Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2022Il ciclo di Guiron le Courtois, v...

2022

Il ciclo di Guiron le Courtois, vol. IV, Roman de Guiron. Parte prima, a cura di Claudio Lagomarsini, 2020

Francesco Montorsi
Référence(s) :

Il ciclo di Guiron le Courtois, vol. IV, Roman de Guiron. Parte prima, a cura di Claudio Lagomarsini, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, 2020, 897 p.

ISBN 978-88-8450-969-7

Texte intégral

1Ce n’est que rarement qu’il arrive de rendre compte de l’édition d’une œuvre médiévale majeure qui ne bénéficiait pas encore d’un travail critique et qu’on était par conséquent obligé de lire dans les éditions partielles disponibles ou dans les manuscrits. La circonstance vient pourtant de se produire. Les Edizioni del Galluzzo de Florence ont fait paraître, dans la collection Archivio Romanzo, ce Guiron le Courtois qu’on voyait autrefois comme un seul roman et qu’il est convenu désormais de considérer comme un cycle de textes. Grâce aux études de plusieurs chercheurs qui se sont penchés sur les différentes parties de cette mosaïque (Sophie Albert, Nicola Morato et Barbara Wahlen, mais on pourrait aussi évoquer les travaux pionniers de Fanny Bogdanow) ainsi que grâce au travail philologique plus que décennal d’un groupe de recherche helvético-italien, on a désormais découvert et prouvé que Guiron se compose des parties suivantes :

  • Le Roman de Meliadus (correspondant à l’analyse de Roger Lathuillière 1-49/51), roman qui met en scène le héros éponyme, père de Tristan, et en particulier sa rivalité avec le Bon Chevalier Sans Peur.

  • Le Roman de Guiron (Lath. 58-132) qui narre les aventures de Guiron, nouveau venu dans le monde littéraire arthurien, tout en décrivant en particulier son amitié avec Danain le Roux et les péripéties liées à cette relation.

  • La Suite Guiron (Lath. 161-209 + 251-255), qui est une suite rétrospective du Guiron.

2Sans rentrer dans les détails d’une tradition qui ne se laisse pas résumer en quelques lignes, ajoutons seulement que certains témoins présentent les deux branches principales, Meliadus et Guiron, de manière isolée (Meliadus seul ou Guiron seul), tandis que d’autres présentent une version cyclique, où les deux romans sont unis par un raccord. Signalons aussi que d’autres textes, continuations et compilations sont venus s’agglutiner sur le pourtour de ce cycle, ainsi une continuation du Meliadus, une continuation du Guiron et une compilation guironienne, cette dernière éditée sous le titre de Les aventures des Bruns (Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2014).

3Les traits spécifiques de chaque pièce de cette constellation textuelle ont été décrits en profondeur grâce à un travail d’analyse mené à bien par le « Gruppo Guiron », une équipe de chercheuses et chercheurs travaillant, depuis les années 2010, sous la direction de Lino Leonardi et Richard Trachsler. Les résultats de ces recherches patientes et minutieuses sont une série de sept volumes, consacrés aux textes du cycle guironien : I et II pour Meliadus, III pour le « raccord » et pour la Continuation Meliadus, IV et V pour le Guiron, VI pour la Continuation Guiron, VII pour la Suite Guiron. A ce jour a paru la totalité des tomes prévus, à l’exception du III et du VII, qu’on imagine de publication prochaine. On rappellera par ailleurs que la Suite a fait récemment l’objet d’une édition partielle, environ la moitié de l’œuvre, parue en 2015 par les soins de Venceslas Bubenicek, sous le titre de Guiron le courtois, roman arthurien en prose.

