Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Paroles de jeunes docteursLes musées de femmes : entre patr...

Paroles de jeunes docteurs

Les musées de femmes : entre patrimonialisation et engagement social. Émanciper les femmes grâce au musée ?

Julie Botte
p. 228-231
Référence(s) :

Thèse de doctorat en esthétique et sciences de l’art, Université Sorbonne Nouvelle, soutenue le 30 avril 2021, sous la direction de François Mairesse.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Le féminisme muséal : un angle d’approche inexploré

1Cette thèse de doctorat s’inscrit dans le domaine des études de genre en histoire, en histoire de l’art et en muséologie. Le manque de représentativité du patrimoine dans les institutions muséales a été dénoncé par des interventions militantes ou des œuvres d’art féministes, parmi lesquelles celles des Guerrilla Girls à la fin des années 1980 sont les plus connues. En France, les « Journées du Matrimoine », créées en 2015 par l’association HF Île-de-France, se déroulent en parallèle des Journées européennes du patrimoine. Elles cherchent à rendre visible le « matrimoine » et à faire ressortir, par contraste, l’absence des femmes du patrimoine célébré lors de ces journées.

2Dans le milieu universitaire, la question du genre du patrimoine et des institutions qui le préservent reste à approfondir, bien qu’un ensemble de recherches se soit constitué et enrichi progressivement depuis un demi-siècle. Les recherches sur l’histoire des femmes et des artistes femmes sont apparues dans les années 1970. Elles portent un regard critique sur les récits disciplinaires, leurs hiérarchies, leurs critères de sélection et leurs systèmes de valeur qui ont eu pour conséquences un effacement, une marginalisation ou un cloisonnement des contributions des femmes. En muséologie, les outils des études de genre n’ont été que rarement utilisés (Foucher Zarmanian, 2018). Pourtant, le musée, en tant qu’institution patrimoniale, joue un rôle essentiel dans la conservation, la valorisation et la transmission de l’histoire des femmes. Il reproduit et maintient des représentations et des normes. L’étude du contexte institutionnel de réception et du discours muséal au prisme du genre commence dans les années 1990 (Glaser & Zenetou, 1994). Depuis les années 2010, le thème du musée et du genre, dans son sens le plus étendu, devient le sujet de plus en plus d’ouvrages collectifs (Levin, 2010 ; Ashton, 2017 ; Adair & Levin, 2020) ou de numéros de revues spécialisées. Enfin, il faut souligner que cette question s’inscrit dans celle, plus vaste, du rôle social et politique du musée, apparue avec la nouvelle muséologie dans les années 1970 et poursuivie dans des recherches actuelles (Janes & Sandell, 2019). Cependant, ces textes n’abordent pas spécifiquement les inégalités entre les sexes et les orientations sexuelles.

3Cette recherche doctorale s’appuie sur ces éléments préexistants tout en étudiant un aspect jusqu’ici peu exploré : le féminisme muséal. La particularité de ce sujet est de se situer dans une histoire contemporaine, qui débute dans la seconde moitié du xxe siècle et qui continue d’évoluer à l’époque actuelle. Dans cette thèse, nous avons essayé de comprendre de quelles façons les musées de femmes mettent en pratique les critiques féministes envers l’institution muséale. En d’autres termes, comment la structure muséale est-elle utilisée pour appuyer des revendications sociales et politiques relatives à l’égalité des sexes ?

La transcription du féminisme dans les pratiques muséales

  • 1 Les initiatives sont définies comme les projets de musée de femmes en cours de réalisation, mais qu (...)

4La thèse vise tout d’abord à édifier un corpus des musées de femmes dans le monde. Les premiers sont apparus au milieu du xxe siècle aux États-Unis et se sont développés dans le monde à partir des années 1980. En 2021, on dénombre quatre-vingt-neuf musées de femmes, auxquels s’ajoutent dix-huit musées en ligne et trente-neuf initiatives1. Le réseau des musées de femmes (Network of Women’s Museums) est fondé en 2008 et devient l’Association internationale des musées de femmes (International Association of Women’s Museums) en 2012. Quarante-huit musées, dont huit musées en ligne et dix-sept initiatives, sont membres de l’association en 2021. Ils sont localisés sur les cinq continents et dans trente-deux pays. Les membres de l’association se sont accordés sur une définition des musées de femmes. Des Lignes directrices pour les musées de femmes et/ou les musées axés sur le genre (Guidelines for Women’s Museums and/or Gender Oriented Museums) ont été rédigées en 2015, poursuivant l’élaboration de principes communs. Selon ce document, non publié, la mission de ces musées est de « promouvoir la visibilité des femmes dans l’histoire et la culture ». La valorisation des femmes et leur émancipation sont leur raison d’être. Ils tissent des liens entre le passé, le présent et l’avenir, entre la préservation, la transmission et les questions sociales contemporaines. Ils font connaître l’histoire des femmes et ils mettent en valeur leurs contributions dans l’espoir de construire une société plus égalitaire.

