Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Matfre Ermengau, Le Bréviaire d’A...

2021

Matfre Ermengau, Le Bréviaire d’Amour, traduction française par Henri Barthés, avec le concours de Peter T. Ricketts, Dominique Billy, Gilles Bancarel, 2018

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Matfre Ermengau, Le Bréviaire d’Amour, traduction française par Henri Barthés, avec le concours de Peter T. Ricketts, Dominique Billy, Gilles Bancarel, Cazouls-lès-Béziers, Editions du Mont, 2018, liv + 422 + 36 p.

ISBN 978-2-490382-07-1

Texte intégral

1Comptant près de trente-cinq mille vers, le Breviari d’Amor (BA), que le juriste biterrois Matfre Ermengau (ME) commença de composer le premier jour du printemps 1288 (ainsi qu’il l’écrit lui-même au début de son prologue, p. 7 de la traduction ; cf. aussi p. 258, au v. 21684, ME donne la date du 27 mars 1289) est – comme le rappelle Henri Barthés (HB) dans ses « Prolégomènes » (p. xiii-xxxvii) – à la fois l’œuvre la plus vaste que nous ait léguée la littérature médiévale de langue d’oc et la plus diffusée, actuellement conservée dans 24 témoins manuscrits (12 complets ou à peu près et 12 fragments), datés principalement du XIVe siècle. A cet égard comme à bien d’autres, on pourrait donc considérer le BA comme une œuvre jumelle du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meun, même si les deux « romans » – autrement dit les deux poèmes écrits en langue vulgaire, à destination des laïcs (ME insiste sur ce point, p. 17) – diffèrent aussi sur de nombreux aspects, à commencer par leur contenu respectif. La comparaison, néanmoins, peut être prolongée, dans au moins trois directions : comme le Roman de la Rose, le BA a pour auteur à la fois un poète (c’est Guillaume de Lorris), qui se définit comme Sers d’Amors (« Serviteur d’Amour », p. 7), fin connaisseur de la lyrique des troubadours, comme en témoignent les 267 citations à la fois pro et contra qui émaillent le Perilhos tractat d’amor de donas (dernière partie du BA, consacrée à la fin amor), et troubadour lui-même (cf. les deux pièces traduites p. 2-5) ; et un savant (c’est Jean de Meun) Senher en Leys (« Maître en Droit », p. 7), autrement dit un juriste qui a pu enseigner à l’école de droit de Béziers, mais aussi un philosophe et un théologien, quoiqu’il s’en défende (cf. p. 9, v. 237), enfin peut-être un membre du « troisième ordre », réservé aux laïcs, des Franciscains, ainsi qu’HB en formule l’intéressante hypothèse (p. xxii-xxiii).

2Œuvre de très vastes proportions (et néanmoins inachevée, semble-t-il), le BA se veut en outre, comme le Roman de la Rose, plus précisément comme le « miroir aux amoureux » de Jean de Meun, quoique de façon beaucoup plus systématique et dans une perspective bien plus résolument chrétienne, les développements relatifs à la religion occupant en fait la plus grande part du BA (somme toute bien plus proche d’une Lumiere as lais de Pierre de Peckham ou d’Abernon que d’une Image du monde de Gossuin de Metz), une encyclopédie de l’amour, ou une encyclopédie par l’amour : un amour réconciliant l’amour divin des clercs et la fin amor des troubadours, et conçu comme une sorte de moteur universel, animant la Création et les relations entre tous les êtres vivants, les hommes, les femmes et leurs enfants, et Dieu comme origine et comme fin, conception que résume et schématise l’image liminaire de l’Arbre d’Amour.

  • 1 Cf. H. Haruna-Czaplicki, « La culture picturale du BA de ME dans les enluminures toulousaines du XI (...)
  • 2 Le manuscrit de Saint-Pétersbourg, particulièrement remarquable, a donné lieu à la publication d’au (...)

