Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2021The French Works of Jofroi de Wat...

2021

The French Works of Jofroi de Waterford. A Critical Edition, éd. Keith Busby, 2020

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

The French Works of Jofroi de Waterford. A Critical Edition, éd. Keith Busby, Turnhout, Brepols (« Textes vernaculaires du Moyen Age » 25), 2020, 494 p.

ISBN 978-2-503-58294-8

Texte intégral

  • 1 Voir T. Hunt, « A New Fragment of Jofroi de Waterford’s Segré de Segrez », Romania, 118, 2000, p. 2 (...)
  • 2 « Jofroi’s understanding of Eutropius appears to be less satisfactory than his reading of Dares, fo (...)
  • 3 Voir le relevé de ces divers emprunts p. 188-189, relevé qui s’appuie notamment sur l’article fonda (...)

1Le manuscrit français 1822 de la Bibliothèque nationale de France, d’origine anglaise et daté de la fin du XIIIe siècle, est le seul exemplaire connu, mis à part un fragment récemment découvert1, qui conserve, disposées successivement du folio 46 au folio 143 (sauf le prologue et la table du Secré de secrés, rejetés en fin de volume), les trois traductions attribuées à Jofroi de Waterford : celle de la De excidio Troiae historia du Pseudo-Darès le Phrygien (La Gerre de Troi, f. 46-57), du Breviarium ab Urbe condita d’Eutrope (Le Regne des Romains, f. 58-83) et du Secretum secretorum du Pseudo-Aristote, d’après la version latine de Philippe de Tripoli (Le Secré de secrés, f. 84-143, et f. 248-249 pour le prologue et la table). A la différence des deux premières traductions, qui se caractérisent par leur grande fidélité au texte source, fidélité entachée d’un certain nombre d’erreurs dans le cas d’Eutrope2, celle du Secretum secretorum fournit un travail d’adaptation beaucoup plus élaboré qui ne craint ni les omissions ni les ajouts, nombreux, d’autres bones paroles (ainsi que l’annonce explicitement le prologue, p. 191) empruntées à diverses sources3.

2Si l’on en croit l’épilogue du Secré de secrés (cité ci-dessous), ces trois traductions ont pour auteur un certain « frere Jofroi de Watreford de l’Ordene des Freres Precheors », autrement inconnu mais qui était probablement l’un des membres du couvent dominicain de la ville de Waterford, au sud-est de l’Irlande, ville qui n’était pas, au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, un « trou perdu » (« backwater », dit Busby p. 12), comme on pourrait spontanément le penser, mais « a busy international port with connections all across Britain and the Continent » (p. 15), assez importante donc pour que Jofroi puisse y trouver ou y faire venir les ouvrages dont il s’est servi pour son adaptation du Secretum secretorum :

3« Ceus qui cest livre liront prient por frere Jofroi de Watreford de l’Ordene des Freres Precheors et por Servais Copale qui cest travail empristrent et par l’aÿde de Deu l’ont a chief menei, et ausi le livre Darés le Frigien de la Gerre de Troi, et ausi le livre de Eutropius du Regne des Romains. Cest livre est fini. » (p. 348)

  • 4 « La phisonomie Aristotle solonc la translation de grieu en latin avons en roman translatee solonc (...)
  • 5 Voir notamment F. Vielliard, « En marge de l’Histoire ancienne jusqu’à César : deux traductions fra (...)

