Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Frank-Thomas Ziegler, Recueil Rob...

2021

Frank-Thomas Ziegler, Recueil Robertet. Handzeichnung in Frankreich um 1500, 2020

Jean-Claude Mühlethaler
Référence(s) :

Frank-Thomas Ziegler, Recueil Robertet. Handzeichnung in Frankreich um 1500, Affalterbach, Didymos-Verlag (« Studien zur Kunstgeschichte des Mittelalters und der frühen Neuzeit »), 2020, 440 p.

ISBN 978-3-939020-18-9

Texte intégral

  • 1 Frank-Thomas Ziegler le signale dans la fiche consacrée à l’illustration du fol. 37r (p. 235). Pour (...)

1Le Recueil Robertet (BnF, fr. 24461) est bien connu des littéraires. Y sont transcrits plusieurs textes de Jean Robertet (Les Six Triumphes de Pétrarque, L’Exposition des couleurs, Les Douze Sebilles) et les Dits moraux pour faire tapisserie d’Henri Baude suivis des Proverbes illustrés. Les deux auteurs sont liés à la cour de Bourbon qui est célébrée en la personne du connétable Charles III de Bourbon-Montpensier (fol. 141r-141vo) dans une seconde partie, ajoutée après 1516 (le Cahier Bourbon). L’ensemble est constitué de 141 feuillets illustrés et comporte 172 scènes organisées en séries. Il a depuis longtemps retenu l’attention des historiens de l’art, sensibles au fait que les dessins ont circulé : le ms. 5066 conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, réalisé entre 1502 et 1516, constitue une copie fidèle (à quelques variantes près) du Recueil Robertet. À son tour, ce manuscrit a servi de modèle au luxueux recueil du Musée National de Brukenthal (ms. 38), que vient de découvrir Frank-Thomas Ziegler, datable des années 1528-1535 (p. 84). D’autre part, une fresque au château de Busset (dans le Bourbonnais) représente les Dits moraux d’Henri Baude et, dans le château Saint-Maire à Lausanne1, une peinture murale fait pendant à l’illustration du fol. 37r (Jeunesse emportée par le cheval Volonté) du BnF, fr. 24461. Des rapprochements sont enfin possibles avec certaines illustrations du Petit Livre d’Amour (1500/1505) que Pierre Sala, de Lyon, a réalisé à l’intention de sa seconde épouse.

2Il est d’autant plus étonnant qu’il n’existe à ce jour aucune étude d’ensemble consacrée au Recueil Robertet. C’est donc une lacune majeure que l’étude de Frank-Thomas Ziegler vient combler et on saluera l’acribie avec laquelle cet historien de l’art aborde non seulement les questions qui relèvent de son domaine de spécialisation, mais également les enjeux littéraires, dégageant pas à pas le contexte socio-culturel dans lequel le manuscrit a vu le jour. Son étude s’articule en huit chapitres que nous présentons ici avec l’espoir d’offrir aux spécialistes qui ne maîtriseraient pas l’allemand un accès à une thèse dense, bien informée et dont l’argumentation serrée emporte l’adhésion.

3Après une brève introduction (p. 11-14), F.-Th. Ziegler ouvre sa recherche (chap. 2) par une mise au point sur les travaux consacrés à la production artistique en France autour de 1500. Suit une première présentation des trois manuscrits (chap. 3, p. 23-30) avec, à la p. 25, un tableau offrant une utile vue d’ensemble sur les textes transcrits dans le BnF, fr. 24461. Le chap. 4 (p. 31-55), substantiel, porte sur l’origine, l’histoire et la datation du Recueil Robertet. F.-Th. Ziegler confirme l’hypothèse selon laquelle Jean (le rhétoriqueur) et François Robertet, notaire et secrétaire du duc de Bourbon, puis du roi de France, ont joué un rôle-clé dans la constitution du manuscrit. L’ouvrage a (aussi) pour but de célébrer la réussite sociale de la famille : non seulement l’écusson des Robertet figure au fol. 115r (p. 49), mais le motif des ailes noires revient à plusieurs reprises, aux fol. 114r, 114vo, 134r (p. 50). Plusieurs indices témoignent néanmoins que le recueil n’était pas réservé au seul cercle familial. Le critique attire judicieusement notre attention (p. 37-41) sur la pièce de monnaie représentée en haut, à droite, au fol. 139r (reproduction n°16). On reconnaît le blason de René Ier d’Anjou, dont les espoirs de régner sur le royaume de Naples furent réduits à néant par Alphonse V d’Aragon en 1442. Or, les armoiries du « bon roi René » ont été reprises par plusieurs de ses descendants, ainsi par Antoine II de Lorraine, fils de Philippa de Gueldre (célébrée au fol. 107r) et époux de Renée de Bourbon-Montpensier qui hérita du Recueil Robertet en 1516 et doit être considérée – l’hypothèse est bien étayée – comme l’instigatrice du Cahier Bourbon.