4Le présent compte rendu propose aux lecteurs une lecture du tome IV, première partie du Roman de Guiron, paru en 2020 et édité par Claudio Lagomarsini (L.), chercheur qui a beaucoup œuvré pour la compréhension de cet ensemble textuel. En effet, L. a édité en 2014 la compilation guironienne citée plus haut, publié une édition critique des insertions lyriques dans le cycle (Lais, épîtres et épigraphes en vers dans le cycle de « Guiron le Courtois », Paris, Classiques Garnier, 2015) et procédé, dans un volumineux article de 2018, au classement des manuscrits pour la partie du Guiron (« Pour l’édition du Roman de Guiron. Classement des manuscrits », dans Le cycle de « Guiron le Courtois ». Prolégomènes à l’édition intégrale du corpus, éd. L. Leonardi et R. Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 249-430).

5Le volume recensé concerne donc la première partie du Guiron le courtois, qui correspond aux paragraphes 58 à 102 de l’analyse de Lathuillière et aux feuillets 20vb-229va du manuscrit de Privas (Archives Départementales de l’Ardèche, n. 1), le meilleur témoin de cette partie. Précisons que la deuxième partie du même roman est, quant à elle, parue, toujours en 2020, par les soins d’Elena Stefanelli, et couvre les paragraphes 130 à 160 de l’analyse de Lathuillière et les feuillets 12r-160r du manuscrit London, British Library, Add. 36880.

6Comme pour chaque tome de la collection, le livre est ouvert par un préambule signé par Lino Leonardi et Richard Trachsler qui informe les lecteurs sur la formation du cycle et sur sa tradition textuelle, rappelle l’historique des recherches, précise les objectifs et les méthodes de travail. La véritable édition est ensuite composée par une introduction structurée en plusieurs parties (analyse littéraire, analyse codicologique et philologique, analyse linguistique, résumé de l’œuvre), l’édition du texte, des notes philologiques et littéraires, un glossaire, un index.

7L’analyse littéraire de L. fournit toutes les informations nécessaires concernant la mise en contexte de l’œuvre, son contenu, sa datation approximative (après le Tristan en prose, ca. 1235, que le Guiron connaît ; avant 1240 lorsque le texte est cité dans une missive de la chancellerie de Frédéric II), ainsi que sa fortune très vaste (surtout en Italie et en France). Une place est donnée naturellement à la structure narrative du Guiron, qui se caractérise, comme les autres récits arthuriens, par le recours aux trames narratives parallèles et par la technique de l’entrelacement, mais aussi, de manière plus caractéristique, par l’abondance de récits métadiégétiques et l’emploi d’un registre par moments comique. On appréciera entre autres la démonstration de L. qui explique que, contrairement à certains préjugés anciens, les récits du Guiron ont été enchâssés selon une logique fine, qui permet d’instaurer des jeux d’allusions entre l’intrigue principale et les trames des récits de deuxième niveau.

8Dans la section suivante, l’introduction fournit les descriptions concises des témoins qui comportent le texte édité, à savoir neuf manuscrits, quatre fragments, et un imprimé. Le « Gruppo Guiron » est par ailleurs en train d’élaborer un catalogue détaillé des manuscrits qui fournira des analyses plus approfondies sur ces témoins, qui présentent pour certains des apparats décoratifs étendus (Paris, BnF, fr. 338, fr. 350, fr. 356, etc.) et qui ont eu des possesseurs illustres (Paris, BnF, fr. 360, Arsenal 3477, Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L-I-7, 8 et 9, etc.).

9Les pages suivantes résument les résultats du travail de classement des manuscrits déjà cité (« Pour l’édition du Roman de Guiron. Classement des manuscrits », art. cit.). Cette analyse s’est fondée sur l’examen de tous les témoins (à l’exception du manuscrit de Turin, fortement endommagé dans l’incendie de 1904) à partir d’une portion de texte étendue, correspondant à vingt-quatre morceaux choisis tout au long du roman. Les résultats de ce classement peuvent être résumés ainsi. Le stemma se divise en deux branches, ici nommées βx et βy. La branche βy comporte le plus grand nombre de manuscrits, et elle est divisée à son tour en deux familles, l’une représentée par le témoin ancien de Privas, où Guiron est isolé, et l’autre par différents manuscrits cycliques. Au sein de cette dernière famille, un groupement δ1 (deux manuscrits plus l’imprimé de Vérard) contient une divergence rédactionnelle particulière qui commence au par. 409 de la présente édition (cette rédaction est éditée dans le volume suivant de la collection). Dans la branche βx, on trouve d’un côté Marseille, autre manuscrit ancien représentant la version isolée, et de l’autre trois autres manuscrits cycliques, liés entre eux par des fautes communes. Le manuscrit de Marseille présente un texte quelque peu différent par rapport aux autres témoins du Guiron, probablement en raison du travail de révision entrepris soit par le copiste soit par son modèle.

