Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Marc Antoine Muret, un humaniste ...

2021

Marc Antoine Muret, un humaniste français en Italie, études réunies par Laurence Bernard-Pradelle, Christine de Buzon, Jean-Eudes Girot et Raphaële Mouren, 2020

Denis Bjaï
Référence(s) :

Marc Antoine Muret, un humaniste français en Italie, études réunies par Laurence Bernard-Pradelle, Christine de Buzon, Jean-Eudes Girot et Raphaële Mouren, Genève, Droz (« Travaux d’Humanisme et Renaissance » 610), 2020, 659 p.

ISBN 978-2-600-05973-2

Texte intégral

  • 1 Un petit doute sur la date de sa mort : « le 5 juin 1585 (le 6 selon l’inscription lapidaire de la (...)

1Le regretté Michel Simonin avait naguère émis le souhait que Limoges rendît hommage par des colloques à ses deux grands humanistes. Ce fut chose faite pour Jean Dorat en juin 2001 (actes édités six ans plus tard, chez Droz, par Christine de Buzon et Jean-Eudes Girot), pour Muret seulement en mai 2013 et... à Rome, en raison de son long séjour italien quasi ininterrompu de près de trente ans et de la conservation, dans la Ville éternelle, de la Bibliotheca Mureti. Ce sont donc les vingt-deux communications du colloque international (traduite en français pour celle de Marina Venier), complétées par une chronologie de Muret1, par la contribution de Jean-Eudes Girot, elle aussi traduite, au catalogue d’exposition Homo in libris ac litterulis abditus : i libri di Marc Antoine Muret alla Biblioteca Nazionale Centrale di Roma (mai-juillet 2013), par un article de Marie-Alexis Colin et, last but not least, par l’édition Lorenzo Mancini des lettres de Paul Manuce à Muret à partir des originaux manuscrits, que réunit enfin ce beau et fort volume des « Travaux d’Humanisme et Renaissance », dédié à la mémoire de Philip Ford.

2Préparée par le propos liminaire de J.-E. Girot, la première section porte sur la bibliothèque de Muret, un homme qui aimait à se décrire lui-même comme « enseveli dans les livres et l’étude » (p. 23). Marina Venier commence par relater les tribulations de la Bibliotheca Mureti, depuis le legs fait au Collège romain des jésuites par Marc Antoine jr, mort un an après son oncle, jusqu’à la dispersion entre divers fonds, dans les sombres années qui suivirent la prise de Rome en 1870. Des 1542 volumes autrefois enregistrés par l’inventaire ancien, la Bibliotheca nazionale en conserve aujourd’hui près de six cents, essentiellement des imprimés, les livres annotés par Muret y étant à présent numérisés et mis en ligne. À partir du même document (Vat. Lat. 11562, éd. P. Renzi, 1993), Angela Nuovo s’efforce de replacer dans son contexte historique la bibliothèque de l’humaniste : une collection pour la plus grande partie en latin, avec beaucoup de livres grecs (environ 15%) mais très peu en langue vulgaire, français ou italien, et où dominent Aristote et Cicéron ; une documentation professionnelle en poétique, rhétorique, philologie, bien fournie aussi en religion, philosophie et histoire, avant tout réservée à l’usage de son propriétaire, qui y porte ses annotations personnelles. Les deux contributions suivantes, de Giacomo Cardinali et de Francesca Niutta, s’intéressent respectivement à ses manuscrits latins et grecs, les premiers conservés, pour une soixantaine d’entre eux, à la Bibliothèque vaticane, les seconds, actuellement au nombre de onze, répartis entre la BNCR et la Vaticane.

  • 2 Salué en particulier par son ancien élève (?) Montaigne, mais on corrigera la référence de l’auteur (...)

