Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Navigatio sancti Brendani. Alla s...

2021

Navigatio sancti Brendani. Alla scoperta dei segreti meravigliosi del mondo, a cura di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, 2014
Navigatio sancti Brendani. Editio maior, a cura di Rossana E. Guglielmetti, testo critico di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, 2017

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Navigatio sancti Brendani. Alla scoperta dei segreti meravigliosi del mondo, a cura di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, Firenze, SISMEL / Edizioni del Galluzo (« Per verba. Testi mediolatini con traduzione » 30), 2014, ccc + 215 p.

ISBN 978-88-8450-556-9

Navigatio sancti Brendani. Editio maior, a cura di Rossana E. Guglielmetti, testo critico di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, Firenze, SISMEL / Edizioni del Galluzo (« Millenio Medievale » 114), 2017, 745 p.

ISBN 978-88-8450-801-0

Texte intégral

  • 1 Benedeit, Le Voyage de saint Brendan, éd. et trad. I. Short et B. Merrilees, Paris, Champion, 2006. (...)

1Déplorablement inconnue du grand public, la Navigatio sancti Brendani (dorénavant NSB), qui relate dans une prose latine d’une simplicité biblique, et aux grandes vertus pédagogiques, l’extraordinaire périple de l’abbé irlandais, qui a réellement vécu au VIe siècle, jusqu’au Paradis, la NSB, donc, est sans aucun doute l’un des récits les plus fascinants que nous ait légués la littérature médiévale européenne, ainsi qu’un des plus diffusés : probablement composé dans le dernier quart du VIIIe siècle en Irlande, le texte s’est ensuite largement et durablement répandu dans toute l’Europe, non seulement sous sa forme latine (avec 142 manuscrits répertoriés dans l’éd. de 2017, qui en compte un de plus que celle de 2014, datant du Xe au XVe siècle) mais aussi grâce à de nombreuses traductions ou adaptations dans les principales langues européennes, dont la plus ancienne et la plus connue est certainement le poème anglo-normand de Benedeit au début du XIIe siècle1.

  • 2 Navigatio sancti Brendani abbatis from early Latin manuscripts, éd. C. Selmer, Notre Dame, Universi (...)
  • 3 Navigatio Sancti Brendani. I. Introduzione. II. Edizione provvisoria del solo testo latino, Milan-V (...)

2Pourtant, en dépit de la multitude de travaux qui lui ont été consacrés, la NSB manquait toujours d’une édition qui fasse autorité, celle procurée par Carl Selmer en 1959 restant notoirement insatisfaisante, eu égard au nombre restreint de manuscrits collationnés et aux hypothèses contestées de l’éditeur quant à l’origine et à la date du texte2. Telle est lacune que viennent enfin combler – et de quelle manière ! – les deux publications sous examen, conçues de manière complémentaire, l’editio minor de 2014 précédant l’editio major de 2017. Leurs dimensions imposantes (plus de mille deux cents pages au total) en témoignent, ces deux volumes livrent en fait les résultats de plus de quarante années de recherches menées par Giovanni Orlandi (GO) sur la NSB et sa tradition manuscrite (ce que le savant italien appelait, apprend-on dans l’avant-propos de l’éd. de 2014, son « edizione in eterna preparazione »…), recherches dont un avant-goût avait été publié dès 1968 dans une édition « provisoire » restée très confidentielle3, puis longuement poursuivies avant d’être interrompues par le décès prématuré de GO en 2007. Il faut donc savoir un gré infini à Rossana Guglielmetti (RG), qui fut son élève, d’avoir repris le travail déjà accompli par le maître et de l’avoir mené à son terme pour offrir à la communauté scientifique cette édition sans aucun doute définitive.

  • 4 La bibliographie qui referme l’introduction de RG, étendue (p. ccliii-ccc), n’en fait pas moins mon (...)

3Afin de rendre abordables les résultats considérables d’un travail qui ne le fut pas moins, RG a fait le choix, parfaitement justifié (voir notamment l’avant-propos de l’éd. de 2014), de publier non pas une mais deux éditions de la NSB. Déjà d’ampleur fort conséquente, vient en premier lieu l’editio minor, qui se suffit parfaitement à elle-même (et suffira à la plupart des lecteurs) mais qui restitue l’ensemble de l’enquête philologique de façon (relativement) abrégée (en une petite centaine de pages, tout de même) : outre une longue introduction de trois cents pages rédigée par RG, qui se divise essentiellement en deux parties, situation du texte dans son contexte historique et littéraire d’une part (p. xv-cxxxii), étude de la tradition textuelle et critères de la constitutio textus de l’autre, que complète une section sur la fortune de la NSB (p. cxxxii-ccli)4, l’editio minor comporte le texte latin établi par GO et RG accompagné d’un apparat critique « sélectif » (limité aux strates supérieures du stemma), la traduction italienne de GO en vis-à-vis (p. 1-111), suivie d’un copieux commentaire du même, mis à jour en certains endroits par RG (p. 113-184), enfin une série d’index.

