Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41DossierVers des musées scientifiques de ...

Dossier

Vers des musées scientifiques de quatrième génération : changer les objectifs, changer les rôles

Towards fourth-generation science museums: changing goals, changing roles
Hacia la cuarta generación de los museos de ciencia: cambio de objetivos, cambio de funciones
Erminia Pedretti et Ana Maria Navas Iannini
Traduction de Dominique Poulot
p. 151-186

Résumés

Autrefois axés essentiellement sur la collecte et la conservation, puis sur la communication scientifique au moyen d’expériences pratiques, les musées de sciences remodèlent lentement leur identité et leurs objectifs pour inclure et promouvoir explicitement la citoyenneté active, la responsabilité sociale, l’engagement dans des questions scientifiques ou technologiques complexes et l’action. S’inspirant de conceptions progressistes de la culture scientifique et de modèles de communication dialogiques et participatifs, les musées scientifiques commencent à réimaginer leurs espaces et leurs pratiques afin d’atteindre des objectifs plus larges. Cet article théorique explore et discute l’évolution des rôles et des identités de ces institutions à travers l’émergence de ce que nous identifions comme les musées scientifiques de quatrième génération et leurs six facteurs de définition (Pedretti & Navas Iannini, 2020). Nous soutenons que les musées scientifiques peuvent devenir des lieux qui : 1) accueillent le changement et la transformation ; 2) promeuvent l’effort productif ; 3) créent des alliances pour la justice ; 4) favorisent l’empathie ; 5) soutiennent la démocratie épistémique ; et 6) agissent comme un troisième espace hybride.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous remercions particulièrement tous les professionnels des musées qui nous ont accueillies, ainsi que les visiteurs du monde entier qui ont partagé leur temps et leurs histoires avec nous. Nous remercions les étudiants diplômés Daniel Atkinson, Kristen Schaffer et Zoya Padamski pour leur aide dans la collecte des données, ainsi que pour leurs idées et leur enthousiasme. Nous remercions le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) pour la subvention no 30124 et MITACS pour le financement de notre travail de recherche et d’écriture. Enfin, notre article utilise des extraits d’une publication antérieure : Pedretti & Navas Iannini, 2020. Ces extraits ont été reproduits avec l’autorisation de Taylor & Francis via PLSclear.

La version originale de ce texte, « Towards fourth-generation science museums: Changing goals, changing roles », est parue dans Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, 20, 2020, p. 700-714, DOI : https://doi.org/10.1007/s42330-020-00128-0.

Texte intégral

1Les musées scientifiques continuent de se demander : « Qui sommes-nous ? » « Qui servons-nous ? » « Et comment servons-nous ? » Il s’agit de questions importantes, qui sont au cœur du récit plus large des pratiques et des objectifs des musées, en particulier en ces « temps troublés » (Janes & Sandell, 2019) de dégradation de l’environnement, de problèmes de sécurité alimentaire, de révolutions numériques, de fake news, de pandémies et de discours politiques contradictoires. Cet article théorique explore et discute l’évolution des rôles et des identités de ces institutions à travers l’émergence des musées scientifiques de quatrième génération – une tendance engagée dans la critique, la responsabilité sociale et l’action civique.

2Les musées scientifiques existent depuis des siècles et ont été visités par des millions de personnes dans le monde entier. Ce sont des lieux où différents publics viennent explorer, jouer, observer, découvrir et peut-être apprendre quelques notions de science au passage. Au fil du temps, les musées scientifiques se sont réinventés, modifiant ou élargissant leurs objectifs et leurs fonctions, et traversant différentes générations (voir Amodio, 2013 ; Friedman, 2010 ; McManus, 1992). Autrefois dominés par l’accent mis sur la collecte et la conservation, puis sur la communication scientifique par le biais d’expériences pratiques (Bradbourne, 1998), les musées des sciences remodèlent lentement leur identité et leurs objectifs sociaux pour inclure et promouvoir explicitement la citoyenneté active, la responsabilité sociale, l’engagement dans des questions scientifiques et technologiques complexes, et l’action (Achiam & Sølberg, 2017 ; Barrett & Sutter, 2006 ; Cameron, 2005 ; Hine & Medvecky, 2015 ; Janes, 2009 ; Koster, 1999 ; Pedretti & Navas Iannini, 2018 ; Quistgaard & Kahr-Højland, 2010 ; Stocklmayer et al., 2010). Il est intéressant de noter que cette refonte des musées scientifiques fait écho à des appels similaires à des réformes dans le cadre de l’enseignement scientifique formel (par exemple, Bencze, 2017 ; Hodson, 2011 ; Roth & Barton, 2004).

3À une époque où les musées des sciences remettent en question leur pertinence et leur objectif (et sont eux-mêmes remis en question) (voir, par exemple, Dawson, 2014b ; Feinstein, 2017 ; Janes & Sandell, 2019), il semble approprié de revisiter le paysage et de se demander : quels sont les rôles des musées des sciences dans les sociétés contemporaines ? Comment (le cas échéant) se recadrent-ils ? Quels types d’expériences pour les visiteurs imaginent-ils pour répondre à l’évolution des rôles et des objectifs ? Et dans quel but ? Dans cet article, nous nous concentrons spécifiquement sur l’évolution du paysage et le développement de ce que nous appelons les musées scientifiques de quatrième génération (Pedretti & Navas Iannini, 2020). Nous décrivons ensuite six facteurs clés qui caractérisent et soutiennent cette génération, et nous illustrons comment les pratiques institutionnelles du monde entier reflètent ces idées émergentes.

Contexte et historique

4Notre contribution au cadre des générations de musées scientifiques (discuté dans les écrits d’Amodio, 2013 ; Friedman, 2010 ; McManus, 1992) émerge d’un projet de recherche consacré à l’exploration du travail des musées scientifiques, en particulier lorsqu’ils s’engagent dans des sujets socio-scientifiques complexes, la critique et la controverse (voir Pedretti & Navas Iannini, 2020).

5Afin d’approfondir notre compréhension des objectifs sociaux et des rôles changeants de ces institutions, nous avons mené, au cours des six dernières années, plusieurs études de cas d’expositions situées à l’intersection de la science, de la technologie, de la société, de l’environnement, de l’éthique et de la politique (par exemple, Mental Health: Mind Matters, Saint Paul, États-Unis ; Our World: BMO Sustainability Gallery, Vancouver, Canada ; et Preventing Youth Pregnancy, São Paulo, Brésil). Les études de cas sont fondées sur des entretiens avec plus de quarante professionnels de musées du Brésil, du Canada, d’Italie, de Finlande, des États-Unis et du Zimbabwe, notamment des directeurs, des présidents, des conservateurs, des coordinateurs, des éducateurs et des animateurs. En outre, sur place, nous avons observé et interrogé des centaines de visiteurs engagés dans ces expositions. En plus des entretiens menés avec différentes communautés muséales, des professionnels et des visiteurs, nous avons rassemblé des documents et des artefacts sur les expositions et les programmes, pris des photographies et des notes sur le terrain, et recueilli des commentaires à la sortie et des récits écrits par les publics lors de leur visite au musée des sciences. Les données empiriques et les résultats de ces études de cas multiples ont été publiés ailleurs (voir, par exemple, Navas Iannini & Pedretti, 2017 ; Pedretti & Navas Iannini, 2018, 2020 ; Pedretti, Navas Iannini & Atkinson, 2019 ; Pedretti, Navas Iannini & Nazir, 2018) et ont alimenté notre théorisation dans le cadre de ce travail.

6Nos analyses de données ont mobilisé des théories situées dans les domaines de la culture scientifique (Bencze, 2017 ; Hodson, 2011), de la communication scientifique (Bucchi, 2008 ; Bucchi & Trench, 2014 ; Davies & Horst, 2016), des études sur les musées scientifiques (Aguirre, 2014 ; Cameron, 2005) et les controverses (Macdonald, 1998 ; Meyer, 2009). Ce mouvement de va-et-vient nous a permis de tracer l’évolution des musées des sciences qui a conduit à une quatrième génération et à ses six principaux aspects (Pedretti & Navas Iannini, 2020) – les points centraux de cet article.

Générations de musées scientifiques : de l’histoire naturelle aux centres scientifiques interactifs

7Au cours de leur longue et riche histoire, les musées des sciences ont fonctionné comme des médiateurs des relations entre le monde ésotérique de la science et le monde quotidien de la société. Empruntant à Amodio (2013), Friedman (2010) et McManus (1992), nous nous sommes appuyées sur la notion de générations successives de musées des sciences pour comprendre l’évolution historique de ces institutions, leurs rôles et leurs objectifs sociaux.