3Comme dans le Roman de la Rose, enfin, le savoir nécessite autant d’être dit que d’être montré : d’où, au-delà de la tournure dialogique que prend volontiers le BA (en particulier dans le Perilhos tractat, mais aussi dès le début du poème, qui se présente dans son ensemble comme une réponse à la question que se posent « les amoureux et divers troubadours » : « qu’est-ce que l’amour que chantent les troubadours, quelle est sa cause et d’où naît-il », p. 7-8), de même que les interminables discours tenus par les diverses personnifications du Roman de la Rose, l’importance de la dimension visuelle qu’exprime bien, sans s’y réduire, la grande miniature pleine page de l’Arbre d’Amour ouvrant les manuscrits du BA, par ailleurs pour la plupart abondamment et somptueusement enluminés, avec un programme iconographique presque identique dans toutes les copies, qui remonte probablement à l’auteur lui-même1. Ce dernier aspect, il faut le souligner, est fort bien restitué par la présente publication, magnifiquement illustrée, qui reproduit au fil du texte et dans des formats variables plus d’une centaine d’enluminures du manuscrit de Saint-Pétersbourg, soit une petite moitié de la liste complète par ailleurs dressée par G. Bancarel (cf. p. xxxvii-liv), à quoi s’ajoute un appendice final de huit pages donnant à voir plusieurs folios du manuscrit dans leur ensemble2.

  • 3 Récapitulons de manière abrégée : P. T. Ricketts a d’abord publié Le Breviari d’Amor de Matfre Erme (...)

4Publié une première fois à la fin du XIXe siècle, à partir de quatre manuscrits seulement, dans le cadre de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire de Béziers (fondée en 1834), par Gabriel Azaïs, son président d’alors, avec le concours de Paul Meyer puis de Camille Chabaneau, le BA bénéficie désormais de l’excellente édition procurée par Peter T. Ricketts (PR), à laquelle il a consacré près de quarante années de travail, de 1976 à 2013, mais que sa disparition la même année l’a empêché d’achever tout à fait, laissant à paraître le glossaire et le volume d’introduction3. Avant son décès, PR avait toutefois eu le temps de préparer avec Dominique Billy une traduction française de la dernière partie du BA (essentiellement le Perilhos tractat d’amor de donas) destinée à accompagner sa nouvelle édition parue en 2011 ; on la trouvera ici intégrée à la traduction du reste du texte par HB.

  • 4 A l’occasion de sondages ponctuels, j’ai relevé notamment des problèmes de ponctuation (voir pour e (...)
  • 5 Abondante, l’annotation m’a semblé encore un peu légère pour un texte aussi complexe et inégale en (...)
  • 6 Dans la bibliographie (p. xxxiii-xxxv), on s’étonne surtout de l’absence de la nouvelle édition du (...)

5En bonne logique, somme toute, c’est donc à HB, actuel président de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire de Béziers, comme le fut autrefois Gabriel Azaïs, qu’est revenu l’immense mérite d’avoir entrepris, dès 2009, et finalement de procurer la première traduction française intégrale du BA, texte dont la difficulté n’est pas moindre que la longueur. Certes, il faut l’avouer, tout n’est probablement pas parfait dans cette traduction, un peu difficultueuse çà et là4, pourvue d’une annotation riche mais parfois déconcertante5 ou encore d’une bibliographie qui montre quelques lacunes, notamment sur le plan littéraire6. Mais la perfection, comme on le sait, n’est pas de ce monde, et ces quelques petits défauts sont largement compensés par le seul fait que cette traduction existe, magnifiquement présentée aux regards des lecteurs grâce au remarquable travail éditorial accompli par les éditions du Mont qui, avec ce très beau libre, ont offert au BA un écrin bien digne de lui.

Haut de page

Notes

1 Cf. H. Haruna-Czaplicki, « La culture picturale du BA de ME dans les enluminures toulousaines du XIVe siècle », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 71, 2011, p. 83-125, en particulier p. 85-89 pour la description d’ensemble du programme iconographique. Voir aussi, de la même, « Une note introductive sur les manuscrits illustrés du BA de ME : l’enluminure toulousaine dans sept manuscrits du XIVe siècle », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 69, 2009, p. 306-312 ; « Les manuscrits occitans enluminés du BA : essai d’une approche artistique et historique », Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 51), 2016, p. 37-85.

2 Le manuscrit de Saint-Pétersbourg, particulièrement remarquable, a donné lieu à la publication d’au moins deux fac-similés : l’un par A y N Ediciones (Madrid) en 2003, l’autre par Anton Pfeiler (Simbach am Inn) en 2011. Précisons que l’on trouve également dans l’ouvrage sous examen, p. 238 et 385, deux autres reproductions de l’Arbre d’Amour, empruntées à deux manuscrits londoniens, mais avec une regrettable interversion des références : p. 238, il s’agit en fait du ms. Londres, BL, Royal 19 C I, f. 11v, tandis que p. 385, il s’agit du ms. Londres, BL, Yates Thompson 31, f. 8r, ms. qui par ailleurs n’est pas un témoin du BA de ME mais d’une version en prose catalane du même texte.

