle, édition par Nathalie Reniers-Cossart, 2019

Gauthier Grüber
Référence(s) :

Doon de la Roche, chanson de geste de la fin du XIIe siècle, édition par Nathalie Reniers-Cossart, Paris, Champion (« Classiques français du Moyen Âge » 190), 2019, 320 p.

ISBN 978-2-7453-5059-6

Texte intégral

  • 1 Hervis de Mes, chanson de geste anonyme (début du XIIIe siècle), éd. Jean-Charles Herbin, Genève, D (...)
  • 2 Orson de Beauvais, chanson de geste du XIIe siècle, éd. Jean-Pierre Martin, Paris, Champion, 2002.
  • 3 Beuve de Hamptone, chanson de geste anglo-normande de la fin du XIIe siècle, éd. et trad. Jean-Pier (...)
  • 4 Pour résumer succinctement la chanson : Doon, seigneur de Lorraine, est victime des machinations de (...)

1Doon de la Roche fait partie de ces œuvres qui témoignent de l’intérêt des 12e et 13e siècles pour la forme de la chanson de geste en dépit d’histoires qui peuvent paraître étrangères au genre. On rappellera, par exemple, les cas remarquables de la chanson d’Hervis de Metz, inspirée en partie d’un conte1, d’Orson de Beauvais2, de Beuve de Hantone3, et donc de Doon, dont la récente éditrice, Madame Nathalie Reniers-Cossart (NRC), rappelle avec raison dans son étude littéraire que la chanson s’articule autour de deux motifs folkloriques : celui de la femme injustement accusée et celui du jeune héros dépouillé de son héritage4. Cet enchâssement des deux motifs semble avoir eu un succès certain au Moyen Âge, comme en témoignent les différentes réécritures espagnoles ou islandaises du récit.

  • 5 Doon de la Roche. Chanson de geste de la fin du XIIe siècle, traduction en français moderne de Nath (...)

2La version épique qui nous intéresse a connu un parcours éditorial chaotique, sur lequel revient l’éditrice dans son introduction. Il ne nous reste qu’un manuscrit complet (en plus d’un fragment de deux feuillets) de l’œuvre, conservé actuellement à la British Library de Londres, sous la cote Harley MS 404. Le projet d’édition de ce témoin remonte aux années 1850, lorsqu’une première transcription est réalisée, dont hérite Paul Meyer, qui n’aura pas le temps de terminer cette édition avant sa mort. L’édition est alors reprise par Gédéon Huet, collaborateur privilégié de Meyer, qui lui-même mourra avant la concrétisation du projet. Ce sont finalement Henri Lemaître et Antoine Thomas qui mettront la dernière main à l’œuvre et publieront Doon de la Roche en 1921, soit quelque soixante-dix ans après la transcription du texte… Le résultat de ce parcours semé d’obstacles est que l’édition dite « Meyer », édition qui se voulait correctrice, est largement perfectible. À la décharge des premiers éditeurs, il faut convenir que le matériau de base n’est pas des meilleurs : le manuscrit tardif, qu’on assigne au 15e siècle, donne ainsi un texte bien souvent fautif, avec de nombreux vers hétérométriques, des lacunes, etc. On saura donc gré à NRC d’avoir procuré cette nouvelle édition, qui a pour parti pris de proposer un texte moins corrigé (selon les règles d’établissement du texte, p. 68), après la traduction qu’elle a publiée de la chanson en 20115.

3Cette nouvelle édition correspond, pour la forme, à ce qui est attendu d’une édition contemporaine d’un texte médiéval. L’Introduction présente tout d’abord le manuscrit de Londres (p. 7) ainsi que le court fragment conservé, présentation suivie d’un historique de la précédente édition du texte (p. 10) et d’un résumé très complet de la chanson (p. 12). Elle propose ensuite une étude complète de la scripta lorraine (p. 24) et de la versification (p. 39), et se termine par une intéressante étude littéraire des différentes versions des éléments folkloriques présents dans l’œuvre (p. 46).

4En ce qui concerne l’édition à proprement parler (p. 71), on pourra s’interroger sur certains choix de l’éditrice. Peut-être, au vu des difficultés que présente le témoin, aurait-il fallu choisir de mettre en italiques la résolution des abréviations. De même aurait-on apprécié de voir figurer en bas de page les nombreuses leçons rejetées, à la manière de l’édition Meyer. Même si les corrections sont plus limitées que dans cette dernière, elles demeurent nombreuses et obligent le lecteur à une certaine gymnastique. Il en va de même pour les formes qui nous paraissent étonnantes dans le manuscrit, comme « niés » (avec l’accent discriminatoire) systématique pour « més », forme qui aurait pu figurer dans les principes d’édition ou dans une note (ce qui n’est pas le cas, sauf erreur de notre part).

5Plus gênantes, en revanche, sont les nombreuses coquilles (ou erreurs de lecture ?) que nous avons pu relever tout au long de notre contrôle du texte, même si la liste qui suit ne se veut pas exhaustive.