8Traditionnellement, les musées scientifiques mettent l’accent sur le patrimoine culturel par le biais d’objets ayant une valeur intrinsèque (Caulton, 1998 ; Friedman, 2010 ; McManus, 1992 ; Rennie & McClafferty, 1996). Les « cabinets de curiosité » de la Renaissance étaient essentiellement de petites galeries bondées, équipées de nombreuses collections d’invertébrés et de vertébrés, de crânes, de coquillages, de taxonomies végétales, de roches, de fossiles et d’objets ésotériques. Ces espaces, souvent recréés dans les maisons d’hommes fortunés, servaient à présenter des collections privées de toutes sortes de « raretés » (Friedman, 2010) et symbolisaient le statut social. Ces musées scientifiques de la première génération contenaient des expositions et des collections reflétant la métaphore de Cameron (1971) selon laquelle le musée est un « temple », un lieu où les objets sont exposés et où les visiteurs observent tranquillement, passivement et avec révérence.

9Cette première génération englobe également la prolifération des musées d’histoire naturelle au cours des xviie, xviiie et xixe siècles. Conçus pour éduquer ce qui était alors considéré comme un public profane, ces établissements (et leurs expositions) avaient pour principal objectif de contribuer à la connaissance scientifique en créant des expositions riches en objets, avec des pièces sélectionnées par les conservateurs dans la collection de recherche et une part importante d’« informations faisant autorité » à leur sujet (McManus, 1992 : 160). Les expositions tendaient à présenter des collections de spécimens (souvent organisées par groupes taxonomiques), des artefacts tels que des instruments utilisés dans la recherche scientifique et, plus tard, des dioramas étonnants (voir, par exemple, les dioramas de l’American Museum of Natural History). Amodio (2013) décrit cette première génération comme étant fondée sur le principe « regarder-mais-ne-pas-toucher », un principe encore utilisé aujourd’hui par les musées scientifiques du monde entier (voir fig. 1 et 2).

10Au xxe siècle, les objectifs des musées scientifiques ont commencé à évoluer, passant de l’exposition de spécimens et de collections à (1) la présentation d’objets représentant le « progrès » scientifique et technologique et (2) la diffusion d’informations accessibles sur ces objets aux visiteurs (McManus, 1992). Ces nouveaux développements ont incité les autres fonctions éducatives de ces institutions à passer au premier plan, tandis que leur fonction de recherche, bien que toujours très vigoureuse, s’éloignait de plus en plus de la vue du public. Pour McManus, la deuxième génération se réfère aux musées scientifiques en tant qu’« institutions publiques pleinement fonctionnelles » (McManus, 1992 : 160). Nous incluons dans ce mouvement la création de musées des sciences appliquées, de la technologie et de l’industrie.

Figure 1. Réplique d’un cabinet de curiosités, Ontario Science Centre, Canada.

Figure 1. Réplique d’un cabinet de curiosités, Ontario Science Centre, Canada.

© Ana Maria Navas Iannini.

Figure 2. Spécimen de fossile, Science Museum of Minnesota, États-Unis.

Figure 2. Spécimen de fossile, Science Museum of Minnesota, États-Unis.

© Ana Maria Navas Iannini.

11Bucchi (2008) décrit cette deuxième génération de musées des sciences comme une période euphorique de progrès technique, dont l’objectif était de présenter et de célébrer les réalisations humaines (voir fig. 3) et les contributions positives de la science à la production d’objets industriels. Le corollaire en était le sous-texte selon lequel ces nouvelles machines et objets industriels allaient améliorer notre bien-être et notre avenir. L’association étroite entre la science et la technologie a été confirmée, et avec elle, l’idée selon laquelle nos vies seraient meilleures grâce aux machines et au progrès technologique.

Figure 3. Turbine, Science World, Canada. « Quel angle de pale fait tourner la turbine le plus rapidement ? Une rotation plus rapide crée plus d’énergie. »

Figure 3. Turbine, Science World, Canada. « Quel angle de pale fait tourner la turbine le plus rapidement ? Une rotation plus rapide crée plus d’énergie. »

© Ana Maria Navas Iannini.

12Les musées scientifiques de troisième génération s’éloignent des approches plus traditionnelles fondées sur les objets (McManus, 1992) et s’attachent généralement à présenter des lois, des principes et des phénomènes abstraits universels qui transcendent le temps et l’espace (Macdonald, 1998 ; Quistgaard & Kahr-Højland, 2010). Ils tendent à offrir « une dispersion décontextualisée d’expositions interactives, que l’on peut considérer comme des stations d’exploration d’idées » (McManus, 1992 : 164). Leur origine, souvent liée à la conceptualisation par Oppenheimer du musée des sciences Exploratorium (Amodio, 2013 ; Schiele, 2014), implique la possibilité de fournir des expériences de première main avec des phénomènes scientifiques, de créer des opportunités de liberté et d’exploration de l’espace, et de s’engager dans de nouvelles façons d’enseigner et d’apprendre la science. En bref, leur objectif principal est de présenter des concepts et des expériences scientifiques par le biais d’expositions pratiques (principalement destinées aux enfants et aux jeunes) et d’améliorer la compréhension de la science par le public (Friedman, 2010).

13Dans les années 1960 et 1970, le modèle du centre scientifique interactif, caractérisé par ses galeries pratiques spécialisées, était en plein essor et proliférait rapidement, en particulier dans des pays tels que le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni. L’Exploratorium de San Francisco et l’Ontario Science Centre ont figuré parmi les premiers exemples de centres scientifiques classiques consacrés à l’exploration des principes scientifiques par le biais d’expositions pratiques. Aujourd’hui, il existe des centres scientifiques interactifs dans le monde entier.

14Amodio observe que ces derniers centres scientifiques se sont concentrés sur la présentation de « la science en action » (Amodio, 2013 : 30), tout en mettant l’accent sur l’émotion, l’émerveillement et le contenu expérientiel. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (telles que la réalité augmentée) constituent la principale interface entre l’exposition et l’interaction avec le visiteur. Dans ce musée scientifique de troisième génération, les visiteurs ont tendance à s’intéresser aux expositions en les manipulant, en les lisant, en les écoutant, en les poussant, en les tirant et, d’une manière générale, en faisant appel à leurs sens (voir fig. 4). L’information est soigneusement structurée au moyen d’affichages interactifs et attrayants qui répondent aux besoins du visiteur. Les visiteurs sont invités à agir et à réagir, mais aussi à participer à des expositions pratiques qui ne leur offrent pas de retour d’information (Rennie & McClafferty, 1996).

Figure 4. Explora, Il Museo dei Bambini di Roma, Italie.

Figure 4. Explora, Il Museo dei Bambini di Roma, Italie.

© Erminia Pedretti.

15Cela nous amène à une époque plus récente et à l’avènement de ce que nous appelons le musée scientifique de quatrième génération (Pedretti & Navas Iannini, 2020). La section suivante traite de leur évolution et des raisons de ce changement.

Regarder vers l’avenir : les musées scientifiques de quatrième génération

16Décrits comme un « puissant changement de paradigme » (Koster, 1999 : 287), les musées scientifiques ont commencé à se considérer comme des acteurs importants dans un certain nombre de contextes scientifiques, sociaux, culturels et politiques externes. En 2002, Pedretti a noté que l’inclusion de l’esprit critique, l’éveil de la conscience sociale et environnementale et l’attention portée aux questions socio-scientifiques – principalement par le biais des pratiques d’exposition – constituaient un autre changement de paradigme majeur dans le monde des musées scientifiques. La reconversion des musées scientifiques, leur pertinence et leurs missions nous ont amenées à identifier une quatrième génération (Pedretti & Navas Iannini, 2020). S’appuyant sur des conceptions progressistes de la culture scientifique, sur des modèles de communication scientifique qui impliquent les visiteurs de différentes manières et sur les travaux empiriques que nous avons menés au fil des ans, nous soutenons que les musées scientifiques de quatrième génération sont lentement en train d’émerger dans différents pays, à la fois dans les sphères privées et publiques, créant des opportunités pour réimaginer leurs espaces et leurs pratiques tout en embrassant des objectifs et des rôles sociaux plus larges.