10Dans ces quelques lignes d’un résumé qui devrait être beaucoup plus long se situe sans doute l’un des résultats les plus innovants de l’entreprise. Alors que Roger Lathuillière proclamait que l’établissement d’un stemma des manuscrits du Guiron était « aussi difficile qu’illusoire », un travail d’analyse minutieux a permis d’établir un schéma rationnel qui rend compte de manière convaincante de l’intégralité de la tradition textuelle. Il s’agit là d’une belle réussite en même temps qu’une mise en garde envers celles et ceux qui pourraient renoncer trop vite à cette partie du travail philologique pour des traditions trop « difficiles ».

11En ce qui concerne la constitutio textus, l’édition se propose de ne s’appuyer sur un manuscrit que pour la seule surface linguistique (veste linguistica). Le texte lui-même est, quant à lui, restitué d’après la logique du stemma. Dans ses intentions, l’édition ne veut donc pas fournir un état textuel mais plutôt restituer le texte le plus proche de l’archétype, d’après une hypothèse d’interprétation de la tradition qui trouve son explicitation dans la varia lectio.

12La valeur d’un classement de manuscrits se reconnaît entre autres d’après le type de travail éditorial qui découle du stemma adopté. En l’occurrence, le choix du manuscrit de Privas comme « manuscrit de surface » – selon la terminologie adoptée par le « Gruppo Guiron » à la suite des réflexions de Lino Leonardi – se révèle excellent et montre toute la solidité de l’hypothèse stemmatique de L. Bien sûr, comme tous les manuscrits, celui-ci n’est pas sans défaut et, en particulier, il est vicié par une lacune matérielle qu’il a fallu combler à l’aide d’autres témoins (en particulier Paris, BnF, fr. 338). Au demeurant, grâce aux excellents services fournis par le stemma, cette édition ne recourt qu’à des corrections relativement peu fréquentes... On est loin des éditions « Frankenstein » souvent décriées par les détracteurs des pratiques reconstructives.

13Le texte, comme on l’a dit, est établi critiquement, sur la base du stemma. Les leçons adoptées sont celles qui obéissent aux critères suivants : elles sont propres à tous les manuscrits (à l’exception d’éventuelles fautes de l’archétype, qui sont corrigées) ; là où le stemma présente des variantes divergentes, la leçon est choisie en fonction de la structure du stemma ; s’il se trouve deux variantes plausibles réparties dans les deux branches du stemma, est choisie la leçon de la famille de Privas ; dans les cas où le stemma ne donne pas d’indications claires, on s’appuie, si elle est viable, sur la leçon de Privas.

14Comme chacun le sait, les romans en prose sont sujets à des réécritures perpétuelles, qui produisent aussi bien des remaniements étendus que des micro-variations. Il n’était pas faisable de proposer un apparat exhaustif et il a donc fallu limiter l’étendue de l’apparat critique. Deux restrictions ont été appliquées. Pour chaque groupe du stemma a été identifié un manuscrit représentatif. La varia lectio garde ainsi les leçons non pas de tous les manuscrits, mais celles des manuscrits choisis comme représentatifs. Il s’agit, en l’occurrence, de Paris, BnF, fr. 338, Paris BnF, fr. 350, Cologny et Marseille.