6Leçons corrigées et indiquées dans la partie « leçons rejetées » mais sans indication de correction dans le texte édité (= astérisques manquants) : v. 82 verté, 126 losanges, 190 bons, 218 peüssiés, 408 Doon, 695 ore, 709 est, 712 laissiés, 764 laissiés, 771 de, 833 fole, 837 com, 1173 nou, 1293 irais, 1526 iert, 1528 iert, 1542 en, 1821 fermé, 2284 ceindent, 2705 afubla (indiqué avec erreur au vers 2706 dans les leçons rejetées), 3523 oriés, 4047 i, 4071 clés, 4170 ist, 4433 quanquë.

7Leçons corrigées qui ne figurent pas dans la partie « leçons rejetées » (ou erreurs de lecture ?) : v. 18 donnet (éd. = donne), 142 traïte pour merci (éd. = traïte merci), 158 vat (éd. = va), 177 au/an lit (éd. = a lit), 278 riens (éd. = rien), 298 amés (éd. = amer), 308 eur (éd. = eure), 327 baisses (éd. = baisse), 440 soustiet (éd. = soustient), 482 ai (éd. = n’ai), 676 comme (éd. = com), 686 come (éd. = com), 895 occis noié (éd. = occis ou noié), 899 afolé (éd. = afoler), 1330 entedu (éd. = entendu), 1766 volatiers (éd. = volantiers), 2122 toutes (éd. = toute), 2147 Malingre (éd. = Malingres), 2229 quil (éd. = quë il), 2401 quil (éd. = quë il), 2509 doné (éd. = doner), 2852 portee (éd. = portees), 2856 pedu (éd. = perdu), 2912 viennet (éd. = vienent), 3176 frache (éd. = franche), 3202 es (éd. = en), 3223 ert (éd. = iert), 3555 planchier (éd. = planchiers), 3565 cilz (éd. = cil), 3792 marc (éd. = mars), 3797 remoté (éd. = remonté), 3798 tollit (éd. = tolut), 4028 maton (éd. = manton), 4063 descocherent (éd. = descochierent), 4124 eusse (éd. = eusses), 4199 dex (éd. = dix), 4345 demenre (éd. = demante), 4387 lors (éd. = lor), 4471 ce (éd. = se), 4557 Si (éd. = Ci).

8Leçons apparemment fautives (ou corrections peu pertinentes ?) : v. 128 entendés (éd. = entendez), 257 m’avés (éd. = m’avez), 332 vifz (éd. = vifs), 342 fut (éd. = fu), 498 meire (éd. = mere), 530 ostel (éd. = hostel), 726 que (éd. = qui), 802 joeux (éd. = joiux ; le e est suscrit), 845 princes (éd. = prince), 969 doulx (éd. = doux), 1017 enmedui (éd. = emmedui), 1040 jusqu’en (éd. = es), 1063 jusque a (éd. = jusqu’a), 1122 Assez (éd. = Asses), 1135 morir (éd. = mourir), 1194 li (éd. = le), 1500 apelei (éd. = apelé), 1711 pellerins (éd. = pelerins), 1720 aiz (éd. = ais), 1748 bourjois (éd. = bourgeois), 1757 aler (éd. = aller), 1784 serés (éd. = serez), 2179 par le (éd. = la ; ou correction non indiquée ?), 2234 roingne (éd. = roigne), 2841 homes (éd. = hommes), 2984 que a (éd = qu’a), 3260 seigneurs (éd. = seignors), 3397 Romme (éd. = Rome), 3441 premerains (éd. = primerains), 3476 departiron (éd. = despartirons), 3531 sonee (éd. = sonees), 3678 boche (éd. = bouche), 4091 novelle (éd. = nouvelle), 4155 Ho (éd. = Hé), 4242 an (éd. = en), 4271 Garde (éd. = Gardés), 4453 errammant (éd. = erramant).

9Leçons incertaines (qui pourraient figurer en notes) : v. 104 juglour (éd. = jugleür) ?, 521 chascum (éd. chascun ; graphie chascum choisie pour la même abréviation au v. 2147) ?, 899 chascum (cf. v. 521) ?, 993 joeux (éd. = joenx ; cf. joeux v. 802) ?, 1739 veriter (éd. = veritey) ?, 2825 proier (éd. = preier) ?, 3461 joeulx (éd. = joenlx ; cf. 993) ?, 3487 joeux (éd. = joenx) ?, 3571 Sil (éd. = Cil) ?, 4127 chascum (cf. v. 521) ?

10Leçons rejetées erronées : v. 2568 Parfondement l’anclinent par non l’ont enclin apellee (éd. leçons rejetées = o. enclin par non l’ont ecsi’), 3437 Bernart (éd. leçons rejetées = Brenart).