17Au cœur de cette quatrième génération de musées des sciences se trouve un engagement en faveur de conceptions plus progressistes de la culture scientifique, orientées vers la promotion d’une citoyenneté, d’une critique et d’une action responsables. Ce type d’engagement peut être attribué à un ensemble d’idées qui ont émergé dans la littérature de recherche sur l’enseignement des sciences, souvent dans le contexte des programmes scolaires de sciences, notamment : les perspectives sur la nature de la science ; les relations entre la science, la technologie, la société et l’environnement ; les questions socio-scientifiques ; et les questions d’ordre social. Ces idées font lentement leur chemin dans le monde des musées, en réponse directe à la pratique établie de longue date consistant à exposer des faits et des vérités scientifiques incontestés (Hine & Medvecky, 2015). Par exemple, dans les conférences internationales sur l’enseignement des sciences, des volets liés à l’enseignement informel ont vu le jour (par exemple, le Science Learning in Informal Context Strand, au sein de la National Association for Research in Science Teaching), ce qui permet d’établir des liens intéressants et des discussions académiques entre les professionnels des musées et les chercheurs sur l’enseignement des sciences. En outre, nous constatons l’augmentation du nombre de revues consacrées à l’enseignement scientifique informel, dans lesquelles des discussions sur l’enseignement scientifique formel et informel ont lieu (voir l’International Journal of Science Education Part B, issu de l’International Journal of Science Education, ou le numéro spécial consacré à l’apprentissage informel des sciences [2006] dans le Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education).

18En outre, les communautés d’enseignement scientifique scolaires et extrascolaires ont commencé à collaborer de manière créative et complémentaire (Bevan et al., 2010). Le Museu da Vida Fiocruz (Brésil), par exemple, organise chaque semaine des activités de développement professionnel à l’intention des enseignants et des administrateurs, dans le but de programmer des visites scolaires utiles et pertinentes et d’établir des liens productifs entre les deux métiers.

19Les musées scientifiques sont également reconnus comme des lieux pouvant potentiellement établir des approches de communication à double sens (Storksdieck & Falk, 2004) et remettre en question des perspectives traditionnelles (Feinstein, 2017). Aujourd’hui, ces institutions s’engagent dans la promotion du dialogue et de la participation des visiteurs (Mazda, 2004), intègrent les questions socio-scientifiques dans leurs pratiques d’exposition (Kollmann et al., 2013), créent des relations plus équitables entre les visiteurs et les professionnels des musées (Aguirre, 2014) et encouragent la citoyenneté scientifique (Hine & Medvecky, 2015). Les musées des sciences qui utilisent un éventail de modèles de communication scientifique et d’engagement du public ouvrent la voie à la création d’espaces et de pratiques critiques, tant dans leur forme que dans leur fonction.

20Située à Paris, la Cité des sciences est un bon exemple de musée scientifique de quatrième génération. Grâce à l’organisation de colloques publics, à la création de blogs et au développement de formats innovants, les visiteurs sont invités à participer à des conversations (et souvent à des débats) sur des questions d’actualité telles que le réchauffement climatique et les conséquences sociétales des technologies émergentes. Ces stratégies et approches illustrent la manière dont les musées scientifiques peuvent potentiellement transformer leurs espaces et pratiques pour y inclure des forums délibératifs où les visiteurs peuvent converser, participer et s’engager dans la prise de décision. Une fois de plus, nous observons des échos de l’analyse de Cameron (1971) selon laquelle les musées scientifiques doivent être davantage que des temples.

  • 1 Coalition of Museums for Climate Justice: Building museums’ capacity to promote awareness, mitigati (...)

21La Coalition des musées pour la justice climatique (Coalition of Museums for Climate Justice, s. d.)1 est un exemple remarquable de la tendance de la quatrième génération. Cette coalition touche l’ensemble des travailleurs et des organisations des musées canadiens et illustre le type de travail réalisé à l’extérieur – entre les institutions – en faveur de la justice socio-écologique et des pratiques transformatrices. Parmi ses principes directeurs, la Coalition affirme qu’elle devrait servir « d’intermédiaire digne de confiance pour faciliter un dialogue sain et respectueux entre les différents points de vue sur les questions auxquelles sont confrontés les musées et leurs communautés dans leur lutte contre le changement climatique » (Coalition of Museums for Climate Justice, s. d.).

22Dans le même ordre d’idées, les musées scientifiques sont récemment devenus des forums en ligne pour des conversations difficiles sur, par exemple, le racisme, le changement climatique et les pandémies. Au cours de la pandémie de covid-19, nous avons assisté à une expansion des missions et des actions fondées sur la responsabilité sociale. Certains musées scientifiques se sont engagés dans des conversations complexes sur la pandémie avec leur public. Par exemple, l’Exploratorium de San Francisco (États-Unis) a organisé des événements mensuels en ligne intitulés COVID Conversations, au cours desquels les internautes pouvaient dialoguer avec des experts et partager leurs doutes et leurs inquiétudes concernant la pandémie. Le Museum of Science de Boston a créé l’exposition Ask a Virtual Expert (Demandez à un expert virtuel), dans laquelle le public pouvait poser des questions sur le coronavirus directement à un éminent spécialiste de la santé publique. En outre, ce musée a organisé un forum communautaire en ligne sur le covid-19. À propos de cet événement, le musée a écrit :

Cette importante conversation publique s’adressait à toute personne désireuse d’en savoir plus sur la prise de décisions éclairées pour elle-même et sa famille, sur la science qui sous-tend cette épidémie, sur la planification de la résilience au niveau local et national, ainsi que sur les ressources et l’organisation du soutien communautaire […]. Le musée est fier d’avoir accueilli cette conversation essentielle et opportune […]. Les participants ont posé des questions et en ont appris davantage sur le nouveau coronavirus de 2019 et sur ses implications au niveau des individus et des communautés. (Museum of Science, 2020)

23Adoptant une approche différente, le Museum of London collabore avec le public en recueillant des témoignages oraux et des objets ayant acquis une valeur significative pendant la pandémie, et en les partageant en ligne. Selon le site internet du musée, cette initiative permettra aux « futures générations de Londoniens […] d’apprendre et de comprendre cette période extraordinaire » (Museum of London, 2020).

24Et, bien sûr, il y a les expositions elles-mêmes – l’élément de base des musées scientifiques. Nous nous intéressons ici aux possibilités qui existent dans et à travers les pratiques d’exposition. Prenons par exemple Klimax et Heureka Goes Crazy (l’une sur le changement climatique, l’autre sur la santé mentale, toutes deux à Heureka, The Finnish Science Centre, Finlande) et Sex: A Tell All (une exposition sur le sexe, la sexualité et les pratiques sexuelles, présentée au Centre des sciences de Montréal, Canada). Ces expositions donnent des indications sur la manière dont les visiteurs peuvent être encouragés à participer activement, à débattre, à critiquer et à s’engager profondément dans des questions qui sont importantes pour la société contemporaine et qui traversent la science et la société (voir fig. 5). Comme le préconisent Butler et Lehrer, les institutions publiques doivent expérimenter « une conception d’exposition inclusive, critique, démocratique, participative, réflexive, multi-vocale et socialement pertinente » (Butler & Lehrer, 2016 : 5).

Figure 5. Race: Are We So Different?, Science Museum of Minnesota, États-Unis.

Figure 5. Race: Are We So Different?, Science Museum of Minnesota, États-Unis.

© Daniel James Atkinson.

25En résumé, les musées scientifiques de la quatrième génération sont ceux qui (1) adoptent des points de vue progressistes sur la culture scientifique ; (2) remettent en question les modes de représentation de la science et, partant, les récits culturels et (scientifiques) dominants ; (3) articulent diverses disciplines ; (4) reconnaissent les relations complexes qui existent entre la science, la technologie, la société et l’environnement ; (5) incitent à la réflexion et à la remise en question critique ; (6) s’engagent dans la controverse ; (7) invitent à des approches de communication bidirectionnelles, à la participation civique, à la réflexivité et à l’engagement ; et (8) œuvrent en faveur de l’action et du changement social (Pedretti & Navas Iannini, 2020). Les engagements de ces musées scientifiques de quatrième génération se manifestent sous la forme de mouvements, de pratiques, d’une série de projets d’exposition et de conservation, de coalitions, de programmes, de forums et d’activités de sensibilisation de la communauté.

Facteurs clés des musées scientifiques de la quatrième génération

26Si les musées scientifiques commencent à adopter une culture scientifique critique, des modèles de communication démocratiques et des sujets socio-scientifiques (souvent controversés), que pourraient être, devenir ou incarner les musées scientifiques de quatrième génération ? Dans cette section, nous élargissons notre compréhension de cette quatrième génération à travers six facteurs déterminants qui ont des implications sur les identités institutionnelles, les pratiques de longue durée et les programmes de recherche pour les chercheurs et les professionnels des musées. Bien qu’ils soient présentés de manière linéaire, ces facteurs clés sont fluides, se chevauchent et s’influencent mutuellement d’un point de vue théorique et pratique.