  • 2 Pour la date, voir Elisabeth Schulze-Busacker, « Les Proverbes en rimes en France (1180-1500), in L (...)

4Le chap. 5 (p. 56-84) propose une analyse détaillée du processus de production qui, dans le cas du manuscrit de la Bibliothèque Nationale, s’étale sur une vingtaine d’années, de 1494 à 1516 (p. 69). Contrairement aux deux autres manuscrits, dont les dessins sont l’œuvre d’un seul artiste, on y distingue sept mains différentes (voir le tableau p. 68). Leurs modèles sont multiples, aussi bien français qu’italiens, et on doit à F.-Th. Ziegler d’apporter à ce sujet de précieuses précisions (p. 59-61) : certains dessins consacrés aux dieux et aux muses s’inspirent des Tarots de Mantegna, d’autres de l’Ovide moralisé publié par Colard Mansion en 1484. Des rapprochements sont possibles entre les Dits et Proverbes illustrés et les Proverbes en rime (vers 14902). Pour le portrait de François Ier (fol. 138vo), le dessinateur a reproduit la médaille dite « de Marignan » ; pour celui d’Alphonse V d’Aragon (fol. 139r), il s’inspire d’une médaille de Pisanello, à qui il emprunte aussi la représentation de Cupidon face au lion (fol. 116r). Le chapitre se clôt par l’analyse du recueil de l’Arsenal, puis du manuscrit de Brukenthal, d’origine parisienne, qui se distingue par le « maniérisme flamand » (p. 79) de ses illustrations. C’est toute une culture de cour que nous fait découvrir F.-Th. Ziegler !

5Le long chap. 6 (p. 85-151), qui s’attache à dégager la structure d’ensemble du recueil, est d’un intérêt particulier pour les littéraires. D’un manuscrit souvent jugé disparate, le critique dégage trois grands axes thématiques (voir ses conclusions p. 146-147). Le premier (comprenant les Triomphes, les dieux, les déesses et les muses) décrit l’ordre de l’univers et invite à résister, par la force de la raison, aux attaques de Fortune. S’en dégage en filigrane l’image du poeta doctus (p. 109), dans le sillage de Pétrarque et des Douze Dames de Rhétorique de George Chastelain (p. 104-106). Le deuxième axe (p. 110-141), consacré à l’ordre humain, brosse le tableau d’un monde soumis à des forces supérieures où l’individu ne peut compter que sur lui-même. Les Dits et Proverbes illustrés sont traversés par une forte veine anticuriale (bien mise en évidence dans le tableau, p. 124-126), tandis que la galerie des belle donne (fol. 98r-107r) fait de la Française l’incarnation du « noble maintien » (p. 129), teinté de courtoisie, qu’on attend des dames à la cour. L’Exposition des couleurs complète le tableau en opposant vices et vertus des hommes. Avec le troisième axe, voici l’ordre divin (p. 141-151) qui place l’ordre humain dans la perspective du salut : les dessins des Douze Sebilles sont inspirés de livres d’heures publiés par Simon Vostre et Antoine Vérard (p. 141) ; les textes qui les accompagnent mettent en évidence leur fonction de prophétesses. Suivent les « Sept Dames vertueuses » (fol. 129r-135r) dont se dégage un idéal de vie où la fidélité (Pénélope) et la chasteté (Lucrèce) sont des valeurs-clés. Le Recueil Robertet rejoint ici non seulement la Nef des dames vertueuses (1503) de Symphorien Champier – les emprunts textuels sont signalés (p. 342-349) – mais aussi, précisons-le, les Vies des femmes célèbres (1504) composées par Antoine Dufour à la requête d’Anne de Bretagne, reine de France.

