Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6IntroductionIntroduction

Introduction

Introduction

Kemly Camacho et Alain KIYINDOU

Texte intégral

1Ce numéro est le fruit de la collaboration entre la coopérative Sula Batsu (Costa Rica) et la chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement de l’Université Bordeaux Montaigne (France). Il a pour objectif de faire le point sur le développement des technologies de l’information et leurs usages dans le cadre de l’innovation et du développement, de montrer des exemples de pratiques technologiques émergentes, de développer une réflexion théorique et méthodologique adaptée aux pays en voie de développement ou en émergence. Il s’agit, en d’autres termes, de soulever, à travers un ensemble de travaux et expériences particulières, des questions sur les aspects scientifiques, éthiques et civiques liées à l’usage des technologies de l’information et de la communication pour le développement. Les articles réunis ici relèvent de plusieurs thématiques à savoir la culture, la santé, l’éducation, la paix, le commerce équitable, l’environnement, etc.

2Il faut dire que la question des technologies mobiles au service du développement amène à questionner les paradigmes existants. C’est ce travail auquel se livre Ahmed Dahmani qui nous rappelle l’engouement des populations africaines à s’approprier les technologies numériques utilisées dans l’ensemble de situations de la vie. Ces technologies, explique-t-il, libèrent les usages et permettent la création d’espaces d’opportunités considérables en jouant un rôle permissif important pour toutes les activités sociales exigeant l’information. Elles ouvrent de nouvelles possibilités pour accéder à l’information, aux connaissances et à la culture, nécessaires au développement humain.

3Toutefois, l’essor du numérique pose des questions juridiques voire éthiques qui ne sauraient être négligées. On peut évoquer par exemple la question de l’obsolescence programmée liée à l’économie de marché. Patrick Saerens évoque différentes catégories d’obsolescence notamment l’obsolescence symbolique ou psychologique lié au déclassement prématuré par la publicité ou la mode, l’obsolescence, technologique, portant sur la perte de valeur des équipements à la suite de l’apparition de modèles plus performants et l’obsolescence planifiée qui vise l’introduction d’une défaillance dans les appareils en diminuant par exemple, volontairement la durée de vie du produit.

4Ce numéro fait également le point sur les questions posées par la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans le champ de l’éducation et de la formation. En effet, on assiste de plus en plus à la multiplication d’outils permettant d’échanger et de construire des connaissances en réseaux, notamment dans des contextes de mobilité. En s’appuyant sur une enquête menée dans quatre établissements, Nicole Racette et Marie-Pierre Bourdages-Sylvain tempèrent cet engouement. Il ressort de leurs travaux que les apprenants ont plus de difficultés à persévérer et à bien réussir leurs cours qu’en formation en face à face. Ils reconnaissent toutefois que les wikis et les capsules vidéo constituent tout de même de bons outils de transfert des connaissances, lorsqu’ils visent à informer et non pas à échanger des idées, à statuer sur un point ni à prendre une décision.

5Au-delà de l’éducation, les technologies mobiles nous mettent en situation de repenser notre rapport à la culture. Nous relançons ainsi la problématique de la diversité culturelle qui est à replacer dans le cadre de la Convention de 2005 pour la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles. Ce cadre rappelle le débat autour du Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication et incite à repenser la fracture numérique à la fois en termes d’inégalité, de mosaïque et d’opportunité. Il réactualise les travaux de l’école de Francfort (notamment sur les industries culturelles) et les cultural Studies de façon générale. César Viana Teixeira et Goiás Puc traitent du rôle de l’audiovisuel dans la promotion des cultures locales via notamment des reportages vidéo mobiles. Ces courts documentaires réalisés à partir des téléphones portables sont également utilisés en tant qu’expérience pédagogique.

6Les technologies mobiles posent également la problématique des « expression des identités singulières », volet qui constitue la toile de fond de l’article de Géraldine Yanon et Francis Barbey. Ces derniers interrogent la capacité de l’éducation aux médias à amoindrir la fracture culturelle et à soutenir l’expression culturelle africaine comme moteur de développement. Ils suggèrent d’appréhender ces technologies, pour rejoindre la pensée de Garnham, comme des outils à la fois de transformation des relations sociales entre les structures du pouvoir et les gouvernés, mais aussi comme des outils pour penser et se représenter le monde.

7Au sujet des représentations, Natacha Cyrulnik examine la manière dont les téléphones portables des jeunes sont utilisés pour réaliser une représentation filmique de leur territoire. Dans ce processus, explique-t-elle, l’outil téléphone permet de s’emparer d’un objet intime pour construire une nouvelle représentation filmique, du monde, et de soi.

8La question de la représentation de soi est fortement liée à celle de la protection ou de l’exposition de la vie privée. A ce sujet, Miriam Herrera-Aguilar et Ana Teresa Sepúlveda Hernández s’intéressent à la façon dont les jeunes de l’état de Querétaro comprennent la notion de vie privée et leurs usages d’Internet.