Les musées scientifiques en tant que pôles de changement et de transformation

27Parallèlement aux objectifs traditionnels de collecte, de conservation et de communication (la science « finie », par exemple), les musées scientifiques de quatrième génération peuvent être des lieux d’activisme, reflétant des objectifs plus contemporains et tournés vers l’avenir en lien avec les paysages changeants des musées d’aujourd’hui. Janes et Sandell parlent d’« expressions nouvelles et divergentes du pouvoir inhérent du musée en tant que force pour le bien » (Janes & Sandell, 2019 : 1), en tant que catalyseur du changement. À une époque marquée, par exemple, par le covid-19, la dégradation de l’environnement, les progrès des technologies de reproduction, les problèmes de gestion des déchets, l’extraction pétrolière et le réchauffement climatique, les musées des sciences peuvent devenir un autre acteur et une voix pour la transformation sociale, environnementale et politique (Janes, 2009 ; Ng et al., 2017).

28L’idée de la pleine conscience dans les musées nous semble être un concept utile. Janes (2010) décrit la pleine conscience comme le fait d’être pleinement dans l’instant présent et de prêter une attention délibérée et explicite aux choses, aux personnes ou aux événements qui se produisent autour de nous, à la fois localement et globalement – des événements que nous pourrions autrement ignorer. Il s’agit de comprendre ce que nous choisissons de faire et les raisons qui nous poussent à le faire. La pleine conscience muséale n’implique pas que nous abandonnions les traditions qui ont historiquement soutenu et caractérisé les musées scientifiques du monde entier. Au contraire, nous devons également assumer le rôle de la pleine conscience pour aborder des questions plus vastes et repenser les identités et les rôles des musées scientifiques dans les sociétés contemporaines.Dans le monde des musées des sciences, nous commençons à voir des plaidoyers et des appels qui reflètent des perspectives critiques et agentielles (Pedretti & Navas Iannini, 2020). Par exemple, la Déclaration de Toronto (Science Centre World Congress, 2008), le Protocole de Tokyo (Science Centre World Congress, 2017a) et la Déclaration de Malines (Science Centre World Congress, 2017b) témoignent d’une présence mondiale plus large et d’un travail qui dépasse les murs des musées des sciences, à mesure que des coalitions et des objectifs communs d’action et de responsabilité civique se mettent en place.

29Si l’on pense aux pratiques d’exposition, deux exemples viennent à l’esprit. Le premier est Ngoda: The Wealth Beneath Our Feet (Mutare Museum, Zimbabwe). Cette exposition, qui portait à l’origine sur le commerce illégal de diamants et sur les récits de villageois éloignés des zones d’extraction, est devenue un forum de dialogue public (Chipangura, 2017). En raison de son contenu, l’exposition s’est rapidement retrouvée sur un terrain controversé, ce qui a donné lieu à des discussions publiques entre les représentants du gouvernement et la communauté. Ce faisant, cette exposition audacieuse a entraîné un changement social et permis de rétablir une forme de justice pour les familles déplacées, et a contribué à redéfinir les identités du musée et des communautés villageoises. La deuxième exposition à prendre en considération est Race: Are We So Different? (Science Museum of Minnesota, États-Unis). Selon le site internet du musée, l’exposition « aide les visiteurs à comprendre ce qu’est la race et ce qu’elle n’est pas. Elle leur donne les outils nécessaires pour reconnaître les idées et les pratiques raciales dans la vie américaine contemporaine » (Science Museum of Minnesota, s. d.).

30Nous ne pouvons pas laisser passer cette occasion sans évoquer les événements horribles qui se sont déroulés aux États-Unis (et aussi au Canada), avec le meurtre de George Floyd et la mort tragique de Regis Korchinski-Paquet. Ces événements se sont produits au moment où nous écrivions cet article, et nous les portons en nous. Le racisme systémique est profondément ancré dans notre culture, nos institutions, nos sociétés et nos pratiques. Le chagrin, la douleur et l’indignation ressentis dans le monde entier ont entraîné une série de manifestations et d’actions dénonçant les événements récents et appelant à la justice et au changement. Il n’a jamais été aussi évident pour nous que les musées des sciences doivent également servir de pôles de changement et de transformation. Les institutions doivent passer d’un regard intérieur à un regard extérieur, d’un regard sur le passé à un regard sur le présent et l’avenir.

Les musées des sciences, lieux de lutte productive

31À première vue, la notion de lutte productive s’oppose à l’image des musées scientifiques comme lieux d’amusement et de divertissement. L’ambiguïté et la dissonance ne sont pas ce que les visiteurs attendent nécessairement lorsqu’ils viennent dans un musée scientifique et c’est là qu’un paradoxe intéressant émerge : le public s’attend à ce que des informations, des « conclusions » sur certains sujets et des expériences agréables soient fournies et développées – alors que, dans le même temps, il existe un certain accord et un intérêt (de la part du personnel et des visiteurs) pour que les musées scientifiques abordent également la controverse et les questions complexes (voir Achiam & Sølberg, 2017 ; Cameron & Kelly, 2010 ; Navas Iannini & Pedretti, 2017 ; Pedretti & Navas Iannini, 2020).

32Dans le contexte des musées scientifiques, la lutte productive implique que les visiteurs et les professionnels du musée soient engagés, réfléchissent de manière critique et connaissent probablement un certain déséquilibre émotionnel (D’Mello et al., 2012 ; Kapur, 2016). Cela peut être problématique et inconfortable lorsque le personnel du musée prépare, par exemple, de nouvelles expositions ou d’autres initiatives éducatives qui abordent des terrains controversés (par exemple, des sujets tels que le sexe, la race ou la santé mentale). Les visiteurs peuvent également être désorientés et mal à l’aise. Quelles décisions doivent être prises concernant le contenu à inclure ou à exclure ? Quels savoirs sont privilégiés ou non privilégiés, et pourquoi ? Comment les institutions gèrent-elles les questions imposées par les sponsors et les bailleurs de fonds ? Et qu’en est-il du regard du public ? Nous soutenons que les moments de lutte productive sont nécessaires et offrent des opportunités de croissance institutionnelle, de hiérarchisation des priorités et de redéfinition de l’image du musée.

33Les musées scientifiques ont adopté la lutte productive de différentes manières. Les possibilités d’expériences (positives) d’inconfort et de lutte (à la fois émotionnelle et cognitive) peuvent être encouragées, par exemple, par des expositions traitant de sujets socio-scientifiques complexes (par exemple, Navas Iannini & Pedretti, 2017). Ces opportunités peuvent également être favorisées par d’autres types d’initiatives éducatives développées ou soutenues par les musées scientifiques. Un exemple remarquable est le Controversial Science Café organisé périodiquement par le musée Espaço do Conhecimento UFMG (Centre de connaissances de l’université fédérale du Minas Gerais) à Belo Horizonte, au Brésil. L’objectif de ce café est d’engager les visiteurs dans des discussions controversées sur des questions scientifiques complexes ayant des implications sociales (Espaço do Conhecimento UFMG, s. d.). Récemment, cet espace a abordé des sujets tels que les défis de la mobilité urbaine, les femmes dans les domaines des STIM, les catastrophes environnementales liées à l’exploitation minière et les fake news. L’échange informel, horizontal et étroit entre les experts et le public ainsi que la nature des sujets choisis ouvrent un espace pour des conversations difficiles et inclusives.

34L’inconfort productif nous rappelle que les luttes (qu’elles portent sur le contenu, la complexité, les systèmes de valeurs, les mœurs culturelles, etc.) peuvent être positives et qu’elles nous aident en fait à travailler sur des idées difficiles et des croyances contradictoires dans le cadre d’expériences d’élaboration de sens et de création de significations.

Les musées des sciences en tant que sites pour l’alliance pour la justice

35Ng et al. (2017) introduisent la notion puissante d’alliance dans le monde des musées (des sciences), en tant que schéma directeur pour la prise en compte et la mise en œuvre de la diversité et des pratiques inclusives. La notion d’allié nous permet de comprendre ces institutions comme des sites contestés, des espaces inclusifs et, encore une fois, comme des lieux de bien-être social et de transformation. Dans le contexte des musées scientifiques, l’alliance implique les éléments suivants : comprendre qu’il ne s’agit pas d’eux-mêmes ; pratiquer l’écoute active, l’autoréflexion et l’apprentissage ; et avoir la volonté et la conscience d’être actif (Ng et al., 2017). Il s’agit d’un travail difficile qui nécessite un certain nombre de pratiques et d’expériences vécues (ibid.).

