Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Les festivités joyeuses et leur p...Parodie, rituel satirique et cult...

Les festivités joyeuses et leur production littéraire : pratiques parodiques en scène et en textes, en France et en Europe (XVIe-XVIIIe s.)

Parodie, rituel satirique et culture joyeuse dans la querelle Marot-Sagon (1534-1538)

Parody, satiric ritual, and joyful culture in the quarrel between Marot and Sagon (1534–1538)
Jérémie Bichüe
p. 297-313

Résumés

Dans la querelle Marot-Sagon (1534-1538), la parodie affecte le modèle même de l’échange polémique, donnant ainsi lieu à une sociabilité originale entre les auteurs d’une même génération. D’abord utilisée dans un but stratégique, elle devient vite un principe de continuation poétique. Si la dimension joyeuse du conflit semble alors évidente, les textes témoignent pourtant d’une réception problématique de la parodie, posant la question du lien entre fête, satire et polémique dans l’espace public.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

parodie, polémique, querelle poétique, Marot

Index by keyword:

parody, polemic, literary quarrel, Marot
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2022.

Plan

Tactique de la parodie
Festivité polémique
Une concurrence satirique et joyeuse ?

Aperçu du texte

Le différend entre Clément Marot et François Sagon aurait commencé en août 1534 au mariage d’Isabeau d’Albret, la belle-sœur de Marguerite de Navarre. « Mais onc ne fut et est à commencer / Nopce, ou festin sans aulcun mal penser » rappelle Sagon, en précisant les circonstances de la brouille :

Car toy et moy devisans dessus l’herbe,
Le lendemain au beau parc d’Allençon,
Apres souper eusmes noise et tenson
Pour la leçon de la foy catholicque.

Le débat aurait ensuite dérivé sur les « temples sainctz », le « jeusne » et les « oraisons », épineuses questions théologiques que Marot aurait abordées avec un prosélytisme particulièrement brûlant. La confrontation s’envenime et attire les curieux (« Tu t’obstinas et ta fureur descent, / Tant qu’en une heure y en vinst plus de cent »), au point que Marot aurait menacé Sagon d’un poignard. Au mois d’octobre de la même année survient l’affaire des Placards. La découverte d’affiches condamnant la messe dans Paris et d’autres grandes villes de France...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Bichüe, « Parodie, rituel satirique et culture joyeuse dans la querelle Marot-Sagon (1534-1538) »Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 37 | 2019, 297-313.

Référence électronique

Jérémie Bichüe, « Parodie, rituel satirique et culture joyeuse dans la querelle Marot-Sagon (1534-1538) »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 37 | 2019, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/17423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.17423

Haut de page

Auteur

Jérémie Bichüe

Université Paris III Sorbonne-Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search