9Mais au-delà des jeunes, les personnes âgées s’intéressent également à Internet avec des usages qui interpellent Nazlı Ülbay Aytuna. En analysant le cas de la Turquie, elle tente de comprendre ce que les personnes âgées font de l’Internet tout en essayant de déterminer leurs motivations. A ce sujet, deux éléments moteurs semblent se dégager à savoir la recherche d’information et le lien social.

10On s’accorde à dire que la santé constitue l’un des domaines où les usages des TIC ont le plus créé de l’innovation. Certaines applications visent à pallier la faiblesse des systèmes de soin, faciliter l’accès aux médecins et aux pharmacies ainsi que le transfert de dossier médicaux en temps réel. D’autres permettent une intervention directe dans le processus opérationnel soit par le diagnostic d’une maladie, la recherche d’un médicament, le test pour identifier un agent pathogène, etc. D’autres encore visent l’harmonisation et la standardisation des processus, des équipements et des logiciels ainsi que la création et la gestion de banques de données à des fins de prévention.

11Titi Palé explique que pour les pays en voie de développement et plus particulièrement ceux d’Afrique, les avancées technologiques reposent le problème de la fracture numérique en de termes nouveaux. Elle souligne le fait que les avancées de la médecine connectée offrent des avantages inégalement répartis sur la surface de la terre. Les pays africains souffrent en effet de l’absence d’infrastructures de divers ordres (routes, télécommunications, antennes relais…) qui les empêche de bénéficier au maximum de ces opportunités.

12Linda Madriz, Lorena Soto, Lennin Collado, Alex Segura se penchent quant à eux sur un dispositif de détection, stimulation et attention précoce pour la prévention des handicaps chez les enfants costaricains qui présentent un risque biologique. Il s’agit d’un outil destiné à la fois aux familles, aux soignants et aux professionnels.

13On voit donc à partir de ces travaux que les technologies mobiles sont associées à des enjeux sociétaux importants. Alexander Chaves scrute un modèle d’interaction entre Beacons (Bluetooth base consommation) et les appareils mobiles chargés d’indiquer, par la voix, aux utilisateurs aveugles ou malvoyants, l’emplacement de divers points d’intérêt, notamment les services sanitaires, les noms des bâtiments, l’identification des salles de classe, les guichets automatiques, les passages pour piétons, les salles de réunion et l’identification des arrêts de bus. Le modèle analysé est capable d’identifier et de prévenir l’utilisateur des dangers pouvant survenir lors d’un déplacement, tels que des zones de construction, des sols humides, des escaliers et des escalators.

14Daniela Castro Cabalceta constate que les migrants internationaux ont développé des usages particuliers pour répondre à leur besoin spécifiques liés à leur mobilité.

15Daniela VARGAS y Andrés SEGURA analysent une expérience qui a permis d’améliorer la prise de décisions communautaire dans le nord du Costa Rica où la culture d’ananas est source de beaucoup de conflits.

16Hanitra Randrianasolo-Rakotobe et Jean-Michel Ledjou soulignent les enjeux économiques des technologies mobile en les associant à la question de l’éradication de la pauvreté. En effet, de nombreuses applications offrent de nouvelles opportunités au consommateur souhaitant contribuer à l’amélioration des conditions de vie des producteurs les plus pauvres. Elles donnent accès à de nouvelles informations et possibilités d’actions. Il s’agit là, expliquent-ils d’une véritable innovation sur le plan du comportement d’achat.

17Quant à Lise Vieira et Julien Vieira, ils s’intéressent à l’apport des technologies mobiles et particulièrement les drones dans la sauvegarde du patrimoine environnemental. Ces drones permettent de recenser des espèces pour le maintien de la biodiversité et de vérifier si leurs populations ne sont pas en danger sans leur faire subir de perturbations. Les données collectées permettent également de concevoir des plans de prévention des risques naturels prévisibles.

18Ce numéro explore les usages des technologies de l’information et de la communication dans plusieurs domaines tout en croisant des regards sur le plan disciplinaire et géographique. Il poursuit les réflexions engagées dans le cadre de la chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kemly Camacho et Alain KIYINDOU, « Introduction »Communication, technologies et développement [En ligne], 6 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/ctd/909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ctd.909

Haut de page

Auteurs

Kemly Camacho

Sula Batsu, université de Costa Rica

Alain KIYINDOU

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Communication, technologies et développement, 8 | 2020
  • Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, L’Harmattan, 2016, Eric Dacheux
    Without citizens, europe is nothing. for a new public communication for democracy, l’Harmattan, 2016 Eric Dacheux
    Sin ciudadanos, europa no es nada. Para una nueva comunicación pública para la democracia, l’Harmattan, 2016, Eric Dacheux
    Paru dans Communication, technologies et développement, 3 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Communication, technologies et développement

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search