36Nous savons que, historiquement, les musées scientifiques ont exclu les populations marginalisées, privées de droits et de pouvoirs (voir Dawson, 2014a et 2014b ; Feinstein, 2017). Pour beaucoup, ces institutions peuvent être perçues comme des lieux aliénants et inaccessibles où la blancheur (et le statu quo) est souvent privilégiée. Ces réflexions nous amènent à nous interroger sur la manière dont les musées scientifiques peuvent se décoloniser et établir des relations avec les communautés dans lesquelles ils sont immergés. Les voies potentielles pour mettre en œuvre l’inclusion sociale et l’équité de manière significative comprennent l’établissement de partenariats et de réseaux avec différentes organisations et acteurs sociaux tels que les universités, les centres communautaires, les initiatives environnementales locales et les écoles. Cela implique de consulter les communautés, de renforcer les compétences culturelles et de favoriser la participation et l’acceptation de la communauté (Dawson, 2014a et 2014b ; Feinstein, 2017 ; Janes & Sandell, 2019). Il est clair que nous commençons à voir émerger des cadres d’équité pour les musées scientifiques fondés sur l’accès aux infrastructures, l’alphabétisation, l’acceptation de la communauté (Dawson, 2014a et 2014b) et les pratiques créatives qui soutiennent les opportunités d’apprentissage interculturel (Aguirre, 2014). De même, nous préconisons la création d’expériences et de pratiques inclusives, pertinentes et significatives pour tous les visiteurs.

37L’alliance avec les communautés est un moyen puissant de favoriser la transformation sociale et environnementale dans et par le biais du paysage muséal scientifique. Prenons l’exemple du Parque Explora à Medellin, en Colombie (Aguirre, 2014). Au moyen de différentes initiatives, ce musée a cherché à impliquer les communautés à faibles revenus qui sont géographiquement situées à proximité. Le musée offre des entrées à tarif réduit aux groupes scolaires et aux personnes à faibles revenus, encourage la création de pôles jeunesse pour la recherche et favorise les projets communautaires. L’un des efforts remarquables du Parque Explora est le projet Expanded Territory – Lab of Neighbourhood Practices (Territoire élargi – Laboratoire de pratiques de voisinage). Cette initiative vise à « articuler des communautés fondées sur l’appropriation sociale des connaissances, l’échange de connaissances, la réflexion sur le travail local et collaboratif, pour le développement des capacités de leadership, de recherche et de communication des jeunes de […] Medellin » (Parque Explora, s. d.). Articulés autour de thèmes tels que la biodiversité et l’électronique créative, ces projets partent des intérêts de la communauté et de la dynamique sociale de leurs territoires et cherchent à créer des solutions collaboratives pour répondre aux problèmes locaux (Parque Explora, s. d.).

38En résumé, les éléments suivants sont au cœur de l’alliance : (1) l’équité – la poursuite de la justice et de l’équité à travers les pratiques institutionnelles et le contenu des expositions (Feinstein, 2017 ; Ng et al., 2017) ; et (2) les capacités communautaires – l’honneur et la reconnaissance des connaissances et des compétences de la communauté, et la réaffectation, à travers elles, du travail des musées scientifiques.

Les musées des sciences, des espaces pour développer l’empathie

39Dernièrement, les publications, les recherches et les pratiques des musées des sciences se sont multipliées pour présenter ces institutions comme des lieux qui peuvent et doivent promouvoir l’empathie par différentes voies (Gokcigdem, 2016 ; Janes & Sandell, 2019 ; Ng et al., 2017). Bien que les musées puissent trouver l’idée de l’empathie dérangeante au début, et qu’ils considèrent en effet rarement l’empathie comme un résultat (Koster, 2016), l’heure de celle-ci est arrivée.

40L’empathie est décrite comme le fait de reconnaître et de partager les sentiments (y compris la détresse) des autres afin de mieux comprendre leur situation, même si nous ne vivons pas ces sentiments ou ces situations (Koster, 2016). L’exposition Heureka Goes Crazy (Heureka, The Finnish Science Centre) et la version américaine rebaptisée Mental Health: Mind Matters (Science Museum of Minnesota, États-Unis) abordent des questions socio-scientifiques complexes et sensibles liées à la santé mentale. Leurs objectifs institutionnels communs sont les suivants : susciter une prise de conscience et démystifier les idées reçues sur la santé mentale et la maladie mentale ; sensibiliser les visiteurs à des sujets historiquement considérés comme tabous ; déstigmatiser la santé mentale et développer l’empathie (Rosenström, 2015 ; Science Museum of Minnesota, 2018). Il s’agit d’un exemple frappant d’articulation délibérée et explicite de deux musées scientifiques pour promouvoir l’empathie, et par conséquent le changement et la transformation sociale, au moyen de leurs pratiques d’exposition. Ces deux propositions invitent le visiteur à s’engager de manière critique et émotionnelle, et parfois à se mettre à la place de l’« autre » pour développer l’empathie, la compassion et la compréhension (en matière de connaissances et de sentiments).

41Au-delà de la production d’expositions, rappelons l’émergence d’autres pratiques fonctionnant avec des coalitions, des organisations et des espaces, qui semblent tous partager un fil conducteur : plaider pour l’empathie, le changement et l’action sociale dans les musées d’aujourd’hui (Murawski, 2016). Il est intéressant de noter que ces pratiques et mouvements sont souvent situés dans des musées d’histoire et d’art. Par exemple, le Center for Empathy and the Visual Arts au sein du Minneapolis Institute of Art se concentre sur la recherche et les pratiques institutionnelles (pour le personnel et les visiteurs) qui favorisent et promeuvent l’empathie et la sensibilisation mondiale par le biais des arts (Minneapolis Institute of Art, s. d.). Autre exemple, le musée de l’empathie développe des projets artistiques participatifs itinérants qui se concentrent sur les questions de préjugés, d’inégalités et de conflits à travers le prisme de l’empathie (Empathy Museum, s. d.). Leur objectif principal est d’aider les visiteurs à « voir » le monde à travers les perspectives et les expériences des autres. Nous soutenons qu’il est tout aussi impérieux et nécessaire de localiser et d’encourager l’empathie dans le contexte des musées scientifiques (et, d’une manière générale, dans le domaine de l’enseignement des sciences), en partie à cause d’une tradition dominante qui consiste à (re)présenter la science comme objective et dépourvue de contexte (par exemple, social, culturel, environnemental, politique et éthique). Les musées scientifiques de la quatrième génération peuvent développer des espaces et des pratiques qui invitent les visiteurs à participer, à ressentir profondément et à mieux comprendre les autres.

Les musées des sciences en tant qu’espaces épistémologiques

42Nous savons et reconnaissons que les musées des sciences ont traditionnellement pour mission de présenter la science comme abstraite, sans problème, autoritaire et concluante. Ces pratiques et engagements de longue date visant à présenter la « vérité » et les « faits » perpétuent le statut de la connaissance scientifique et continuent à privilégier un système de connaissances principalement blanc et occidental. Ces observations amènent à s’interroger sur les autres voix, sur les connaissances et les expériences réduites au silence, et sur le privilège dont jouissent certaines épistémologies. Nous suggérons que les musées scientifiques de quatrième génération puissent perturber les (grands) récits scientifiques traditionnels, honorer une diversité de voix et commencer à partager une « autorité épistémique ».

43Feinstein affirme que les musées scientifiques pensent la science en ayant à l’esprit « un groupe particulier de personnes » (Feinstein, 2017 : 534). Il s’agit là d’un phénomène puissant et dangereux. Bien que les musées des sciences soient considérés dans le monde entier comme des lieux d’apprentissage des sciences, la recherche et les pratiques nous indiquent que, généralement, la façon dont nous créons ces expériences d’apprentissage repose sur un ensemble de normes, de conventions et d’usages propres à des groupes particuliers de personnes (Dawson, 2014b ; Feinstein, 2017). Il peut être plus difficile et moins gratifiant pour les visiteurs de s’engager dans des pratiques culturelles qui ne leur sont pas familières ou qui contredisent leurs propres pratiques (Rogoff, 2003). Selon Sjöström et Eilks (2017), les points de vue que nous développons sur les connaissances scientifiques dépendent de (et sont ancrés dans) notre propre culture (y compris les valeurs et les visions du monde). Si nous adhérons à la notion de musées scientifiques en tant qu’espaces épistémologiques, nous pouvons (et devons) envisager une gamme d’expériences d’apprentissage des sciences qui honorent une diversité de perspectives et de systèmes de connaissances et qui impliquent l’apprenant dans la coproduction de savoirs.

