Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2023René d’Anjou, Le Cuer d’amour esp...

2023

René d’Anjou, Le Cuer d’amour espris, éd. et trad. Gilles Roussineau, 2020

Tristan Fourré
Référence(s) :

René d’Anjou, Le Cuer d’amour espris, éd. et trad. Gilles Roussineau, Genève, Droz (« Textes Littéraires Français » 652), 2020, xlix + 390 p.

ISBN 978-2-600-05994-7

Texte intégral

  • 1 René d’Anjou, Le Mortifiement de Vaine Plaisance, éd. et trad. Gilles Roussineau, Genève, Droz, col (...)
  • 2 René d’Anjou, Le Livre du Cœur d’amour épris, éd. et trad. Florence Bouchet, Paris, Librairie Génér (...)
  • 3 Toutefois, ces modifications figuraient déjà en note de l’édition de Florence Bouchet, tandis que l (...)

1Avec l’édition du Cuer d’amour espris, Gilles Roussineau poursuit son ambitieuse et précieuse entreprise de publication des œuvres de René d’Anjou1. Le Cuer s’inscrit donc dans la continuité d’un projet éditorial de grande ampleur qui contribue à renforcer la visibilité et l’attractivité de la production littéraire d’une figure médiévale par ailleurs bien connue des historiens. Cette nouvelle édition fait par ailleurs écho à celle qu’a proposée Florence Bouchet en 20032 et qui s’est imposée comme édition de référence, d’ailleurs mentionnée à plusieurs reprises par G. Roussineau. Néanmoins, alors que F. Bouchet choisissait de se fonder sur le manuscrit P (Paris, BnF, fr. 24399), il privilégie pour sa part le manuscrit V (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. Vindobonensis 2597), qui présente certaines différences non négligeables, en particulier des modifications dans l’armorial de l’hôpital d’Amour et l’ajout de l’épisode du « Parc enchanté3 ».

  • 4 Voir l’introduction de F. Bouchet, op. cit., p. 15.

2Gilles Roussineau commence par proposer une introduction littéraire (p. VII à XXI) s’articulant en trois grands mouvements qui balaient les enjeux structurels, formels et thématiques du texte. S’ouvrant sur un efficace résumé de l’intrigue, cette introduction prend soin de replacer ce récit de songe dans la tradition du Roman de la Rose, en soulignant que le détour onirique n’est qu’une manière oblique pour parler de soi. Ce faisant, G. Roussineau relie Le Cuer au Mortifiement de Vaine Plaisance et à Regnault et Janneton, deux textes également innervés par un fort substrat autobiographique. Aussi ces trois œuvres partageraient-elles une même morale, qui inviterait à une distanciation vis-à-vis du désir amoureux, source de trop nombreuses souffrances (dans cette perspective, l’autoportrait de René en « coquin » d’amour serait habité par une forme de culpabilité). Même s’il y adjoint Regnault et Janneton, Roussineau se situe ici dans le sillage de la critique qui avait déjà décelé, derrière une apparente dichotomie, une forme de complémentarité entre Le Cuer et Le Mortifiement4. Gilles Roussineau prend cependant soin de préciser que l’œuvre ne se résume pas à une forme d’auto-contemplation ou d’épanchement allégorique : s’ouvre alors le deuxième temps de l’analyse, qui s’intéresse aux différentes influences qui informent l’œuvre.

3Roussineau rappelle tout d’abord que le Cuer s’apparente à une imitation du roman de chevalerie, laquelle confine à la parodie lorsque se systématisent les effets de reprise et les archaïsmes. Sur le plan stylistique, à côté d’éléments déjà commentés par la critique (notamment la reprise artificielle de la technique de l’entrelacement), l’éditeur met en lumière des faits moins souvent remarqués. L’influence du roman chevaleresque est également perceptible dans la réexploitation de thèmes et de motif topiques, qu’il s’agisse du rêve prémonitoire, des péripéties de la quête amoureuse ou encore de la description de l’équipement du chevalier… Terminant son inventaire de ces emprunts au roman chevaleresque, G. Roussineau analyse le traitement de la merveille par René, en citant en particulier l’épisode du Parc faé. On pourrait ici regretter de ne trouver aucun éclaircissement sur cette interpolation, rajoutée en 1477 dans le manuscrit V, l’éditeur signalant simplement qu’elle « vient en contrepoint du dénouement malheureux des aventures du cœur ». Pourtant, le passage ne manque pas d’étonner, comme le soulignent d’ailleurs les notes disséminées dans le corps du texte. Le fait que le discours direct n’y soit plus en vers mais en prose interloque particulièrement et jette une ombre sur la paternité de cet épisode.

  • 5 On pense en particulier à trois figures adjuvantes, Honneur, Humble Requête et Promesse.