4Quant au Servais Copale mentionné dans ce même épilogue, les recherches de Busby (p. 14-15), complétant les informations autrefois fournies par Rita Lejeune, autorisent semble-t-il à identifier ce personnage à un négociant et agent des douanes d’origine wallonne (il faisait partie des copropriétaires d’un moulin à Huy, au sud-ouest de Liège) et actif à Waterford entre 1300 et 1321. Mais quel fut exactement le rôle de ce Servais Copale dans cette « joint enterprise », Busby parlant encore de « collaboration » ou de « partnership » ? Tout en soulignant l’indéniable curiosité que constitue cette « collaboration between a Dominican monk and a merchant-cum-customs official » (p. 15), Busby n’en développe peut-être pas toutes les implications, retenant explicitement l’hypothèse, formulée par Françoise Vielliard, d’un Servais Copale copiste du fr. 1822 (qui se signale de fait par ses traits wallons), éventuellement pourvoyeur de livres et plus précisément des « exemplaires de Paris »4 invoqués dans le Secré de secrés (p. 12), mais pas celle du commanditaire, pourtant également émise par Vielliard5. Il est vrai que dans l’état actuel des connaissances, cette question reste difficile à éclaircir tout à fait.

  • 6 Voir sur ce point K. Busby, French in Medieval Ireland, Ireland in Medieval French : The Paradox of (...)

5Quoi qu’il en soit du rôle joué par Servais Copale dans cette affaire, les trois textes traduits et adaptés par Jofroi de Waterford, qui sont d’un grand intérêt aussi bien pour l’histoire de la traduction et de la diffusion de la culture antique au Moyen Age que pour celle de la place du français dans l’Irlande médiévale6, étaient demeurés jusqu’ici à peu près inédits, même s’ils sont connus depuis longtemps et ont fait l’objet de plusieurs travaux, notamment de Jacques Monfrin et Françoise Vielliard. Cette lacune est dorénavant comblée, et de belle manière, grâce à l’édition soignée que procure ici Busby et qui comprend, outre le texte de la Gerre de Troi, du Regne des Romains et du Secré de secrés, chacun d’entre eux étant accompagné d’une courte introduction et de notes abondantes, une introduction générale (auteur(s) et contexte, manuscrits, étude de la langue du fr. 1822 et bibliographie, p. 11-48), un glossaire et un index des noms propres, tous deux fort copieux (p. 405-464 et p. 465-494) – autant d’éléments utiles à une exploration approfondie de ces trois textes, à laquelle la présente édition ne peut qu’inviter.

Haut de page

Notes

1 Voir T. Hunt, « A New Fragment of Jofroi de Waterford’s Segré de Segrez », Romania, 118, 2000, p. 289-314.

2 « Jofroi’s understanding of Eutropius appears to be less satisfactory than his reading of Dares, for there are several places where he has failed to grasp the sense of the original and created a confused French text, even inventing individuals on several occasions » (p. 94). Sur la traduction de Darès, outre les remarques de Busby, voir surtout F. Vielliard, « La traduction du De excidio Troiae de Darès le Phrygien par Jofroi de Waterford », Bien dire et bien aprandre, 10, 1992, p. 185-205 et L. Faivre d’Arcier, Histoire et géographie d’un mythe. La circulation des manuscrits du De excidio Troiae de Darès le Phrygien, Paris, Ecole des chartes, 2006, p. 303-308.

3 Voir le relevé de ces divers emprunts p. 188-189, relevé qui s’appuie notamment sur l’article fondateur de J. Monfrin, « Sur les sources du Secret des secrets de Jofroi de Waterford et Servais Copale », Mélanges Maurice Delbouille. II. Philologie médiévale, Gembloux, Duculot, 1964, p. 509-530.

4 « La phisonomie Aristotle solonc la translation de grieu en latin avons en roman translatee solonc les exemplaires de Paris » (p. 343).

5 Voir notamment F. Vielliard, « En marge de l’Histoire ancienne jusqu’à César : deux traductions françaises d’Eutrope », Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Âge, éd. E. Baumgartner et L. Harf-Lancner, Paris, PSN, 1997, p. 207-235, ici p. 212.

6 Voir sur ce point K. Busby, French in Medieval Ireland, Ireland in Medieval French : The Paradox of Two Worlds, Turnhout, Brepols, 2017, qui consacre un long développement à Jofroi de Waterford, p. 150-167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « The French Works of Jofroi de Waterford. A Critical Edition, éd. Keith Busby, 2020  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 24 septembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/17014 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.17014

Haut de page

Auteur

Silvère Menegaldo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search