4Délaissant les aspects proprement historiques et littéraires développés dans l’introduction de l’editio minor, l’editio major déploie pour sa part la totalité de l’enquête philologique, proposant ainsi aux spécialistes une masse considérable d’informations. Mis à part quelques menues modifications – dont l’ajout d’un nouveau manuscrit siglé Lg (Liège, Grand séminaire, 6 F 14), non encore répertorié en 2014 – l’introduction reprend en les augmentant les pages « philologiques » de l’editio minor, proposant cette fois une description complète des 142 manuscrits de la NSB, y compris une vingtaine de témoins indirects (p. 3-140), ainsi que la justification détaillée de leur classement en cinq grandes familles et du stemma particulièrement complexe (p. 153-157) qui en résulte (p. 180-378), avant de livrer le texte latin accompagné d’un apparat critique complet, si complet d’ailleurs qu’il couvre à lui seul la quasi-totalité de chaque page de texte édité (p. 457-695), qui se trouve ainsi quelque peu écrasé sous la masse des variantes, même s’il se situe en haut de la page.

5De fait, c’est ce second volume qui permet de saisir au mieux l’ampleur du travail effectué par GO et RG, s’agissant de l’étude et de la restitution intégrale (insistons sur l’adjectif) d’une tradition textuelle comptant près de cent-cinquante témoins, tradition rendue en outre très complexe, entre autres facteurs, par la grande simplicité de sa langue, ouvrant ainsi la porte à toutes les interventions individuelles (cf. éd. 2014, p. clviii) : c’est le moyen non seulement d’établir un texte latin extrêmement sûr, dont chaque leçon a été pesée au trébuchet (voir pour exemple les longs développements consacrés aux fautes de l’archétype, p. cxcii-ccxi de l’éd. de 2014, p. 158-179 de l’éd. de 2017), avec des conséquences parfois non négligeables sur le texte (ainsi le dernier chapitre de l’éd. Selmer, qui évoque le retour de Brendan en Irlande suivi de sa mort, apparaît-il comme une innovation propre à une partie seulement de la tradition, de ce fait écartée du texte critique, cf. p. clvii-clviii de l’éd. de 2014), mais aussi de voir comment ce texte a évolué dans l’espace et dans le temps, jusqu’à la fin du Moyen Age. A ce titre, c’est donc une mine de renseignements qui est offerte pour l’étude du texte latin, mais aussi des rapports entre ce dernier et les diverses adaptations en langue vernaculaire qu’il a connues.

6Il s’agit donc, on l’aura compris, d’une édition destinée à faire date, d’autant plus qu’elle est parfaitement servie, sur le plan éditorial, par les éditions SISMEL / del Galluzo qui nous donnent la preuve qu’un livre savant peut aussi être un beau livre, matériellement impeccable.

Haut de page

Notes

1 Benedeit, Le Voyage de saint Brendan, éd. et trad. I. Short et B. Merrilees, Paris, Champion, 2006. Pour un tableau d’ensemble des versions vernaculaires, voir W. R. J. Barron et G. S. Burgess, The Voyage of Saint Brendan. Representative Versions of the Legend in English Translation, Exeter, University of Exeter Press, 2002 (2e éd. 2005).

2 Navigatio sancti Brendani abbatis from early Latin manuscripts, éd. C. Selmer, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1959. Sur les insuffisances de cette édition, voir notamment le compte rendu de M. Esposito, « L’édition de la Navigatio Sancti Brendani », Scriptorium, 15, 1961, p. 286-292 ; et les remarques dans les deux éditions sous examen, par exemple dans l’éd. de 2014, p. clii-clv.

3 Navigatio Sancti Brendani. I. Introduzione. II. Edizione provvisoria del solo testo latino, Milan-Varese, Istituto Editoriale Cisalpino, 1968.

4 La bibliographie qui referme l’introduction de RG, étendue (p. ccliii-ccc), n’en fait pas moins montre de quelques petites lacunes : outre divers articles, dont je passe le détail, il est surtout étonnant de ne pas y trouver mention de l’étude essentielle (même si elle porte d’abord sur une version dérivée de la légende, propre aux aires allemande et hollandaise) de Clara Strijbosch, The Seafaring Saint. Sources and Analogues of the Twelfth-Century Voyage of Saint Brendan, Dublin, Four Courts Press, 2000 (traduction anglaise de De bronnen van de Reis van Sint Brandaan, Verloren, Hilversum, 1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Navigatio sancti Brendani. Alla scoperta dei segreti meravigliosi del mondo, a cura di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, 2014
Navigatio sancti Brendani. Editio maior, a cura di Rossana E. Guglielmetti, testo critico di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmetti, 2017 »
Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 13 février 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16636

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search