15L’autre restriction concerne la nature des variantes. L’apparat de l’édition enregistre les variantes de substance. D’après le travail théorique du « Gruppo Guiron », mené en particulier par Lino Leonardi et Nicola Morato, il est en effet possible de distinguer entre deux types de variantes, celles relevant de la substance et celle relevant de la forme. Les variantes de substance sont des phénomènes de variation « monogénétiques », c’est-à-dire qui peuvent très difficilement se produire dans plusieurs copies de manière indépendante. En revanche, les variantes de forme sont des faits qui se produisent de manière spontanée dans plusieurs lieux distincts de la tradition, car elles sont induites par un système supra-individuel qui conditionne les copistes. Les faits qui touchent la graphie, la phonétique et la morphologie font naturellement partie de cette deuxième catégorie. Dans le cas des romans arthurien en prose, il est possible d’ajouter également à cette typologie des phénomènes discursifs plus amples. Nous avons ainsi les oscillations entre les temps verbaux, l’alternance de nombre, l’alternance entre adverbes, prépositions ou conjonctions, mais aussi les variations dans la forme du nom ou les alternatives de synonyme, ainsi que les différences non significatives dans l’ordre des mots.

16On pourra donc saluer le fait qu’ici l’établissement de la varia lectio, qui plus est d’une tradition vaste et complexe, se fonde sur une réflexion méthodologique solidement justifiée. Cet apparat se distingue ainsi avec bonheur du « choix de variantes » parfois adopté dans les éditions modernes et qui au fond prend pour seul guide l’arbitre de l’éditeur. Les choix restrictifs appliqués se justifient parfaitement. Il aurait été matériellement difficile de fournir un apparat critique exhaustif pour une telle tradition. De plus, un tel apparat ne serait de toute manière pas souhaitable : si jamais il venait à exister, il finirait par étouffer par son ampleur les informations véritablement pertinentes.

17Les critères de transcription, explicités aux pages 45-46, reprennent le protocole établi dans les fascicules des Conseils pour l’édition de textes médiévaux. Sont signalés en plus quelques particularités graphiques propres au manuscrit choisi. Il me semble qu’on aurait ici pu élargir un peu le développement pour rendre compte de la séparation des mots dans le manuscrit (et ainsi justifier certains choix de transcription). En outre, par respect de l’usus scribendi du copiste, la transcription n’intègre pas les consonnes et voyelles atones finales omises par les copistes, ce qui produit parfois des graphies déroutantes quoique compréhensibles (par exemple tou au lieu de tout).

18En raison des principes méthodologiques énoncés plus haut, le texte édité ne contient pas les références des feuillets du manuscrit transcrit. Mais, dans ce domaine, l’édition contient en réalité plus d’informations que les entreprises comparables. En effet, les éditeurs ont eu l’heureuse idée d’établir une table de concordance de tous les manuscrits utilisés pour l’apparat, ce qui permet de retrouver les morceaux recherchés non seulement dans le manuscrit de surface, mais aussi dans les autres témoins. C’est une pratique qui rend de précieux services et il ne reste qu’à espérer qu’elle soit adoptée par d’autres philologues.

19La « nota linguistica » montre que le manuscrit Privas a été confectionné, avec d’autres témoins anciens de Guiron, dans la zone nord-orientale de la France. Sont signalés en particulier les faits pertinents pour cette identification.

20En ce qui concerne la constitution du texte et son édition, les remarques qui suivent s’appuient sur un examen partiel du volume. J’en ai lu les 300 premiers paragraphes, ce qui correspond à un peu moins d’un tiers du texte. Je donne à la suite quelques notes de lecture :