44Un exemple de ce type d’expérience est fourni par l’exposition permanente A Question of Truth (Une question de vérité) présentée à l’Ontario Science Centre, au Canada. Cette exposition examine et déconstruit l’histoire et la pratique de la science, en la considérant comme une activité humaine et sociale ancrée dans la culture, la politique et les visions du monde prédominantes (Pedretti & Navas Iannini, 2020). Il s’agit de l’une des premières expositions à remettre en question le statut de la connaissance scientifique et de l’autorité épistémique. Différentes voix, manières de savoir et divers systèmes de connaissances sont célébrés. D’autres expositions interrogent des épisodes (tels que l’esclavage, l’eugénisme, l’Holocauste et les tests d’intelligence) de l’histoire et de la pratique de la science. Conçue intentionnellement comme « une exposition provocatrice sur les préjugés, les préjudices et la discrimination dans la science » (Livingstone et al., 2001 : 356), A Question of Truth examine un territoire largement incontesté, celui de la nature de la science, et étudie les répercussions historiques et les héritages des recherches, des décisions et des actions ultérieures dans le domaine scientifique.

45Les recherches que nous avons menées au fil des ans suggèrent que les musées des sciences commencent à s’intéresser à la « science instable et inachevée » (Hine & Medvecky, 2015) et à se confronter au statut épistémologique de la connaissance scientifique (qui peut être désordonnée, complexe et souvent chargée de valeurs opposées ou irréconciliables). Ce faisant, les fondements épistémologiques des musées et de la science (en tant que sources de connaissances objectives et autoritaires) sont interrogés et remis en question (Macdonald, 1998).

Le musée des sciences, un troisième espace hybride

46La notion de troisième espace hybride (Barton & Tan, 2009 ; Moje et al., 2004), appliquée aux musées scientifiques (Stocklmayer et al., 2010), est particulièrement utile pour nos discussions sur la tendance de la quatrième génération.

47Dans un troisième espace hybride, « les ressources quotidiennes sont intégrées à l’apprentissage disciplinaire pour construire de nouveaux textes et de nouvelles pratiques de littératie [scientifique] qui fusionnent les différents aspects de la connaissance et les modes de connaissance offerts dans une variété d’espaces » (Moje et al., 2004 : 44). Les musées scientifiques, en tant qu’espaces hybrides, ont le potentiel de reconnaître les connaissances, la sagesse, les expériences et les apprentissages que les visiteurs apportent dans leur construction de sens, et de les faire converger avec les fondements théoriques de la science.

48Preventing Youth Pregnancy (Museu Catavento, São Paulo, Brésil) est un exemple d’exposition innovante et controversée créée pour que les jeunes explorent, dans un environnement sûr et favorable, les questions liées à la sexualité, aux pratiques sexuelles, aux grossesses chez les adolescentes, aux risques et à la prévention. Reconnaissant la nécessité sociale de combattre les stéréotypes et de sensibiliser les publics aux droits reproductifs et aux pratiques sexuelles, l’exposition recrée un environnement ludique – une fête – avec un labyrinthe de choix, d’actions et de résultats (voir Navas Iannini & Pedretti, 2017). Les adolescents sont invités à participer à la fête, à danser, à s’amuser, à rire, et à prendre des décisions « difficiles » sur des questions auxquelles ils pourraient réellement être confrontés (comme avoir des relations sexuelles, choisir des options contraceptives, tomber enceinte, envisager l’avortement, craindre une maladie sexuellement transmissible). À la fin de la fête, avec le soutien d’un éducateur sexuel, les visiteurs partagent leurs impressions, leurs sentiments, leurs décisions, leurs doutes et leurs inquiétudes.

49Le développement de l’exposition Preventing Youth Pregnancy est un exemple vivant de musée scientifique jouant le rôle d’un troisième espace hybride. Grâce à cette installation, les connaissances et les expériences quotidiennes (liées à la sexualité et aux pratiques sexuelles) que chacun peut rencontrer dans sa vie, ainsi que les intérêts et les préoccupations des adolescents, sont combinés avec les connaissances disciplinaires (présentes dans les interventions des éducateurs et dans le contenu de l’exposition). Le dialogue qui s’instaure à la fin de la visite et le partage des connaissances et des expériences vécues permettent l’émergence de nouvelles compétences et de nouveaux récits. Dans et à travers cette exposition, nous voyons la sagesse, les différentes pratiques, expériences et connaissances se croiser (potentiellement) au-delà de l’espace du musée des sciences.

50Reconceptualiser le musée des sciences comme un troisième espace hybride renforce le rôle des musées en tant qu’agents civiques et épistémiques, et lieux où les publics sont des cocréateurs de connaissances appréciés. Donner la priorité aux points de vue et aux expériences plutôt qu’au « langage » de l’objet (ou de la science elle-même) reflète un mouvement plus large dans lequel les institutions placent les visiteurs et leurs communautés (et ce qu’ils apportent) au centre de leur fonction (Black, 2011). Cela permet également une myriade de pratiques et d’espaces d’exposition qui ouvrent des possibilités puissantes et créatives de dialogue, de participation, de dissension, de conflit et d’action.

Réflexions finales

51Les six facteurs déterminants des musées scientifiques de quatrième génération que nous avons établis apportent de la pertinence et un objectif renouvelé à ces institutions, bousculent le statu quo et nous amènent à des discussions plus contemporaines sur leurs rôles et objectifs sociaux. Nous pensons que les musées scientifiques peuvent devenir des lieux de changement et de transformation, de lutte productive, d’alliance, d’empathie et de démocratie épistémique, et qu’ils peuvent servir de troisièmes espaces hybrides. Réimaginer les objectifs, les espaces et les pratiques institutionnels est un travail difficile (mais nécessaire) (Pedretti & Navas Iannini, 2020) et nécessite de « s’éloigner des fonctions muséales autoréférentielles du passé, pour aller vers une externalisation plus complète de l’objectif » (Achiam & Sølberg, 2017 : 18). En d’autres termes, il ne suffit pas que les musées scientifiques existent pour eux-mêmes ; ils doivent également s’engager dans l’échange actif et la coproduction de connaissances au sein des sociétés dans lesquelles ils existent.

52La pertinence et l’objectif des musées scientifiques semblent être un sujet de débat permanent et controversé. En 1998, Bradburne a suggéré que les centres scientifiques devaient subir une transformation radicale s’ils voulaient rester pertinents et prospérer. Il a mis en garde contre la disparition du musée des sciences et a fait valoir (à juste titre) que les centres scientifiques continuaient à être organisés de manière non critique autour d’expositions interactives consacrées aux principes et aux phénomènes scientifiques, et que lorsque les institutions publiques tentaient de replacer la science et la technologie dans leur contexte social, la société, paradoxalement, était laissée de côté (Bradburne, 1998). Janes, dans son ouvrage suggestif intitulé Museums in a Troubled World: Renewal, Irrelevance or Collapse ? (Janes, 2009), nous incite à continuer à nous interroger sur la raison d’être de ces institutions, en particulier à l’heure actuelle, où tant de questions socio-scientifiques difficiles doivent être examinées et débattues afin de mettre en œuvre une transformation sociale et environnementale. D’autres écrits récents (Butler & Lehrer, 2016 ; Janes & Sandell, 2019 ; Pedretti, 2002 ; Pedretti & Navas Iannini, 2020) présentent des arguments convaincants similaires, poussant les conversations et les pratiques muséales dans des directions nouvelles et provocatrices qui mettent l’accent sur la critique et l’action.

53Nos analyses des musées scientifiques à travers l’émergence d’une quatrième génération, avec l’étude de leurs principaux moteurs, suggèrent que les institutions évoluent, se révisent et se reconvertissent pour devenir davantage que ce qu’elles ont été historiquement. Le musée scientifique de quatrième génération est, selon nous, audacieux, innovant et tourné vers l’avenir, et il offre des possibilités de promouvoir l’engagement civique, l’activisme et le changement. Nous reconnaissons que les musées scientifiques de quatrième génération, parallèlement à leurs pratiques critiques et actives (qu’il s’agisse d’expositions ou d’autres présentations curatoriales, de programmes, de forums, de cafés scientifiques, d’actions de sensibilisation, de coalitions et de travail communautaire), comportent leur propre lot de défis et de récits, en particulier lorsqu’ils abordent la question de la controverse. Cependant, l’heure du changement a sonné.