3 Récapitulons de manière abrégée : P. T. Ricketts a d’abord publié Le Breviari d’Amor de Matfre Ermengaud, Tome V (27252T-34597), Leiden, Brill, 1976 ; puis le Tome II (1-8880), London, 1989 ; le Tome III (8880T-16783), London, 1998 ; le Tome IV (16783T-27252), Turnhout, Brepols, 2004 ; enfin une nouvelle édition entièrement refondue du Tome V (27252T-34597), Turnhout, Brepols, 2011.

4 A l’occasion de sondages ponctuels, j’ai relevé notamment des problèmes de ponctuation (voir pour exemple le tout début du prologue, p. 7) ou de décalques dans la traduction (« gentement », p. 10 ; « grailles » p. 95, à moins qu’il ne s’agisse d’un régionalisme, pour « corneilles » ; « ils font un petit sommeil », même page). Dans plusieurs passages, même sans l’avoir confrontée au texte original, la traduction donne ainsi l’impression d’être trop littérale ; même si l’on peut y voir la volonté, en soi louable, d’interpréter le moins possible le texte, la tâche du lecteur ne s’en trouve finalement pas facilitée…

5 Abondante, l’annotation m’a semblé encore un peu légère pour un texte aussi complexe et inégale en quantité comme en qualité : en témoignent par exemple les notes très (trop ?) abondantes consacrées aux plantes médicinales, par la vertu d’une collaboration extérieure (p. 88-94), alors que les pages qui suivent sur les animaux en sont presque dépourvues.

6 Dans la bibliographie (p. xxxiii-xxxv), on s’étonne surtout de l’absence de la nouvelle édition du Tome V (27252T-34597) de PR, dont HB n’a visiblement pas connaissance (cf. p. xxvii). Aucune étude littéraire n’est par ailleurs mentionnée, à commencer par exemple par celles de Valérie Fasseur, certainement l’une des meilleures spécialistes du sujet ; citons, pour mémoire : « La dame de l’arbre. Rôle de la ‘vue’ structurale dans le BA de ME », Romania, 117, 1999, p. 32-50 ; « Mort et salut des troubadours : le BA de ME », Eglise et culture en France méridionale (XIIe-XIVe siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 35), 2000, p. 423-441 ; « Une expérience avec la lyrique : le Perilhos Tractat d’amor de donas de ME », L’expérience lyrique au Moyen Age, Perspectives médiévales, 2002, p. 69-92 ; « De la paraphrase évangélique à la prière dans le BA de ME », La parole sacrée. Formes, fonction, sens (XIe-XVe siècle), Toulouse, Privat, 2013 (Cahiers de Fanjeaux, 47), p. 367-386 ; « L’enseignement de saint Augustin contre les Manichéens dans le BA de ME », Lire, choisir, écrire. La vulgarisation des savoirs du Moyen Age à la Renaissance, éd. V. Giacomotto-Charra et F. Laurent, Paris, Ecole des chartes, 2014, p. 49-69 ; « Chevaucher le temps. Le cheval dans le cycle iconographique du BA », Le cheval dans la culture médiévale, éd. B Andenmatten et al., Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2015, p. 295-314. Voir aussi la bibliographie finale de G. Paradisi, « Ovidio nel BA di ME. Sulla riscrittura dei Remedia amoris », Medioevi, 4, 2018, p. 55-94 (en ligne). Enfin, faire figurer dans la bibliographie l’étude de K. Laske-Fix, Der Bildzyklus des Breviari d’Amor, München / Zürich, 1973, et plus récemment celles de H. Haruna-Czaplicki citées ci-dessus en note, eût évité d’écrire que l’iconographie du BA « mériterait une étude spécifique » (p. xxxvii) !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Matfre Ermengau, Le Bréviaire d’Amour, traduction française par Henri Barthés, avec le concours de Peter T. Ricketts, Dominique Billy, Gilles Bancarel, 2018  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 13 février 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16581 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16581

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search