4Cet inventaire des « ingrédients » du roman chevaleresque conduit Roussineau à soupeser la part d’humour qui habite le texte. C’est bien la surabondance de ces reprises qu’il identifie comme vecteur du parodique, d’autant que cette dimension humoristique concerne également l’influence du roman allégorique. G. Roussineau relève alors « le sourire amusé » que l’on peut déceler dans la peinture de la difformité de Jalousie, parmi d’autres détails « piquant[s] » dans la description des différents protagonistes. Dans le même temps, il s’attache à souligner la richesse et la qualité de l’écriture allégorique de René, lequel ne se contente pas de convoquer de nouveau des personnages hérités du Roman de la Rose, mais leur donne vie en cherchant à les individualiser. Chez René d’Anjou, relève G. Roussineau, les allégories ont leur caractère propre (on connaît la susceptibilité du Cœur), mais aussi un langage spécifique à chacune (il pointe en particulier le « langage imagé et agressif » des ennemis du Cœur). Cette prise en considération de la variété des langages ouvre des pistes de réflexion très intéressantes dans le cadre d’un roman qui bruit des murmures ou résonne des éclats de voix des actants, qui questionne la frontière entre mensonge et vérité, autour de laquelle est distribué le personnel allégorique et qui, plus largement, interroge la valeur du langage, en particulier lorsqu’il relève de la tresbelle rethorique (p. 2575).

5Enfin, Gilles Roussineau explore l’influence des textes antiques et médiévaux perceptible à certains endroits du récit. Passant rapidement sur l’armorial et le cimetière de l’hôpital, ainsi que sur les reliques et les tapisseries du château de Plaisance, il débusque, là encore, une méfiance quant à la toute-puissance de l’amour.

6Dans un troisième et dernier temps de l’introduction, l’éditeur revient sur des aspects formels et stylistiques. Il resitue notamment l’alternance entre le vers (discours des personnages) et la prose (réservée au narrateur) dans le sillage du De Consolatione Philosophiae de Boèce et observe la prédominance de l’octosyllabe dans les parties versifiées, rendant l’usage du décasyllabe et de l’alexandrin remarquable. Au terme d’une analyse du goût de René pour la description « vivante et détaillée », il constate le caractère « plaisant et pittoresque » de la description des pucelles sauvages du « Parc enchanté ». Il met ainsi judicieusement en évidence le caractère visuel de l’écriture de René, qui semble appeler l’image (ce dont on se persuadera à la consultation des enluminures de Barthélemy d’Eyck). De nouveau, G. Roussineau identifie une intention humoristique dans ces nombreuses descriptions, la dimension parodique se trouvant encore renforcée par les multiples jeux de mots auxquels se livre l’auteur, principalement culinaires (validire, doulce response, oublie…) et les jeux avec les référents réels, par exemple lorsqu’il compare le château de Plaisance à celui de Saumur.

  • 6 La bibliographie critique sur René d’Anjou étant pléthorique, l’éditeur ne peut tout citer. Néanmoi (...)

7Si G. Roussineau choisit donc la parodie comme fil directeur de son introduction littéraire, il la conclut en affirmant que l’intention première de l’auteur reste bien de « souligner l’inanité des souffrances engendrées par l’amour. » Se confirme alors la dialectique qui sous-tend selon lui l’ensemble du récit, entre désillusion et distanciation. En somme, le critique reconnaît le caractère « pessimiste » du récit, mais souligne que l’écrivain demeure détaché : « la littérature est avant tout un divertissement. » Cette première partie, en se concentrant sur le « second degré », dresse donc un panorama synthétique des enjeux du récit. Pour approfondir certains points, le lecteur pourra consulter les ouvrages signalés dans la bibliographie. Cette dernière, bien que ne distinguant pas sources primaires et secondaires et ne proposant pas de subdivision disciplinaire ou thématique, s’avère très riche, en faisant état des principaux travaux critiques publiés sur René d’Anjou et Le Cuer d’amour espris6.

  • 7 Celle-ci s’appuie en partie sur la tentative de Smital et Winkler : René duc d’Anjou, Livre du cuer (...)
  • 8 Florence Bouchet privilégie le manuscrit P pour son édition, justement en raison du caractère extrê (...)

8Dans un deuxième temps, l’introduction propose, comme de coutume, une étude de la tradition manuscrite du texte qui dresse l’inventaire des sept manuscrits disponibles, dont les trois enluminés (V, P1, P2). Chaque manuscrit fait l’objet d’une brève description codicologique, avant que G. Roussineau ne se penche sur le manuscrit V, texte composite de trois copistes différents, qui était vraisemblablement l’exemplaire personnel de René d’Anjou, en le comparant au manuscrit P. Roussineau fait découler ces deux manuscrits d’un original commun aujourd’hui perdu, en étayant son propos par des exemples précis lui permettant de reconstituer cette parenté « fantôme ». Il propose ensuite une description des cycles iconographiques respectifs de ces deux manuscrits, avant de se livrer à une rapide description des autres témoins. Cette reconstitution des liens entre les différents manuscrits7 permet à Gilles Roussineau de justifier son choix de manuscrit de base, en arguant que le ms. V conserve le dernier état du texte, avec des modifications supervisées par René8.