5Plusieurs études de cas, réalisées à partir d’enquêtes de terrain, d’entretiens et de textes publiés par les actrices impliquées dans ces musées, ont été menées. Elles ont permis de faire ressortir deux tendances au sein de ce corpus : l’une tournée vers la patrimonialisation et l’autre vers l’engagement social. Ces deux aspects ne s’opposent pas. Ils éclairent ce qui constitue les musées de femmes. Ils sont souvent entremêlés et donnent lieu à des configurations muséales différentes en fonction de l’importance accordée à l’un ou à l’autre de ces aspects. Ils témoignent de visions de l’institution distinctes, certains étant des musées concordant avec la définition du Conseil international des musées, d’autres étant des musées de société avec des projets collaboratifs et participatifs, d’autres encore étant dématérialisés, sans collection et sans bâtiment. Ces types de musées ne sont toutefois pas spécifiques aux musées de femmes (musée d’art, musée d’histoire, musée de société, musée communautaire ou musée en ligne), si ce n’est par leur discours centré sur les femmes et le genre. Le mot « musée » est employé dès la conception du projet, alors que dans la plupart des cas les structures ne correspondent pas aux normes muséales professionnelles nationales et internationales. Les actrices à l’origine de ces musées proviennent majoritairement de la société civile. Certains musées de femmes évoluent vers une forme plus institutionnalisée, tandis que d’autres restent des structures communautaires.

6D’après l’analyse des documents émis par les actrices (entretiens, textes non publiés, conférences, publications) réunis au cours de cette thèse, nous pouvons constater que les fondatrices des musées de femmes ont opté pour cette dénomination commune, sans faire référence à un modèle originel et parfois en ignorant l’existence de musées similaires dans d’autres pays. Cela témoigne de leur volonté de faire entrer les femmes dans l’enceinte du musée, perçu comme un espace de légitimation dont elles sont tenues à la marge. Les musées de femmes constituent en ce sens des miroirs inversés des musées existants. Ils répondent à la surreprésentation masculine en ne donnant à voir que des femmes dans leurs collections et leurs expositions. Leur mission est avant tout de les rendre visibles et de les valoriser, en réaction à un manque et une absence constatée dans les institutions patrimoniales. Les musées de femmes nous invitent à réfléchir à ce qu’est un musée et à la place qu’y occupent les femmes. Le choix de les étudier nous a paru pertinent pour analyser l’engagement féministe muséal porté à son paroxysme.

Un discours muséal complexe : femmes, féminismes, genre, diversité et intersectionnalité

7La thèse étudie les musées de femmes en tant que groupe muséal spécifique, qui partage un ensemble de traits communs tout en montrant des formes et des visions diverses sur les femmes et les féminismes. L’objectif de la recherche est de les examiner en tant qu’ensemble, sans nier leurs particularités et leurs oppositions. Le discours nationaliste et la vision traditionnelle des femmes des musées d’État vietnamiens se situent, par exemple, aux antipodes du musée sur le genre au Danemark. Leurs différences mettent en lumière les multiples définitions et conceptions de la « femme » et du féminisme qui ont évolué dans le temps et dans l’espace ou qui coexistent en un même moment et un même lieu.