3L’éclairage se concentre ensuite sur Muret et ses contemporains. Laurence Bernard-Pradelle choisit d’aborder leurs rapports par le biais de la correspondance, à la fois active et passive, réunie dans le volume d’Epistolæ (1580). Elle montre comment le recueil s’organise par cycles et surtout par species ou rubriques, permettant à Muret de présenter diverses facettes de sa personnalité. Franco Tomasi aborde la question compliquée des rapports avec les lettrés italiens, qu’il s’agisse de la tradition humaniste néo-latine ou de la littérature en vulgaire, dont Muret se détourne progressivement au profit de l’étude quasi exclusive des anciens. Il n’en est pas moins consulté régulièrement, pour son expertise en poétique et en rhétorique, preuve de l’auctoritas dont il est investi outre-monts. George Hugo Tucker porte son attention sur la troisième partie jusqu’ici peu étudiée des Orationes XXIII (1575), un appendice poétique dédié au duc de Mantoue Guillaume de Gonzague qui lui avait passé commande cinq ans plus tôt d’Hymni sacri pour les offices de sa Basilica Palatina. En y adjoignant d’autres pièces, d’inspiration profane, Muret offre une nouvelle et brillante démonstration de ses talents de poète néo-latin. C’est l’orateur alors réputé2 qui retient ensuite l’attention de Michel Magnien, avec le corpus des cinq oraisons funèbres solennellement prononcées à Rome entre 1572 et 1584. Elles requièrent d’écrire dans l’urgence, de respecter le (court) laps de temps imparti et de se plier aux strictes contraintes du genre, « de se hâter vers la fin, fin édifiante de la belle mort mais aussi fin consolatrice de la péroraison » (p. 257) : le savoir-faire de Muret lui permet d’en maîtriser le pathétique. De l’oraison funèbre à l’épitaphe il n’y a qu’un pas, franchi par Isabelle de Conihout qui nous invite à relire celle d’Henri Clutin, seigneur de Villeparisis (notre ambassadeur à Rome où il meurt en 1566), en forme de dédicace au défunt.

  • 3 Elle y avait déjà consacré, sous la direction de Raphaële Mouren, co-éditrice de ce volume, son mém (...)
  • 4 On ne comprend pas bien pourquoi Dorat, après Cujas, Douaren et Alciat, se trouve mis au nombre des (...)

4Le professeur et le philologue font l’objet de pas moins de neuf contributions. Lucia Gualdo Rosa étudie l’enseignement dispensé à la Sapienza, caractérisé par une « honnête dissimulation » (p. 282) : dans la pesante atmosphère intellectuelle de la Rome post-tridentine, Muret critique à son tour l’imitation servile de Cicéron et tente de faire admettre Platon et le ps.-Longin, Tacite et Sénèque (dont il explique et édite en 1575 le De providentia, en admirateur non seulement du philosophe mais encore du poète dramatique, en particulier de sa Troade). Ses cours de droit sur les Pandectes, dispensés plus brièvement de 1567 à 1572 en raison de l’opposition de ses collègues, sont analysés par Giovanni Rossi comme une tentative novatrice de conjuguer savoir juridique et culture humaniste en lisant les textes « alla francese », suivant le mos gallicus jura docendi de Budé et surtout d’Alciat, qui privilégie l’exégèse d’un texte (latin et aussi grec) enfin affranchi de ses gloses. Mais Muret attendra près de dix ans pour publier son Commentarius in quattuor titulos e libro primo Digestorum (Ferrare, 1581). Isabelle Pantin et Stefano Martinelli Tempesta examinent plus particulièrement la lecture proposée par Muret respectivement de l’Éthique à Nicomaque et des Moralia. De cet enseignement d’Aristote dispensé durant quatre années universitaires entre 1563 et 1567 et dont on a conservé leçons inaugurales et notes de cours, I. Pantin étudie ici le commentaire du livre I. Faisant l’inventaire de la bibliothèque plutarquienne de Muret, S. Martinelli Tempesta appelle l’attention sur ses deux exemplaires en grec abondamment mais inégalement annotés des Moralia (la princeps aldine de 1509, à présent à la Vaticane, et l’éd. bâloise, Froben et Episcopius, de 1542, conservée à la Biblioteca Nazionale), en vue d’une édition commentée chez Christophe Plantin qui ne vit finalement pas le jour : l’intérêt et la richesse de leurs marginalia (dont un échantillon nous est livré) justifieraient leur publication. Suivent deux auteurs latins, Salluste et Horace, choisis par Lucie Claire et Nicola Pace. La première rappelle que Muret, sans doute sur demande de l’institution (à la différence de Tacite), inscrit à son programme en 1578-1579 la Conjuration de Catilina dont il propose une lecture plus littéraire que proprement historique, en multipliant les références au modèle grec, Thucydide ; mais les deux leçons inaugurales ne lui offrent pas moins l’occasion de réfléchir sur l’écriture et les finalités du genre. Le second constate qu’Horace n’a pas suscité, comme Catulle, de véritable commentaire de Muret dans l’édition de 1555 ni dans ses cinq rééditions au long des quinze années suivantes, ce qui est sans doute moins imputable à la prétendue paresse dont le blâmait peu charitablement son éditeur Paul Manuce (infingardo, p. 410) qu’aux rapports compliqués et tumultueux entretenus avec le rival, ici Denys Lambin, et dont on ne sait plus trop lequel des deux au juste a plagié l’autre. Ce commentaire ne se trouverait-il pas finalement dans les Variæ Lectiones, dont l’édition originale de 1559 ne consacre pas moins de quatorze chapitres à Horace ? L’exposé de synthèse de Virginie Leroux sur Muret commentateur des poètes met en lumière l’importance à ses yeux de la notion d’elegantia (dans l’expression comme dans le choix des figures) et du lien étroit entre compétence philologique et talent poétique, dont il s’autorise pour illustrer ses préceptes de ses propres traductions ou poèmes. C’est ensuite à l’impressionnant massif des Variæ Lectiones (dix-neuf livres, soit 500 pages dans l’éd. de référence Ruhnken) que s’attelle Maïté Roux3 et qu’elle replace dans la lignée des modèles antiques, depuis Aulu-Gelle, et de leurs épigones néo-latins. Si l’édition originale en huit livres, avec dédicace au cardinal d’Este (Venise, 1559), répond au désir de se faire connaître et reconnaître comme philologue auprès d’un public plus large, la réédition en quinze livres, chez Plantin, est si laborieuse, à la fois en raison des troubles dans les Provinces-Unies et du peu d’empressement de Muret, qu’elle ne voit finalement le jour qu’en 1580. Suivra une troisième édition, posthume, en vingt livres (si l’on y adjoint l’Observationum juris liber singularis), procurée par les soins du jésuite anversois Andreas Schott et publiée à Augsbourg en 1600. Le philologue réunit là ses notes de lectures, citant de nombreux auteurs grecs et latins sans oublier, suivant affinités et inimitiés, les contemporains4 et il y cultive à plaisir les lectiones ou variantes textuelles. Les anecdotes plus personnelles semées au fil des chapitres tracent aussi les linéaments d’une autobiographie mais ce dernier aspect de l’ouvrage est (trop) rapidement évoqué in fine. Complément plus littéraire à cette contribution, celle de Tristan Vigliano, qui se propose d’apprécier dans le même recueil un « art de la narration, de la plaisanterie, de l’allusion, et plus encore, de l’énigme » (p. 479), comme emblématisé, au chapitre premier du livre III, par la mise en scène d’un jeune homme corse à la prodigieuse mémoire.

