Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41LecturesInês Gouveia, Mario Chagas, Manue...

Lectures

Inês Gouveia, Mario Chagas, Manuelina Maria Duarte Cândido & Dominique Schoeni. 2022. La muséologie sociale

Fabien Van Geert et Mathieu Viau-Courville
p. 250-253
Référence(s) :

Inês Gouveia, Mario Chagas, Manuelina Maria Duarte Cândido & Dominique Schoeni. 2022. La muséologie sociale (Les Cahiers de muséologie, hors-série no2). Liège : Service de muséologie de l’université de Liège.

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1En 2016, la création des Cahiers de muséologie de l’université de Liège par Noémie Drouguet et André Gob constitue une nouvelle réjouissante pour la communauté des chercheurs en muséologie. Elle s’apprête, en effet, à renforcer le nombre de revues en français dans ce domaine de recherche, assez peu nombreuses au regard de leurs homologues anglophones ou hispanophones. L’aventure ne s’avère pourtant pas aussi simple. Le premier numéro ne vit que difficilement le jour, et les articles prévus ne sont finalement publiés que dans un numéro 0 des Cahiers paru en 2016-2017. L’arrivée, en 2018, de Manuelina Maria Duarte Cândido à la tête du service de muséologie de l’université, ainsi qu’au poste d’éditrice en chef des Cahiers, semble donner un nouvel élan à la revue (publiée uniquement au format numérique) avec sa réorganisation en 2021, qui en affirme une ligne éditoriale originale dans le panorama des publications francophones. Influencé par le parcours professionnel et muséal de Duarte Cândido au Brésil, ainsi que par son programme de recherche et d’enseignement au sein de l’université Wallonne, l’objectif de la revue, ouverte aussi bien aux professionnels qu’aux chercheurs novices et confirmés, consiste en effet à favoriser la circulation internationale des idées, au-delà du contexte francophone, en accordant une place tout particulière à ce que l’éditrice qualifie de « muséologie insurgée » (Duarte Cândido, Cornelis & Nzoyihera, 2019). Une traduction de la Déclaration de Córdoba, adoptée lors de la 18e conférence du Mouvement international pour une nouvelle muséologie (Minom) en Argentine, autour de l’énoncé « une muséologie qui n’est pas utile à la vie est une muséologie qui ne sert à rien », est publiée dans le premier numéro de 2021, et mise en perspective par Yves Bergeron et Mario Chagas. Dès cette première livraison, mais également dans celle de 2022, la présence d’auteurs latino-américains (et tout particulièrement brésiliens) est par ailleurs notable : Duarte Cândido y intègre d’ailleurs elle-même une traduction de l’un de ses textes publié originellement en portugais (« La recherche en Muséologie ou… pour une recherche adjectivée »), qui constitue en quelque sorte le manifeste de la manière dont elle envisage la muséologie.

  • 1 Il s’agit d’une publication du Centro de Memória do Oeste de Santa Catarina, éditée en partenariat (...)
  • 2 Dans son dernier ouvrage, de Varine dédie tout un chapitre à ces musées brésiliens proches de la mu (...)

2La parution en 2022 du deuxième hors-série des Cahiers confirme cette ligne éditoriale, sous l’égide de Duarte Cândido, accompagnée de Mario Chagas, président du Minom et l’un des penseurs et acteurs les plus influents de la muséologie sociale, d’Inês Gouveia, docteure en muséologie et patrimoine et professeure à l’Institut d’études brésiliennes de l’université de São Paulo, et de Dominique Schoeni, anthropologue, muséologue et traducteur suisse. L’objectif de cette publication consiste à présenter au lecteur l’expérience de la muséologie sociale brésilienne, et plus largement latino-américaine, secondaire, voire « exotique », dans la littérature francophone, même si elle n’est pas complètement inconnue. Pour ce faire, les éditeurs proposent la traduction de 14 des 25 textes publiés originellement en 2014 par Chagas et Gouveia dans le numéro 41 des Cadernos do CEOM1. Hétérogènes tant dans leur forme que dans leur contenu, (très) courts ou (très) longs et relevant à la fois du récit de vie, du partage d’expérience, de la réflexion théorique ou de la conversation (avec notamment la retranscription d’un entretien entre Mario Chagas et Hugues de Varine2), ces textes illustrent la muséologie sociale à travers différentes perspectives plus ou moins éclairantes pour le lecteur peu connaisseur de cette approche. Il ne s’agit donc pas ici de textes originaux sur la muséologie sociale, ni d’articles produits pour l’occasion à destination d’un public international, ni même d’une anthologie fondée sur une sélection de textes permettant d’illustrer l’originalité ou la cohérence théorique et pratique de cette muséologie. Au contraire, les éditeurs souhaitent proposer un « apéritif » ou une « pilule muséale », comme ils le précisent dans la présentation du numéro (p. 9), en donnant à lire, sans réécriture des textes, ni mise en perspective, les voix d’auteurs ou de professionnels se revendiquant de cette approche sociale du musée. Comme le rappellent les éditeurs, ces textes témoignent, en effet, rétrospectivement, de la trajectoire de la muséologie sociale au Brésil depuis les années 2000, dans un contexte d’accroissement des politiques publiques, mais aussi de ses spécificités face à une approche dominante des musées que l’on retrouverait dans les principales institutions du pays. Cette publication, initialement parue en 2014, est présentée ici comme ayant servi en quelque sorte à articuler des expériences menées dans des institutions diverses (communautaires, indigènes, écomuséales, de favelas, etc.) autour d’une approche spécifique et engagée du musée que serait la muséologie sociale.

