Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Les festivités joyeuses et leur p...Le théâtre à l’envers de Maugouvert

Les festivités joyeuses et leur production littéraire : pratiques parodiques en scène et en textes, en France et en Europe (XVIe-XVIIIe s.)

Le théâtre à l’envers de Maugouvert

Impuissance masculine et chevauchée de l’âne au xvie siècle
The Upside Down Theater of the Abbeys of Misrule. Male Powerlessness and Riding Backwards on a Donkey in the Sixteenth Century
Éric Négrel
p. 333-355

Résumés

Les Abbayes parodiques du « mauvais gouvernement » exerçaient une justice coutumière collective qui prenait pour objet les alliances matrimoniales et la vie sexuelle des couples. La peine infamante de la chevauchée de l’âne était destinée à sanctionner les maris cocus et dominés par leurs épouses. Cette forme rituelle spectaculaire fait appel à l’imaginaire symbolique du monde renversé et possède des enjeux anthropologiques cruciaux concernant la communauté et le système de parenté qui la fonde.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2022.

Plan

Compagnons du charivari et bandes de maugouverts
Tout va à rebours
« Sous la main et obéissance de la femme »
« Tous les jours cinq ou six fois »

Aperçu du texte

Le désir qu’elle avait eu de lui, tout à l’heure, quand elle chantait, lui revint à l’esprit.
– Tu veux que je te suce ?
– C’est de vivre… il dit faiblement, comme s’il avait poursuivi une réflexion. Vivre fatigue. Tu ne crois pas ?
Jean-Claude Izzo, Vivre fatigue, 1998.

Compagnons du charivari et bandes de maugouverts

Le rite punitif de la promenade sur l’âne est une peine infamante très ancienne qui remonte à la Grèce antique, où elle sanctionnait les adultères. Dans l’Europe renaissante et moderne, cette forme spectaculaire d’humiliation publique relève à la fois de l’arsenal punitif officiel du droit pénal et des modalités coutumières de la justice populaire. Dans son Traité des différentes espèces de crimes, et de leurs peines, qui complète, en 1757, ses Institutes au droit criminel, Muyart de Vouglans note, à propos du crime de « maquerellage », que la loi condamne « la maquerelle à être promenée sur un âne par les carrefours de la ville, le visage tourné vers la queue, avec un cha...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Négrel, « Le théâtre à l’envers de Maugouvert »Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 37 | 2019, 333-355.

Référence électronique

Éric Négrel, « Le théâtre à l’envers de Maugouvert »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 37 | 2019, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/17489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.17489

Haut de page

Auteur

Éric Négrel

UMR 5317 IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités), Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search