  • 5 Depuis le colloque de Rome, l’article de L. Collarile et D. Maira (signalé p. 532, n. 15) s’est éto (...)

5La dernière section traite de Muret et des arts. Il est d’abord amateur d’antiquités pour Richard Cooper, qui commence par rappeler ses années de jeunesse dans des villes gallo-romaines telles que Limoges, Toulouse et Bordeaux (on pourrait y ajouter Poitiers, où il fit son droit). Son éditeur vénitien, Paul Manuce, est spécialisé dans les publications antiquaires ; et à Rome, en relation avec l’archéologue Fulvio Orsini, il s’intéresse à la topographie de la ville ancienne. Ses compétences philologiques en font un expert reconnu et consulté en matière d’épigraphie – qui ne recule pas le cas échéant devant la mystification, par exemple en forgeant de faux vers latins attribués à L. Accius et à Q. Trabea et bientôt pris pour argent comptant par Joseph Juste Scaliger lui-même ! La musique retient l’attention d’Iain Fenlon et de Marie-Alexis Colin : le premier revient sur les Hymni sacri de 1575, complétés en 1578 et 1580 par une nouvelle commande ducale de quatre pièces et pour partie au moins mis en musique par le maître de chapelle flamand de la Basilica, Giaches de Wert ; tandis que la seconde, faisant retour sur les années parisiennes de Muret et notamment sur le supplément musical aux Amours dont il fut probablement l’initiateur5, dresse le bilan de son apport en ce domaine. Enfin les arts figuratifs, rappelle Carmelo Occhipinti, sont pris en considération par Muret dans son discours romain De utilitate [...] litterarum, éloge rhétorique des bonæ artes incluant aussi peinture et sculpture mais à un rang moindre que les belles-lettres. Si les statues antiques des jardins de Tivoli lui inspirent des vers latins en l’honneur des Este, il est sensible aussi à la qualité mimétique des tableaux de Raphaël et n’est pas sans se soucier de sa propre image mise en tête de ses œuvres : « Vilain portrait que celui que l’on voit sur mes discours, écrit-il à Manuce en avril 1575 ; [...] je veux veiller à en faire faire un qui ait un peu de charme » (p. 544 – trad. J.-E. Girot). Se rattache plus malaisément à cette section l’étude de Christian Albertan relative à la fortune de Muret en France au XVIIIe siècle, ou du moins à sa présence encore vivace parmi le public lettré, attestée par les dictionnaires biographiques et les inventaires de bibliothèques. S’il est vrai que le nom de l’humaniste ne se rencontre pas dans l’ample correspondance de Voltaire (p. 561), signalons que Muret n’en est pas pour autant totalement absent : l’abbé Vitrac, professeur au collège de Limoges (p. 560), lui ayant adressé en 1775 ses deux Éloges de Dorat et de Muret « orateur des papes et citoyen romain », le destinataire l’en remercia courtoisement, en le félicitant de « célébrer, au bout de deux cents ans, la mémoire de ceux qui célébrèrent leur siècle et qui ne méritaient pas d’être oubliés du nôtre » (lettre du 23 décembre, in OC, Paris, Garnier, 1877-1885, t. 49, p. 460).