3Si ce projet éditorial apparaît comme cohérent (et que l’on imagine aisément l’effort collectif que les traductions ont nécessité), on peut néanmoins regretter la présentation trop synthétique faite de la muséologie sociale, de son histoire, de ses caractéristiques et de ses enjeux, qui aurait pourtant permis aux francophones de mieux appréhender la portée des textes traduits ici. Le terme de muséologie sociale lui-même n’est que peu problématisé, même si les éditeurs ont pu le faire dans d’autres publications (en particulier pour Duarte Cândido dans la 5e édition du manuel La muséologie de Gob et Drouguet, où elle insiste sur le rôle central joué par la communauté dans cette approche muséale). Sans qu’aucune mention n’en soit faite ici, on sait pourtant que cette muséologie a fait l’objet de nombreuses tentatives de théorisation, notamment depuis 1993 au sein des Cadernos de Sociomuseologia et de la formation qui y est associée à l’Universidade Lusósofona au Portugal autour de Mario Moutinho, comme le rappellent d’ailleurs Chagas et Gouveia dans l’introduction de la publication de 2014 (un article de Moutinho y était inclus sans qu’il ne soit repris dans le hors-série). Les éditeurs se contentent plutôt de caractériser la muséologie sociale à partir de ses valeurs. « Insurgée », « indisciplinée », « contre-hégémonique », ou qualifiée ailleurs de « contre-muséale » (Brulon Soares, 2022) ou de « muséologie de la libération » (Priosti, 2010), elle se manifeste comme radicalement opposée aux principaux musées brésiliens dont l’origine, la conception et les manières de travailler sont définies comme coloniales. Présentée de la sorte, on comprend bien qu’il s’agit d’un projet éditorial militant, revendiqué comme tel par les éditeurs qui s’inscrivent explicitement dans la pensée décoloniale. La publication de ce hors-série apparaît ainsi comme une ode à la muséologie sociale, et plus globalement à la muséologie émanant « du sud global », en tant que contre-modèle pouvant nourrir d’autres manières de penser l’institution en dehors des canons européens. En effet, la muséologie sociale, suivant les exemples présentés dans ce numéro, se pense et se met surtout en œuvre en l’absence d’infrastructures muséales formalisées ou de collections patrimoniales, favorisant le travail sur la mémoire plutôt que sur le patrimoine. Il s’agit de penser la muséologie sociale comme une philosophie d’action dans le développement de projets citoyens résilients, et ce, dans une optique de partage (et non seulement de transfert) des connaissances.