21Par. 4.15, insérer virgule après aït ; par. 15.8 nes, sans accent et, de même, par. 16.12 tes, sans accent (les Conseils de l’École de Chartes précisent de ne pas mettre des accents sur les monosyllabes qui sont des mots grammaticaux) ; par. 34.4 insérer une virgule après set ; par. 48.10 insérer une virgule après connoistre ; par. 49.6 pourquoi avoir intégré un [r] ? ; 65.7 dans la numérisation du manuscrit Privas je lis plutôt ramentoit (et non ramenroit) ; par. 71.1 insérer une virgule après aventure ; par. 71.7 je transcrirais plutôt a savoir (et non asavoir, ici et passim), cf. aussi l’entrée correspondante dans Tobler ; par. 72.11 supprimer la virgule après bien et avant que ; par. 93.2 insérer une virgule après byauté ; par. 97.5 dont je vous conte va en italiques ; par. 114.6 insérer un point après gramment et supprimer la virgule après Maloaut ; par. 135.3 après Maloaut mettre un point à la place de la virgule ; par. 140.5 soute est une coquille pour doute ; par. 148.5 ajouter une virgule après orendroit ; par. 165.8 enlever la virgule après cevaliers ; par. 170.3 plaistoit est une coquille pour plaisoit ; par. 185.2 ajouter deux virgules, après Je et après demourer ; 191.2 dans le manuscrit de Privas, on pourrait en effet lire goislouza, comme cela est édité dans la transcription, mais la forme n’étant pas attestée et posant un problème phonétique, il paraît plus probable de lire goulouza, en considérant que les deux traits du u ont été écrits de manière maladroite (le deuxième trait ne me semble de toute manière pas pouvoir être assimilé à un s, écrit habituellement par ce copiste de manière différente ; sur goloser voir en dernier lieu le DEAF) ; par. 223.13 insérer deux virgules, après Orendroit et après pieche ; 275.1 supprimer les virgules après manieres et meismes ; 300.6 vous gardés desormais… ne fait pas sens et la leçon de fr. 338, fr. 350 et Cologny-Genève, consultés sur numérisations, qui est vous vous gardés (non signalée dans la varia lectio), me paraît la bonne.

22Comme le montre ce bref relevé, fruit d’une relecture qui a porté sur plus de deux cents pages, il n’y a que de rares observations. Il s’agit donc, vérification faite, d’un remarquable travail de la part de l’éditeur. Le manuscrit a été lu de manière impeccable et l’édition fournie est parfaitement correcte. Les difficultés liées à la compréhension du texte ont été brillamment surmontées ou bien, lorsqu’une solution ne semblait pas s’imposer, explicitées dans les notes finales, essentiellement consacrées aux questions philologiques.

23En conclusion, nous nous trouvons face à une entreprise éditoriale de grande envergure, qui met à disposition pour la première fois un important texte inédit, suivant une approche scientifiquement raffinée, qui livre un texte critique très exact, fondé sur une interprétation vérifiable des chaînons de la tradition. Si l’on est partisan d’approches ecdotiques conservatrices, on pourra certes ne pas partager tous les choix adoptés dans la constitutio textus. Mais, quel que soit le crédo qu’on professe, en aucun cas on ne pourra manquer d’admiration face aux résultats, très tangibles, obtenus par cette entreprise. Contrairement à une tradition vulgate diffusée, les chercheuses et les chercheurs du « Groupe Guiron » ont montré que des recherches ecdotiques rigoureuses produisent des hypothèses contrôlables pour ces traditions complexes et mouvantes qui sont par excellence objets de « scepticisme philologique ».

24Plus généralement, il me semble que cette entreprise rappelle une vérité fondamentale. A savoir que tout aspect de la pratique philologique devrait être étayé par un ancrage dans une réflexion méthodologique aussi approfondie qu’exigeante. Si cette entreprise guironienne a produit autant de fruits, c’est aussi parce qu’elle s’appuie sur le socle solide d’une théorie justifiée en amont et mise à l’épreuve à chaque phase du travail. Espérons que ce chemin, quels que soient par ailleurs les choix méthodologiques des uns et des autres, soit emprunté par tous les philologues de bonne volonté. Comme cette édition le montre, les résultats sont probants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Montorsi, « Il ciclo di Guiron le Courtois, vol. IV, Roman de Guiron. Parte prima, a cura di Claudio Lagomarsini, 2020  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 28 décembre 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/crmh/18189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crmh.18189

Haut de page

Auteur

Francesco Montorsi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search