Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41LecturesFrançois Mairesse (dir.). 2022. D...

Lectures

François Mairesse (dir.). 2022. Dictionnaire de muséologie

Anik Meunier
p. 265-268
Référence(s) :

Mairesse (François) (dir.). 2022. Dictionnaire de muséologie. Paris : Armand Colin.

Texte intégral

1Les musées sont aujourd’hui, et plus que jamais, au centre des problématiques culturelles, sociales et économiques de nos sociétés. Les attentes placées à leur endroit, par les publics, sont exigeantes. Ils questionnent des pratiques jusqu’alors établies et incontestées, interrogent la pertinence des objectifs que les musées se fixent en matière de durabilité, de sociabilité, de participation et de réflexivité. Les pratiques participatives à l’œuvre depuis déjà quelques années dans différents musées nord-américains et européens incitent maintenant à reconsidérer la notion d’expérience des publics et démontrent la légitimité du musée contemporain à se repositionner sur le plan sociétal. Il ressort des débats au sein du Conseil international des musées (ICOM) ainsi que de la plupart des rapports prospectifs que le musée du xxisiècle sera engagé et participatif, ou ne sera pas (Simon, 2010 ; George, 2012 ; Eidelman, 2017).

  • 1 « L’ICOM approuve une nouvelle définition du musée ». ICOM. Conseil international des musées, 24 ao (...)

2Ainsi, les musées, reflets de nos sociétés, ajustent leurs rôles et fonctions au gré des différentes mutations sociales. Ces transformations – dans et autour – des musées ont incité l’équipe de direction et d’édition du Dictionnaire encyclopédique de muséologie, paru en 2011, à proposer une deuxième publication intitulée cette fois Dictionnaire de muséologie. En phase avec la nouvelle définition du musée proposée par l’ICOM en 2022, les champs lexicaux propres au musée admettent l’importance de l’inclusivité, de la participation des communautés et de la durabilité1.

3Rappelons d’abord que ce Dictionnaire s’inscrit dans une certaine filiation, celle de la « nouvelle muséologie » (Desvallées, 1992 et 1994). En 1998, André Desvallées, l’un des principaux initiateurs de ce mouvement, rédige un « Petit glossaire de l’exposition » comprenant 140 termes muséologiques pour le Manuel de muséographie dirigé par Marie-Odile de Bary et Jean-Michel Tobelem (Desvallées, 1998). En 2011, André Desvallées et François Mairesse font paraître un Dictionnaire encyclopédique de muséologie chez Armand Colin (Desvallées & Mairesse, 2011). Divisée en trois parties, cette publication présente 509 termes, une bibliographie, et propose 21 articles encyclopédiques, ajoutant ainsi 369 nouveaux termes à ceux déjà recensés par André Desvallées en 1998.

4Dans le même esprit, le Dictionnaire de muséologie dirigé par François Mairesse, édité en 2022, accroît le nombre de termes retenus afin de couvrir – autant que possible – tout le champ de la muséologie et d’en refléter la diversité et la complexité. C’est ainsi que ce nouveau Dictionnaire est le fruit d’une vaste entreprise de collaboration éditoriale – mobilisant plus d’une centaine de chercheuses et chercheurs – pour aboutir à l’inventaire et à la définition de plus d’un millier de termes relatifs aux différents pans de la muséologie. L’ouvrage compte ainsi 1 248 entrées organisées en sept thématiques, témoignant des transformations, des enjeux ainsi que des problématiques propres au champ des musées. Il couvre à la fois les domaines de la muséologie, de l’exposition, des méthodes de recherche, de la gestion des collections, de la conservation et de la restauration, de l’éducation muséale et de la médiation, de la gestion et du marketing, de l’histoire et de l’analyse critique du musée. Cette nouvelle parution offre ainsi 739 entrées de plus que la livraison de 2011.