54Au moment où nous écrivions cet article, nous étions tous soumis à l’isolement et le monde était en plein confinement, avant que le mouvement Black Lives Matter ne connaisse une résurgence internationale largement soutenue. Le monde est désormais confronté à des défis sans précédent – des défis qui englobent la science, la technologie, la société, l’environnement, l’éthique, la géopolitique, l’économie et le bien-être. Ce que nous faisons dans l’enseignement des sciences, dans les secteurs formel et informel, et la manière dont nous le faisons, sont d’une importance capitale.

Haut de page

Bibliographie

Achiam (Marianne) & Sølberg (Jan). 2017. « Nine meta-functions for science museums and science centres ». Museum Management and Curatorship, 32(2), p. 123-143.

Aguirre Rios (Claudia). 2014. « Science centers: Which role can they play to participate in a city social reconstruction? » Journal of Science Communication, 13(2), C04.

Amodio (Luigi). 2013. « Science communication at glance », p. 27-46 in Science Centres and Science Events. A Science Communication Handbook / sous la direction d’Anne-Marie Bruyas et Michaela Riccio. Milan : Springer.

Barrett (M. J.) & Sutter (Glenn C.). 2006. « A youth forum on sustainability meets the human factor: Challenging cultural narratives in schools and museums ». Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, 6(1), p. 9-23.

Barton (Angela C.) & Tan (Edna). 2009. « Funds of knowledge and discourses and hybrid space ». Journal of Research in Science Teaching, 46(1), p. 50-73.

Bencze (Larry) (dir.). 2017. Science and Technology Education Promoting Wellbeing for Individuals, Societies and Environments. Dordrecht : Springer.

Bevan (Bronwyn), Dillon (Justin), Hein (George E.), Macdonald (Maritza), Michalchik (Vera), Miller (Diane), Root (Dolores), Rudder-Kilkenny (Lorna), Xanthoudaki (Maria) & Yoon (Susan). 2010. Making Science Matter: Collaborations Between Informal Science Education Organizations and Schools. Washington DC : Center for Advancement of Informal Science Education.

Black (Graham). 2011. Transforming Museums in the Twenty-First Century. Londres : Routledge.

Bradburne (James M.). 1998. « Dinosaurs and white elephants: The science centre in the 21st century ». Museum Management and Curatorship, 17(2), p. 119-137.

Bucchi (Massimiano). 2008. « Of deficits, deviations and dialogues: Theories of public communication of science », p. 57-76 in Handbook of Public Communication of Science and Technology. New York : Routledge.

Bucchi (Massimiano) & Trench (Brian) (dir.). 2014. Routledge Handbook of Public Communication of Science and Technology. 2e éd. New York : Routledge.

Butler (Shelley R.) & Lehrer (Erica T.). 2016. Curatorial Dreams: Critics Imagine Exhibitions. Montréal : McGill-Queen’s University Press.

Cameron (Duncan F.). 1971. « The museum, a temple or the forum », p. 61-73 in Reinventing the Museum: The Evolving Conversation of the Paradigm Shift / sous la direction de Gail Anderson. New York : AltaMira Press, 2012.

Cameron (Fiona). 2005. « Contentiousness and shifting knowledge paradigms: The roles of history and science museums in contemporary societies ». Museum Management and Curatorship, 20(3), p. 213-233.

Cameron (Fiona) & Kelly (Lynda) (dir.). 2010. Hot Topics, Public Culture, Museums. Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars.

Caulton (Tim). 1998. Hands-On Exhibitions : Managing Interactive Museums and Science Centres. New York : Routledge.

Chipangura (Njabulo). 2017. « The illegal diamond mining exhibition: A vehicle for museum renewal and effecting social change ». Exhibition: A Journal of Exhibition Theory and Practice for Museum Professionals, 36(2), p. 36-45.

Coalition of Museums for Climate Justice. S. d. « About us ». Coalition of Museums for Climate Justice, en ligne : https://cmcj.ca/about/ [consulté le 17 mai 2023].

D’Mello (Sidney), Dale (Rick) & Graesser (Art). 2012. « Disequilibrium in the mind, disharmony in the body ». Cognition & Emotion, 26(2), p. 362-374.

Davies (Sarah R.) & Horst (Maja). 2016. Science Communication: Culture, Identity and Citizenship. Londres : Palgrave Macmillan.

Dawson (Emily). 2014a. « Equity in informal science education: Developing an access and equity framework for science museums and science centres ». Studies in Science Education, 50(2), p. 209-247.

Dawson (Emily). 2014b. « “Not designed for us”: How science museums and science centers socially exclude low-income, minority ethnic groups ». Science Education, 98(6), p. 981-1008.

Empathy Museum. S. d. Empathy museum, en ligne : http://empathymuseum.com/ [consulté le 17 mai 2023].

Espaço do Conhecimento UFMG. S. d. « Café controverso ». Espaço do Conhecimento UFMG, en ligne : https://www.ufmg.br/espacodoconhecimento/category/cafe-controverso/ [consulté le 17 mai 2023].

Feinstein (Noah Weeth). 2017. « Equity and meaning of science learning: A defining challenge for science museums ». Science Education, 101(4), p. 533-538.

Friedman (Alan J.). 2010. « The evolution of the science museum ». Physics Today, 63(10), p. 45-51.

Gokcigdem (Elif M.) (dir.). 2016. Fostering Empathy Through Museums. New York : Rowman & Littlefield.

Hine (Amelia), & Medvecky (Fabien). 2015. « Unfinished science in museums: A push for critical science literacy ». Journal of Science Communication, 14(2), p. 1-14.

Hodson (Derek). 2011. Looking to the Future: Building a Curriculum for Social Activism. Rotterdam : Sense Publishers.

Janes (Robert R.). 2009. Museums in a Troubled World: Renewal, Irrelevance or Collapse? Londres : Routledge.

Janes (Robert R.). 2010. « The mindful museum ». Curator: The Museum Journal, 53(3), p. 325-338.

Janes (Robert R.) & Sandell (Richard) (dir.). 2019. Museum Activism. Londres : Routledge.

Kapur (Manu). 2016. « Examining productive failure, productive success, unproductive failure, and unproductive success in learning ». Educational Psychologist, 5(12), p. 289-299.

Kollmann (Elizabeth K.), Reich (Christine), Bell (Larry) & Goss (Juli). 2013. « Tackling tough topics: Using socio-scientific issues to help museum visitors participate in democratic dialogue and increase their understandings of current science and technology ». Journal of Museum Education, 38(2), p. 174-186.

Koster (Emlyn H.). 1999. « In search of relevance: Science centers as innovators in the evolution of museums ». Daedalus, 128(3), p. 277-296.

Koster (Emlyn H.). 2016. « Foreword », p. vii in Fostering Empathy Through Museums / sous la direction d’Elif M. Gokcigdem. New York : Rowman & Littlefield.

Livingstone (Phaedra), Pedretti (Erminia) & Soren (Barbara J.). 2001. « Visitor comments and the socio-cultural context of science: Public perceptions and the exhibition A Question of Truth ». Museum Management and Curatorship, 19(4), p. 355-369.

Macdonald (Sharon) (dir.). 1998. The Politics of Display: Museums, Science, Culture. Londres : Routledge.

Mazda (Xerxes). 2004. « Dangerous ground? Public engagement with scientific controversy », p. 127-144 in Creating Connections: Museums and the Public Understanding of Current Research / sous la direction de David Chittenden, Graham Farmelo et Bruce V. Lewenstein. Walnut Creek : AltaMira Press.

McManus (Paulette M.). 1992. « Topics in museums and science education ». Studies in Science Education, 20, p. 157-182.

Meyer (Morgan). 2009. From “Cold” Science to “Hot” Research: The Texture of Controversy. Papiers de recherche du CSI. Paris : Centre de sociologie de l’innovation (CSI), Mines ParisTech, en ligne : https://www.csi.minesparis.psl.eu/working-papers/WP/WP_CSI_016.pdf [consulté le 17 mai 2023].

Minneapolis Institute of Arts. S. d. Center for Empathy and the Visual Arts, en ligne : https://new.artsmia.org/empathy [consulté le 17 mai 2023].