11Ponctuations et graphies améliorables ou erronées : v. 574 quë (éd. = que), 660 duche[sse] (éd. = duches[se]), 796 le (éd. = [le]), 1071 et 1072 isnel[e]ment (éd. isnelement ; les deux formes sont indiquées dans les leçons rejetées), 1562 jë ai (éd. = Je ai), 2010 .i. (éd. = .i.), 2703 compaigne (éd. = conpaigne), 3020 d’Espire (éd. = de Spire ; à noter que c’est sous la forme Espire que le terme est mis dans le glossaire), 3119 s’espovant[ent] bour[j]ois (éd. = s’espovantent bourjois ; les deux formes sont indiquées dans les leçons rejetées), 3469 en parfont (éd. = em parfont), 3491 or[e] es[t] (éd. = ore es[t] de), 3659 Bern[eh]ars (éd. = Bern[e]hars), 4005 [Dame]dieu (éd. = [Damedieu]), 4059 [tuit cil] (éd. = [tuit] cil), 4245 et (éd. = [et]), 4449 l’emperer[e]s (éd. = l’emper[ere]s), 4622 de [noble (éd. = [de noble).

12Restent enfin quelques interrogations : au vers 3790, pourquoi éditer « Et saisist le cheval que no quist achoison » à la place de « Et saisist le cheval que n’i quist achoison » (qui est la forme de l’édition Meyer) ? De même, au vers 4364, par exemple, pourquoi avoir corrigé « que ja l’eüssient mort, neant fut del recovre » par « que ja l’eüssient mort, nai[e]nt fut del recovre » ?

  • 6 On aurait pu, à propos de cette partie, simplifier un certain nombre de citations, comme au vers 12 (...)
  • 7 Voir le compte rendu de Stéphan Marcotte, « Doon de la Roche. Chanson de geste de la fin du XIIsi (...)

13Nous ne revenons pas sur les notes (p. 223) et sur les leçons rejetées6 (p. 215), qui peuvent être à la fois amendées et complétées ; pour ce qui est de l’index (p. 305) et du glossaire (p. 237), tout en étant relativement complets, on regrettera que les renvois vers des formes communes ne soient pas systématiquement indiqués par des entrées spécifiques (par exemple, la forme « aart » aurait pu avoir son entrée propre, avec un renvoi à « aerdre » ; notons que ces renvois existent pour d’autres formes, comme « aage » pour « eage »). Certaines formes, telle que « eluné » (v. 2104), que l’éditrice traduit par « vin qui contient de l’absinthe » (forme lorraine pour « aluine »), ou encore « monter contremont » (v. 3318) dans le sens assez paradoxal de « descendre » (forme non indiquée dans le glossaire, contrairement à l’édition de 1921)7, auraient certainement mérité une note, ou un complément d’information.

14L’ensemble de nos remarques ne doit pas ternir le mérite de NRC, dont le travail a été rendu, pour reprendre ses propres mots, « très difficile par l’état initial du texte » (p. 70). Nous disposons grâce à elle d’une édition beaucoup plus proche de l’unique témoin complet de la chanson, charge à nous désormais de la relire et de l’étudier, notamment en ce qui concerne la question du remaniement épique à l’œuvre dans ce texte.

Haut de page

Notes

1 Hervis de Mes, chanson de geste anonyme (début du XIIIe siècle), éd. Jean-Charles Herbin, Genève, Droz, 1992.

2 Orson de Beauvais, chanson de geste du XIIe siècle, éd. Jean-Pierre Martin, Paris, Champion, 2002.

3 Beuve de Hamptone, chanson de geste anglo-normande de la fin du XIIe siècle, éd. et trad. Jean-Pierre Martin, Paris, Champion, 2014.

4 Pour résumer succinctement la chanson : Doon, seigneur de Lorraine, est victime des machinations de Tomile, qui lui fait croire qu’Olive, femme de Doon et sœur du roi Pépin, l’a trompé. Doon chasse donc son épouse et Landri, leur enfant, qu’il croit illégitime. L’enjeu sera de rétablir Olive et Landri dans leurs droits, au terme de nombreuses pérégrinations qui conduiront nos héros jusqu’à Constantinople.

5 Doon de la Roche. Chanson de geste de la fin du XIIe siècle, traduction en français moderne de Nathalie Reniers-Cossart, Paris, Champion (« Traductions des classiques du Moyen Âge » 89), 2011.

6 On aurait pu, à propos de cette partie, simplifier un certain nombre de citations, comme au vers 1293, « tu t’an irais ja, beaulx f. », qu’on aurait pu réduire à « i. ja b. » ou « irait ja beaulx » (la correction ne portant que sur le seul « ja »).

7 Voir le compte rendu de Stéphan Marcotte, « Doon de la Roche. Chanson de geste de la fin du XIIsiècle », Perspectives médiévales, 35, 2014, en ligne, DOI : https://doi.org/10.4000/peme.5326

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Grüber, « Doon de la Roche, chanson de geste de la fin du XIIe siècle, édition par Nathalie Reniers-Cossart, 2019  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 13 février 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16573

Haut de page

Auteur

Gauthier Grüber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search