5Parmi ces entrées, 102 se présentent sous la forme de notices à visée encyclopédique. Les termes « Exposition », « Inclusion sociale », « Préservation », « Inventaire » ou encore « Patrimoine » bénéficient de cette attention. Mais ce ne sont pas les seuls. On remarque, à quelques exceptions près, que les 21 articles encyclopédiques qui formaient le corps de l’ouvrage de 2011 ont été confiés à de nouveaux auteurs et repris sous une forme plus synthétique. On saluera le souci d’élargir les horizons conceptuels dans cette nouvelle mouture du Dictionnaire de muséologie, même si la centration sur l’objet de la muséologie apparaît un peu diluée par cette intention d’ouverture. On peut regretter aussi, parfois, une inégalité d’approfondissement de certains thèmes ; mais dans l’ensemble, le format des articles est davantage conforme à ce que l’on attend d’un dictionnaire. La diversité des auteurs et des perspectives convoquées parvient la plupart du temps à offrir une vision éclairante des enjeux immédiats, avec la distance et la profondeur attendues. Les contributions reflètent donc bien la pluralité des discours en circulation dans le domaine, même si certains lecteurs estimeront peut-être que les points de vue développés sont encore trop souvent culturo-centrés ou qu’ils se limitent trop à la vision et à la compréhension de leurs rédacteurs et rédactrices.

6Deuxième caractéristique de cette nouvelle édition du Dictionnaire : elle est résolument tournée vers l’international, quand la version de 2011 reposait essentiellement sur des contributions issues du monde francophone (franco-français, québécois et suisse). En effet, des auteurs et autrices provenant de différents pays et de plusieurs continents ont collaboré à ce nouvel ouvrage ; y sont notamment représentés l’Australie, les Pays-Bas, l’Allemagne, les États-Unis, le Portugal, l’Espagne, le Royaume-Uni, le Brésil, le Japon et bien d’autres encore, comme la Chine ou le continent africain. Avec la volonté de l’équipe de direction et d’édition de varier les points de vue, le Dictionnaire met en évidence une double tendance : la progressive généralisation des pratiques professionnelles, mais également la perpétuation d’une recherche en muséologie organisée « en silo » selon les aires linguistiques. S’agissant du premier point, l’ICOM joue véritablement le rôle de dispositif de médiation entre les professionnels et professionnelles. Pour ce qui est du second point, concernant ce qu’est une recherche internationale et ce qu’elle devrait être, plusieurs exemples illustrent la persistance d’un enfermement des perspectives et d’une focale réduite au local. On peut espérer que le Dictionnaire œuvrera pour une diffusion internationale accompagnée de véritables échanges et d’une véritable mise en débat des démarches, concepts et résultats de la recherche à l’échelle globale.

7La respectable détermination d’ouverture et d’élargissement des discours du nouveau Dictionnaire aboutit-elle à l’exhaustivité attendue ? Certainement, ou du moins on s’en approche. Et cette version 2022 se caractérise également par le renforcement d’une mise en contexte de problématiques jusqu’alors le plus souvent restreintes au seul champ des pratiques professionnelles. Qui peut encore s’interroger sur la pertinence d’une prise en compte des problématiques contemporaines d’ordre identitaire (genre, sexualité, mais aussi inclusion et postcolonialisme) ? Il s’agit bien là d’un écho aux débats qui se sont développés depuis une décennie de manière vigoureuse autour et au sein des musées. À juste titre, le Dictionnaire s’y intéresse et y apporte une contribution exemplaire.

8La deuxième édition revue du Dictionnaire de muséologie correspond en tout point aux aspects spécifiques de l’entreprise éditoriale d’un dictionnaire, soit une œuvre de vulgarisation et de diffusion. L’exercice est ambitieux, la volonté d’ouverture remarquable et l’ouvrage devra être considéré comme un outil de référence, comme tout dictionnaire. Le lecteur passera outre l’impression parfois d’une certaine étroitesse des regards et d’un confinement à l’intérieur des frontières des espaces géographiques. Certes, le choix d’avoir confié à des experts du domaine de la muséologie la rédaction de certaines notices faisant la synthèse des connaissances sur un thème bien ciblé induit un déséquilibre avec d’autres notices, rédigées par des contributeurs moins rompus à cet exercice académique. Mais pour finir, lecteurs et lectrices retireront de l’ensemble une vue transversale de la muséologie.