Moje (Elizabeth B.), Ciechanowski (Kathryn M.), Kramer (Katherine), Ellis (Lindsay), Carrillo (Rosario) & Collazo (Tehani). 2004. « Working toward third space in content area literacy: An examination of everyday funds of knowledge and discourse ». Reading Research Quarterly, 39(1), p. 38-70.

Murawski (Mike). 2016. « The urgency of empathy and social impact in museums ». Journal of Folklore and Education, 3, p. 42-49.

Museum of London. 2020. « Museum for London: Collecting COVID ». Museum of London, en ligne : https://www.museumoflondon.org.uk/discover/museum-for-london-collecting-covid [consulté le 17 mai 2023].

Museum of Science. 2020. « Community conversation: Coronavirus ». Museum of Science, en ligne : https://www.mos.org/mos-at-home/town-hall/community-conversation-coronavirus [consulté le 17 mai 2023].

Navas Iannini (Ana Maria) & Pedretti (Erminia). 2017. « Preventing Youth Pregnancy: Dialogue and deliberation in a science museum exhibit ». Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, 17(4), p. 271-287.

Ng (Wendy), Ware (Syrus Marcus) & Greenberg (Alyssa). 2017. « Activating diversity and inclusion: A blueprint for museum educators as allies and change makers ». Journal of Museum Education, 42(2), p. 142-154.

Parque Explora. S. d. « Territorio expandido ». Parque Explora, en ligne : https://www.parqueexplora.org/proyectos/territorio-expandido [consulté le 17 mai 2023].

Pedretti (Erminia). 2002. « T. Kuhn meets T. Rex: Critical conversations and new directions in science centres and science museums ». Studies in Science Education, 37(1), p. 1-41.

Pedretti (Erminia) & Navas Iannini (Ana Maria). 2018. « Pregnant pauses: Science museums, schools and a controversial exhibition », p. 31-49 in Navigating the Changing Landscape of Formal and Informal Science Learning Opportunities / sous la direction de Deborah Corrigan, Cathy Buntting, Alister Jones & John Loughran. Cham : Springer.

Pedretti (Erminia) & Navas Iannini (Ana Maria). 2020. Controversy in Science Museums: Re-Imagining Spaces and Practice. Londres : Routledge.

Pedretti (Erminia), Navas Iannini (Ana Maria) & Nazir (Joanne). 2018. « Exploring controversy in science museums: Non-visitors and the Body Worlds exhibits ». Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, 18(2), p. 98-113.

Pedretti (Erminia), Navas Iannini (Ana Maria) & Atkinson (Daniel). 2019. « A cross-case analysis of visitor engagement with controversial exhibitions: Towards participatory models of science communication ». American Educational Research Association, (AERA) Annual Meeting. Toronto, Canada, 5-9 avril 2019.

Quistgaard (Nana) & Kahr-Højland (Anne). 2010. « New and innovative exhibition concepts at science centres using communication technologies ». Museum Management and Curatorship, 25(4), p. 423-436.

Rennie (Léonie J.) & McClafferty (Terence P.). 1996. « Science centres and science learning ». Studies in Science Education, 27(1), p. 53-98.

Rogoff (Barbara). 2003. The Cultural Nature of Human Development. Oxford : Oxford University Press.

Rosenström (Heidi). 2015. « When Heureka went crazy ». Association of Science and Technology Centres, en ligne : https://www.astc.org/astc-dimensions/heureka-went-crazy [consulté le 17 mai 2023].

Roth (Wolff-Michael) & Barton (Angela Calabrese). 2004. Rethinking Scientific Literacy. New York : Routledge.

Schiele (Bernard). 2014. « Science museums and centres: Evolution and contemporary trends », p. 27-39 in Routledge Handbook of Public Communication of Science and Technology / sous la direction de Massimiano Bucchi et Brian Trench. Londres : Routledge.

Science Centre World Congress. 2008. « The Toronto declaration ». Ecsite, en ligne : https://www.ecsite.eu/sites/default/files/toronto_declaration.pdf [consulté le 17 mai 2023].

Science Centre World Congress. 2017a. « Tokyo Protocol ». SCWS 2017, en ligne : https://scws2017.org/tokyo_protocol/ [consulté le 17 mai 2023].

Science Centre World Congress. 2017b. « Mechelen declaration ». SCWS 2017, en ligne : https://scws2017.org/about/mechelen-declaration/ [consulté le 17 mai 2023].

Science Museum of Minnesota. 2018. « Mental health: Mind matters ». Science Museum of Minnesota, en ligne : https://new.smm.org/exhibit-rental/mind-matters [consulté le 17 mai 2023].

Science Museum of Minnesota. S. d. « Race: Are we so different? ». Science Museum of Minnesota, en ligne : https://new.smm.org/exhibits-experiences/race [consulté le 17 mai 2023].

Sjöström (Jesper) & Eilks (Ingo). 2017. « Reconsidering different visions of scientific literacy and science education based on the concept of Bildung », p. 65-88 in Cognition, Metacognition, and Culture in STEM Education: Learning, Teaching and Assessment / sous la direction de Yehudit Judy Dori, Zemira R. Mevarech & Dale R. Baker. Cham : Springer.

Stocklmayer (Susan M.), Rennie (Léonie J.) & Gilbert (John K.). 2010. « The roles of the formal and informal sectors in the provision of effective science education ». Studies in Science Education, 46(1), p. 1-44.

Storksdieck (Martin) & Falk (John H.). 2004. « Evaluating public understanding of research projects and initiatives », p. 87-108 in Creating Connections: Museums and the Public Understanding of Current Research / sous la direction de David Chittenden, Graham Farmelo et Bruce V. Lewenstein. Walnut Creek : AltaMira Press.

Haut de page

Notes

1 Coalition of Museums for Climate Justice: Building museums’ capacity to promote awareness, mitigation & resilience in the face of climate change

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Réplique d’un cabinet de curiosités, Ontario Science Centre, Canada.
Crédits © Ana Maria Navas Iannini.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/10013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 2. Spécimen de fossile, Science Museum of Minnesota, États-Unis.
Crédits © Ana Maria Navas Iannini.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/10013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 3. Turbine, Science World, Canada. « Quel angle de pale fait tourner la turbine le plus rapidement ? Une rotation plus rapide crée plus d’énergie. »
Crédits © Ana Maria Navas Iannini.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/10013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 4. Explora, Il Museo dei Bambini di Roma, Italie.
Crédits © Erminia Pedretti.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/10013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 5. Race: Are We So Different?, Science Museum of Minnesota, États-Unis.
Crédits © Daniel James Atkinson.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/10013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erminia Pedretti et Ana Maria Navas Iannini, « Vers des musées scientifiques de quatrième génération : changer les objectifs, changer les rôles »Culture & Musées, 41 | 2023, 151-186.

Référence électronique

Erminia Pedretti et Ana Maria Navas Iannini, « Vers des musées scientifiques de quatrième génération : changer les objectifs, changer les rôles »Culture & Musées [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/10013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.10013

Haut de page

Auteurs

Erminia Pedretti

Université de Toronto
Erminia Pedretti est professeure d’enseignement des sciences à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario (OISE) de l’université de Toronto. Ses recherches et son enseignement portent sur les musées scientifiques, la controverse et l’enseignement des sciences, de la technologie, de la société et de l’environnement. Son dernier projet de recherche a été consacré aux musées scientifiques, à la responsabilité sociale et à la controverse, avec un intérêt particulier pour les modèles de communication scientifique, l’engagement des visiteurs et les pratiques d’exposition innovantes. Ce travail a donné lieu à de nombreuses publications connexes et à la rédaction d’un ouvrage (avec Navas Iannini) intitulé : Controversy in Science Museums: Re-Imagining Exhibition Spaces and Practice (Routledge, 2020).
Courriel : erminia.pedretti[at]utoronto.ca

Ana Maria Navas Iannini

Université Simon Fraser
Ana Maria Navas Iannini est maîtresse de conférences à la faculté d’éducation de l’université Simon Fraser (SFU). Elle est chercheuse dans les domaines de l’enseignement des sciences, de la communication scientifique et de l’éducation muséale. Elle s’intéresse particulièrement à la manière dont les structures informelles d’enseignement des sciences entretiennent les relations entre la science et la société, assument une responsabilité sociale et mettent en œuvre une action civique. Ana Maria est l’auteure de nombreuses publications universitaires relatives au paysage des musées scientifiques, dont son livre Controversy in Science Museums: Re-Imagining Exhibition Spaces and Practice (Routledge ; 2020), fruit de ses recherches internationales sur les expositions scientifiques controversées.
Courriel : anavasia[at]sfu.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search