8Les musées de femmes se distinguent avant tout par leur non-mixité et leurs propos exclusivement consacrés aux femmes et, plus récemment, au genre et aux minorités sexuelles. Cette particularité se révèle un moyen d’agir dans le présent, tout en laissant un manque à combler pour l’avenir. Au terme de notre analyse de plusieurs musées de femmes, il nous apparaît que la réflexion sur la visibilité des femmes dans un espace muséal mixte reste en très grande partie à mener. Parmi les exemples de musées s’interrogeant sur cette question dans leurs pratiques, l’Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art fait figure de modèle par son organisation, ces cinq dernières années, d’expositions portant un regard féministe sur les collections permanentes du Brooklyn Museum. Les musées de femmes ne parviennent pas tous à dépasser une forme de valorisation qui, tout en cherchant à compenser les inégalités passées et présentes, semble pétrifiée. Ils se heurtent ainsi à plusieurs écueils. Selon les résultats de notre analyse, il nous semble que le « matrimoine », plutôt qu’une collection qui existe en parallèle du patrimoine, doit être pensé comme un moyen d’interroger ce dernier. Autrement, le risque est de reproduire les systèmes de sélection et de valeurs ou de perpétuer une mise à l’écart. Le concept de « matrimoine » constitue ainsi un outil réflexif pour élaborer une autre définition du patrimoine qui soit plus inclusive et égalitaire. De même, les « femmes » ne doivent pas être considérées comme un groupe figé et uniforme. Cette catégorie doit sans cesse être remise en question en croisant les points de vue et en déconstruisant les présupposés, afin d’éviter de faire perdurer les inégalités que ces musées veulent combattre. La volonté de rendre hommage aux femmes, de les valoriser et de promouvoir des modèles féminins ne doit pas être une fin en soi, elle doit ouvrir un nouvel horizon. Les musées de femmes, à de rares exceptions près, ne nous paraissent pas véritablement prendre en compte ces problématiques.

9Néanmoins, les musées de femmes se confrontent aux critiques féministes soulevées contre le musée. Ils en proposent une mise en pratique muséale. Étudiés comme cas particulier, ils nous éclairent sur la complexité de l’intégration du féminisme au sein du musée, à savoir celle de son inscription dans le temps long. Les musées de femmes sont des structures qui visent la permanence, même s’ils font souvent face à des obstacles, principalement financiers, qui mettent en péril leur pérennité. En conséquence, leur démarche se différencie des événements ponctuels et temporaires qui ont lieu dans les musées, sans pour autant modifier l’institution muséale en profondeur. Les expositions temporaires conçues par les musées de femmes et les autres musées sont parfois semblables, mais celles organisées par les musées de femmes s’intègrent dans une stratégie constante d’ensemble. Bien que ces établissements soient créés par opposition aux musées qui ne sont pas dévolus aux femmes, leur effet sur ces derniers demeure marginal. In fine, l’analyse des musées de femmes et la comparaison de leurs propositions permet surtout d’enrichir la réflexion sur l’élaboration d’une stratégie pour rendre le musée féministe. C’est en agissant de manière systématique sur un ensemble d’éléments (ressources humaines, collections, expositions, programmation culturelle et médiation) qu’il peut être en mesure d’évoluer dans ce sens.

Haut de page

Bibliographie

Adair (Joshua G.) & Levin (Amy K.) (dir.). 2020. Museums, Sexuality and Gender Activism. Abingdon : Routledge.

Ashton (Jenna C.) (dir). 2017. Feminism and Museums: Intervention, Disruption and Change. Édimbourg : MuseumEtc (2 vol.). 

Foucher Zarmanian (Charlotte). 2016. « Musées et genre : état des lieux d’une recherche ». Muséologies. Les cahiers d’études supérieures, 8(2), p. 107-119.

Glaser (Jane R.) & Zenetou (Artemis A.) (dir.). 1994. Gender Perspectives: Essays on Women in Museums. Washington : Smithsonian Institution Press.

Janes (Robert R.) & Sandell (Richard) (dir.). 2019. Museum Activism. Londres : Routledge.

Levin (Amy K.) (dir.). 2010. Gender, Sexuality, and Museums: A Routledge Reader. Londres : Routledge.

Haut de page

Notes

1 Les initiatives sont définies comme les projets de musée de femmes en cours de réalisation, mais qui n’ont pas encore de forme pérenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Botte, « Les musées de femmes : entre patrimonialisation et engagement social. Émanciper les femmes grâce au musée ? »Culture & Musées, 41 | 2023, 228-231.

Référence électronique

Julie Botte, « Les musées de femmes : entre patrimonialisation et engagement social. Émanciper les femmes grâce au musée ? »Culture & Musées [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/10294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.10294

Haut de page

Auteur

Julie Botte

Université d’Artois
Courriel : julie.botte[at]live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search