9Suit une étude de la langue du texte, avec des observations utiles et éclairantes relevant de la graphie et de la phonétique, de la morphologie et de la syntaxe. Signalons également des remarques bienvenues sur les parties versifiées, éclairant les rimes pour l’œil et le compte des syllabes. Ces dernières sont nécessaires au lecteur qui pourrait rester perplexe devant quelques vers a priori hétérométriques (certains termes sont en réalité bisyllabiques ou monosyllabiques). Suit une étude du lexique qui signale les termes les plus remarquables du texte, qu’il s’agisse d’attestations uniques, de premières attestations ou de termes rares. L’éditeur propose enfin un relevé des différents proverbes présents dans le texte. Cette introduction propose une vision synthétique des remarques qui sont données en note, au fil du texte, et permet ainsi d’avoir une vision d’ensemble claire et précise.

  • 9 François Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Signification symbolique, Paris, Le Léopard d (...)

10Un des atouts majeurs de cette nouvelle édition réside dans la reproduction de l’intégralité du cycle iconographique du manuscrit de Vienne, dont on (re)découvre la splendeur. L’éditeur en propose une description qui permettra au lecteur peu familier du texte de bien identifier chaque figure et chaque élément de l’image. Gilles Roussineau s’intéresse particulièrement à l’identification des personnages, à la structure des scènes et à leurs jeux de lumière. Au fil des descriptions, il pointe les écarts avec le texte et fournit des points de comparaison avec d’autres cycles iconographiques (y compris les enluminures du Mortifiement). Soulignant fort justement le réalisme des enluminures (la bave du cheval au folio 5 verso par exemple), il éclaire également la signification de certains gestes en se référant au travail de F. Garnier9.

11Le texte en moyen français et sa traduction se lisent aisément, avec des notes régulières qui permettent l’identification des figures mentionnées (en particulier dans les épisodes de l’hôpital d’Amour et du château de Plaisance). Du point de vue de l’analyse littéraire, ces notes s’avèrent indéniablement utiles, mais sont moins développées que celles de la précédente édition (par exemple, la note sur fenys en 237, 18 ne reprend pas l’hypothèse séduisante d’un emblème personnel de Re-né). On y trouve toutefois des informations appréciables, par exemple sur Virgile (29, 20), sur le mal de mer éprouvé par les personnages qui serait directement inspiré du voyage à Gênes effectué par René en 1438 (134, 12), ou encore sur l’épitaphe de Diomède (176, 2), G. Roussineau s’appuyant sur un article de Gabriel Bianciotto pour essayer d’élucider une incongruité du manuscrit.

  • 10 Signalons une coquille dans cette note, où il s’agit d’Espérance et non de Mélancolie, et où le ren (...)

12Surtout, ces notes présentent l’intérêt d’apporter des précisions relatives à la langue du manuscrit. Ainsi, Gilles Roussineau propose de nombreuses explications sur la prononciation et la graphie, le vocabulaire, mais aussi sur la grammaire. Il dissipe notamment les doutes qui pourraient exister pour l’identification des référents des pronoms ou le sémantisme de certains mots subordonnants (par exemple en 86, 4). Il signale, entre autres, certaines particularités de la langue, comme l’emploi du pronom il neutre dans la construction semi-impersonnelle (136, 20) ou encore le recours au pronom masculin pour désigner une allégorie féminine (38, 24 ; 44, 810).

13Le texte ne présente pas de difficultés majeures, mais la traduction éclaire certains passages qui demeurent obscurs. L’ensemble de la traduction est globalement animé par une forte volonté didactique, certains points faisant l’objet de notes bienvenues. Face à des termes difficilement traduisibles, l’éditeur opte pour une traduction qui en « déplie » le sens, accompagnée d’une note explicative, par exemple pour le substantif racointement (104, 11), le participe acquittee (135, 18), ou encore le substantif querelle, utilisé dans le sens de « demande » (149, 11).

14L’entreprise de traduction se heurte quelquefois à certaines expressions spécifiques à l’ancienne langue, qui sont ou non effacées en français moderne. C’est, à titre d’exemple, le cas pour le tour ez vous, qui est tantôt traduit « voici que » (7, 4) tantôt gommé (103, 19). Quant à la traduction des proverbes et des expressions imagées, elle reste parfois proche de la lettre : trop remaint de ce que fol pance (87, 9) est rendu par « il reste beaucoup de ce que pense le fou », traduction presque littérale, qui peut rester relativement obscure pour un lecteur non averti. De façon similaire, trop mieulx que par le doit est traduit par « bien plus que d’un doigt seulement » (248, 6). Dans les deux cas, une note vient prendre le relais de la traduction pour expliciter le sens. En ce qui concerne le proverbe il n’est telle saulce que de faim (38, 7), Roussineau s’écarte en revanche de la lettre en proposant « il n’existe pas de tourment comparable à la faim ».

