Navigation – Plan du site
Lectures

Noémie Drouguet, Le Musée de société : De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains

Paris : Armand Colin, 2015
François Mairesse
p. 147-148
Référence(s) :

Noémie Drouguet, Le Musée de société : De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains. Paris : Armand Colin, 2015, 252 p.

Texte intégral

1Le nom de Noémie Drouguet, coauteure avec André Gob d’un succès d’édition de la muséologie francophone (il en est à sa qua­trième édition chez Armand Colin), est familier pour tous ceux qui s’intéressent au monde des musées. La muséologie faisait déjà la part belle aux musées de sociétés à travers la description de nombreux exemples issus de cette mou­vance. Cette dernière notion apparaissait suf­fisamment complexe pour tenter d’en retracer l’histoire et d’en explorer les fondements : « Der­rière cette bannière se rangent des musées qui assument un discours partagé et situé (daté et signé), qui refusent la dictature des collections, qui relativisent l’approche esthétique – mais ne la nient pas forcément –, qui ancrent le présent dans le passé et inversement, qui osent se mettre en difficulté ou s’engager. » (p. 155.)

2Le fil conducteur principal de cette institu­tion protéiforme est d’abord lié à l’ethnologie, dont le premier chapitre rappelle de manière un peu scolaire l’histoire, les enjeux et les mé­thodes. Le second chapitre retrace l’itinéraire des établissements qui, plus tard, constitueront les « musées de société » : les premiers musées d’ethnographie et de folklore (le Nordiska Museet, la Salle de France au musée du Trocadéro et le Museon Arlaten), les débuts du « mo­ment Rivière », avec la création du musée de l’Homme et le développement des musées du­rant l’entre-deux-guerres, puis l’hégémonie des ATP (musée national des Arts et Traditions populaires, conçu et dirigé par Georges-Henri Rivière) et de son école, à partir de laquelle vont se développer le modèle écomuséal et la nouvelle muséologie. Le déclin du modèle des ATP se poursuit parallèlement à l’avènement du modèle du musée de société. L’appellation se voit officialisée lors du colloque de Mulhouse en 1991, comme une suite assez logique de la mouvance initiée par G.-H. Rivière – le livre souligne à juste titre le rôle important joué no­tamment par le musée dauphinois de Grenoble dans ce contexte –, à laquelle se joignent aussi d’autres établissements plus ou moins classiques liés à l’art mais aussi aux sciences (centres de culture scientifique, etc.).

3Comme le souligne l’auteure, « le musée de société ne supporte aucun carcan disciplinaire » (p. 231), et bien que l’ethnologie apparaisse souvent en toile de fond, on y croise aussi l’his­toire, l’histoire de l’art ou les sciences exactes mobilisées à travers de nombreuses formes muséales : musées à vocation nationale, régio­nale ou locale, musée de civilisation, musées thématiques, centres d’interprétation, musées de plein air, écomusées, musées d’histoire, de sciences ou de techniques. Si la discipline ne permet pas de circonscrire le phénomène, quelles sont ses limites : « Tous les musées ne sont-ils pas des musées de sociétés ? » (p. 103), s’interroge l’auteure. Plutôt que d’en détailler les frontières, N. Drouguet cherche plutôt à en décrire les fondements. L’approche de l’objet et de son statut ou le rôle de l’histoire et celui du témoignage font l’objet d’une analyse détail­lée, mais c’est d’abord la question de l’identité que met en avant avec raison N. Drouguet. Le flou du traitement du « nous » et des « autres », de ce qui nous sépare et ce qui nous rassemble, constitue la trame de fond de tous les musées, mais peut-être plus encore celle des établisse­ments étudiés ici : des musées cherchant à comprendre et à analyser plutôt qu’à fédérer et à écarter. L’auteure poursuit son enquête à partir des questionnements et enjeux contem­porains du champ muséal dans son ensemble qu’elle analyse à partir du positionnement des musées de société. Le rôle politique, le rapport à la médiation mais aussi à la marchandisation ou à la participation, autant d’enjeux auxquels sont confrontés les musées de société, tous n’y répondant pas avec autant de bonheur que les plus médiatiques d’entre eux comme le musée dauphinois, l’alimentarium de Vevey ou le musée d’Ethnographie de Neuchâtel.

4Au terme de son analyse, N. Drouguet note fort à propos le caractère inopérant, sur le plan typologique, du musée de société, qu’elle pré­sente plutôt comme une manière de penser l’institution : « Le musée de société correspond davantage à un nouveau paradigme muséologique, en tant que système de connaissance et cadre de pensée, théorisé ou utilisé par une communauté de chercheurs en sciences hu­maines, de muséologues et de personnels de musée à un moment donné. » (p. 233.)

  • 1 Gob (André) & Drouguet (Noémie) (dir.). 2009. « Petits musées et musées insolites », numéro spécial (...)
  • 2 Deloche (Bernard). (2010). Mytho­logie du musée : De l’uchronie à l’utopie. Paris : Le Cavalier Ble (...)

5Il est en effet difficile d’évoquer, à travers cette même notion, la plupart des formes sclé­rosées de musées ruraux – comme les a très bien étudiés N. Drouguet dans une autre publi­cation1 – et quelques-unes des figures princi­pales de la muséographie contemporaine (telles que le musée de la Civilisation, le musée des Confluences ou le MuCEM). Effectivement, le musée de société a très largement, en France ou dans les pays francophones, caractérisé une approche particulière du champ muséal et de ses constituants – le rapport à l’objet, l’exposi­tion, le rapport à l’identité – telle qu’elle a pro­gressivement émergé au début des années 1990. Un concept suffisamment ouvert pour qu’un Bernard Deloche, résolument hostile à l’idée du musée – classique –, montre son intérêt pour cette forme spécifique2.

6La question qui peut être posée, au terme de cet ouvrage, porte sur l’évolution de ce mo­dèle, lequel ne se présente aucunement comme une forme stable. Les enjeux liés à la marchan­disation de la société, à l’accélération du rythme muséal ou à l’aliénation des collections qui sont brièvement évoquées dans cet ouvrage en toile de fond ne risqueraient-ils pas, à terme, de mettre à mal ce modèle de questionnement sur la société et son devenir ?

Haut de page

Notes

1 Gob (André) & Drouguet (Noémie) (dir.). 2009. « Petits musées et musées insolites », numéro spécial de La Vie des musées, n° 21, p. 9-109.

2 Deloche (Bernard). (2010). Mytho­logie du musée : De l’uchronie à l’utopie. Paris : Le Cavalier Bleu.

Haut de page

Références

Référence papier

François Mairesse, « Noémie Drouguet, Le Musée de société : De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains »Culture & Musées, 27 | 2016, 147-148.

Référence électronique

François Mairesse, « Noémie Drouguet, Le Musée de société : De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains »Culture & Musées [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1037

Haut de page

Auteur

François Mairesse

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals