Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021Michael D. Bailey, Origins of the...

2021

Michael D. Bailey, Origins of the Witches’ Sabbath

Julien Véronèse
Référence(s) :

Michael D. Bailey, Origins of the Witches’ Sabbath, University Park, The Pennsylvania State University Press, « Magic in History Sourcebooks Series », 2021, 127 p.

ISBN : 978-0-271-08910-2

Texte intégral

  • 1 Voir notamment, parmi les principaux jalons, les volumes Battling Demons. Witchcraft, Heresy, and R (...)
  • 2 L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 c.-1440 c.), réunis par (...)
  • 3 Henricus Institoris, Jacobus Sprenger, Malleus maleficarum, ed. and trans. C. S. Mackay, Cambridge, (...)

1Historien des « superstitions », de la sorcellerie et du discours théologique qui leur sont associés à la fin du Moyen Âge1, Michael D. Bailey livre dans ce nouveau volume une traduction anglaise des premiers textes qui formalisent l’« imaginaire » du sabbat des sorciers et des sorcières, autrement dit cet agrégat de considérations théologiques, juridiques et de croyances qui va accompagner et justifier les persécutions menées par les juges et les inquisiteurs dans le courant du XVe siècle (notamment dans l’arc alpin), puis à l’époque moderne, à l’encontre des « sectes » hérétiques de sorciers et de sorcières, considérées comme maléfiques et démonolâtres. Pour cela, comme il est précisé en introduction (p. 22), il s’appuie principalement sur les travaux éditoriaux et historiques menés par l’école de Lausanne, et notamment sur un volume fondamental paru en 1999, qui livrait les textes originaux accompagnés d’une traduction française et de solides présentations historiques2. Si le célèbre Malleus maleficarum (1486) du dominicain Henri Kramer bénéficiait depuis quelques années d’une traduction anglaise complète réalisée par Christopher S. Mackay3, les textes précurseurs de la décennie 1430 n’avaient été jusqu’alors l’objet, au mieux, que de traductions partielles, ce qui ne permettait guère aux non spécialistes d’avoir accès à ces sources fondamentales pour l’histoire de l’hérésie et de la sorcellerie. C’est désormais chose faite, ce qui ravira les lecteurs anglophones.

  • 4 F. Mercier et M. Ostorero, L’énigme de la Vauderie de Lyon. Enquête sur l’essor de la chasse aux so (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp (dir.), G. Modestin (collab.), Inquisition et sorcellerie en Suisse (...)

2Les textes, présentés selon une chronologique relative qui reste incertaine du fait des lacunes de la documentation, sont au nombre de cinq. Il s’agit : 1) du bref rapport, rédigé en allemand et conservé dans deux manuscrits (p. 26), que le chroniqueur de Lucerne Hans Fründ fait de l’hérésie des sorciers en Valais peu de temps après une première vague de procès (1428) ; 2) de la première partie (celle qui décrit l’hérésie) du traité Ut magorum et maleficiorum errores (c. 1436) du juge-mage de Briançon, Claude Tholosan, très actif dans la répression de la sorcellerie entre 1426 et 1449, un texte conservé dans un registre de la Chambre des comptes du Dauphiné, sur lequel a en particulier travaillé Pierrette Paravy ; 3) des Errores gazariorum, seu illorum qui scopam vel baculum equitare probantur, un texte anonyme rédigé dans le val d’Aoste, longtemps daté des alentours de 1450, mais que la découverte d’une nouvelle version a permis de situer aux alentours de 1437, et dont l’auteur pourrait être l’inquisiteur franciscain Ponce Feugeyron ; 4) des parties du Formicarius (c. 1436-1438) que le réformateur dominicain Jean Nider († 1438) a consacrées à la magie et à la sorcellerie, fondées sur les informations qui lui ont été rapportées entre autres par un juge séculier, Pierre de Berne, et un mystérieux inquisiteur dominicain rattaché au convent de Lyon, peut-être identifiable à Thomas Girbelli4 ; 5) de La Vauderye de Lyonois en brief (c. 1439), dont le texte, rédigé en réalité en latin, a été réédité récemment à l’aide de nouveaux témoins manuscrits, et la datation revue dans le cadre de la remarquable enquête menée par Franck Mercier et Martine Ostorero5. L’ensemble s’achève, en contrepoint, par la traduction anglaise de ce qu’il reste de deux procès contemporains, celui de Jubertus de Bavière mené à Briançon par Claude Tholosan en 1437, celui d’Aymonet Maugetaz intervenu en 1438, conservé dans le fameux registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises6.

3La traduction de ces textes de nature différente permet d’avoir un aperçu détaillé des éléments qui sont associés pour fonder le stéréotype du sabbat ou de la « synagogue » propre à la partie occidentale et septentrionale des Alpes, à un stade où celui-ci n’est pas définitivement fixé et à propos duquel il convient de rappeler qu’il ne cesse de susciter controverses et critiques tout au long du XVe siècle. Du reste, comme le note l’auteur, la description ou la mise en récit du phénomène dans ces années 1430 ne signifie pas que chaque auteur souscrit à tout coup et sans réserve à sa réalité ; certaines formulations restent en effet prudentes, voire ambiguës. Pour autant, les lignes d’ensemble convergent lorsqu’il s’agit de décrire les assemblées nocturnes présidées par le diable auquel on prête hommage, ainsi que les pratiques maléfiques qui sont l’apanage de ces hérétiques d’un genre nouveau. On a toutefois tout le loisir d’apprécier les variantes d’une source à l’autre, voire les détails plus originaux, comme lorsque l’une des versions des Errores gazariorum évoque la glace que les sectateurs du diable font tomber sur les terres de leurs ennemis ou de leurs voisins, ce qui trouve un écho dans le procès d’Aymonet Maugetaz (p. 117). On constate aussi que, dans ces sources qui mêlent à des degrés variés spéculations théologiques et récits provenant d’informateurs et/ou de la pratique judiciaire, l’hérésie de sorcellerie n’est pas particulièrement genrée, bien que Jean Nider affirme que les femmes sont davantage susceptibles d’être trompées par le diable. En cette première moitié de XVe siècle, on est loin sur ce point des enseignements ultérieurs et particulièrement influents du Malleus maleficarum, dont le seul titre montre le processus de féminisation à l’œuvre.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, parmi les principaux jalons, les volumes Battling Demons. Witchcraft, Heresy, and Reform in the Late Middle Ages, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2003, et Fearful Spirits, Reasoned Follies. The Boundaries of Superstition in Late Medieval Europe, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2013.

2 L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 c.-1440 c.), réunis par M. Ostorero, A. Paravicini Bagliani, K. Utz Tremp, en collab. avec C. Chène, Lausanne, « Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale, 26 », 1999.

3 Henricus Institoris, Jacobus Sprenger, Malleus maleficarum, ed. and trans. C. S. Mackay, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, 2 vol. (latin text vol. 1 ; english translation vol. 2) ; The Hammer of Witches: A Complete Translation of the Malleus Maleficarum, trans. C. S. Mackay, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

4 F. Mercier et M. Ostorero, L’énigme de la Vauderie de Lyon. Enquête sur l’essor de la chasse aux sorcières entre France et Empire (1430-1480), Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo (Micrologus Library, 72), 2015, p. 216.

5 Ibid.

6 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp (dir.), G. Modestin (collab.), Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528), Lausanne, « Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale, 41 », 2007, ainsi que la série de travaux parus dans les CLHM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Michael D. Bailey, Origins of the Witches’ Sabbath »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 24 août 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/16998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.16998

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search