4Il est évident que la publication de ce hors-série témoigne de la grande originalité de la muséologie sociale et de son potentiel pour la pratique et la réflexion muséales en contexte européen, même si elle reste assez éloignée au demeurant de la réalité des musées francophones (et tout particulièrement français). Disposer d’une version française de ces textes s’avère très riche pour les professionnels, mais aussi pour les chercheurs en muséologie intéressés par une approche comparée de ce champ de recherche interdisciplinaire et international qui porte un regard tout particulier sur les notions qui se retrouvent aujourd’hui au cœur des débats français et européens : la diversité, l’inclusion, la démocratie et les droits humains, les rapports science-société, la pensée décoloniale, la participation-action collective, etc. Les éléments mis en avant dans ces différents textes témoignent également du mouvement international des idées, mais aussi du métissage et du caractère transnational de la pensée muséale, brésilienne et latino-américaine dans ce cas, en tant que syncrétisme original entre l’écomuséologie des années 1970 et 1980 (à la suite tout particulièrement de la table ronde de Santiago du Chili et de l’émergence du Minom) et son interprétation à partir des réalités sociales, politiques et culturelles du contexte régional, dont les réflexions sur la culture et la pédagogie en tant qu’outils de libération ont été particulièrement influentes au Brésil à la suite de Paulo Freire. Comme a pu le démontrer Brulon Soares, les institutions du pays témoignant de cette muséologie sociale constituent en quelque sorte des cousins lointains de nos « musées de société » français, et notamment de ceux mettant le plus en valeur leur rôle social et leur filiation avec les écomusées (Brulon Soares, 2022), tout comme elles peuvent aussi être rapprochées de certaines expériences muséales espagnoles que l’on a vu se multiplier depuis la transition démocratique dans le pays et qui se basent sur une vision sociale et militante du musée (Navajas Corral, 2022). Même si elle est particulièrement importante au Brésil et dans la région, force est de constater que cette approche du fait muséal n’est en effet pas propre à ce contexte territorial, mais témoigne plutôt de ce que l’on pourrait qualifier de « main gauche de la muséologie » que l’on retrouve ailleurs dans le monde. De Varine faisait d’ailleurs l’analogie entre le développement international de la muséologie communautaire et le furet de la chanson enfantine : « il est passé par ici, … il repassera par là » (De Varine, 2019). À ce titre, il est tout à fait parlant de noter la pétition présentée en 2022 auprès de l’Icom pour la création d’un comité pour la muséologie sociale (SOMUS-IC), qui illustre la résonance de cette approche du fait muséal, en Amérique latine (dont sont issus la plupart des signataires), mais aussi ailleurs dans le monde.

5Stimulant pour la recherche, ce type de réflexion nécessite pourtant des espaces pour la produire et la diffuser. À ce titre, il est particulièrement inquiétant de constater que, peu de temps après la parution de ce numéro hors-série, le futur des Cahiers de muséologie semble à nouveau incertain suite au départ de Duarte Cândido du service de muséologie de l’université de Liège. Dans un contexte institutionnel que l’on imagine complexe, espérons néanmoins que ses successeurs trouveront la force et les appuis nécessaires pour prolonger l’aventure et continuer de faire découvrir aux lecteurs francophones différentes manières de penser le musée et ainsi contribuer au renforcement de la muséologie francophone, ancrée dans son histoire et sa culture, mais résolument ouverte au reste du monde et aux innovations qui y ont lieu.

Haut de page

Bibliographie

Brulon Soares (Bruno). 2022. « Du musée intégral au musée social : l’épistémologie politique de la muséologie sociale au Brésil ». Culture & Musées, 39, p. 85-108.

De Varine (Hugues). 2019. L’écomusée singulier et pluriel. Un témoignage sur cinquante ans de muséologie communautaire dans le monde. Paris : L’Harmattan.

Duarte Cândido (Manuelina Maria), Cornelis (Mélanie) & Nzoyihera (Édouard). 2019. « Les muséologies insurgées : un avenir possible pour une tradition épistémologique », p. 50-54 in The Future of Tradition in Museology : Materials for a discussion / sous la direction de Kerstin Smeds. Paris : ICOFOM.

Navajas Corral (Óscar). 2022. « Société, musées et réappropriation sociale comme “utopie” : modèles de musées de société en Espagne ». Culture & Musées, 39, p. 109-134.

Priosti (Odalice Miranda). 2010. Memória, comunidade e hibridação: museologia da libertação e estratégias de resistência. Thèse de doctorat présentée à l’Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une publication du Centro de Memória do Oeste de Santa Catarina, éditée en partenariat avec des programmes de formations universitaires de 3e cycle en sciences de l’environnement et de l’éducation de l’Universidade Comunitária da Região de Chapecó (Unochapecó).

2 Dans son dernier ouvrage, de Varine dédie tout un chapitre à ces musées brésiliens proches de la muséologie sociale. Voir De Varine (Hugues). 2019. L’écomusée singulier et pluriel. Un témoignage sur cinquante ans de muséologie communautaire dans le monde. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Van Geert et Mathieu Viau-Courville, « Inês Gouveia, Mario Chagas, Manuelina Maria Duarte Cândido & Dominique Schoeni. 2022. La muséologie sociale »Culture & Musées, 41 | 2023, 250-253.

Référence électronique

Fabien Van Geert et Mathieu Viau-Courville, « Inês Gouveia, Mario Chagas, Manuelina Maria Duarte Cândido & Dominique Schoeni. 2022. La muséologie sociale »Culture & Musées [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/10359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.10359

Haut de page

Auteurs

Fabien Van Geert

Université Sorbonne Nouvelle
courriel : fabien.van-geert[at]sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Mathieu Viau-Courville

OCIM
courriel : mathieu.viau-courville[at]u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search