15Le passage du moyen français au français moderne se trouve facilité par le glossaire particulièrement riche, qui s’avère très utile, par exemple pour la compréhension de certains termes héraldiques ou spécifiques (dans la description des reliques du château de Plaisance notamment, où l’on trouve des substantifs liés à l’activité textile, tels que lames, batoirs…). L’index des noms propres constitue enfin un outil des plus pratiques.

16L’édition de Gilles Roussineau est donc un bel ouvrage, dont la qualité et le caractère très soigné (beau papier, reproductions des planches enluminées, grand format) contribuent au confort de lecture et justifient le prix relativement élevé. L’ensemble de l’appareil critique, très appréciable, facilite la compréhension de l’œuvre et permet de lever les doutes qui pourraient se faire jour à la lecture. Si cette nouvelle édition n’apporte pas d’avancée majeure d’un point de vue littéraire, elle n’en constitue pas moins une ressource utile pour celles et ceux qui souhaiteraient privilégier une approche plus technique du texte. Surtout, elle invite à faire dialoguer le texte et l’image en prenant en considération le cycle iconographique de Barthélemy d’Eyck, mais nous pousse également à adopter une perspective surplombante sur l’ensemble de l’œuvre de René d’Anjou, dont les écrits, derrière leur apparente variété, témoignent d’une grande cohérence et ne manqueront pas de gagner le cœur des lecteurs.

Haut de page

Notes

1 René d’Anjou, Le Mortifiement de Vaine Plaisance, éd. et trad. Gilles Roussineau, Genève, Droz, coll. « Textes Littéraires Français », 2015 ; René d’Anjou, Regnault et Janneton, éd. et trad. Gilles Roussineau, Genève, Droz, coll. « Textes Littéraires Français », 2012. Notons que l’attribution de cette dernière œuvre à René d’Anjou a fait l’objet d’un débat critique.

2 René d’Anjou, Le Livre du Cœur d’amour épris, éd. et trad. Florence Bouchet, Paris, Librairie Générale Française, 2003.

3 Toutefois, ces modifications figuraient déjà en note de l’édition de Florence Bouchet, tandis que l’épisode du Parc était placé en appendice. Ce ne sont donc pas des textes inédits auxquels nous donne accès l’édition de Gilles Roussineau.

4 Voir l’introduction de F. Bouchet, op. cit., p. 15.

5 On pense en particulier à trois figures adjuvantes, Honneur, Humble Requête et Promesse.

6 La bibliographie critique sur René d’Anjou étant pléthorique, l’éditeur ne peut tout citer. Néanmoins, en plus de l’article de Jean-Claude Mühlethaler mentionné en bibliographie, signalons une autre de ses publications pouvant aider à comprendre certains enjeux du texte : Jean-Claude Mühlethaler, « Récriture et parodie : l’idéal chevaleresque et l’idéal politique à l’épreuve du Livre du Cuer d’amours espris de René d’Anjou », Formes de la critique : parodie et satire dans la France et l’Italie médiévales, dir. Jean-Claude Mühlethaler, Alain Corbellari, Barbara Wahlen, Paris, Champion, 2003, p. 235‑259.

7 Celle-ci s’appuie en partie sur la tentative de Smital et Winkler : René duc d’Anjou, Livre du cuer d’amours espris, éd. O. Smital, E. Winkler, Éditions de l’Imprimerie de l’Etat autrichien, 1927. Florence Bouchet se montrait prudente en écrivant : « Malgré le nombre relativement réduit des manuscrits existants, la tradition manuscrite du Livre du Cœur d’amour épris est passablement complexe et les chercheurs qui se sont penchés sur la question n’aboutissent pas tous au même classement, encore moins à un stemma codicum certain » (op. cit., p. 65).

8 Florence Bouchet privilégie le manuscrit P pour son édition, justement en raison du caractère extrêmement composite du manuscrit V, et dans la mesure où elle juge le copiste de P plus instruit.

9 François Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Signification symbolique, Paris, Le Léopard d’Or, 1982.

10 Signalons une coquille dans cette note, où il s’agit d’Espérance et non de Mélancolie, et où le renvoi à la note 38, 17 est fautif (c’est en fait à la note 38, 24 qu’il faut se reporter).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Fourré, « René d’Anjou, Le Cuer d’amour espris, éd. et trad. Gilles Roussineau, 2020  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 08 avril 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/crmh/18345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crmh.18345

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search