9Initialement issu de réalités presque strictement francophones, le dictionnaire s’enrichit dans cette nouvelle édition de différents univers socio-culturels et linguistiques, tant hispanophones qu’anglophones. Si l’on percevait une présence prédominante de l’école française de muséologie, au sens large, dans l’édition de 2011, celle de 2022 aspire à un certain cosmopolitisme, et y parvient. Elle offre une photographie assez complète des problématiques – se voulant moins centrées sur la muséologie (et le musée) et davantage sur les contextes (sociaux, culturels, éthiques, économiques, à l’exception du religieux) – qui forment l’environnement du monde muséal, que d’aucuns nomment l’écosystème muséal. De même, les problématiques de gestion, de management ou encore d’économie sont davantage présentes que dans l’édition de 2011.

10Le travail est colossal, même s’il reste peu approfondi à certains égards – mais c’est un reproche que l’on peut faire à tout dictionnaire. Chercher les apports de cette livraison donnera sans doute envie de se pencher sur la précédente. La comparaison montrera l’accélération d’une transformation, celle du basculement du musée du xxe au xxie siècle. En effet, le nouveau Dictionnaire nous projette dans les enjeux de la muséologie contemporaine et y tient le rôle d’analyseur. Si l’édition de 2011 offrait déjà une perspective diachronique de la muséologie et ouvrait sur « des perspectives muséales pour le xxie siècle », celle de 2022 permet d’en voir l’actualisation.

11À destination d’un lectorat intéressé par tout ce qui touche aux musées et aux institutions culturelles, et plus spécialement de celles et ceux qui pratiquent la muséologie, cet ouvrage présente l’ensemble des composantes de la discipline muséologique dans un effort de rendre systématique son vocabulaire et de renforcer un champ de connaissances et de pratiques partagées pour une communauté préoccupée par l’avenir et le devenir des musées. Il va contribuer à diffuser un langage commun, accessible aux professionnels et professionnelles des musées œuvrant dans toutes disciplines et tous secteurs confondus. En somme, il permet d’apprécier le dynamisme et la vitalité qui animent le champ de la muséologie. Il justifie, par avance, la pertinence d’une mise à jour régulière du Dictionnaire de muséologie.

Haut de page

Bibliographie

Desvallées (André) (textes choisis et présentés par). 1992. Vagues : une anthologie de la nouvelle muséologie. Vol. 1. Mâcon/Savigny-le-Temple : Éditions W/Muséologie nouvelle et expérimentation sociale (MNES).

Desvallées (André), Bary (Marie-Odile de Bary) & Wasserman (Françoise) (textes choisis et présentés par). 1994. Vagues : une anthologie de la nouvelle muséologie. Vol. 2. Mâcon/Savigny-le-Temple : Éditions W/Muséologie nouvelle et expérimentation sociale (MNES).

Desvallées (André). 1998. « Cent quarante termes muséologiques ou Petit glossaire de l’exposition », p. 205-251, in Manuel de muséographie. Petit guide à l’usage des responsables de musée / sous la direction de Marie-Odile de Bary et Jean-Michel Tobelem. Biarritz : Séguier, Option culture.

Desvallées (André) & Mairesse (François) (dir). 2011. Dictionnaire encyclopédique de muséologie. Paris : Armand Colin.

Eidelman (Jacqueline) (dir). 2017. Inventer des musées pour demain. Rapport de la mission Musées xxie siècle. Paris : La Documentation française.

Hein (George E.). 2012. Progressive Museum Practice: John Dewey and Democracy. Londres : Routledge.

Simon (Nina). 2010. The Participatory Museum. Santa Cruz : Museum 2.0, en ligne : https://participatorymuseum.org/ [consulté le 23 mai 2023].

Haut de page

Notes

1 « L’ICOM approuve une nouvelle définition du musée ». ICOM. Conseil international des musées, 24 août 2022, en ligne : https://icom.museum/fr/news/licom-approuve-une-nouvelle-definition-de-musee/ [consulté le 23 mai 2023].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anik Meunier, « François Mairesse (dir.). 2022. Dictionnaire de muséologie »Culture & Musées, 41 | 2023, 265-268.

Référence électronique

Anik Meunier, « François Mairesse (dir.). 2022. Dictionnaire de muséologie »Culture & Musées [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/10440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.10440

Haut de page

Auteur

Anik Meunier

Université du Québec à Montréal
courriel : meunier.anik[at]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search