6On ne peut que suivre F.-Th. Ziegler quand il conclut que le Recueil Robertet offre à la fois « ein gesamtes Weltbild » (p. 152 : une vision complète de l’univers) et un enseignement d’ordre moral, auquel les illustrations donnent une voie d’accès efficace en captant notre regard et éveillant notre curiosité. Après avoir parcouru le recueil, écrit le critique, le lecteur « sait qu’il vit dans un univers structuré et cohérent » (p. 163, notre traduction), au sein duquel la « Selbstbestimmung » (l’autodétermination) de l’individu s’avère possible. Mais quel était le public visé par cet ouvrage teinté d’humanisme ? C’est la question à laquelle répond le chap. 7 (p. 152-175). D’un côté, le recueil se rattache à la tradition didactique médiévale, illustrée par les Enseignemens moraux de Christine de Pizan ; de l’autre, il s’apparente aux miroirs des princes, notamment à celui de François d’Angoulême (le futur François Ier). Les trois manuscrits, en parchemin, visent donc in fine à éduquer princes et princesses – comme la jeune Renée de Bourbon-Montpensier (voir p. 43), destinataire privilégiée du manuscrit conservé à la BnF. F.-Th. Ziegler en veut pour preuve (p. 163) que la série des Dits et Proverbes illustrés s’ouvre sur la représentation (fol. 37r) de la Jeunesse emportée par le cheval Volonté vers le rocher de Fortune. Y fait écho, presque à la fin de la série, une autre mise en garde (fol. 96a) contre les errements de la jeunesse (p. 305). Une piste se dessine, qui mériterait d’être approfondie : y a-t-il d’autres indices qui incitent à voir dans le Recueil un ouvrage d’éducation ?

  • 3 Le manuscrit est consultable en ligne sur le site Gallica de la BnF.
  • 4 Quelques exemples chez James W. Hassell, Middle French Proverbs, Sentences, and Proverbial Phrases, (...)

7Le chap. 8 (p. 176-364) offre un répertoire systématique des illustrations, basé sur le BnF, fr. 24461. Toutes les fiches se présentent de la même manière : elles s’ouvrent sur des renvois bibliographiques, suivent une brève description du dessin et la transcription du texte, que complète un commentaire plus ou moins développé. Nous avons là une précieuse mine d’informations qui convainc par son sérieux et sa fiabilité. Ponctuellement, le contenu d’une fiche pourrait être précisé sur l’un ou l’autre point (ce qui est inévitable dans un dossier aussi vaste). Ainsi, l’illustration du fol. 41r (p. 239-240), qui représente un homme montant un escalier, un autre étendu par terre, aux pieds du même escalier, s’inspire peut-être du Séjour d’Honneur (BnF, fr. 127833), œuvre terminée par Octovien de Saint-Gelais en 1494 et destinée à la cour de France. Dans deux miniatures de ce manuscrit, en effet, on trouve le même motif avec une figurativité très proche du Recueil : elles représentent l’ascension (fol. 136), puis la chute (fol. 153) du courtisan. En ce qui concerne le fol. 44r (p. 243 : Louange de la vie rustique), l’allusion à la tradition de Franc Gontier et de ses avatars – elle va de Philippe de Vitry à René d’Anjou et François Villon en passant par Eustache Deschamps et Pierre d’Ailly – est un peu rapide. La représentation du Fauveau (fol. 58r), elle, ne s’inspire pas directement du Roman de Fauvel, source première de la métaphore : dès le XIVe siècle, l’expression « frotter (torcher) Fauvel », est devenue proverbiale4 et sert à dénoncer les flatteurs.

  • 5 Emma Cayley, « Debate after Alain Chartier : Authority and Materiality in the Debat de la Noire et (...)

8Ce sont là des broutilles. En revanche, une fausse lecture s’est malencontreusement glissée dans la fiche (p. 318) consacrée aux couleurs violette et brune (fol. 111r). Sur l’écu tenu par la figure féminine représentant le « tanné » (le brun), l’inscription ennvy ne donne pas envie : il faut lire ennuy (ennui), qui désigne une douleur profonde. Ainsi, dans le Débat de la Noire et de la Tannée (composé peu après 1457 à la cour de Blois5), la seconde exprime sa douleur, causée par l’absence de son ami. L’erreur de F.-Th. Ziegler s’explique pourtant. Dans le Débat, le système symbolique est cohérent : le noir et le tanné traduisent un même état de dysphorie. Il est en revanche difficile de comprendre pourquoi, dans le Recueil Robertet, la couleur de la trahison (le violet) se retrouve sur la même page que le tanné – à moins de remarquer que le noir apparaît au feuillet suivant. Le violet, lui, est précédé, au fol. 110r, du jaune, symbole à la fois de la joie et des peines (les « soucies ») en amour. La mise en page, nous semble-t-il, invite à relier les illustrations entre elles, à pratiquer une lecture continue qui n’isole pas un dessin de son contexte. Au jaune de l’amour (composé de rouge et de blanc) s’oppose le violet de la trahison (composé de rouge et de noir), un crime aussi bien en politique (il est question de Ganelon) que dans le système des valeurs courtoises. Quant au tanné, il prépare l’évocation du noir, expression du dveil (illustration n° 49) selon l’inscription sur l’écu et de la « mere(n)colie » (fol. 112r), comme le précise le texte.

9Les difficultés posées par l’Exposicion des couleurs ne font que mieux ressortir l’importance du travail accompli par F.-Th. Ziegler qui a judicieusement tiré profit d’une bibliographie impressionnante (p. 365-426), où l’on trouve – le cas est assez rare pour qu’on le signale – des études et articles rédigés en allemand et en anglais, en français aussi bien qu’en italien. Tout au long de l’étude, le critique débat avec ses prédécesseurs, reconnaissant ce qu’il leur doit et ouvrant de nouvelles pistes sur une base solide. Grâce aux Index (p. 428-440) des personnes, des lieux et des thèmes, très détaillés, le lecteur s’oriente facilement dans cette étude foisonnante : il pourra s’en servir comme d’un ouvrage de consultation. À la fin du livre sont reproduites 64 illustrations dont plusieurs sont tirées du manuscrit de Brukenthal, dont chercheurs et chercheuses pourront ainsi se faire une idée. En s’y référant, le lecteur constatera la fiabilité de la description des illustrations dans les fiches (chap. 8) sans passer par le site Gallica, où les manuscrits de la BnF et de l’Arsenal sont en ligne. Bref, Frank-Thomas Ziegler offre à la communauté scientifique un ouvrage d’une rare complétude, désormais incontournable pour toute personne qui entreprend des recherches sur l’art et la littérature au passage du Moyen Âge à la Renaissance.

Haut de page

Notes

1 Frank-Thomas Ziegler le signale dans la fiche consacrée à l’illustration du fol. 37r (p. 235). Pour une analyse détaillée, voir notre article « Sagesse proverbiale à l’usage d’une cour : le cheval de Jeunesse, le rocher de Fortune », Études de Lettres, 3-4 (2018), p. 151-173, paru quand la thèse de F.-Th. Ziegler se trouvait déjà chez l’éditeur.

2 Pour la date, voir Elisabeth Schulze-Busacker, « Les Proverbes en rimes en France (1180-1500), in La Parole exemplaire, chap. 20, éd. Jean-Claude Anscombe, Bernard Darbord et Alexandra Oddo, Paris, Armand Colin, 2012.

3 Le manuscrit est consultable en ligne sur le site Gallica de la BnF.

4 Quelques exemples chez James W. Hassell, Middle French Proverbs, Sentences, and Proverbial Phrases, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1982, entrée F26.

5 Emma Cayley, « Debate after Alain Chartier : Authority and Materiality in the Debat de la Noire et de la Tannee », in Mythes à la cour, mythes pour la cour, éd. Alain Corbellari, Yasmina Foehr-Janssens & alii, Genève, Droz, 2010, p. 315.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « Frank-Thomas Ziegler, Recueil Robertet. Handzeichnung in Frankreich um 1500, 2020  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 20 février 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16650

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search