Skip to navigation – Site map

HomeThe JournalPrésentation de la revue

Présentation de la revue

Contexte

Les mutations technologiques et sociétales ont souvent amené les chercheurs à interroger le rapport communication, technologie et développement. Après avoir été longtemps fixées sur la radio, la télévision, la téléphonie mobile, les réflexions s’orientent de plus en plus vers l’intelligence artificielle, les objets connectés et le big data. Dans leurs recherches, il est souvent question d’accessibilité, d’appropriation, de gouvernance, de normes mais aussi d’incidences sur la culture, le lien social, les activités économiques, la démocratie, les mutations professionnelles.

Positionnement

Créée par la Chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement de l’Université Bordeaux Montaigne, Communication, technologies et développement est une revue scientifique internationale et interdisciplinaire en ligne, orientée vers des problématiques portant sur la circulation des idées, le partage des savoirs, l’expression des identités individuelles et collectives. Elle se veut un espace de dialogue scientifique où se côtoient les recherches menées dans l’espace francophone et celles issues d’autres aires linguistiques. Les terrains privilégiés sont ceux des territoires émergents, l’émergence ayant ici une dimension plus large que celle économique ou politique. Ces territoires se situeraient aussi bien en Amérique latine, en Asie, en Afrique qu’en Europe et se caractériseraient par le fait de n’avoir pas été suffisamment mis en lumière. Si la langue principale reste le français, la revue s’inscrivant dans la logique de la diversité culturelle acceptera des articles inédits en allemand, anglais, arabe, espagnol, portugais... Une attention particulière est portée aux mutations socioprofessionnelles, aux innovations technologiques en lien avec le développement économique et social.

Objectifs

La revue Communication, technologies et développement compte valoriser les recherches menées dans des pays qui ne bénéficient pas d’une forte visibilité scientifique, principalement les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, sans pour autant exclure des problématiques particulières dont le terrain pourrait se situer dans les pays développés. Elle se veut un espace de rencontre d’intelligences diverses, un lieu de réflexion sur les mutations en cours (technologiques, sociales, culturelles). Pour réaliser ses ambitions d’excellence scientifique, le comité de rédaction est particulièrement vigilant face au plagiat, aux publications multiples et s’engage à être intransigeant sur la qualité rédactionnelle et scientifique.

Cibles

La revue s’adresse à un public international de chercheurs toutes disciplines confondues et aux responsables d’organisations nationales et internationales intéressés par les problématiques informationnelles et communicationnelles. Elle répond ainsi à des attentes en matière de partage des savoirs et de circulation d’idées.

Critères d'évaluation

Les textes sont évalués sur leur seul contenu intellectuel ou scientifique, sans distinction de race, de sexe, d’orientation sexuelle, de convictions religieuses, de nationalité, d’affiliation universitaire ou de philosophie politique des auteurs.

Les critères de sélection sont l'intérêt et l'originalité au regard de l'appel à communication,

la qualité de l'approche conceptuelle, le positionnement théorique, l'approche méthodologique,

la qualité des résultats, la rigueur de l’argumentation, la qualité du style et le respect des normes bibliographiques.

Principes d'intégrité scientifique

Les auteurs sont tenus de respecter certaines obligations et recommandations dans la préparation des publications :

Données fiables, résultats rigoureux et objectif.

Citations des travaux et recherches consultés

Non-fractionnement des résultats dans plusieurs publications.

Interdiction de publier les mêmes travaux dans différents journaux.

Politique de détection du plagiat

La revue Communication, technologies et développement lutte contre le plagiat et n'accepte en aucun cas la publication de texte plagié. Les auteurs doivent donc s’assurer qu’ils ont rédigé des articles entièrement originaux. Dans le cas où le travail et / ou les mots d’autrui ont été utilisés, les auteurs doivent s’assurer également que ceux-ci ont été correctement cités. Pr ailleurs, la revue dispose d'un logiciel de détection du plagiat.

Taux de rejet (articles soumis/articles acceptés)

Le taux de rejet est d'environ 40 %

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search