  • 6 À titre d’échantillon nous avons relevé, dans la seule contribution de Maïté Roux : « la traduction (...)
  • 7 Il court apparemment, bien que cela ne soit pas précisé, de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle (ju (...)

6Ce beau et savant volume, mis en forme avec soin malgré quelques inévitables coquilles6 et complété d’un utile index des noms sous leur double forme française et italienne7, offre une impressionnante synthèse des savoirs actuellement réunis sur le grand humaniste exilé. Conjointement avec l’édition Virginie Leroux des Juvenilia et l’étude de référence de J.-E. Girot, Marc Antoine Muret : des Isles fortunées au rivage romain (même éditeur, même collection, 2009 et 2012), dont il précise certains points, il offre au chercheur une solide base de travail pour prolonger à son tour l’enquête.

Haut de page

Notes

1 Un petit doute sur la date de sa mort : « le 5 juin 1585 (le 6 selon l’inscription lapidaire de la Trinité des Monts) » selon J.-E. Girot, p. 15 et 34 ; mais le 4 pour M. Venier, p. 60.

2 Salué en particulier par son ancien élève (?) Montaigne, mais on corrigera la référence de l’auteur à sa propre édition des Essais (p. 247, n. 4) : I, 25-26, et non 24-25, pour le chapitre « De l’institution des enfans ».

3 Elle y avait déjà consacré, sous la direction de Raphaële Mouren, co-éditrice de ce volume, son mémoire de Master de l’ENSSIB (consultable en ligne).

4 On ne comprend pas bien pourquoi Dorat, après Cujas, Douaren et Alciat, se trouve mis au nombre des juristes (p. 467).

5 Depuis le colloque de Rome, l’article de L. Collarile et D. Maira (signalé p. 532, n. 15) s’est étoffé aux dimensions d’un livre, Ronsard et la mise en musique des Amours (1552-1553), Paris, Classiques Garnier, 2016. On y ajoutera deux articles de J. Vignes : « De Ronsard à Louise Labé : Les Amours de Poésie et de Musique », Poésie et musique à la Renaissance, Cahiers V.L. Saulnier, 32, 2015, p. 45-65 et « Poésie en musique : des Amours de Ronsard au « supplément musical » », Fabula / Les colloques, Relire Les Amours de Ronsard [journée d’étude de l’Univ. Paris Diderot du 4 décembre 2015], en ligne, consulté le 14 décembre 2020.

6 À titre d’échantillon nous avons relevé, dans la seule contribution de Maïté Roux : « la traduction des passages en grec que comportent le recueil » (p. 455) ; « les Variarum lectionum libri III sont accompagnées » (p. 456) ; « des domaines auquel il s’intéresse » (p. 465) ; et quelques (adverbe, au sens de « environ »), p. 465, n. 70, et 467.

7 Il court apparemment, bien que cela ne soit pas précisé, de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle (jusqu’à Pierre de Nolhac, sinon Victor-Emmanuel II, dont l’entrée n’a d’autre justification que le nom donné à la Biblioteca nazionale de Rome). On corrigera Hypocrate en Hippocrate ; on ramènera à une seule les deux entrées Solin (p. 652 et 653) et Avanson / Jean de Saint-Marcel ; des auteurs (autres que médiévaux) sont de même enregistrés curieusement à leur prénom plutôt qu’à leur nom, comme Adriaen de Jonghe, Antonio del Re, Giovanni della Casa

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bjaï, « Marc Antoine Muret, un humaniste français en Italie, études réunies par Laurence Bernard-Pradelle, Christine de Buzon, Jean-Eudes Girot et Raphaële Mouren, 2020  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 13 février 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16611

Haut de page

Auteur

Denis Bjaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search